Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour novembre 2013

La comédienne Emmanuelle Boidron se confie à Laurent Amar et lui parle de sa prochaine pièce de théâtre.

Emmanuelle Boidron

Emmanuelle Boidron

Bonjour Emmanuelle Boidron, vous arrive-t-il de regretter votre personnage de Yolande dans « Inspecteur Navarro », ou bien la page est-elle définitivement tournée ?

Bonjour Laurent.
Non, pas de regret mais peut-etre un peu de nostalgie… Nous avons tourné 20 ans alors toute l’équipe de la série est une seconde famille.
C’est aussi une histoire avec le public qui m’a vu grandir et avec qui j’ai donc un rapport chaleureux. Je ne peux qu’être heureuse d’avoir obtenu ce rôle.
La page ne sera donc jamais complètement tournée mais, en tant qu’actrice, après avoir pu apprendre mon métier sur la série, je suis heureuse de pouvoir tourner dans d’autres films.

Vous avez toujours été très active au théâtre, j’avais d’ailleurs eu la joie de vous interviewer pour « Les monologues du vagin », le préférez-vous à la télévision ?

C’est Roger Hanin qui m’a mis un pied au théâtre alors que je n’avais que 12 ans et c’est en effet à ce moment là que je me suis dit que ce serait quand même fabuleux de pouvoir en faire mon métier.
Je vis depuis quelques années une « histoire d’amour » avec Les Monologues du Vagin, avoir la chance de jouer un texte si fort, si drôle, si engagé est inestimable.
Malgré tout, j’ai grandi sur les plateaux de tournage , je m’y sens comme à la maison donc j’aurai du mal à m’en passer, j’aime l’ambiance d’équipe, la caméra…
Alors bien évidemment, entre théâtre et télévison, je me refuse bien de choisir, les deux sont si merveilleux!

Vous allez bientôt interpréter le rôle de la fille de Grâce de Capitani dans « Ma mère me rend diiingue », Aviez-vous déjà rencontré Grâce ou votre autre partenaire Séverine Ferrer ?

Petite, je me souviens avoir croisé Grâce très brièvement dans un car loge,  lors de son passage dans Navarro, nous n’avions pas de scène ensemble mais là on va bien se rattraper!
Quant à Séverine, nous nous connaissons bien, je l’adooore, nous nous partageons depuis quelques années la même partition dans les Monologues du Vagin mais nous n’avions  jamais travailler ensemble.
C’était un doux rêve jusqu’à ce que cela soit rendu possible grâce à la pièce de Jéremy. C’est Séverine qui me l’a fait rencontrer et c’est donc grâce à eux deux que je suis sur cette affiche.

Emmanuelle Boidron et Laurent amar lors du tournage de "Paroles de comédien" en 2010.

Emmanuelle Boidron et Laurent amar lors du tournage de « Paroles de comédien » en 2010.

Pourriez-vous nous en dire plus sur cette pièce de théâtre ?

C’est une pièce très drôle alors à peine lue, j’étais partante!
Après s’être disputé avec son mari, Jeannine (Grâce de capitani ndlr) débarque chez sa fille et David (son colocataire gay que Jeannine croit être son gendre). Elle rencontrera  aussi leur meilleure amie ,Julie.
La cohabitation à 4  s’avère être délirante…! Les personnages sont haut en couleur alors on ne s’ennuie pas et on rit beaucoup !

Avez-vous de nouveaux projets à la télévision ?

Pour l’instant, non, cette année c’est théâtre!

Pour conclure chère Emmanuelle, quel serait votre mot de la fin pour les lecteurs de stars-media ?

Qu’ils viennent s’amuser avec nous avec Ma Mère me rend diiingue!

Propos recueillis par Laurent Amar

Les plus grands chefs se réuniront le 9 Décembre prochain pour la bonne cause.

Le diner des chefs

Le diner des chefs

Le 9 décembre prochain, la Fondation Ronald McDonald et l’association Sucré Salé en Aveyron organisent une soirée caritative pour participer au financement de la construction de la 10e Maison des parents, qui ouvrira ses portes en 2016 à Paris, près de l’hôpital Robert-Debré. L’occasion pour les convives de déguster, au cours de cette soirée, les mets de grands chefs mécènes et de participer à une vente aux enchères d’objets rares et originaux.

Lors de cette soirée caritative, un panel prestigieux de grands chefs mécènes ravira les convives de plats dignes des plus grands restaurants. À la générosité de leurs mets s’ajoutera celle de tous les artistes, sportifs, photographes, artisans d’art, qui ont mis leurs talents au service de la cause de la Maison Ronald McDonald de l’hôpital Robert-Debré, pour une vente aux enchères privée à but caritatif. C’est ainsi que se mêleront maillots de football et de rugby de joueurs célèbres comme Lionel Messi ou Zinedine Zidane, champagnes de grands millésimes, tableaux originaux ou encore pièces de mode de grandes maisons de haute couture.

Source : Service de presse Fondation Ronald McDonald.

 

Epic ou la nouvelle superproduction en Blu-ray des studios Fox.

Epic en Blu-Ray

Epic en Blu-Ray

Le film :
Un univers travaillé, des personnages réussis, une inspiration venant à la fois du Seigneur des anneaux, de L’Histoire sans fin et même d’Avatar, Epic est sans aucun doute un talentueux mélange de ce que le cinéma fantastique a produit de meilleur.
Une jeune étudiante, Mary Katherine, part rejoindre son père, chercheur botaniste, dans leur maison aux abords d’une luxuriante forêt.

Le papa de Mary Kate (elle préfère qu’on l’appelle ainsi, NDLR) est, depuis de nombreuses années,  à la recherche d’un peuple de lutins ressemblant à des elfes et vivant dans la forêt : les hommes-feuilles.
Petits bonshommes, lutins ressemblant aux elfes du Seigneur des anneaux, ces derniers répondent à l’autorité bienveillante d’une ravissante reine, Tara, qui sera tuée lors d’une attaque par les troupes du terrible sorcier Mandrake, ennemi juré des gentils hommes-feuilles.
Par un tour de magie, la belle étudiante va se retrouver projetée dans ce monde imaginaire et rencontrera l’amour en la personne d’un jeune elfe sans peur et sans reproche et bien entendu fort beau. Elle sera surtout investie d’une mission capitale, sauver les lutins et assurer ainsi la pérennité de la forêt.

Le scénario d’Epic n’étant pas forcément d’une grande originalité, c’est ailleurs qu’il faut chercher les qualités de ce film, et elles sont nombreuses.
La première concerne évidemment la technique. La frontière entre les prises de vue réelles et les images de synthèse n’aura jamais été aussi ténue que dans ce nouveau long métrage des créateurs de L’Âge de glace et de Rio. C’est bien simple, on en prend plein la vue, des centaines de personnages virevoltant dans tous les sens lors des scènes de bataille, une direction artistique du meilleur goût, des effets spéciaux à foison, Epic est plus que généreux dans son aspect visuel. Cela constituera bien évidemment un régal pour les petits, comme pour les grands.

Les personnages sont également très réussis. Mary-Kate s’avère absolument irrésistible, mature et drôle à la fois. Elle est un peu la conscience adulte de son papa, le professeur Bomba, complètement farfelu et immature.
La reine Tara, le chevalier Ronin et le magicien Mandrake se révèlent eux aussi fort savoureux. Dotés d’un véritable charisme, ils passionneront le spectateur par leurs aventures.
Pour finir, les hommes-feuilles, peuple de petits êtres très avancé, sont les dignes successeurs des elfes de Tolkien, mi-combattants hors pair et mi-écolos protecteurs de la forêt.

La belle Mary-Katerine et sa bande d'amis

La belle Mary-Katerine et sa bande d’amis

On trouve également beaucoup d’humour dans Epic. Les deux facétieux compères, l’escargot et la limace, serviront, avec un grand talent, de comiques de service. Stupides mais courageux, ils amuseront la galerie par leurs maladresses et leur humour à deux sous. Nous n’avons malheureusement pas pu tester la 3D, FPE n’ayant envoyé à la rédaction que l’édition classique du Blu-ray.
Il est à parier que l’ajout de la troisième dimension est fort utile à un long-métrage aussi bien mis en scène.
La qualité d’image du Blu-ray est quant à elle absolument irréprochable. Les couleurs vous jailliront au visage et la finesse du grain rend véritablement hommage à l’extraordinaire prouesse technique que constitue ce film.En bref, nous ne pouvons que vous recommander l’achat de cet excellent Blu-ray, dont la virtuosité des images et l’histoire, certes classique mais passionnante, vous plongeront dans un monde incroyable, celui de… Epic.

Les bonus :
Très complets – comme toujours chez l’éditeur FPE -, les bonus vous fourniront une multitude de reportages, de bandes-annonces et de making-of sur le film.
Nous avons retenu un bonus en particulier : un excellent reportage, tout en français, sur les créatures « réelles » du film : les chauves-souris, les oiseaux, la biche, tous ces animaux sont décrits dans un documentaire fort bien fait et très pédagogique. Les parents apprécieront.
Editeur : FPE
Date de sortie : Déjà disponible
Prix : 25 Euros environ

Laurent Amar

Interview : La belle Tatiana-Laurens Delarue se met à nue pour son nouveau livre et pour Stars-media !

 

Tatiana-Laurens Delarue

Tatiana-Laurens Delarue
Crédit photo : Sylvie Malfray

Bonjour Tatiana-Laurens Delarue, quel bilan tires-tu de ton passage à Secret Story ?

Après six ans, car le premier Secret Story a eu lieu en 2007, le bilan est tiré depuis longtemps (rires).
Mais aujourd’hui, je dirais que peu importe d’où tu viens, et par où tu passes, le travail, la rigueur et la détermination paient… Mais le chemin pour atteindre mes rêves est encore long, comme pour chacun de nous, je crois ?

Où en est ton association pour les femmes battues ?

Elle restera toujours ma priorité ! Mon association, c’est ma nourriture, mon eau, mon sommeil…  Hélas, chaque jour, une femme vient me demander de l’aide, des conseils ou des solutions. J’aimerais que cette association n’ait plus lieu d’être, que le fléau soit éradiqué… mon plus grand rêve.
Heureusement, afin de m’encourager, beaucoup de femmes reviennent pour me dire que j’ai changé leur existence… Je pense notamment à ce message, hier soir, qui m’a bouleversée.
« Marine » m’a annoncé que sa maman lui avait offert mon premier livre, Au nom des femmes battues, qui lui a donné le courage de partir…
Elle m’a avoué avoir suivi mon couple à la télévision dans « Secret Story 1 », et ne jamais avoir pensé qu’un jour, je pourrais lui sauver la vie. J’ai été particulièrement touchée par un tel message, sur la page de mon association via Facebook.

Tu sors un nouveau livre, La méthode Slim Liquid Food, sur le bien-être et la santé. Est-ce un sujet important à tes yeux ?

J’ai appris très jeune que j’avais un problème de digestion qui pouvait être très préjudiciable si je ne changeais pas mon alimentation.
En approfondissant mes recherches, j’ai pu découvrir ce que la nature nous offrait pour notre santé et notre bien-être. En voyageant en Inde, en Malaisie et aux Seychelles, j’ai découvert les vertus de la terre, de la mer, des plantes, des fleurs, des algues…
En plus de trop manger, les dernières générations ont complètement oublié que nos ancêtres se nourrissaient moins et mieux, plus « bio ».
J’ai alors noté dans un journal intime toutes les recettes, les astuces et les potions magiques de nos « arrière arrière arrière »-grands-mères, et j’ai décidé de les livrer au public…

Tu as choisi de poser nue pour la promotion du livre auprès de ton mari, Xavier Delarue. Pourquoi ?

J’ai repris contact avec la photographe qui avait shooté mon tout premier book de mannequin, et qui est devenue une des plus grandes photographes de mode, Sylvie Malfray. Elle photographie les top-modèles et les artistes les plus célèbres, comme Gisele Bündchen, Mélanie Laurent, Jennifer… Je ne pouvais donc que lui faire confiance.
Je lui ai fait part de la thématique de mon nouveau livre et je lui ai dévoilé la photo de la couverture.
Sylvie a eu l’idée  d’y intégrer Xavier puisque lui-même utilise la méthode « SLF » lors de ses championnats de basket-ball pour rester athlétique et svelte, tout en gardant la forme !
Cela montre que la méthode « SLF » convient à tous, peu importe notre sexe, notre âge, nos soucis, nos métiers ! Nous avons donc pris quelques clichés dénudés ensemble, ce qui a été à la fois une grande rigolade et un moment charnel avec mon champion.

Tatiana-Laurens et Xavier Delarue

Tatiana-Laurens et Xavier Delarue
Crédit photo : Sylvie Malfray

Est-ce la première fois que tu poses nue pour des photos ?

En tant que mannequin professionnel, non ! Nous sommes souvent amenées à poser pour des marques de lingerie, comme « Charlott’ Lingerie », j’avais d’ailleurs posé pour Sylvie Malfray, ou la marque « Luxam » pour laquelle  je fus prise en photo par Jean-Luc Michon, le photographe de Nina Ricci.
Mais en tant qu’auteur, oui ! Cela diffère tellement de mon premier livre. C’est étrange de ne pas poser pour une marque, un couturier, ou pour toute autre chose ayant trait à la mode.
Poser cette fois pour ce que tu as mis des heures, des jours, des mois à écrire… Mais le naturel qu’offre la nudité est un si grand trait d’union entre mon nouveau livre et le reflet de ma méthode, que tout apport de lingerie, de vêtements, de chaussures ou de bijoux, aurait risqué de dénaturer le sujet, voire de le faire basculer. De la pureté des images que Sylvie a réussi à faire ressortir vers un domaine plus pin-up, loin de l’univers naturel de mes écrits.

Tu es également comédienne. Si un réalisateur te demandait de te dénuder pour une scène d’amour, accepterais-tu ?

(Rires). Me dénuder est une chose, mais pourquoi forcément pour une scène d’amour (rires) ! Dans mes courts-métrages, une seule fois, on m’a demandé de me mettre nue, notamment dans Psyché, réalisé par Fred Bouffety. Il s’agissait d’une scène où j’étais en pleurs sous la douche. Mais la magie du cinéma fait qu’on n’apparaît jamais trop nue (rires).

Après ce livre, Tatiana-Laurens, quels sont tes projets ?

Il est sorti il y a à peine deux jours, malgré le buzz qui laisse croire à une sortie plus ancienne. Je me concentre sur lui et je verrai pour les projets futurs.
Je suis quelqu’un de très engagée. Quand je fais quelque chose, je le fais toujours à fond, avec  énormément d’énergie, ce qui me semble normal. Car derrière un livre où des gens travaillent avec vous ou pour vous, une équipe de vrais professionnels vous aide à faire aboutir vos projets.
Je n’aime pas décevoir les gens qui croient en moi et je donne mon maximum pour mener au plus haut chaque projet.
Mais il est vrai qu’avec Xavier, nous avons une plus grande liberté depuis quelques semaines, étant donné qu’il rentre du championnat canadien (NBL-Jazz de Montréal ndlr) et n’est pas sous contrat, donc plus de liberté pour faire des choix autres qu’en 2007 avec « Secret Story 1 ».

La méthode Slim Liquid Food.

La méthode Slim Liquid Food.

Chère Tatiana-Laurens, quel serait ton mot de la fin aux lecteurs de Stars-media ?

Si vous recherchez depuis longtemps votre bien-être à travers des régimes, si vous souhaitez avoir une meilleure santé, retrouver votre ligne, prendre du muscle ou soigner des maux persistants, la méthode Slim Liquid Food que je vous présente dans ce nouveau livre va vous bluffer !
Ce n’est pas un régime classique, mais une nouvelle façon de s’alimenter. Un régime vous fait reprendre vos kilos dès que vous l’arrêtez,  vous frustre et vous affame.
La « SLF » vous change à vie, sans difficultés et en ne perturbant pas le quotidien. Je vous livre dans mon journal intime des secrets de minceur pour un corps svelte, tonique, musclé, fuselé, débarrassé de ses graisses et de son eau en trop ! Un organisme au top de sa vitalité !

Propos recueillis par Laurent Amar

Alisée remporte l’émission « Danse avec les stars ».

Laurent Amar et Alisée

Laurent Amar et Alisée

C’est une belle rencontre que nous avons pu faire Samedi soir .

Celle de la jolie chanteuse Alisée qui a remporté la compétition la plus plus en vue du moment : Danse avec les stars.

Nous félicitons Alisée pour ce bel exploit, d’autant plus que le concours de danse fut très difficile.

Laurent Amar

Le comédien Laurent Artufel se confie à Stars-media.fr dans une interview exclusive.

Laurent Artufel

Laurent Artufel
Crédit photo : François Berthier

Bonjour Laurent Artufel, vous savez faire beaucoup de choses, animateur télé, comédien, scénariste, vers où va votre préférence ?

…et encore beaucoup de chose que les gens ne savent pas forcement. J’ai fait le Conservatoire National de Musique de Marseille, je suis trompettiste et pianiste, j’ai touché également plus jeune à la prestidigitation, j’ai participé à la Colombes d’Or (grand concours de Magie), je m’essaie à la guitare, aux claquettes…
En tant qu’acteur je dirais que c’est normal, ce sont des expériences enrichissantes. Tout nourrit l’Acteur.
Aux Etats Unis cette formation est normale, ici en France il faut mettre les gens dans des cases.

Pour les producteurs TV je suis un acteur, et pour les réalisateurs je suis un animateur c’est pour cette raison que j’ai décidé de me concentrer sur mon métier pour lequel j’ai débarqué un beau matin à Paris, c’est à dire mon métier d’acteur. Je reconnais quand même avoir commencé la télévision sur la scène du théâtre de l’Empire, avec Jacques Martin qui lui aussi touchait à tout. C’était une autre télévision… Pour le moment je ne me reconnais pas  plus dans ce que l’on me propose à la télévision en tant qu’animateur même si  c’est un média que j’aime pratiquer en plus de mon métier d’acteur .

Pourquoi avoir accepté de co-présenter, avec Vincent MacDoom, les futurs « Lauriers tv Award » ?

Une cérémonie qui récompense la télévision quand moi-même , je n’en fais plus parti , je trouve que c’est une  raison amusante et légitime. De plus, j’ai eu carte blanche sur la façon d’animer cette soirée. Nous préparons un véritable show sur la scène de la cigale avec tout un orchestre et des artistes que vous connaissez tous ( humoristes, chanteurs…).
J’ai aimé les esprits décalés d’ Antoine De Caunes et de Valérie Lemercier quand ils présentaient la Nuit des Césars, et  je souhaite garder cet état d’esprit … j’espère  que nous serons à la hauteur de cette grande première !

En quoi va se différencier cette cérémonie par rapport au « 7 d’or » par exemple ?

Déjà, elle durera  beaucoup plus d’années que celle des « 7 d’or  » (rires), enfin je l’espère !!!

1293034_10151873917899618_1047887809_o

Un air de famille

C’est une cérémonie qui récompense ceux qui participent à la télévision et ceux qui la font. …. ET il faut vivre avec son temps, la télévision a changé, les codes sont différents, et cette fois ci en plus des professionnels , on  y retrouve les participants ( représentatifs du public ) . Et dans cette remise de prix, seul le public a le pouvoir , puisque c’est lui qui vote ! (… et gratuitement, pour une fois !!!).

Avez-vous des pronostiques ou des préférences  pour l’un des candidats ?

Je reste impartial sur ce point là, je ne me prononce pas , concernant les « candidats  » à proprement parlé !!! Mais concernant les certains animateurs en liste  , j’apprécie  l’énergie et le parcours de Cyril Hanouna, ou l’élégance et le charisme de Nikos Aliagas …

Parlez-nous de votre prochaine pièce de théâtre « Un air de famille » et de votre prochain film « Freezing » ?

« Un Air de Famille » est un petit bijoux que l’on ne présente plus, d’Agnès Jaoui et de Jean Pierre Bacri. Un  succès cinématographique que l’on connait , une écriture à la fois humaine , percutante ,vraie , drole et sensible , de plus j’ai la chance d’être entouré de comédiens fabuleux…    Pascal Seguin, Gabriella Ostier, Chirhane Saïah, Marielle Jovine et Laurent Tardieu qui s’occupe aussi de la mise en scène.
On pense tous avoir une famille spéciale, attendez de connaître la notre ! On vous attends au Cinéma Théâtre de Jean Pierre Mocky. Un petit conseil entre nous, il n’y aura que 20 représentations exceptionnelles et les places sont en train de s’écouler assez vite alors dépéchez vous de réserver au :01 47 70 08 86 !
Concernant « Freezing » je peux vous dire que c’est une aventure très excitante pour moi, car le rôle que je vais interpréter est  à l’opposé de l’image lisse  (du gendre idéal ) ,que l’on me propose habituellement … Le réalisateur Nabil Drissi, est un ancien flic de la BAC , qui a  cotoyé l’univers policier durant 13 ans , le scénario , ainsi que le rôle qu’il m’a confié sont des  tueries dans tous les sens du terme, (rires) , cela vous donne un peu le ton, non ??? Et je peux vous assurer que ce jeune réalisateur va faire parler de lui !!!

Vous avez été élu en 2010 l’animateur le plus sexy du paf. Penses-tu que le physique à la télévision est définitivement indissociable de la réussite ?

Non, mais honnêtement, vous plaisantez ???  Heureusement qu’il n’y a pas que des Miss France à la présentation …quoique … (rire).
La résultante indissociable à la réussite pour un animateur télé  ,  c’est :   Le talent , beaucoup de  travail et un vrai  capital sympathie !
Maintenant si on m’a élu en 2010 l’animateur le plus sexy du PAF, à part flatter mon égo, cela n’a jamais représenté  pour moi, un atout, ou un gage de réussite.
En revanche, j’ai été plus heureux de recevoir le prix du  » jeune talent TV  » en 2008 pour mon émission « Change Ta Chambre » sur France 2 , d’autant que c’était le public qui votait !

Pour conclure cher Laurent, quel est votre mot de la fin aux lecteurs de stars-media ?

Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année à tous, restez connecté sur Stars-média !
Je vous propose d’ailleurs un petit jeu, le premier qui poste l’article sur mon compte twitter, je l’invite à la première le 24 janvier ! Bonne chance et à bientôt !

Propos recueillis par Laurent Amar

Stars-media vous présente un humoriste qui ira loin : David Smadja

David Smadja

David Smadja

Bonjour David Smadja, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour Stars-media.fr ! Bonjour chers lecteurs de stars-media.fr ! Je suis David Smadja, comédien de 26 ans, seul en scène depuis mes 20 ans dans « Un spectacle sans nom ».

Pourquoi es-tu humoriste ?

Je crois que je ne sais faire que cela. Monter sur scène, faire rire un public, offrir des émotions, et tout donner. Toujours! Aujourd’hui j’ai besoin de la scène comme d’une drogue! Elle m’offre ma dose d’adrénaline. Etant (un peu trop) souvent en improvisation, j’adore me sentir en danger sur scène. C’est ma vie!

Quelles sont les thématiques de tes sketchs ?

L’Art, l’Art en général ! C’est le fil rouge du spectacle. Chaque personnage qui le compose est un artiste à part entière qui vient se présenter, et présenter son travail. On a de la peinture, de la danse indienne, du rap, de la guitare, du théâtre classique… Ca part dans tous les sens, et du coup, tout le monde y trouve son compte!

Ou pouvons-nous venir te voir jouer ?

Un peu de patience, et vous pourrez me retrouver en Janvier au Théâtre de Dix heures. Si tout se passe bien. Mais  si vraiment vous avez envie de me suivre, vous pouvez m’ajouter sur Facebook, ou taper de temps en temps « un spectacle sans nom » dans un moteur de recherche!

Pour conclure cher David, quel serait on mot de la fin pour nos lecteurs ?

Chers lecteurs, merci déjà d’avoir lu cette interview jusque là. C’est très sympa de votre part. J’espère que je vous ai convaincu, et que vous viendrez prochainement voir ce « Spectacle sans nom », et si ce n’est pas le cas,  je vous souhaite quand même une vie magnifique et bon surf sur stars-media.fr La bizz à tous, et merci encore.

Propos recueillis par Laurent Amar

« Le Train du Musée des secrets du chocolat »… bientôt dans les gares parisiennes !

Le Train des secrets du chocolat

Le Train des secrets du chocolat

Pour sa seconde édition, le Train du Musée des secrets du chocolat, qui avait rassemblé plus de 23 000 visiteurs en 2012, attendra les fondus du cacao sur les quais des grandes gares parisiennes du 26 novembre au 7 décembre. Le rendez-vous à ne pas manquer pour les gourmands de tout âge qui pourront découvrir, à bord du TGV Expo tout de chocolat vêtu, et dans une scénographie renouvelée, une exposition qui leur révélera les mystères du chocolat.

Un grand nombre de people répondront présent à l’appel du chef de gare pour l’inauguration du 26 Novembre :  les comédiens Clémentine Célarié, Patrick Haudecoeur, Gérard Klein, Raphael Mezrahi, Bernard Werber et Christian Morin ; ou encore Gérard Holtz, Nelson Montfort, Jean d’Ormesson, Muriel Mayette ou Elisabeth Teissier et encore beaucoup d’autres. Stars-media sera bien sur présent pour vous en parler.

Laurent Amar

La pétillante Anne Bernex nous parle de son spectacle au théâtre du Temple.

 

Anne Bernex et Alex Goude Crédit : Ingrid Mareski

Anne Bernex et Alex Goude
Crédit : Ingrid Mareski

Bonjour Anne Bernex, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Lecteur qui ne me connait pas encore ! Comment t’es tu débrouillé pour ne pas être encore venu voir mon Fol’ univers Fémino-Burlesque qui est à lui seul une véritable Thalasso des Zygo? Vis-tu dans un bunker ?

Je me présente Anne Bernex  Assistante sociale défroquée (c’est une image bien sur !)  mais pour certains je suis un Ange démoniaque.
Ma particularité : Donner tout sur scène sans pudeur mais avec un profond respect de l’être humain.
Mon objectif : Te faire rougir ou rugir de plaisir, parfois les deux : face aux situations que je croque sur scène.
Le must : Lorsque tu me dis que ma folie t’as fait un bien fou !

Comment fais-tu pour déployer autant d’énergie dans ton nouveau spectacle « Anne Bernex dans l’air du temps » ?

C’est une question que l‘on me pose souvent mais je ne sais pas faire autrement.  Quand je fais quelque chose je suis incapable de m’économiser. Certains spectateurs me demandent si je me fais suivre au niveau cardiaque… Ils ont peut être raison il va falloir que j’y réfléchisse (rires)
En fait,  j’ai plus besoin d’un psy que d’un cardiologue !
Le Must est que j’en trouve un chaque soir puisque je fais monter un Psy sur scène. Voyez comme je suis organisée  !

Pourquoi as-tu choisie comme thème principal la sexualité et les relations homme femme ?

C’est un domaine où l’humain, et le Français en particulier,  est incroyablement « faux ». J’aime aller chercher ce que l’on cache pour en faire un feu d’artifice !

Anne Bernex et Laurent Amar

Anne Bernex et Laurent Amar

Dans le spectacle tu as la réplique suivante : « Le fait d’aborder ces sujets, cela me permet d’exorciser toutes les peurs qu’il y a en moi », pourrais-tu nous expliquer cette phrase ?

Et je rajoute même : « et tous mes démons » !

Etre sur scène est une chance incroyable parce qu’on y met un peu de notre vie et de notre ressenti, nos expériences,  tout ce qui  nous a construit, déconstruit,  tétanisé ou intrigué.
La sexualité, l’idée que  la passion ne dure pas,  me fait réfléchir et je suis  aussi très intéressée par les différentes visions que nous avons de la fidélité, de l’érotisme,  de la « déviance »  …
C’est le thème de ce show. Je précise que ce n’est pas ma seule obsession ! J’ai écrit cette comédie sur la conscience…et c’est totalement autre chose.

Tu abordes également le thème de l’homosexualité féminine, penses-tu qu’elle soit définitivement rentrée dans les mœurs d’aujourd’hui ?

Je pense que c’est le cas depuis toujours. Je connais des filles qui ne sont pas forcement Homo mais qui tombent amoureuses d’un personnage d’une âme et …c’est une fille ! Elle peut retomber amoureuse d’un garçon par la suite.

Le spectacle de Anne Bernex

Le spectacle de Anne Bernex

Ou pourrons-nous te retrouver après le théâtre du Temple et « Dans l’air du temps » ?

Dans le hall à la sortie de la salle ! Sinon en tournée dans toute la France à partir de Janvier 2014.

Pour conclure chère Anne, quel serait ton mot de la fin aux lecteurs de stars-media ?

Je vous attends de fesses fermes !!
C’est un des avantages de la mise en scène musclée d’Alex Goude!
A très vite !

Propos recueillis par Laurent Amar

L’ex-animateur vedette de M6 Yves Noël s’est confié à Laurent Amar dans une interview exclusive

Yves Noel

Yves Noel
Bruno Etenna 2013

Bonjour Yves Noël, pourquoi es-tu absent du petit écran depuis tant d’années ?

Bonjour Laurent Amar.
J’ai débuté comme comédien en 1986 avec mon frère jumeau Hervé, dans des films publicitaires et des téléfilms. En janvier 1993, nous sommes arrivés sur l’antenne de M6.
Hervé a quitté l’émission Multitop en février 1994, et je suis resté pendant huit ans sur M6 avec des émissions comme Hit Machine, Dance Machine et Sport Événement.
Puis je suis passé par France 3 avec Loto Foot et KTV.

Cela fait donc dix ans que j’évolue beaucoup plus dans la communication 360° dans mes domaines de prédilection, les événements d’envergure, les réalisations soignées, l’accompagnement client.

En quelques années, je me suis rendu compte que, en plus d’un homme d’image, je suis aussi et peut-être surtout un communicant, un homme « événementiel ». En toute prétention, bien sûr !
Aujourd’hui, presque tous les événements sont filmés et diffusés immédiatement sur le Web. En vérité, nous n’avons plus vraiment besoin de diffuseurs média traditionnels comme la télévision.
Aujourd’hui, le rapport de force a basculé. La télévision est désormais à la traîne des idées et des talents qui apparaissent sur les réseaux sociaux, qu’elle essaie de cannibaliser pour survivre.

Ma vie personnelle a évolué elle aussi. Tout d’abord, j’ai eu une fille en 2002, au moment où ma carrière à la télé se ralentissait un peu. Je lui ai donc consacré beaucoup de temps et nous avons ainsi développé une grande complicité. Enfin, j’ai ponctué cette période de quelques pauses pour me ressourcer et m’enrichir, afin de retrouver l’inspiration.
Parce que l’inspiration, la créativité sont essentielles à la naissance d’une idée, d’un projet, d’un événement qui fait du buzz.

Comment expliques-tu ton départ soudain de M6 ?

Il s’explique par l’achat du programme « Le Loft » à Endemol pour un montant de 50 millions de francs (nous étions en 2001).
Pour éviter de puiser dans les caisses, la direction des programmes de la chaîne a décidé de retirer de la grille des émissions considérées comme moins stratégiques. Sport Événement, notre rendez-vous dominical pour tous les fans de sports extrêmes, a été supprimé. Et j’ai été « vidé avec l’eau du bain » ! Nicolas de Tavernost et Thomas Valentin, n° 1 et n° 2 du groupe M6,  ne s’embarrassent pas de valeurs comme le respect, la considération et la reconnaissance. Si je dois refaire de la télévision, ce ne sera certainement pas avec de telles « langues fourchues ».

Tu n’es pas seulement animateur tv, tu es aussi comédien, pourquoi ne pas avoir persisté dans cette voie ?

Ma carrière de comédien s’est ralentie lors de mes années de succès télé, car les directeurs de casting me disaient que mon image télé était trop forte pour que je sois crédible dans un autre rôle…
Depuis, l’événementiel a occupé la plupart de mon temps et, depuis quelques années seulement, je caresse le projet de revenir comme comédien.
Avec les événements, parfois très pénibles, de la vie, j’ai considérablement appris sur les autres et sur moi-même. Toutes les situations que je vis alimentent mon répertoire d’acteur.
Donc oui, j’ai des envies fortes, non seulement de fictions, courts-métrages, au cinéma mais aussi de théâtre et de one-man-show.
Je suis très paresseux dans l’écriture, alors je cherche un ou plusieurs co-auteur(s) ou co-autrice(s).

Es-tu toujours aussi proche de ton frère jumeau Hervé, comment va-t-il ?

Nous sommes toujours très proches par la pensée, mais nos rencontres se sont raréfiées depuis qu’Hervé s’est installé dans le Finistère Sud pour vivre ses passions de « Waterman » en surfant à La Torche, et de « Boy in the Wood » en développant l’activité de construction de maisons en bois.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?

Mon activité actuelle possède quatre axes de développement :

– la communication 360°
Je vends mon expertise en tant que consultant pour des marques, des entreprises souhaitant créer un événement novateur qui va rassembler, fédérer, emporter l’adhésion de la cible visée avec beaucoup d’efficacité car relayé sur le Web avec des images de qualité. Si l’événement est très fort, il est repris dans les journaux d’information des télévisions du monde entier ;

– l’internationalisation
J’ai déjà travaillé à l’étranger, un peu voyagé… et j’aime ça.
De très nombreux pays m’attirent pour leur culture et aussi leur potentiel de croissance et de développement. J’ai par exemple de nombreux contacts dans les pays du Maghreb, où la population est jeune et réceptive… Et j’étends mon réseau vers l’Europe de l’Est, les États-Unis et les Émirats ;

– la Web TV par la conception et la réalisation de programmes courts pour des annonceurs en B to B et B to C ;

– la scène, avec soit un one-man-show, soit une pièce à plusieurs pour avoir le plaisir d’être ensemble.

Laurent Amar et Yves Noel

Laurent Amar et Yves Noel

Quel regard portes-tu aujourd’hui sur les émissions musicales du groupe M6 ?

Je regarde peu M6 et les chaînes du groupe sauf quelques émissions comme Enquête exclusive ou Enquête d’action sur W9. Je ne connais donc pas, ou très mal, les émissions musicales du groupe M6.
D’une façon générale, je « consomme »  beaucoup plus de musique et de programmes, surtout des séries, sur Internet qu’à la télévision.

Es-tu toujours en contact avec les animateurs ou les vedettes M6 de l’époque ?

Trop peu, et je le déplore, car j’ai passé de très bons moments en travaillant avec Sandrine Quétier, Laurent Weil, Ophélie Winter, Laura Marine, Vanessa Demouy, Séverine Ferrer, Helena Noguerra, Olivier Carreras, ou encore Cauet ou Difool avec lesquels j’animais Dance Machine… Il n’est pas toujours évident de renouer le contact car ce sont des gens très sollicités, donc très pris. Il faut insister et je ne l’ai pas toujours fait.
En revanche, j’ai gardé des liens plus resserrés avec de nombreuses personnes de « l’ombre » que ce soit de M6, France 3, La Française des jeux, ou encore Khalifa TV, sans parler de mes rencontres dans les milieux de l’événementiel, du théâtre (notamment chez les humoristes) et du cinéma.

Cher Yves, quel serait ton mot de la fin aux lecteurs de Stars-media ?

En dépit de mon absence à l’antenne, les gens viennent encore beaucoup vers moi pour me témoigner leur sympathie et leur désir de me revoir, et pourquoi pas avec Hervé.
Cela non seulement fait plaisir mais motive aussi pour reprendre de la visibilité dans les médias (TV, radio et presse) ou sur Internet. Je m’y emploie donc car j’ai maintenant des idées plus précises sur ce que je souhaite faire, et avec qui …. Néanmoins, c’est toujours par passion de mes métiers d’acteur, de journaliste (rédacteur et reporter) et animateur, que j’ai travaillé. Et non dans le but de me montrer. Selon moi, se mettre en avant ne vaut que pour faire apparaître les talents des autres, que ce soit dans les domaines artistiques, sportifs, les affaires, l’art de vivre…
Le risque de ces métiers « exposés » à la lumière est de tomber dans un certain « égocentrage », où on pense beaucoup (trop ?) à soi parce que l’on est le produit que l’on vend. Mais l’expérience m’a appris que la seule voie de salut, saine et enrichissante, est de se tourner vers les autres avec envie, curiosité et bienveillance.
Je vous remercie, vous,  lecteurs de Stars-media, pour votre intérêt et je reviendrai afin de vous tenir informés en première exclusivité de la réalisation de mes projets.

Propos recueillis par Laurent Amar
Nos remerciements à Sabrina Fraty de « Wishing Well productions »

Laurent Amar pour stars-media vous fait découvrir l’artiste peintre Jeanne Rimbert

Jeanne Rimbert

Jeanne Rimbert

Bonjour Jeanne Rimbert, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis une jeune artiste issue des Beaux-Arts de Rueil-Malmaison, où j’ai pratiqué le dessin, la peinture et la sculpture. Je travaille depuis sur des installations in situ dans lesquelles la céramique occupe une place prépondérante. Ce sera le cas de la prochaine exposition à laquelle je participe en Décembre, dans un palais de la renaissance près de Rome. 

D’où vient votre passion pour l’art ?

Je pense que je suis tombée dedans quand j’étais petite… J’ai toujours porté cette passion en moi.

Vous avez apparemment trois grands thèmes dans vos créations, la peinture, la sculpture mais aussi « l’incrustation d’éléments sur des photographies », pourquoi ce dernier choix ?

Ce ne sont pas réellement des inscrustations sur des photographies, mais des photographies de situations ayant réellement existé.
Je vois la photographie comme une manière de fossiliser un instant imaginaire au sein d’une réalité physique. Les espaces intérieurs et les paysages extérieurs que je traverse sont, au hasard des découvertes, les déclencheurs de mon travail d’installation.
Mes sculptures viennent alors se greffer comme de petites anomalies à leur environement,à la fois étrangères et issues du lieu, qui s’adaptent, se confondent ou s’imposent. Des paysages mentaux, qui génèrent une sorte de réalité augmentée, complétant ainsi notre perception du réel.
La photographie me permet d’étendre cet instant à la durée, de prolonger la contemplation.

Série Talk to the moon

Série Talk to the moon

Vous avez apparemment un rapport étrange avec la nourriture au vu de vos œuvres de la série « Cannibale » ?

La série « Cannibale », petites faïences représentant des aliments aux relents très organique, évoque un thème qui m’est cher, celui du passage. Car qu’est-ce donc que le cannibalisme sinon le passage d’un corps extérieur vers l’intérieur de notre propre corps ? J’aime aussi le paradoxe inhérent à cette pratique : la passion – car il doit en falloir pour manger son prochain – vient directement se confronter au dégoût. On retrouve ce paradoxe dans mes pièces, à la fois appétissantes de par leur forme et répulsives de par leur sens.

Parlez-nous de l’énigmatique série « Installation : Talk to the moon » ?

Mes sculptures sont souvent de forme très organiques, et il est vrai que ces totems, qui s’érigent ainsi du sol de manière très primitive, ont quelque chose de phallique.  Ils sont inspirés des Golems de la mystique juive, formes d’argile embryonnaires auxquelles donne vie, momentanément, un magicien. J’ai voulu retranscrire ici, métaphoriquement et poétiquement, l’impression de solitude et d’isolemment à laquelle est parfois confronté un artiste qui se sent plus humanoïde qu’humain.

Quelles sont vos inspirations artistiques ?

L’Arte Povera bien sûr, et le surréalisme. Mais avant toutes choses, je m’inspire de la nature et des corps qui nous entourent. Plus je les observe, et plus ils perdent leur substance réelle. Ces instants du quotidien sont mes documents.

Série Cannibalisme

Série Cannibalisme


Quel sont vos peintres ou sculpteurs préférés ?

Eva Hesse, Johan Creten, Andy Goldsworthy… Je ne peux en choisir qu’un !

Pour conclure chère Jeanne, quel serait votre mot de la fin aux lecteurs de stars-media ?

Une phrase de Kater Attia : « Il faut vivre poétiquement, même si c’est prosaïquement que l’Homme habite la terre. Car la poésie ne doit pas seulement être écrite, elle doit également être vécue et pensée. »

Propos recueillis par Laurent Amar

Mickael Vendetta dit tout à stars-media : Sa nouvelle carrière, ses conflits et sa relation amoureuse.

Mikhael Vendetta

Mikhael Vendetta

Bonjour Mickael Vendetta, quel bilan tires-tu de ta victoire dans « La Ferme Célébrités en Afrique » ?

Salut Laurent ! Après avoir joué un rôle durant des années via les réseaux sociaux, ce qui a généré sur moi un buzz inattendu, voire inespéré, de nombreuses émissions de téléréalité m’avaient contacté.

Le jour où TF1  m’a appelé pour participer à « La Ferme Célébrités », ce fut pour moi un honneur et surtout une reconnaissance de tout mon travail. Et remporter l’émission a été la cerise sur le gâteau, c’est-à-dire une immense surprise et une très grande joie.

Comment expliques-tu l’engouement qu’il y a eu autour de toi durant toutes ces années ?

Je pense que c’est le fruit d’un long travail, une technique de communication afin d’attirer sur moi l’attention des médias.

Es-tu toujours en contact avec tes partenaires de « La Ferme… » ?

Absolument ! Avec Francky Vincent et Farid Khider. Cette émission nous a vraiment rapprochés. Nous avons tous lié une amitié très forte et nous sommes solidaires comme des frères. D’ailleurs, récemment, j’ai vu le spectacle de Farid (« One round show », au Gymnase à Paris, ndlr), qui cartonne et que je vous recommande.

Ton conflit avec Greg le millionnaire est-il enfin terminé ?

Non, absolument pas, et il est loin d’être fini ! Dès qu’il le peut, il dit du mal de moi lors de soirées people à des gens qui, bien souvent, sont des amis à moi.
Je suis donc au courant de toutes les insanités qu’il profère à mon encontre et cela le rend encore plus pathétique. Je peux te dire qu’il a une très mauvaise image auprès de ses amis qui maintenant me connaissent. Ces derniers ont bien vu que j’étais quelqu’un de sincère, sans aucune hypocrisie. Contrairement à lui.

Laurent Amar et Mickael Vendetta

Laurent Amar et Mickael Vendetta

As-tu toujours autant de succès auprès des jeunes femmes ?

Effectivement, j’ai connu du succès auprès des jeunes femmes grâce à ma notoriété. Mais je peux t’assurer qu’aujourd’hui, les filles qui viennent à moi uniquement parce que je suis connu ne m’intéressent plus du tout. De plus, j’ai rencontré ma copine il y a maintenant plus de quatre mois et ce n’est absolument pas une fille vénale ou qui recherche de la notoriété à travers moi.
C’est une jeune femme belle, très intelligente et qui fait de hautes études. Je peux même te dire que si j’étais anonyme, cela lui conviendrait tout à fait (rires).

Quelle est ton actualité artistique ?

Je suis à fond dans ma musique. J’invite d’ailleurs les lecteurs de Stars-media à aller sur YouTube pour écouter mon premier tube « I Want to Be Yours », qui a déjà plus de 92 000 vues.
(lien : http://www.youtube.com/watch?v=vOq3LJc0_uE)
Maintenant, je m’occupe, avec toute une équipe, de la promotion du titre. Celle-ci va d’ailleurs démarrer dans deux semaines environ.
Actuellement, le plus difficile dans le monde de la musique en France, c’est d’être entouré par des gens qui ont un esprit de vainqueur et qui croient en toi. Et cela, malheureusement, c’est dur à trouver.

Ton mot de la fin ?

Je suis l’homme le plus heureux du monde grâce à ma princesse : Laura.
Ce fut pour moi comme un rêve de rencontrer une personne que j’aime et qui me corresponde. Je peux te dire qu’avec elle, je vis des moments magiques.

Propos recueillis par Laurent Amar

Nos remerciements à Sabrina Fraty de « Wishing Well productions ».