Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour mars 2014

Le cinéma chinois bientôt à l’honneur dans plusieurs villes de France.

Affiche officielle.

Affiche officielle.

 

Depuis quatre ans, la France met à l’honneur l’un des cinémas les plus dynamiques au monde avec les films américains, français et indiens : le cinéma asiatique, et plus particulièrement chinois. La 4e édition du Festival du Cinéma Chinois en France aura lieu du 12 mai au 24 juin 2014.
Ce festival, très ambitieux de par son importance, mais surtout de par la qualité de sa sélection, sera présent dans plusieurs grandes villes telles que Paris, Cannes, Marseille, Lyon, Strasbourg, Biarritz, ainsi qu’à La Réunion.
Rappelons que, à l’origine de cet événement, se trouvent l’administration d’État chinoise dédiée au cinéma et à la télévision, le centre culturel de Chine à Paris, le groupe Pathé, que nous saluons au passage pour cette très belle initiative et, enfin, le ministère français de la Culture.

Une conférence de presse sera donnée prochainement à Paris, au centre culturel de Chine, en présence du comédien Vincent Perez, du responsable des coproductions du CNC Julien Ezanno et de la réalisatrice Anne Fontaine, pour la présentation officielle de cette nouvelle édition.
À l’issue de cette dernière, sera présentée la superproduction hongkongaise, The White Storm, réalisée par l’un des cinéastes les plus talentueux de sa génération, Benny Chan.

Stars-media sera très heureux de vous faire un compte rendu de cette conférence de presse, afin de vous en dire plus sur ce festival à l’importance grandissante dans la vie culturelle de notre pays.
Plus d’informations sur : www.festivalducinemachinois.com

Laurent Amar

Stars-media chez nos confrêres de Paris Frivole !

IMG_20140314_210646

Laurent Amar et Sarah Frivole

 

Un grand merci à Sarah Frivole d’avoir voulu en savoir plus sur stars-media et votre humble serviteur.

C’est une belle interview, sincère et spontanée, que je vous invite à découvrir en cliquant sur la photo :

Bonne lecture à tous.

Laurent Amar

Érotisme, volupté et libertinage au Moon-City, à Paris.

Les coins calins

Les coins câlins du Mooncity

 

S’il existe un endroit qui ne laisse pas indifférent, c’est bien le Spa Moon-City à Paris. Haut lieu du libertinage parisien, les couples se mêlent et s’échangent dans ce lieu particulier, ne ressemblant à aucune autre « boîte » dite échangiste.
Stars-media vous invite à une visite mystérieuse, là où les mots « pudeur » et « retenue » sont à proscrire. Un lieu fantasmé par les hommes, désiré par les femmes, mais accessible à tous, si vous êtes prêt à vous abandonner au triolisme, au mélangisme ou à l’échangisme.
Si vous êtes prêt à vous livrer corps et âme au libertinage.

Le Spa Moon-City se trouve à Pigalle, avec une entrée facilement reconnaissable, et malgré tout discrète.
À l’intérieur, après réception de votre clef de vestiaire, d’une serviette et d’un paréo, vous vous déshabillerez afin de rester complètement nu si vous le souhaitez, ou légèrement couvert.

Vous traverserez le bar où vous pourrez déjà prendre un verre, l’un des trois cocktails compris avec l’entrée.
À noter que les tarifs sont abordables pour un couple : 68 €, mais plus onéreux pour un homme seul lors des soirées mixtes : 128 €. Ce prix élevé permet surtout une sélection, car si l’entrée était moins chère, les mâles avides de sensations fortes envahiraient rapidement le lieu.

Vous arriverez ensuite au Jacuzzi, superbe, entouré de Bouddhas et autres statues asiatiques, et éclairé de manière différente à chaque instant. Les couples se baignent et s’enlacent, sans rien faire d’autre, en raison des règles d’hygiène.
Vous monterez ensuite les escaliers pour arriver aux classiques sauna et hammam, propres, mixtes bien évidemment (fallait-il le préciser ? ndlr) et, en guise de dessert, vous découvrirez les salons coquins.

Le Jacuzzi du Mooncity, un endroit idyllique.

Le Jacuzzi du Mooncity, un endroit idyllique.

Les couples se cherchent, se regardent, s’abordent dans les allées des salons et s’échangent. Après le côté détente et Spa, place aux plaisirs de la chair. Les cris de jouissance féminine retentissent de façon érotique et sensuelle. « Le coin câlin » est composé de petites alcôves où les impudiques peuvent regarder des couples faire l’amour ou, s’ils le souhaitent, participer aux ébats.
Toujours correcte et sociable, jamais virulente, la clientèle du Moon-City  est un exemple de libertinage assumé.

Si vous venez en début de soirée, un délicieux buffet vous sera offert avec des crudités, des plats chauds ou froids, tout y est frais et de très bonne qualité. Un plateau de fromages vous sera également servi. Vous pourrez ainsi vous restaurer au bar sur l’un des canapés et faire ainsi connaissance avec d’autres couples.

J’ai pu moi-même faire la visite de cet endroit si envoûtant en compagnie d’une consœur, Sarah Frivole, du magazine Paris-Frivole.  Elle aussi fut surprise et enchantée par le cadre.
Même si elle et moi étions là uniquement en observateurs assidus et professionnels, nous n’oublierons pas de sitôt le Moon-City.
Le Moon-City  se situe 34, boulevard de Clichy, 75018 Paris, Métro Pigalle.
Plus d’infos sur : www.mooncity.fr

Laurent Amar

Assasin’s Creed 4 Black Flag : Une perle noire signée Ubisoft.

Assasins Creed 4

Assasin’s Creed 4 jaquette PS4

 

 

Hissez haut moussaillons ! Une aventure mythique dans la mer légendaire des Caraïbes vous attend !Vous allez incarner Edward Carnby, le grand-père du héros d’AC III Connor, jeune pirate en quête d’aventures et de rédemption.

Il sera aux prises avec les Templiers, grands méchants de la série depuis l’époque des croisades.
L’histoire commencera à La Havane, où vous croiserez la route d’un riche marchand qui vous attribuera vos premières missions.
Vous embarquerez ensuite sur le navire du pirate Benjamin Hornigold, faisant ainsi vos premières armes dans la piraterie.
Vous vous retrouverez également en plein cœur du conflit qui oppose les Templiers aux Assassins.Ne vous attendez pas à un scénario en béton : les scènes qui se passent dans notre monde contemporain sont réduites au minimum (et c’est tant mieux, ndlr). L’aventure se concentre sur l’époque de la piraterie, au début du XVIIIe siècle.

Les mécanismes de jeu de la série AC désormais bien connus sont de nouveaux mis à l’honneur. Avec trois villes à visiter, Kingston, Nassau (ville pirate et première démocratie du monde) et La Havane.
Comme toujours, un degré de réalisme stupéfiant a été atteint par les développeurs pour donner vie à ces cités.On s’y croirait, il s’agit d’un véritable voyage à remonter le temps. Tout au long de vos aventures, vous serez à la recherche de trésors dissimulés dans des coffres, sous les mers (que vous irez récupérer à l’aide d’une cloche sous-marine) et dans divers lieux cachés et dévoilés grâce à des cartes. Cela afin d’acheter les équipements nécessaires à l’évolution du navire que vous commanderez, le fier et conquérant « Jackdawn ».

L’assassinat des plus grands scélérats de l’époque sera bien évidemment de la partie, esclavagiste, négrier, commandant anglais ou espagnol corrompu, tous y passent. Les croisières aux commandes du Jackdawn ne seront pas en reste, avec une représentation de la mer des Caraïbes qui n’a jamais atteint un tel degré de perfection dans un jeu vidéo.

Edward Carnby

Edward Carnby

Signalons que, lors de ces traversées, vous croiserez des navires anglais, espagnols, ou même des bateaux de légende lors de missions annexes. Mais aussi des ouragans à travers lesquels il faudra naviguer avec dextérité si vous ne voulez pas que votre navire finisse au fond des océans. Le point fort d’AC 4 Black Flag réside bien sûr dans son graphisme extraordinaire, notamment sur PlayStation 4, version testée aujourd’hui par la rédaction de Stars-media. Les îles paradisiaques des Caraïbes sont si fascinantes qu’elles en deviennent presque troublantes.  La végétation luxuriante, les plages de sable fin, eau turquoise… plus besoin de réserver des vacances au Club Med, AC 4 vous fera voyager dans des lieux magnifiques sans bouger de chez vous, aux frais d’Yves Guillemot et de la belle Jade Raymond, respectivement PDG d’UbiSoft et productrice du jeu. Parmi les rares points faibles, l’animation des personnages, correcte sans plus, ainsi que la modélisation des visages.

Cette version PS4 est l’adaptation d’une version des consoles Old Gen et cela se ressent, malgré l’utilisation du tout nouveau moteur maison, l’Anvil Next.Toutefois, ne boudons pas notre plaisir pour des détails techniques. AC 4 vous garantira des heures et des heures de jeu pour un soft qui vous fera voyager dans un autre monde, à une autre époque, celui des pirates des Caraïbes, des chasses aux trésors et du terrifiant Barbe Noire.
Note de la Rédaction : 16/20
Editeur : Ubi Soft
Date de sortie : Déjà dans les bacs
Testé sur PS4

Elodie Gossuin nous parle de son engagement auprès de l’Unicef et de son retour dans « Touche pas à mon poste ».

 

Elodie Gossuin Crédit photo : Crédit photo Ch.Lartige

Elodie Gossuin : Crédit photo Ch.Lartige

 

L’une de nos plus célèbres Miss France, Élodie Gossuin, n’est pas seulement une femme au physique de rêve et une animatrice télé confirmée, elle est aussi une maman de quatre enfants, très engagée dans la cause humanitaire. Suite à la création du site www.fairepart-unicef.fr, pour lequel elle a prêté son image, nous avons voulu en apprendre plus sur les motivations de cet engagement, mais aussi sur son retour aux côtés de Cyril Hanouna dans « Touche pas à mon poste ! ».

Bonjour Élodie Gossuin, quel bilan tirez-vous de votre année en tant que Miss France ?

Bonjour cher Laurent, je dirais que, treize ans après, je vis toujours un véritable conte de fée pleinement lié à mon année de Miss France.
Cela m’a ouvert les portes d’un monde qui me paraissait inaccessible, et surtout, permis d’arrêter de rêver ma vie pour enfin vivre pleinement mes rêves.

Avez-vous gardé contact avec Geneviève de Fontenay ?

Toujours ! Geneviève restera à jamais « ma » Geneviève. C’est l’un des amours de ma vie, elle fait définitivement partie de ma famille. Elle n’est ni ma sœur, ni ma mère, ni ma tante, ni ma meilleure amie, elle est tout cela à la fois.
Je suis fière de continuer à rendre hommage à Geneviève et de lui prouver ma gratitude à chaque fois que j’en ai l’occasion.

Comment vous êtes-vous retrouvée chroniqueuse dans l’émission du moment, « Touche pas à mon poste ! » ?

Pour être honnête, je connais Cyril Hanouna depuis dix ans. Nous avions déjà partagé des aventures télévisuelles sur différentes chaînes. Plus tard, nous avons travaillé ensemble sur la création du pilote de « Touche pas à mon poste ! « , l’émission zéro. Mais j’ai dû mettre entre parenthèses ma carrière d’animatrice télé à la naissance de mes enfants. Cyril m’a toujours dit que j’étais la bienvenue dans l’émission, quand je me sentirais prête. Il est un homme de parole et je suis maintenant de retour dans « Touche pas à mon poste ! », quatre mois après la naissance de mes deux derniers enfants.

Pourquoi avoir choisi de vous engager auprès de l’Unicef ?

J’étais en contact avec plusieurs personnes de l’Unicef depuis un bon moment. Elles avaient le projet de créer un site de « faire-part » pour l’Unicef. Cela donne la possibilité à tous les jeunes parents d’en acheter en ligne, pour accompagner la naissance de leur enfant tout en accomplissant  un acte de générosité.
J’ai décidé d’associer mon image à ce beau projet et c’est important pour moi que le site fonctionne. Je suis maman de quatre enfants, dont deux petites filles. Quand on prend conscience du fléau actuel de l’excision dans certains pays, et des prévisions terribles  (trente millions de fillettes risquent d’être excisées dans les dix prochaines années), ça devient forcément un véritable combat et je suis fière de le mener aux côtés de l’Unicef, comme celui passionné pour le droit fondamental à l’éducation, pour faire des enfants des citoyens du monde, pour que toutes les petites filles comme les deux miennes deviennent, je l’espère, des femmes libres et indépendantes. Ce combat, je le mène aussi pour elles.

Chère Elodie, quel serait votre mot de la fin pour les lecteurs de Stars-media ?

J’aimerais dire que c’est un plaisir pour moi de pouvoir entrer en contact avec vos lecteurs, car je crois que c’est la première fois. Je souhaite aussi à votre magazine d’être au début d’une belle aventure. J’aimerais dire également à vos lecteurs la chose suivante : s’ils ont envie de communiquer avec moi, même sur Twitter, je me ferai un grand plaisir de leur répondre. S’ils souhaitent s’engager auprès de l’Unicef ou  obtenir des informations sur nos actions, je les invite à se rendre sur le site officiel : www.fairepart-unicef.fr
Je vous dis à tous : « À très vite ! »

Propos recueillis par Laurent Amar

Des sourires gagnants à la journée « Enfant star et match » du 17 Mars dernier.

Journée "Enfant star et match" du 17 Mars 2014.

Journée « Enfant star et match » du 17 Mars 2014.

À la journée Enfant Star et Match du 17 mars dernier à Paris, il y avait de jeunes enfants, des stars, des journalistes, des rires, nombreux, et parfois des larmes, mais de joie.
Voir des vedettes du show-business s’offrir avec autant de dévotion, sans rien demander en retour, nous rassurerait presque sur la capacité de notre monde moderne à se mobiliser pour de nobles causes.
Car ce qui importe au final, pour cette association remarquable fondée par Fabrice Ravaux et son épouse Barbara, ce sont les enfants, en l’occurrence les enfants malades.

Ces derniers ont été servis en cette belle journée : matchs de tennis, séances de maquillage par des professionnels, photos avec leurs stars préférées et, pour finir, un cocktail avec bonbons et sodas.Les grands, eux, ont eu également leurs moments de joie.
Le fait de se retrouver entre amis du showbiz autour d’une ribambelle de gamins constitue un plaisir de tous les instants. Pierre Ménès, la marraine de l’association Michèle Laroque, Eléonore Boccara, Patrick Adler, Tatiana-Laurens et Xavier Delarue… je ne pourrais pas tous les citer, ils étaient bien trop nombreux à avoir répondu à l’appel de Fabrice et Barbara.
Nous avons eu droit aussi à notre propre cocktail pour clôturer cette journée sportive et festive, avec du champagne cette fois-ci et des petits fours.Les petits comme les grands, tous ont été gâtés.

Alors un grand bravo à Fabrice et à Barbara Ravaux pour tous ces enfants malades avec leurs moments de joie et leurs crises de rire. Par les temps qui courent, cela fait du bien !
Ils vous donnent tous rendez-vous le 8 juillet prochain à la Pinède de Juan-les-Pins pour l’un des concerts les plus importants de l’année, à surtout ne pas rater pour les enfants, et pour les parents.

Laurent Amar

Rencontre exceptionnelle avec Claudia Cardinale au Festival de Valenciennes.

Claudia Cardinale dans "Il était une fois dans l'ouest"

Claudia Cardinale dans « Il était une fois dans l’ouest »

 

Le choix de Claudia Cardinale comme invitée d’honneur au prestigieux Festival de Valenciennes qui fait la part belle aux fictions et aux documentaires, n’est pas dû au hasard.
Les organisateurs de l’évènement de Valenciennes, qui sollicitent depuis trois ans la sublime actrice Italienne qui n’a jamais reçu de César, ont fait un choix logique.
Les réalisateurs Visconti, Sergio Leone, Verneuil, Fellini, Edwards ou encore Diane Kurys ont dirigé cette comédienne immense aux talents inclassables, dont la joie de vivre et le charme sont toujours aussi envoutants.
Disponible et chaleureuse, comme toujours, elle a bien voulu répondre dans le cadre du festival, à nos questions :

 Bonjour Claudia Cardinale, était-ce très important pour vous d’être présente à Valenciennes ?

Bonjour Laurent,
Oui, absolument ! J’ai été invitée à plusieurs reprises par les organisateurs mais je ne pouvais malheureusement pas venir car je voyage fréquemment.
Cela peut paraitre incroyable, j’ai 75 ans mais je tourne toujours des films.

Dans votre carrière exceptionnelle, quel film retenez-vous le plus ?

C’est une question difficile. Je pense que « Le Guépard » de Visconti et « Huit et demi » de Fellini que j’ai tourné quasiment en même temps ont marqué le début de ma carrière.
Je pense aussi au film « Le Mauvais chemin » avec Jean-Paul Belmondo ou encore « Il était une fois dans l’ouest » de Sergio Leone. J’ai eu la chance de tourner dans de très grands films, considérés souvent à juste titre comme des chefs-d’œuvre.

A stars-media, nous sommes fans de « Il était une fois dans l’ouest », pourriez-vous nous raconter une anecdote de tournage ?

Ce qu’il y avait d’incroyable avec Sergio Leone, c’est que la composition des musiques de Ennio Morricone précédait le démarrage de la production du film. Avant de tourner chaque scène, Sergio nous faisait écouter « notre » musique, afin de mieux ajuster notre jeu. Je n’ai retrouvé cette technique chez aucun autre réalisateur.
D’autre part, nous avions commencé le premier jour de tournage par la scène d’amour avec Henri Fonda. Il n’avait jamais fait ce genre de scènes et sa femme était présente lors du tournage.
Je peux vous dire qu’elle regardait la caméra d’une façon assez méfiante (rires).

Laurent Amar et Claudia Cardinale au Festival de Valenciennes.

Laurent Amar et Claudia Cardinale au Festival de Valenciennes.

Quelle est votre actualité Claudia ?

J’enchaine les voyages et les tournages. J’ai présenté il y quelques jours un film tourné en Autriche, « La montagne silencieuse » de Ernst Gossner. Ce film se déroule dans les années 30 durant le conflit entre l’Italie et l’Autriche.
J’ai également tourné un film en Turquie, un autre à Venise, je tourne sans cesse.

Pour conclure chère Claudia, quel serait votre mot de la fin ?

 J’aimerais citer à vos lecteurs un dicton que je me répétais souvent étant petite : Si je veux, je peux ».

Propos recueillis par Laurent Amar

Stars-media vous présente la jeune journaliste parisienne et mondaine « Sarah Frivole ».

Sarah Frivole

Sarah Frivole
Crédit photo Izabela Savicka Photographies

 

Bonjour Sarah Frivole, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Je suis la fondatrice du web magazine www.paris-frivole.com et j’organise depuis plus d’un an les soirées frivoles. Je célèbre grâce à ces deux activités mon amour pour l’art de vivre parisien : ses lieux branchés, ses personnalités mondaines, ses cocktails chics, ses événements artistiques, la mode… Ma particularité est d’appréhender au travers de mes chroniques la vie amoureuse à Paris, la séduction… Je vais au-delà des apparences. Pour me présenter je dirais que je suis une jeune femme qui aime la vie, qui se réjouit des choses simples de la vie et qui se délecte des rapports humains, de la beauté de Paris et du raffinement.

D’où te vient ce drôle de surnom, es-tu une jeune femme frivole ?

C’est une question très pertinente ! Et bien, je déplore la perte du sens du mot « frivole », beaucoup le lient au libertinage alors que le sens premier est un brin différent. Je crois que la frivolité répond à un besoin d’insouciance, les parisien(ne)s ont besoin de se divertir pour oublier leur quotidien parfois morose. Être frivole, c’est aimer les fêtes, les apparats, les bons dîners, les belles choses, les bonnes choses. C’est aussi prendre la vie du bon côté avec un certain second degré !
Ce pseudonyme est un clin d’oeil, il y a ce que l’on voit de moi et ce que je veux bien montrer, une façade en somme. Oui, une facette de moi est frivole, mais je déteste être stigmatisée, je suis tout et son contraire, une femme caméléon !

Quelle différence fais-tu entre les mondanités et la frivolité ? les deux sont-ils liés ?

Les mondanités sont frivoles par essence. On y va tout apprêtés, nous buvons du champagne, jetons des regards enjôleurs aux uns et aux autres… Il y a un jeu de séduction et tout se déroule dans la joie et la bonne humeur. Il faut néanmoins nuancer car l’univers des mondanités est un réel miroir aux alouettes ! Beaucoup sont dans le paraître, pour ma part, je suis toujours égale à moi-même, je ne joue pas.

Laurent Amar et Sarah Frivolle lors de l'interview au restaurant "Laperouse"

Laurent Amar et Sarah Frivole lors de l’interview au restaurant « Laperouse »

Ton magazine s’adresse t-il en priorité aux femmes ?

Et bien non ! Beaucoup d’hommes lisent mes chroniques sentimentales, cela les aide à comprendre la gente féminine ! Et puis j’y référence les lieux branchés, les personnalités parisiennes à suivre de près, j’y annonce aussi mes événements frivoles ! C’est un web magazine vraiment complet !

De quel évènement ou personnalités vas-tu parler dans les prochains jours ?

Je vais commencer la promotion de mon prochain événement qui aura lieu vendredi 18 avril prochain. Je peux vous révéler un scoop : ce sera très « jet set » ! Pour en savoir davantage, rendez-vous sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/ParisFrivole

Pour conclure chère Sarah, quel serait ton mot de la fin aux lecteurs de stars-media ?

Soyez vous-même, exprimez votre fantaisie et faites en sorte que votre vie soit une fête !

Propos recueillis par Laurent Amar

Ève Angeli se confie à Laurent Amar et lui parle de son prochain album.

 

Eve Angelie

Eve Angelie

 

Bonjour Ève Angeli, est-il vrai que, si vous n’étiez pas devenue chanteuse, vous auriez été hôtesse de l’air ?

Bonjour cher Laurent, absolument (rires), car j’adore pratiquer les langues étrangères et surtout j’aime voyager.

Votre participation à l’émission « Graines de stars » sur M6 a-t-elle constitué le déclencheur de votre carrière de chanteuse ?

Ah oui, complètement ! Suite à ma victoire, mon passage dans l’émission a été multi-diffusé sur M6 dans les clips du matin. Je me suis faite vraiment repérer, artistiquement parlant, grâce à cela.

Quel bilan tirez-vous de votre participation à « La Ferme Célébrités » ?

C’était un parcours plutôt inattendu, car je n’étais pas vraiment parmi les favoris. J’ai été d’ailleurs la première des filles à être sauvée par le public, qui avait voté en masse pour moi dès le début de l’émission. Pour finir, j’ai terminé première des filles de « La ferme… » devant Elodie Gossuin. Ce fut donc très positif en termes de popularité.

Avez-vous gardé des contacts avec vos camarades de La Ferme… ?

Oui, avec Élodie Gossuin que je vois souvent, nous nous envoyons régulièrement des sms et nous sommes restées très proches.
Également avec Vincent Mc Doom, même si je n’ai plus trop de nouvelles de lui.

Le nouvel album d'Eve

Le nouvel album d’Eve

Vous renouvelleriez votre expérience dans la téléréalité si on vous le demandait ?

Si je refaisais une téléréalité maintenant, cela aurait pour moi beaucoup moins d’impact, car je serais noyée dans une multitude de programmes du même genre.
Mais si on me propose un concept vraiment novateur et si ce n’est pas un tournage aussi long que celui de « La Ferme Célébrités », alors pourquoi pas ?

Pourriez-vous nous parler de votre prochain album ?

Avec plaisir ! Il s’intitule « Chaque matin », on peut le commander sur mon site Internet, eveangeli.fr, et vous pouvez même écouter des extraits gratuitement. On trouve aussi les clips des chansons de l’album. C’est un joli site Internet, au service d’un très bel album dans lequel je me suis beaucoup investie.

Justement, quelles sont vos inspirations pour les textes, car vous êtes une grande romantique, il me semble ?

Oui, c’est vrai (rires). J’aime beaucoup les chanteurs de variété française ou italienne. Ils ont souvent des chansons qui parlent d’amour, comme celles de Garou ou de Patrick Fiori.
J’aime les textes romantiques chantés par de belles voix.

Chère Ève, pourriez-vous me dire votre mot de la fin ?

Le printemps arrive, alors, profitez de la vie et des petites fleurs qui poussent !

Propos recueillis par Laurent Amar

La cérémonie des Globes de Cristal a récompensé les talents de la culture tricolore.

Elisa Tovati recevant son Globe de Cristal

Elisa Tovati

 

La 9 ème édition de la Cérémonie des Globes de Cristal, présentée par Valérie Benaim s’est déroulée, ce lundi 10 Mars 2014 en direct du LIDO. Elle a été retransmise en direct sur D17 et a récompensé le meilleur de la culture française.

Stars-media vous dévoile ci-dessous le nom des gagnants.

– Meilleur Film
9 mois ferme d’Albert Dupontel

– Meilleure Actrice
Adèle Exarchopoulos dans « La Vie d’Adèle – Chapitres 1 et 2 »

– Meilleur Acteur
Guillaume Gallienne dans « Les garçons et Guillaume, à table ! »

– Meilleur One Man Show
Gad Elmaleh – « Sans tambour… »

– Meilleure Pièce de Théâtre
Nos Femmes – Théâtre de Paris

– Meilleure Comédie Musicale
D.I.S.C.O

– Meilleur Roman – Essai
La cuisinière d’Himmler de Franz-Olivier Giesbert

– Meilleure Interprète féminine
Ayo – « Ticket to the world »

– Meilleur Interprète masculin
Stromae – « Racine Carrée »

– Meilleur Téléfilm  – Série télévisée
Tunnel

– Meilleure Exposition
Edward Hopper – Grand Palais

– Meilleur Créateur de mode
Isabel Marant

Les Backstreet Boys sont de retour… et pour de bon.

Le nouvel album des Backstreet-Boys.

Le nouvel album des Backstreet Boys.

Huitième album studio du groupe, « In a world like this » célèbre les 20 ans de carrière du boys band le plus vendeur de tous les temps qui collectionne les n°1, les tournées record et a vendu plus de 130 millions de disques dans le monde.
Il est aussi et surtout l’album réunissant les 5 membres originaux avec le retour de Kevin Richardson au sein des Backstreet Boys qu’il avait quitté en 2005.
Sorti l’été dernier aux USA, l’album s’est classé directement #5 du Billboard américain, de même qu’au Canada, aux Pays Bas, en Allemagne et au Japon, renouant avec leurs meilleurs classements depuis 2005.

Dans le cadre des festivités organisées pour le vingtième anniversaire du groupe (qui ont notamment inclus l’inauguration d’une étoile sur la légendaire Walk of Fame d’Hollywood), Nick Carter, Howie Dorough, Brian Littrell, AJ McLean et Kevin Richardson sont à nouveau réunis sur scène pour la première fois depuis 10 ans ! Après avoir joué aux Etats-Unis à guichets fermés, le groupe entame une tournée européenne qui passera par la scène du Zénith de Paris le 18 mars prochain.

Le directeur du Festival2Valenciennes, Jean-Marc Delcambre, nous parle de l’édition 2014.

Jean-Marc Delcambre

Jean-Marc Delcambre

 

Le Festival de cinéma de Valenciennes constitue un événement majeur dans la vie culturelle française. De renommée nationale, voire européenne, il fédère autour de lui les plus grands réalisateurs et comédiens français.
Dès le 17 mars prochain, il entamera sa quatrième édition avec une affiche remarquable, n’ayant rien à envier aux castings habituels d’un certain festival cannois.
Le magazine Stars-media a été sélectionné par les organisateurs pour couvrir l’événement. Nous vous proposons donc l’interview de son directeur et créateur, Jean-Marc Delcambre.

Bonjour Jean-Marc Delcambre, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, je suis le directeur du Festival2Valenciennes. Il fêtera cette année sa quatrième édition et aura lieu du 17 au 23 mars prochains. Il présentera plus de cinquante films en présence de nombreuses personnalités, notamment Agnès Varda et Claudia Cardinale qui en seront les invitées d’honneur.

Quelle est l’origine du festival de Valenciennes ?

Le Festival2cinéma, comme son nom l’indique, est dédié au septième art, c’est le deuxième qui a lieu à Valenciennes. Il fait suite au Festival du film d’action et d’aventures, né en 1990. Après vingt et un ans d’existence, ce dernier a perdu de son aura. J’ai alors décidé d’en prendre les rênes et d’en changer complètement la formule.
Désormais, il fait la part belle aux documentaires, il s’est ouvert au numérique grâce à des animations qui ont lieu chaque année sur la grande place de Valenciennes et qui sont dédiées aux métiers du cinéma. C’est un festival convivial et chaleureux avec une qualité de programmation reconnue par toute la profession.

Comment avez-vous sélectionné des participants aussi prestigieux que Étienne Chatiliez ou encore Catherine Breillat ?

À Valenciennes, nous sélectionnons en priorité les artistes que nous aimons et dont nous apprécions les choix artistiques. Ce sont des personnes que nous avons envie de défendre en faisant connaître leurs œuvres au public. Ainsi, nous avons choisi de mettre Pierre Deladonchamps, comédien dans « L’Inconnu du lac », dans le jury, car nous l’avions trouvé étonnant dans ce rôle. Notre choix a été judicieux puisqu’il vient de remporter le César du « Meilleur espoir masculin ».

Affiche Officielle de l'édition 2014.

Affiche Officielle de l’édition 2014.

À travers le jury, nous voulons vraiment montrer le cinéma dans toute sa diversité, représenter le cinéma d’auteur via des films plus pointus avec des artistes tels que Linh-Dam Pham, Catherine Breillat ou Anne Le Ny, mais aussi un cinéma plus populaire avec des personnalités comme Marianne James, Gilbert Melki ou encore Claire Nadeau.

Quels seront les moments forts de cette prochaine édition du Festival2Valenciennes ?

Tout d’abord, la soirée d’ouverture avec une présentation des documentaires, le lundi 17 mars. La journée du 19 mars sera dédiée au numérique et organisée en partenariat avec la chambre de commerce de Valenciennes, et en soirée, nous  rendrons hommage à l’immense comédienne Claudia Cardinale. Ce sera également l’occasion d’accueillir les membres du jury « Fiction » avec la projection du film de Xavier Dolan, « Tom à la ferme », en présence du comédien Pierre-Yves Cardinal.

Le fait que la ville de Valenciennes n’ait pas le côté « glamour » de Cannes ou de Saint-Tropez a t-il été un obstacle à la renommée du festival ?

Je dirais qu’à Valenciennes, nous n’avons ni la mer ni la montagne, mais un autre atout, une excellente programmation, accompagnée de l’accueil chaleureux, bien connu, des gens du Nord. Nous avons surtout une passion assumée et assurée du cinéma, et croyez-moi… les gens qui viennent au Festival2Valenciennes ont toujours l’envie d’y revenir.

Cher Jean-Marc, quel serait votre mot de la fin pour nos lecteurs ?

Comme le crie haut et fort la jeune fille sur l’affiche officielle, venez au Festival2Valenciennes cette année. Venez partager nos coups de cœur, découvrir d’excellents films qui feront l’actualité artistique des prochaines semaines et surtout, rencontrer ces grands artistes qui nous font tous rêver, et discuter avec eux.

Propos recueillis par Laurent Amar