Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour août 2014

« Le lion rugissant » Massimo Gargia a fêté ses 74 ans à Saint-Tropez.

Massimo et ses convives.

Massimo et ses convives.

 

Chaque année, Massimo Gargia célèbre son anniversaire à Saint-Tropez.

D’ailleurs, cet événement est  devenu une référence pour tous les jet-setters de la Côte d’Azur et les célébrités.
Pour ne pas déroger à la règle, Massimo a donc fêté 74 années d’une vie extraordinaire, en investissant Le Moulin de Ramatuelle, superbe restaurant situé dans les jardins de la pinède près des plages de Pampelonne et qui appartient à l’éminent chef cuisinier Christophe Leroy.

Parmi les invités, nous pouvions bien évidemment compter sur la grande amie de Massimo, l’actrice française Grace de Capitani, et son compagnon Jean-Pierre Jacquin, Frigide Barjot, bientôt en interview sur Stars-media, ou encore l’ex-épouse du milliardaire Donald Trump, Ivana Trump.
L’inénarrable, mais ô combien sympathique, Afida Turner offrait quant à elle la petite touche de téléréalité lors de cette superbe soirée.

Comme toujours, avec une générosité sans égale, Massimo a proposé à ses invités du caviar pour accompagner les délicieux petits fours de l’immense buffet situé dans le jardin du Moulin de Ramatuelle.

Le buffet dans les Jardins du "Moulin de Ramatuelle".

Le buffet dans les Jardins du « Moulin de Ramatuelle ».

« Le lion rugissant » posa devant une nuée de photographes sur un canapé blanc et sous une tête de lion blanche, censée le représenter.

Après cet apéritif royal et convivial, qui aura permis à Orlando (producteur et frère de Dalida ndlr) de côtoyer les autres invités, les convives passèrent à table.

Un délicieux  gâteau d’anniversaire termina le repas. Massimo se mit alors à chanter, s’adressant à Afida Turner, ainsi qu’aux autres femmes de qualité présentes à cette soirée.

Massimo enchanta ses convives par sa flamboyance, de la même façon que pour ses anniversaires précédents.

Nous le remercions d’avoir invité Stars-media une nouvelle fois à couvrir l’événement et même si cela ne devrait pas lui plaire, nous sommes impatients à l’idée de lui souhaiter une joyeuse soixante-quinzième année.

Laurent Amar

The Last of Us Remastered sur PS4 : le jeu vidéo tient là un de ses chefs-d’œuvre !

The Last of Us Remastered sur PS4.

The Last of Us Remastered sur PS4.

L’industrie du jeu vidéo est encore jeune, pourtant les créations des développeurs ont beaucoup évolué avec l’arrivée, en 2005, de la PS3 ou de la Xbox 360.
La raison de cette évolution ? La puissance de ces deux machines permettait de montrer des choses ou de raconter des histoires avec un réalisme impossible à atteindre dans les générations précédentes.
D’ailleurs, chaque génération de console possède son jeu phare, celui qui aura définitivement marqué les joueurs. Et la PS3 ne déroge pas à la règle avec, en 2013, le choc, ou plutôt devrais-je dire le « séisme », The Last of Us.
Lors de la présentation des premières vidéos à l’E3 2012, nous savions déjà que le jeu serait magnifique. Mais nous ignorions qu’il s’agissait d’un véritable chef-d’œuvre.

Au début du XXIe siècle, une pandémie se propage dans le monde entier à cause d’un champignon appelé le « Cordyceps ».
Ceux qui n’en sont pas morts se sont transformés en véritables monstres assoiffés de sang et avides de chair humaine.
L’être humain vit ses dernières heures et tente de survivre coûte que coûte.
Aux États-Unis, où règne dans ce chaos une dictature armée essayant de maintenir l’ordre, un homme qui a perdu sa petite fille, exécutée par un soldat au début de la pandémie, devra escorter une autre jeune fille à travers le territoire afin de la conduire aux Lucioles, groupe armé en lutte contre ce nouveau régime.

Elie – c’est son nom – porte en elle les espoirs d’un vaccin qui pourrait sauver l’humanité de l’extinction totale. Elle est immunisée, après avoir été mordue par un « infecté » trois semaines plus tôt. Elle n’a subi aucune mutation et les Lucioles pensent pouvoir exploiter cette miraculeuse immunité.
Joël, son protecteur, et Elie vont alors vivre un road movie au cours duquel ils croiseront des personnes bienveillantes, et d’autres hélas beaucoup moins.

The Last of Us est bien plus qu’un simple jeu vidéo, il s’agit en fait d’une véritable étude de mœurs, voire une analyse sociologique de ce que pourrait devenir l’humanité en cas de catastrophe à l’échelle planétaire remettant en cause les fondements même de notre société moderne. Joël et Elie ne constituent finalement que des conséquences de cette catastrophe.

Joël et Elie

Joël et Elie

Les personnages que rencontrent nos deux protagonistes au fil de leur voyage nous montrent l’être humain sous bien des aspects, avec des thématiques étonnantes pour un jeu vidéo, comme l’homosexualité, le cannibalisme, la désocialisation et même les premiers émois sexuels d’Elie face à sa meilleure amie Riley, afro-américaine, pour laquelle elle aura des sentiments ambigus.
Pour découvrir cela, il faudra jouer au magnifique, mais trop court, DLC inclus dans le Blu-ray « Left Behind ».
Car la version de The Last of Us que nous traitons aujourd’hui est la « Remastered », spécialement retravaillée pour la puissance de la toute nouvelle Playstation 4.

Celle-ci contient bien sûr le jeu d’origine, mais avec une définition rehaussée en 1080 p et surtout, un « Frame rate » atteignant les 60 images par seconde.
Autant vous dire qu’avec le matériel d’origine, le jeu sur PS4 se révèle absolument sublime et nous donne l’impression d’être devant un film en images de synthèse. Le travail effectué par les équipes de Naugthy Dog est époustouflant de ce point de vue, même si la claque de The Last of Us vient de son scénario bouleversant.

Le degré d’empathie ressenti par le joueur pour Elie et Joël n’a jamais été atteint par d’autres jeux vidéo. Sans vous dévoiler la fin, sachez que vous ne ressortirez pas indemnes de cette magnifique aventure. La mise en  musique se trouve en totale adéquation avec la tristesse, le désespoir, la mélancolie et la nostalgie d’un monde à jamais perdu.

Comment vous dire ? Ne pas jouer à The Last of Us serait une faute pour tout bon gamer qui se respecte, et le refus d’ouvrir une porte qui accède à la partie la plus sombre de l’humanité, qui nous révèle ce dont nous serions capables en cas de cataclysme planétaire et nous fait poser cette question : « Qu’aurais-je fait à la place de Joël à la fin de l’aventure ? »

Un homme peut-il garder son humanité si sa survie ne tient qu’à un fil ? Peut-il garder son humanité si le désespoir est son seul compagnon ? Peut-il garder son humanité dans un monde où règnent la famine et la violence ? Peut-il garder son humanité si l’on menace la vie du seul être cher qui lui reste ? Pour les créateurs de The Last of Us, la réponse est définitivement « non » ! Le pire dans tout cela ? Les grands massacres du XXe siècle nous prouvent que, hélas, ils sont dans le vrai.

Editeur : Sony
Disponibilité : Déjà dans les bacs
Prix  : Environ 50 Euro

Laurent Amar

En vidéo : Grâce de Capitani redonne sa jambe à un jeune accidenté de la route lors d’une soirée caritative à Port Grimaud.

Grâce de Capitani en plein Rock avec le jeune Sam. Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo.

Grâce de Capitani en plein Rock avec le jeune Sam.
Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo.

Tout le monde le sait, Grâce de Capitani est une comédienne au grand cœur.

Très souvent sollicitée pour parrainer des évènements durant son « artistique » vie parisienne, c’est pourtant lors de ses habituelles vacances tropéziennes que l’actrice a répondu présente à l’appel de l’association « Rêves », investie auprès des enfants gravement malades.

En partenariat avec la Cave Nicolas à Grimaud et le bar « Le Canopy » (aux Prairies De La Mer à Port-Grimaud ndlr), une soirée caritative fut donnée le 7 août dernier en présence de Grâce, mais aussi de l’humoriste Eric Blanc et de l’animateur des « Z’amours », Tex. Là se trouvaient également le chef cuisinier Jean-Pierre Jacquin, compagnon de Grâce, le chef et propriétaire du célèbre restaurant parisien « La Manufacture », Jean-Christophe Lebascle, et sa compagne Martine et enfin Jean-Pierre Cassagne, chef cuisinier de la Closerie des Lilas, véritable institution pour tous les gourmets de la capitale.

Capture

De gauche à droite : Laurent Amar, Grâce de Capitani, Jean-Pierre Jacquin et Tex.

Pendant la soirée, où les stars assuraient l’animation et lui donnaient cet aspect si convivial et chaleureux, un évènement tout à fait étonnant se produisit.
Juste avant la tombola animée par Gérard de la Cave Nicolas, destinée à recueillir des fonds pour les enfants, Grâce de Capitani invita un jeune homme ayant perdu sa jambe suite à un terrible accident de moto à danser un rock sur « And the Beat Goes On » des Whispers.

Le public fut comme émerveillé par cette séquence aussi majestueuse qu’insolite.

À Stars-media, nous étions présents à cette soirée très réussie et nous avons le plaisir immense de vous proposer la vidéo de Grâce et de Sam qui, un instant, s’est senti pousser des ailes en compagnie de la belle.

Nous vous souhaitons un bon visionnage.

Laurent Amar

Stars-media vous présente Wilfrid Vidaillet, paysagiste pour des villas prestigieuses.

Wilfrid Vidaillet

Wilfrid Vidaillet

 

Les stars aiment faire appel à de vrais professionnels pour la décoration de leur maison. L’aménagement des jardins ou des abords de la propriété constitue une partie intégrante du prestige de cette dernière.
C’est pour cette raison que nous avons décidé à Stars-media de vous présenter un paysagiste, véritable artiste de la décoration.

Bonjour Wilfrid Vidaillet, pourriez-vous nous dire ce qu’est un paysagiste ?

Bonjour Sabrina et Laurent.
Le travail d’un paysagiste consiste à réaliser des projets de jardins. Mettre en valeur les éléments déjà en place sur un terrain et sublimer les essences qui se trouvent aux abords de la maison, et surtout respecter le cahier des charges.

Comment êtes-vous devenu paysagiste ?

Grâce à ma grand-mère. Elle m’a communiqué la passion de travailler la terre, particulièrement dans un jardin, et d’apprendre à regarder.

Pour quelles raisons fait-on appel à vous ?

Depuis plus de dix ans, les professionnels imaginent, dessinent, conçoivent et réalisent pour vous des espaces agréables à vivre. Aujourd’hui, les jardins sont devenus des pièces de vie à part entière, que les clients souhaitent personnaliser pour en faire des lieux à leur image.

Où pratiquez-vous votre activité ?

Dans la microrégion de Porto-Vecchio, en Corse-du-Sud.

Un paysage de maison.

Un paysage de maison.

Quel est le budget d’un jardin de particulier conçu par un paysagiste ?

Dans la réalisation d’un jardin, chaque projet est unique. C’est pourquoi il est difficile de répondre à cette question. Tout dépend des souhaits de la personne. C’est très variable. Ce n’est pas une question d’argent.

Quels sont vos clients ? Particuliers,  entreprises ? Et dans quelle proportion ?

Nos clients sont des particuliers, pour la plupart propriétaires d’une résidence secondaire. Nous avons également des célébrités, mais nous devons rester discrets.

Quels sont les éléments qui vous inspirent dans l’aménagement d’un jardin ?

L’état d’esprit du client, ses attentes, son rapport à la propriété, s’il a des enfants ou non, son âge, l’orientation du terrain, la proximité de la mer et les éléments présents sur le site.

Pour conclure, quelles sont les tendances 2014 ?

Logo officiel

Logo officiel

Pour moi, ce n’est pas l’année qui fait les tendances.
C’est l’inspiration du moment. Ne pas tomber dans le piège des exemples de magazine. Trouver l’originalité.

Propos recueillis par Sabrina Fraty et Laurent Amar

Cynthia Sardou se livre à Stars-media dans une interview très émouvante.

Cynthia Sardou

Cynthia Sardou
Crédit photo : Patrick Lemay

Cynthia Sardou était une jeune femme comme les autres, qui brillait dans son métier de journaliste et d’attachée de presse.
Mais un terrible évènement, redouté par toutes les femmes, est venu briser son bonheur et assombrir son existence, un viol.
Après des années de tristesse et de colère, Cynthia est désormais heureuse, épanouie dans sa vie sentimentale et familiale.

Elle s’est lancée avec talent dans l’écriture d’un livre bouleversant, « Une vie à reconstruire », véritable témoignage de cette horrible nuit du 25 décembre 1999, où sa vie a basculé dans la tragédie. Mais c’est aussi un formidable message d’espoir pour tous ceux qui ont été victimes de viol, un hymne à la vie pour des personnes meurtries.
Cynthia a accepté, avec sincérité et gentillesse, de répondre à nos questions.

Bonjour Cynthia Sardou, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, tout d’abord, sachez que je suis ravie d’être interviewée sur Stars-media.
Journaliste et correspondante pour la télévision française, j’ai travaillé notamment pour Canal Plus et GLEM (filiale de TF1 ndlr), et dans le monde du spectacle, dans les relations publiques.
Issue d’une famille que vos lecteurs connaissent bien, les Sardou, je suis la fille cadette de Michel, et de Françoise Pettré, Danseuse professionnelle au Châtelet et à l’opéra de Paris.

Pourquoi avoir attendu quinze ans pour raconter à travers votre livre, « Une vie à reconstruire », le viol dont vous avez été la victime ?

J’avais écrit un premier texte sur ce sujet en 2005, »Appelez-moi Li Lou », qui avait suscité beaucoup de réactions.
Ce deuxième ouvrage fut réalisé dans le but d’aider les victimes de ce type d’agression à mieux accepter les épreuves du destin, et surtout, à se sortir plus rapidement du stress post-traumatique.
Ce livre, je l’ai écrit avec mes tripes et mon cœur, pour essayer de trouver et de donner des solutions à ces personnes afin qu’elles s’en sortent plus vite que moi.
Il m’aura fallu plus de dix ans pour me remettre de cette agression, je me suis dit que c’était le moment d’en parler, et ainsi de permettre aux gens de moins souffrir et de se réconcilier avec la vie, en précisant que ce témoignage n’a pas de prétention littéraire ni de prétention médicale…Mais c’est un témoignage qui donne de l’espoir et une vision de la vie tout autre selon mes lecteurs. C’est positif et c’est aussi un travail très personnel sur soi-même que je partage avec le public.

Quels sont les membres de votre famille à vous avoir le plus soutenue après cette douloureuse expérience ?

Tout le monde y a mis du sien. Tous m’ont apporté du réconfort durant cette période très difficile. Ils ont certes réagi chacun à leur façon, mais ils ont été là pour me soutenir et je les remercie tous sans exception.
Je tiens à rendre hommage à mon frère Romain Sardou, écrivain, qui d’ailleurs a rédigé la préface de mon livre, pour son dévouement et sa présence à mes côtés. Je l’admire vraiment beaucoup.
Je remercie également ma chère et grande amie Grâce de Capitani d’avoir écrit l’un de ses poèmes spécialement pour ma personne, publié d’ailleurs dans l’introduction du livre.

"Une vie à reconstruire" , par Cynthia Sardou

« Une vie à reconstruire » , par Cynthia Sardou
Crédit photo : Patrick Lemay

Quel est le principal message que vous adressez aux femmes victimes de viol dans ce livre ?

Le passage essentiel est celui de la réconciliation et de l’espoir. Il faut faire la paix avec soi, et avec les autres, accorder le « pardon » afin d’accepter le présent, pour pouvoir se tourner vers l’avenir.
Le traumatisme en lui-même n’est pas une erreur de programmation initiale, mais plutôt une altération de cette programmation, induite par un scénario auquel personne n’est préparé.
L’agression constitue un traumatisme très difficile à gérer, pour les victimes mais aussi pour leur entourage.

Êtes-vous encore traumatisée par cette terrible expérience ?

Non, je ne le suis plus. Ma vie a beaucoup évolué et je ne perçois plus les choses de la même façon. Je vise l’essentiel sans être trop exigeante. J’appelle cela l’équilibre.
Je n’ai plus cette colère en moi, je ne cherche plus à me venger. Aujourd’hui, je suis en paix avec moi-même et je dirais même que la réconciliation avec la vie, c’est tout simplement d’être heureux, en tous cas d’essayer de l’être, de vivre avec ce traumatisme passé comme quand on vous ampute d’un bras.

Comment voyez-vous l’avenir désormais ?

J’ai plein de projets, dont la promotion de mon livre au Québec car j’y suis résidente.
En outre, je prévois de faire des conférences sur la reconstruction de sa vie après un viol. Donner un chemin à suivre avec mon témoignage et des conseils aux personnes qui en ont le plus besoin.
On m’a également demandé d’être porte-parole d’une association. Je vais y réfléchir et prendre des décisions prochainement. Je rencontre tous les jours des gens extraordinaires et je suis heureuse dans ma vie sentimentale, mon mari étant un bon complice dans ma vie.
Ma vie actuelle est très agréable, et je n’ai pas à me plaindre. Les gens m’encouragent et  j’ai de très bonnes critiques sur le livre. C’est vraiment un bel encouragement pour la suite.

Quel serait votre mot de la fin pour mes lecteurs ?

J’aimerais citer à vos lecteurs ces mots de Jacques Prévert : « Soyez heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple », histoire de prendre la vie du bon côté.

Propos recueillis par Laurent Amar

La créatrice de mode libanaise Amal Azhari a présenté ses deux nouvelles collections au Majestic à Cannes.

Amal Azhari et ses mannequins. Crédit photo : 2014 Xavier Giraud.

Amal Azhari et ses mannequins.
Crédit photo : 2014 Xavier Giraud.

 

L’hôtel Majestic Barrière Cannes ne pouvait s’avérer plus bel écrin pour la démonstration de l’immense talent de la créatrice libanaise Amal Azhari.

En cette belle soirée du 31 juillet, comme pour clôturer en beauté le premier mois des vacances d’été, celle qui, au Liban et dans tous les pays du golfe Persique, constitue une véritable star de la mode, au même titre que Lagerfeld ou Valentino en Occident, a décidé de nous dévoiler sa nouvelle collection.

Amal Azhari est une belle jeune femme qui s’est lancée dans la mode il y a plusieurs années.  Son style, bien évidemment empreint de la tradition vestimentaire orientale, comporte une touche de modernité et de sensualité sortant tout droit d’un conte des « Mille et Une Nuits ».

Cette année, elle a donc choisi l’un des palaces les plus réputés de la Côte d’Azur pour nous présenter ses deux nouvelles collections : « Wind » et « Splash ».
Véritable féerie visuelle, les top-modèles choisis par la créatrice ont enchanté les convives de ce dîner qui a eu lieu au restaurant du Majestic le Fouquet’s, donné spécialement pour l’évènement.

L’hôtel Majestic Barrière Cannes.

L’hôtel Majestic Barrière Cannes.
Crédit photo : 2014 Xavier Giraud.

Le tout arrosé d’un délicieux champagne et composé de mets savoureux.

Les mannequins ont défilé quatre fois lors du repas, et à chacune de leur apparition, personne ne disait mot, personne ne bougeait ou regardait ailleurs, un public tout acquis à la cause d’Amal restait pantois devant ces robes issues d’un autre monde, mélange de tradition orientale et de modernisme estival.

Le défilé avait lieu autour de la piscine du Majestic. Les top-modèles, qui ne voulaient léser personne, s’arrêtaient devant chaque groupe de table. Ainsi, tous les invités ont pu voir de près les nouvelles collections d’Amal Azhari.

Parmi les convives, des clientes de la très haute société libanaise – avec  leurs conjoints – admiratrices des créations d’Amal depuis longtemps n’auraient manqué pour rien au monde la présentation de ces deux nouvelles collections.

Nous voulions féliciter l’organisatrice de ce magnifique diner, Maya Araghi de l’agence « Mayagency », et les deux partenaires de l’évènement : Lucille Fashion Forever Mode Internationale et Réminiscence Bijoux.

Maya Araghi de l'agence Mayagency. Crédit photo : 2014 Xavier Giraud.

Maya Araghi.

Nous tenons également à souligner les égards auxquels ont eu droit les journalistes présents sur place, accueillis en effet comme les invités les plus prestigieux et nous remercions chaleureusement Amal Azhari pour cette soirée inoubliable.

Elle nous a donné envie de voyager dans ces contrées lointaines sentant bon le sable chaud et permis de voir ces femmes sublimées par la culture vestimentaire orientale, mise à l’honneur avec talent, et avec dévotion pour l’art de la mode.

À Stars-media, nous suivrons de très près l’évolution des créations d’Amal Azhari et nous sommes impatients de connaître la suite.

Laurent Amar