Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour novembre 2014

« Des gens intelligents », une pièce de théâtre à déguster sans modération

"Des gens intelligents", au Théâtre de Paris.

« Des gens intelligents », au Théâtre de Paris.

 

S’il y a une pièce de théâtre à ne pas manquer dans la capitale en ce moment, c’est bien « Des gens intelligents », au sublime théâtre de Paris, écrite par le talentueux Marc Fayet.

Tout d’abord, la qualité de jeu chez les comédiens est indéniable.

Nous pensons en particulier à Stéphan Wojtowicz, ainsi qu’à Lisa Martino dont nous sommes fans à Stars-media depuis fort longtemps.

L’histoire se situe à mi-chemin entre « Le Cœur des hommes », le film de Marc Esposito, en mieux écrit, et « Desperate Housewives » en plus subtil.

Trois couples se trouvent au bord de la crise de nerfs. L’un d’entre eux est sur le point de rompre. En effet, David, bel homme charismatique et sûr de lui, annonce à sa femme Chloé – interprétée par Lisa Martino – qu’il souhaite mettre un terme à leur relation. Mais celle-ci ne l’entend pas de cette oreille et fera payer à David cet affront en se montrant suffisamment intelligente et « manipulatrice », dans le bon sens du terme ; elle lui fera regretter cette humiliation.

Les deux autres couples d’amis auront un rôle déterminant dans la suite de l’histoire.

Les mensonges, les tromperies et les faux-semblants, chez les trois couples à la dérive, seront ainsi révélés au grand jour.

Les épouses, elles, ne sont pas en reste. Les trois comédiennes jouent parfaitement leur rôle d’épouses méfiantes et beaucoup moins « cruches » que ces messieurs peuvent l’imaginer. Si nous avons cité Lisa Martino, toujours aussi belle et douée, nous pouvons ajouter les performances de Lysiane Meis et de Marie Piton. Savoureuses, tout simplement.

Nous vous recommandons chaudement d’aller rire sur ces scènes de ménage particulièrement bien pensées et écrites, à découvrir en couple ou en célibataire, et n’en déplaise à M. Éric Zemmour, dans « Des gens intelligents », ce sont les femmes qui s’en tirent le mieux !

Laurent Amar

Rencontre avec le jeune humoriste Haroun, un artiste qui ira loin, très loin !

Haroun

Haroun

 

En allant voir jouer Haroun au théâtre du Proscenium à Paris, je ne m’attendais pas à ce qui allait suivre, surtout de la part d’un jeune humoriste ayant, du moins je le pensais, tout à prouver.

Et pourtant, une salle pliée en deux, un comédien au talent fou dont les textes sont à lectures multiples et avec des clins d’œil amusants à une actualité souvent morose.
Nous prenons d’ores et déjà les paris, Haroun est la future star du one-man-show français. Il rejoindra bientôt les Kev Adams, le Comte de Bouderbala et consorts, cela ne fait aucun doute.
Nous l’avons rencontré après le spectacle.

Bonjour Haroun, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, je m’appelle Haroun et je suis humoriste. Je joue actuellement mon « seul en scène » « Tous Complices » au théâtre du Proscenium, à Paris, dans le 11e.
Issu de la danse et de l’improvisation, j’utilise l’humour avant tout pour faire passer des messages et m’amuser des choses que je veux dénoncer.

Ton spectacle aborde certains faits de société, comme l’affaire Dieudonné. Comment décides-tu de traiter tel ou tel sujet ?

À vrai dire, je ne sais pas vraiment comment se fait le choix. Quand j’ai une idée sur un sujet, j’en cherche le ressort comique. Cela permet d’ouvrir une brèche à la réflexion et au dialogue. À partir du moment où on peut en rire, on peut s’ouvrir au débat.

Quels sont les humoristes actuels qui t’inspirent le plus ? J’ai vu dans ton spectacle un peu de Gad Elmaleh.

"Tous complices", le spectacle de Haroun.

« Tous complices », le spectacle de Haroun.

Les humoristes américains et anglais qui ont un sens du rythme et de l’autodérision hors du commun. D’ailleurs, ils ont  aussi inspiré Gad Elmaleh. On me compare parfois à lui parce que je bouge sur scène et que je n’hésite pas à mimer ce que je décris. Dans le propos, je suis plus inspiré par Coluche, Desproges ou Les Inconnus.

Ton spectacle n’est-il pas finalement le reflet de la France d’aujourd’hui, avec ses doutes et ses angoisses ?

En quelque sorte, puisque je vis dans la France d’aujourd’hui. Ce que je remarque surtout, c’est que les spectateurs me font des retours favorables car ils sont heureux qu’on sollicite leur réflexion. Je pense qu’il existe un besoin et un plaisir à avoir l’impression de ne pas être pris pour un con.

Quels sont tes projets, Haroun ?

Continuer à tourner avec ce spectacle, écrire pour d’autres et pour les médias. J’aime mettre l’humour au service des idées et développer ce potentiel d’auteur comique au service de la communication.

Ton mot de la fin ?

Paupiette ! Pour comprendre ce mot de la fin, il faudra venir… Retrouvez toutes mes infos sur haroun.fr.

Propos recueillis par Laurent Amar

La Maison Mayshad a présenté au Park Hyatt, à Paris, son sac « BFF », pour les femmes modernes et dynamiques.

Michèle Laroque et Nezha Alaoui

Michèle Laroque et Nezha Alaoui

 

Pour son lancement en France, la Maison Mayshad Luxury, créée par la styliste Nezha Alaoui, a présenté son sac « BFF » (Best Friend Forever, NDLR), qui porte d’ailleurs bien son nom.

En effet, à travers cette création, Nezha a voulu mettre à l’honneur le lien qui unit la femme à cet objet particulièrement précieux pour elle, voire indispensable, le sac à main.

Lors de son discours de présentation aux convives, Nezha a souhaité faire passer un message aux femmes qui revendiquent leur indépendance, avec le sac « BFF » comme compagnon de route.

Magnifique ouvrage fait tout de cuir, le sac « BFF » constitue le fer de lance de la marque en France. C’est au palace Park Hyatt, à Paris, qu’a eu lieu la soirée de présentation, avec au programme une pléiade de stars françaises telles que Michèle Laroque, Anne Parillaud, Élisa Tovati, Gabrielle Lazure et bien d’autres encore.

La presse fut bien évidemment présente au rendez-vous et le photocall ne désemplit pas.

Champagne et délicieux petits fours furent proposés à des invités ravis. Notons la présence de la très touchante Charlotte Valandrey, venue découvrir la nouvelle création de Nezha Alaoui.

La soirée fut réussie, les représentants de la Maison Mayshad et Nezha Alaoui semblaient très émus suite à l’accueil du sac « BFF » par le public français.

À Stars-media, nous suivrons avec beaucoup d’attention l’évolution de la Maison Mayshad Luxury et des productions de Nezha.

Laurent Amar

Stars-media vous fait découvrir le restaurant Pasco, à Paris, membre de RestoPartner.

Restaurant Pasco à Paris.

Restaurant Pasco à Paris.

Le métier de la restauration se trouve en crise, notamment à Paris où la fréquentation dans les établissements a baissé de 20 % en moyenne.

Pour faire face à ce problème, les restaurateurs garantissant à leur clientèle une cuisine de qualité, avec des prestations de haute volée sans prix prohibitif, ont décidé de s’associer dans le réseau RestoPartner.
Ce dernier, créé en 2006, regroupe environ une centaine de restaurateurs, liés par la passion du métier et qui se réunissent dès que possible afin de partager leurs découvertes culinaires, ainsi que leurs contacts dans les médias. Ce qui leur permet de s’assurer une publicité, via une relation suivie avec des journalistes ou des bloggeurs, et d’avoir alors un maximum d’actualités sur le Web ou dans la presse écrite.

Un véritable art de vivre propre aux restaurateurs, une sorte de réseau social non virtuel, réservé uniquement aux patrons d’établissements qui ont l’amour du travail bien fait.

Les membres de RestoPartner organisent d’ailleurs quatre fois par an la « Quinzaine gourmande », lors de laquelle ils mettent à l’honneur un mets délicat. En ce moment, c’est la noix de Saint-Jacques.

Le Turbo et son Risotto, une merveille.

Le Turbo et son Risotto, une merveille.

Avec ma consœur Sarah, de Paris Frivole, nous avons été invités par le cofondateur de RestoPartner, Bertrand Lazare, à venir découvrir en sa très agréable compagnie l’un des restaurants du groupe. Il s’agit du « Pasco », dirigé par Pascal Vignes le bien nommé, amoureux de la grande cuisine et surtout grand amateur de vin ; il choisit lui-même les doux nectars proposés aux clients.
Le restaurant se trouve au 74, boulevard de la Tour-Maubourg, à deux pas du métro, il est très facile d’accès en taxi ou même par les transports en commun.

La cuisine se situe entre le restaurant gastronomique et la brasserie. Les plats sont fins, superbement présentés. Mention spéciale à la noix de Saint-Jacques sur un lit de risotto, une splendeur ! Pour ma part, j’ai choisi un turbot, et pour tout vous dire, je ne m’en suis toujours pas remis.
Les mets proposés sont tous représentatifs d’une cuisine provençale de qualité.

Il suffit de regarder les visuels des plats pour s’en convaincre.

Précisons enfin que le restaurant compte parmi ses clients de nombreuses célébrités du show-business, mais aussi de la politique que nous ne citerons pas, nous préférons vous laisser la joie de voir par vous-même, en venant goûter aux plats savoureux de Pascal et de son équipe.

Remercions Bertrand Lazare de RestoPartner pour nous avoir fait découvrir cette communauté de restaurateurs pas comme les autres, et l’un de ses prestigieux membres.

Laurent Amar

 

 

 

 

 

 

Mise sur orbite de clique.tv, avec Mouloud Achour, pour un fascinant tour du monde

Retrouvez Kim Chapiron et Mouloud Achour sur Clique.tv

Retrouvez Kim Chapiron et Mouloud Achour sur Clique.tv

 

Canal OTT a lancé officiellement le site Internet clique.tv où nous pourrons retrouver, entre autres, le facétieux mais néanmoins excellent Mouloud Achour.

Ce site vous proposera des vidéos originales, des reportages, des news, des interviews et toutes sortes d’informations sur les cultures des habitants de notre belle planète.

L’intérêt de clique.tv est justement d’aborder de façon singulière différentes générations dans des pays où se rendront Mouloud Achour et son équipe.

D’ailleurs, cette émission constitue  le programme phare de clique.tv. Il s’agit d’une série de documentaires qui montrent la rencontre entre Mouloud et des autochtones.
Le premier épisode se situe en Turquie. Mouloud nous présente une galerie de personnages hauts en couleur, représentatifs de la société turque.

On y voit la pop star syrienne en exil Omar Souleyman. Entre un passage en prison et un voyage mystérieux avec des créationnistes, Mouloud Achour se retrouve dans l’émission d’Adnan Oktar, personnage énigmatique et controversé, pour une séquence qui évoque aussi bien La Quatrième Dimension que Borat.
Éclats de rire dans la salle de projection lorsque Adnan avoue à Mouloud avoir été la victime d’un kebab à la… cocaïne.

On y croise également Emre Utkucan, recruteur atypique du Galatasaray Football Club, Michelle Demishevich, journaliste transsexuelle et féministe, et beaucoup d’autres figures surprenantes, grâce à Mouloud et à son réalisateur, l’un des grands espoirs du cinéma français, le talentueux Kim Chapiron.

Le metteur en scène de Sheitan ou de La crème de la crème (qui aura révélé la sublime Alice Isaaz, merci Kim, NDLR) a en effet une façon unique de filmer Mouloud lors de ses interviews.
À travers une mise en scène parfaite, de l’imagination et des trouvailles visuelles étonnantes, Kim est le parfait maître d’œuvre de cette entreprise singulière et généreuse.
Filmer les populations d’autres pays, nous permettre de les comprendre et de les connaître, de telles initiatives, humanistes, font du bien, à une époque où nos sociétés occidentales ont trop tendance à se renfermer sur elles-mêmes.

clique.tv donne de l’espoir et Mouloud Achour sait interviewer comme personne. Pour cela, nous souhaitons longue vie à clique.tv, ainsi qu’à toute l’équipe de ce site si original et salvateur en ces temps de crise.

Laurent Amar

Stars-Media.fr avec la présidente de Yahoo, Marissa Meyer.

Marissa Meyer et Laurent Amar

Marissa Meyer et Laurent Amar

 

Voici une photo plutôt flatteuse pour l’équipe de Stars-media.fr

Le rédacteur en chef et co-fondateur du magazine Laurent Amar prend la pose avec Marissa Meyer, qui n’est autre que la présidente de Yahoo.

Les stars du web peuvent être aussi glamour que celle du show-business, Marissa en est la plus jolie des preuves.

Chronique de Laurent Amar : Nabilla et la France de 2014

Nabila Benattia

Nabilla Benattia

« Non mais allô ! » Il suffit de prononcer une phrase aussi stupide pour devenir une star dans la France d’aujourd’hui ? non mais allô, quoi !
Qui est Nabilla Benattia ? Une jeune femme au physique, avouons-le, assez exceptionnel.
Avant tout, elle n’a pas froid aux yeux et elle possède un sens évident de la stratégie marketing.
Élevée en Suisse par une mère d’origine italienne, après l’abandon du père algérien, Nabilla connut  une jeunesse plutôt calme, sage.
Mais vraisemblablement, la mère voulut tirer profit du physique hors normes de sa progéniture et qu’elle devienne mannequin. Nabilla fait alors ses valises pour la Corée du Sud, à l’âge de quatorze ans, afin d’entamer une carrière de top-modèle.

Après divers ennuis avec la justice que nous ne développerons pas, elle tente sa chance dans la téléréalité.
« L’amour est aveugle » sur TF1, « Les Anges de la téléréalité », « Hollywood Girls », « L’Île des vérités ».
En mars 2013, le 6 pour être précis, la carrière de Nabilla prend un  tout autre tournant, celui d’une star dont la renommée dépasse les frontières de l’Hexagone pour atteindre l’ensemble des pays francophones. A-t-elle obtenu un rôle dans un film ayant cartonné au box-office ? Non ! A-t-elle sorti une chanson devenue un tube ? Non ! A-t-elle écrit un livre qui a bouleversé les lecteurs ? C’est encore non ! Mais alors, qu’a-t-elle bien pu faire pour devenir une telle star, adulée par des millions de jeunes fans, et gagnant plus de 4 000 euros à chacune de ses apparitions dans une discothèque ? Elle a juste prononcé une phrase !
Une phrase de rien, avec du vide, car dans la France d’aujourd’hui, il ne faut plus grand- chose pour être célèbre et adulée.
La voici, cette fameuse sortie de Nabilla :
« Allô ! Non, mais allô quoi ! T’es une fille, t’as pas d’shampooing ? Allô, allô ! J’sais pas, vous m’recevez ? T’es une fille, t’as pas d’shampooing ! C’est comme si j’te dis : t’es une fille, t’as pas d’cheveux!  »

Nabila plus sexy que jamais.

Nabilla plus sexy que jamais.

Et voilà, la messe était dite. La vidéo dans laquelle Nabila émet cette phrase indigeste et surtout peu aimable à l’égard des femmes atteintes d’un cancer et soignées par la chimiothérapie sera visionnée plus de dix millions de fois sur les sites de partage de vidéos en ligne. Elle créera le plus gros buzz du Web en France, après l’inénarrable « Casse-toi, pauv’ con ! » de Nicolas Sarkozy.
La phrase en question sera même déposée à l’INPI par la production de l’émission.
Deux ans plus tard, Nabilla est la star française du moment, on se l’arrache, elle est mannequin chez Jean-Paul Gaultier et surtout, apparaît comme chroniqueuse dans « Touche pas à mon poste ! » de Cyril Hanouna.

Que penser de ce parcours atypique, incroyable pour certains, scandaleux pour d’autres ? Rien de spécial. Depuis l’avènement de la téléréalité en 2001 avec « Loft Story », M6, en acceptant de diffuser ce programme, version française du « Big Brother » néerlandais, a ouvert la boîte de Pandore.
La célébrité ne viendra plus du talent, d’actes honorables ou de victoires sportives, mais du voyeurisme ; faire le beauf à la télévision devant d’autres beaufs constituera le principal vecteur d’un succès garanti.

La phrase de Nabilla n’est finalement qu’une autre version de la partie de jambes en l’air de Loana et Jean-Édouard dans une piscine, devant des millions de Français dont beaucoup d’enfants.
La vulgarité et la violence chez les candidats de téléréalité se révèlent bien souvent au menu des shows les plus populaires.
La télévision française est désormais si anodine qu’elle glorifie du jour au lendemain le vide absolu, provoquant ainsi l’abrutissement lent et sournois d’une jeunesse de plus en plus en manque de repères.

Nous avions évoqué dernièrement sur le Huffington Post l’affaire Alicia Durand, qui n’est autre qu’une déclinaison d’un spectacle de téléréalité, avec ses copines filmant l’agression d’une innocente sur leur portable, et produisant ainsi leur propre émission.
Et Nabilla dans tout cela ? Elle continue son show, elle a même battu François Hollande en termes de visibilité sur les chaînes d’information le lendemain de son intervention télévisée, elle est en garde à vue suite à l’agression au couteau de son compagnon. Sacrée Nabilla, plus forte que le président de la République, cela se passe comme ça dans la France de 2014 !

Laurent Amar
Stars-media

Pénétrez dans le monde merveilleux de Pégase et Icare !

Pégase et Icare

Pegase et Icare

Actuellement, se joue au chapiteau Alexis-Gruss, à Paris, dans le 16 e arrondissement, un spectacle extraordinaire et enchanteur : Pégase et Icare.
Il s’agit de numéros équestres et de figures aériennes, effectués par des cavaliers et des danseurs ultra-expérimentés, le tout sur fond de mythologie grecque.

Les cavaliers sont en osmose avec leur monture dans une facilité déconcertante et une beauté du geste captivante.

Le chapiteau Alexis-Gruss constitue d’ailleurs le lieu idéal pour ce genre de spectacle. Petits et grands furent enchantés et le public applaudit à tout rompre les artistes.

Face à Pégase et Icare, on ne s’ennuie jamais. Grâce au rythme, à la mise en scène et surtout à la variété des numéros proposés, l’ensemble accompagné d’un orchestre et d’une ravissante chanteuse interprétant des tubes très bien choisis.

Par exemple, le sublime hit de Tasmin Archer, Sleeping Satellite, ou encore Viva La Vida de Coldplay qui s’accordent parfaitement avec les numéros proposés, qu’ils soient équestres, aériens ou terrestres. Les deux heures trente de spectacle passent beaucoup trop vite, nous sommes littéralement envoûtés.
Mais pourquoi Alexis Gruss est-il le seul à proposer ce genre de spectacle ? Moderne et vif, avec des costumes dignes d’une superproduction hollywoodienne.

Messieurs les directeurs de cirque, prenez donc exemple sur Alexis Gruss et sa troupe, vous ramènerez sans aucun doute le public sous vos chapiteaux!

Précisons également l’élégance des danseurs et des danseuses, dotés d’un physique de jeune premier et de jeune première.
Le spectacle se donne même le luxe de proposer des numéros aquatiques, avec une piscine ambulante amenée sur scène, des danseuses déguisées en sirènes et sur des chansons interprétées en direct.

La féerie de Pégase et Icare.

La féerie de Pegase et Icare.

Grand moment d’émotion au début du spectacle lorsque les cavaliers, debout sur leurs chevaux, déploient de façon si majestueuse le drapeau français, provoquant ainsi des cris de joie et des applaudissements dans la salle.

Nous ne pouvons pas évoquer tout ce que ce spectacle peut offrir, il est d’une telle richesse, seul un déplacement en famille vous permettra de vous en rendre compte.

Nous aimerions également dire un mot sur les tarifs qui sont tout à fait honnêtes ; même les boissons, les crêpes et les sandwichs à l’entracte se révèlent très abordables, surtout le jeudi soir où les organisateurs vous proposent un tarif unique à 25 euros en placement libre.

Nous espérons vous avoir convaincus d’aller voir Pégase et Icare, spectacle signé Alexis Gruss et sa troupe, car croyez-moi, petits ou grands, vous n’en reviendrez pas.

Laurent Amar

Que devient La star de « Premiers Baisers » Magalie Madison ? interview exclusive.

Magalie Madison

Magalie Madison

 

La jeune Magalie Madison a plus d’une corde à son arc. Célèbre dans la France entière, l’interprète d’Annette de la série Premiers Baisers, bien que de retour dans Les Mystères de l’amour, aime tenter de nouvelles expériences.
Nous sommes allés à sa rencontre au Théâtre Pixel, à Paris, où elle interprète, avec Sébastien Desmots, une pièce tout à fait étonnante, 28 heures plus tard, une histoire de zombies qui s’inspire ouvertement de standards du jeu vidéo et du cinéma.

Nous citerons d’ailleurs Resident Evil 1 et The Last of Us comme sources d’inspiration vidéo-ludique ou encore 28 jours plus tard au cinéma.
Charmante et disponible comme à son habitude, Magalie Madison, en compagnie de Sébastien Desmots, a bien voulu répondre à nos questions.

Bonjour Magalie Madison, qu’as-tu fait de beau ces dernières années ?

Bonjour Sabrina et Laurent.
Eh bien, beaucoup de choses, comme les deux derniers films de Claude Berri, Ensemble, c’est tout et L’un reste, l’autre part.
J’ai joué dans le film de François Ozon qui n’est pas encore sorti et qui s’intitule Être femme.
Dans la série Les Mystères de l’amour, j’ai fait quelques apparitions qui ont fait le buzz. Et j’y retourne la semaine prochaine, figurez-vous, car le tournage redémarre.

Pourquoi avoir accepté de reprendre ton personnage d’Annette qui t’a tant collé à la peau ?

Cela m’amuse de retrouver la famille de temps en temps, ponctuellement je précise. Trop souvent, j’aimerais moins.
Annette, c’est bien, mais ce qui me plaît avant tout, c’est de tenter de nouvelles choses.

En quoi est-ce différent de jouer pour le théâtre ou pour la télévision ?

Je dirais dans la manière de jouer, car au théâtre, on répète beaucoup, à la télévision, beaucoup moins.
C’est parfois très court, on a souvent le texte au dernier moment, cela dépend des projets.
Au théâtre en revanche, on a un peu plus de temps. Néanmoins pour la pièce 28 heures plus tard, nous n’avons pu répéter que sept fois avant de commencer à la jouer.

Damien Dufour, Magalie Madison et Sébastien Desmots de la pièce : "28 heures plus tard".

Damien Dufour, Magalie Madison et Sébastien Desmots de la pièce : « 28 heures plus tard ».

C’était un peu juste, mais nous avons réussi à être au point.
De plus, au théâtre, il faut pousser la voix, ce que tu ne dois pas faire au cinéma, car le micro est très proche. Il s’agit simplement de petits détails techniques.

Quels sont les comédiens de la bande « AB Productions » avec lesquels tu as le plus d’affinités ?

François Rocquelin, qui incarnait Ari dans Premiers Baisers, est un ami. Cyril Aubin, qui faisait Johnny dans Le Miel et les Abeilles et dans la série Les Mystères de l’amour.
Je revois de temps en temps Sébastien Roch (« Cri-Cri d’amour », ndlr) et Philippe Vasseur qui interprète José. Enfin, je rencontre parfois Patrick Puydebat, qui joue le personnage de Nicolas.

Sébastien Desmots, comment est né le projet 28 heures plus tard ?

L’origine en est très ancienne. J’étais encore en cours de théâtre, on écrivait déjà à l’époque. On s’était dit, on va écrire une petite scène sur des zombies, car cela nous faisait « triper ».
On a laissé traîner ce projet sur un disque dur, jusqu’au moment où Damien Dufour (l’un des co-auteurs, ndlr) a fait la rencontre de Claire Toucour,  (co-auteur également, ndlr).
Ils ont évoqué le sujet des zombies suite à la scène que nous avions écrite. Une alchimie s’est tout de suite créée entre nous et en quelques mois, nous avons écrit 28 heures plus tard. Nous l’avons jouée pour la première fois au « Dernier Bar avant la Fin du Monde », à Châtelet.

Magalie, quels aspects de ton jeu as-tu particulièrement travaillés pour ton rôle dans 28 heures plus tard ?

J’ai essayé de faire ressortir mon côté « mec ». Elle est dans une situation compliquée de « survivante », elle ne peut pas se permettre d’être conciliante comme le sont les femmes en général.

Magalie, comment es-tu arrivée sur le projet ?

Claire Toucour est une amie.
Elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas faire toutes les dates de sa pièce et m’a demandé si cela m’intéressait de venir jouer en alternance dans 28 heures plus tard.
Je lui ai dit oui avec un grand plaisir. J’avais adoré la pièce, et c’était exactement le rôle que je désirais faire car il se trouve à l’opposé de mon répertoire habituel.
J’adore jouer cette pièce, j’en suis très heureuse.

Magalie Madison dans son célèbre personnage de "Annette".

Magalie Madison dans son célèbre personnage de « Annette ».

Peux-tu retracer les grandes lignes de ton  parcours théâtral ?

J’ai joué dans une pièce intitulée Non-dits, très glauque, qui abordait le sujet du deuil, dans
Projection privée, une pièce de Rémi de Vos.
Actuellement, j’interprète le rôle d’une fée dans un spectacle pour enfants. Je participe à un spectacle musical, Le moral des troupes, sur la Première Guerre mondiale, dans une
ambiance de cabaret, c’est très festif. Nous sommes trois filles et trois garçons avec un pianiste. Nous ne la jouons pas encore à Paris, mais en province.

Pourquoi la pièce 28 heures plus tard est-elle aussi pessimiste, triste finalement ?

Sébastien Desmots : Nous voulions raconter une histoire de gens ordinaires qui vivent des temps extraordinaires, et montrer que la vie ne tient qu’à un fil.

Vous allez rester au Théâtre Pixel ?


Sébastien Desmots :
On ne peut pas se permettre de dépasser une certaine capacité, car nous sommes sur un spectacle qui se fonde essentiellement sur le huis clos.
L’idéal serait d’avoir un théâtre un peu plus grand, un théâtre de 70/90 places.
Vous avez des projets avec la pièce 28 heures plus tard ?
Pour l’instant, on joue au Théâtre Pixel jusqu’à fin décembre tous les mercredis et vendredis à 20 heures.

Chère Magalie, quel serait ton mot de la fin ?

Sortez de chez vous et venez nous voir (rires) !

Propos recueillis par Sabrina Fraty et Laurent Amar

Remerciement à :
Wishing Well Productions
wishingwell.prod@gmail.com

Top départ donné par M6 pour la 9ème édition de La France a un incroyable talent.

De gauche à droite : Alex Goude, Olivier Sitruk, Lorie Pester, Gilbert Rozon, Giuliano Peparini et Louise Ekland Crédit photo : ©PASCALITO/M6

De gauche à droite : Alex Goude, Olivier Sitruk, Lorie Pester, Gilbert Rozon, Giuliano Peparini et Louise Ekland
Crédit photo : ©PASCALITO/M6

Ce Jeudi 06 Novembre, M6 a présenté le nouveau jury pour la 9e édition de La France a un incroyable talent.
Un choix efficace et savoureux avec un panel d’artistes venus de tous les horizons.

Le comédien Olivier Sitruk, le metteur en scène italien de spectacles vivants Giuliano Peparini, Gilbert Rozon, grand pourvoyeur de talents québécois et fondateur de Juste pour rire, et enfin la princesse du jury, la belle Lorie, parfaitement dans son rôle au vu de son expérience de la scène, du chant et de la danse.

L’émission, comme à son habitude, promet d’être dynamique, drôle, avec des candidats qui ne se prennent pas au sérieux mais ravis de participer à ce show désormais célèbre.
À noter l’arrivée de la pétillante Anglo-française Louise Ekland  à  la présentation en compagnie d’Alex Goude.

Les différentes séquences de l’émission montrées à la presse ce matin nous laissent entrevoir une saison sous le signe de l’humour décalé, comme Les Beaux-Frères qui ne manqueront pas de vous étonner par leur numéro  de naturisme un peu particulier.

Mention spéciale également à l’orchestre qui joue une musique celte absolument saisissante, grand moment d’émotion pour le jury, le public et pour nous aussi, les journalistes, présents à la projection.

En bref, la saison 9 de La France a un incroyable talent s’annonce sous les meilleurs auspices, pour le meilleur… et pour le rire !

Laurent Amar

Interview de Anne-Isabelle Tollet, femme engagée pour la défense de Asia Bibi.

Anne-Isabelle Tolet

Anne-Isabelle Tollet

 

Anne-Isabelle Tollet, journaliste française, écrivain, prépare actuellement un roman inspiré de sa relation inattendue avec une femme talibane.

Entre 2008 et 2011, alors correspondante permanente au Pakistan pour France 24, elle alerte la communauté internationale sur le sort d’Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en publiant son témoignage dans « Blasphème », chez Oh ! Éditions, qu’elle cherche à adapter au cinéma.

Lors de la mort d’Oussama ben Laden, le 2 mai 2011, elle a réalisé de nombreux reportages et duplex pour les journaux de France 24, France 2, France 3, i Télé, ainsi que l’émission « Mots croisés » sur France 2.

Anne-Isabelle a également présenté des JT en direct (France 24/ i Télé).

En septembre 2011, elle s’est exprimée à New York au sommet UN Watch, en marge de la grande assemblée générale de l’ONU, pour défendre la cause d’Asia Bibi.

Bonjour Anne-Isabelle Tollet, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

J’ai toujours voulu être grand reporter, mais j’ai commencé à exercer le métier de journaliste en étant propulsée présentatrice sur i Télé en 1999. Très vite, j’ai ressenti l’appel du terrain, je voulais être au cœur de l’actualité, la vivre et la faire vivre. Je suis animée par une volonté farouche de témoigner de la manière la plus neutre. En effet, je ne suis pas une militante mais plutôt une combattante : que ce soit sur les terrains difficiles ou ailleurs, les journalistes ne sont pas toujours les bienvenu(e)s et il faut se battre sans cesse contre la tyrannie de l’opinion et pour le respect de l’autre.

Entre 2008 et 2011, j’ai été correspondante au Pakistan pour la chaîne d’information internationale France 24. Lorsque j’ai appris la condamnation à mort d’Asia Bibi pour avoir bu un verre d’eau, j’ai  couvert cette actualité comme l’ensemble de mes confrères. Je n’ai pas l’âme d’une mère Térésa, mais très vite cette histoire m’a rattrapée : en me rapprochant de la famille d’Asia Bibi il y a quatre ans, je ne pouvais pas rester insensible à cette injustice. Son mari et ses cinq enfants ont toujours reposé leurs espoirs sur moi et parfois je regrette de ne pas être plus influente, je me dis qu’ils ont fait un « mauvais casting ».

Asia Bibi

Asia Bibi

Pourriez-vous nous parler des origines de l’affaire Asia Bibi ?

Asia Bibi a été condamnée à mort pour avoir bu un verre d’eau par 45°. Même la série « Homeland » n’aurait pas osé un tel scénario ! Cette histoire invraisemblable  est pourtant bien réelle : en se servant dans l’eau du puits commun aux femmes musulmanes, Asia Bibi, la chrétienne, s’est vu reprocher d’avoir rendu cette eau impure. Au Pakistan, la loi anti- blasphème jette des milliers d’innocents en prison, sans discrimination religieuse particulière à l’égard des chrétiens. Mais cette disposition législative qui repose uniquement sur le principe de la dénonciation permet  à n’importe qui d’en faire un règlement de comptes privé. Ainsi, dans le cas d’Asia Bibi, une voisine a voulu se venger à la suite d’un problème de mangeoire abîmée par des vaches dont Asia avait la responsabilité. L’accusation de blasphème a été le moyen tout trouvé: il a suffi à la voisine de proclamer dans le village que, lors de sa querelle avec Asia Bibi, cette dernière avait insulté le Prophète.

Que risque cette jeune femme si elle est condamnée ?

Asia Bibi risque tout simplement d’être pendue si nous n’agissons pas. Il lui reste désormais à peine une quinzaine de jours pour présenter un ultime recours devant la Cour suprême – du moins si son dossier est accepté et nous n’avons aucune certitude de ce côté-là. Si elle est déboutée en appel, elle sera pendue immédiatement.

Quel type d’opération avez-vous mis en place pour la soutenir en France ?

Pour la faire sortir du couloir de la mort, le seul moyen réside dans les pressions des plus hautes instances, politiques et morales, de la communauté internationale.

J’ai donc interpellé le président Hollande dans une tribune parue dans « Le Figaro » le 1er novembre pour qu’il fasse le relais auprès de ses homologues à travers le monde. Même si ce n’est que partiellement, le sort de la condamnée est aussi entre ses mains. Je n’ai pas de retour de l’Élysée, bientôt peut-être…

Par ailleurs, j’ai lancé une grande campagne de soutien sur twitter #FreeAsiaBibi : « dire non à la pendaison d’Asia Bibi en buvant symboliquement un verre d’eau ». Je commence à recevoir beaucoup de photos à travers le monde mais ce n’est pas suffisant. L’idée serait de faire une grande fresque, une mosaïque de toutes ces personnes buvant un verre d’eau et de l’afficher sur l’hôtel de ville qui a placé Asia Bibi il y a trois ans sous sa protection symbolique.

Grâce de Capitani soutient Assia Bibi en buvant le verre d'eau "interdit".

Grâce de Capitani soutient Assia Bibi en buvant le verre d’eau « interdit ».

Pour les personnes qui n’ont pas de compte twitter, elles peuvent aussi envoyer leur photo à cette adresse : saveasiabibi@gmail.com

Y a-t-il des personnalités qui vous suivent en soutenant Asia Bibi ?

La philosophe Elisabeth Badinter a dénoncé la condamnation à mort « insupportable » d’Asia Bibi et c’est un grand honneur d’avoir son soutien. Le chanteur Michel Delpech, très affecté par cette affaire depuis la sortie du livre « Blasphème », que j’ai coécrit avec Asia Bibi en 2011, est formidable d’humanité. Il me demande régulièrement de ses nouvelles, son soutien est indéfectible. Toutefois, j’aimerais avoir l’appui d’autres personnalités afin de mobiliser les médias et donc les politiques. Je pense que beaucoup d’artistes souhaiteraient s’engager dans cette cause, mais ils ignorent qu’une femme innocente risque d’être pendue et que leur mobilisation pourrait changer le cours des choses. Depuis que je suis rentrée en France, je suis restée en contact permanent avec la famille, je n’ai pas encore réussi à les faire sortir de cet enfer. Seule, je n’y arriverai pas.

Quel serait votre mot de la fin, Anne-Isabelle ?

Il n’est pas trop tard pour sauver Asia Bibi de la potence. N’attendons pas sa pendaison pour nous indigner… Cela peut sembler fou, mais si tout le monde se prenait en photo avec un verre d’eau, nous pourrions réellement changer le destin de cette femme qui ne mérite évidemment pas de mourir.

Propos recueillis par Laurent Amar

Le Huffington Post publie la chronique de Laurent Amar sur Interstellar.

Interstellar Warner Bros France

Interstellar
Warner Bros France

 

Laurent Amar vient juste d’écrire une tribune sur Interstellar, le dernier film de Christopher Nollan.
Celle-ci est disponible non pas sur le site Stars-media mais sur le Huffington Post, qui avait déjà publié la tribune de Laurent sur l’affaire Alicia Durand.

Voici le lien de la tribune, n’hésitez pas à cliquer dessus pour accéder à l’article de Laurent Amar Interstellar : l’héritage Kubrick.