Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour mai 2015

Cannes 2015 : interview du comédien Fabrice Deville sur la terrasse « Horyou »

Fabrice Deville/crédit photo: Valentina de Gaspari

Fabrice Deville/crédit photo: Valentina de Gaspari

Le Festival de Cannes est l’occasion rêvée d’aller à la rencontre d’artistes talentueux, mais qui ne se trouvent pas forcément sous le feu des projecteurs comme ils le mériteraient.

C’est le cas de Fabrice Deville, au talent digne des plus grands. Afin qu’il évoque sa carrière et son nouveau long métrage, « Secret d’hiver », nous l’avons interviewé sur la terrasse de la fondation Horyou, sous le soleil cannois.

Bonjour Fabrice Deville, quels sont à tes yeux les moments forts de ta carrière d’acteur ?

Bonjour Laurent, il y a eu de belles rencontres, surtout au cinéma. Je pense à Claude Zidi qui m’a donné un très beau rôle dans le film « La Boîte ».
Ainsi que, bien sûr, Jean-Claude Brisseau, avec qui j’ai fait « Choses Secrètes ». Cette expérience m’a permis de découvrir un cinéma « d’auteur » et réalisé à l’ancienne.
Je viens d’ailleurs de tourner un autre film avec Jean-Claude, très innovant,  » Des jeunes femmes disparaissent  » un court métrage de 30 minutes, en 3D.

À la télévision, j’ai eu des rôles plus ou moins marquants mais de belles rencontres avec des réalisateurs talentueux et à l’écoute malgré le peu de temps dont nous disposons pour réaliser un téléfilm, notamment dans le téléfilm « Dalida », réalisé par Joyce Bunuel, dans lequel j’interprétais le rôle d’Eddie Barclay.
Mais j’ai envie de dire que mon plus grand rôle, celui qui marquera définitivement ma carrière, est à venir.

À Stars-media, nous avons beaucoup aimé ton personnage pervers, totalement dénué d’humanité dans le film de Jean-Claude Brisseau, « Choses secrètes ». Comment as-tu abordé un tel rôle ?

C’était très particulier. Ce n’est pas moi qui entrais dans le personnage, mais le personnage qui entrait en moi. Il restera toujours une part de Fabrice, cette petite part d’ombre que l’on a tous. J’essayais de comprendre précisément les désirs de Jean-Claude, je m’en imprégnais en lisant bien le script.
Et il y avait du Fabrice Deville dans l’air pour compléter tout cela, ce fut très enrichissant de travailler avec Jean-Claude.

Abordons ton actualité. Pourquoi es-tu au Festival de Cannes cette année ?

Fabrice Deville dans "Secret d'hiver".

Fabrice Deville dans « Secret d’hiver ».

Pour deux raisons. Le film « Secret d’hiver » réalisé par Vincent Harter avec Charlie Nune, Priscilla Betti et d’autres acteurs très talentueux. Nous avons tourné au Canada, c’était une belle aventure humaine grâce à laquelle j’ai pu faire une vraie rencontre avec Vincent. Le film cherche encore du financement, d’où notre présence et celle des producteurs à Cannes pour le promouvoir, afin qu’il soit monté et distribué dans les meilleures conditions.

L’autre raison, c’est de pouvoir rencontrer les professionnels du cinéma, afin d’échanger des idées qui, peut-être, aboutiront à de vrais projets.

Dans le film « Secret d’hiver », cela t’a fait quel effet d’incarner le père de Priscilla ?

À vrai dire, c’est la première fois que l’on me demande de jouer le père d’une personne presque aussi âgée que moi (rires), mais avec mes cheveux long et gris dans le film, cela passait plutôt bien.

Et puis, finalement, Priscilla et moi avions peu de scènes ensemble, donc cela allait, même si nous étions à la limite du raisonnable (rires).
C’est ma deuxième expérience au Québec, j’avais tourné en 1995 quelques épisodes d’une série qui s’appelait « Les enfants de John ».

Tes projets, Fabrice ?

Depuis mon retour du Canada pour le tournage de « Secret d’hiver », j’ai dû annuler deux projets de séries télé où j’avais un rôle important.
Je suis sur différents projets mais comme rien n’est signé, j’attends un peu avant de t’en parler.
En revanche, l’écriture me tente beaucoup.

Ton mot de la fin pour les lecteurs de Stars-media ?

À tes lecteurs, je dirai qu’il faut toujours avoir une vision claire de ce que l’on veut obtenir. Visualisez ce que vous voulez, ce sera plus facile pour atteindre votre objectif. Osez toujours vous adresser à la bonne personne pour avoir la bonne heure, ne perdez pas de temps avec les autres… Osez demander !

Propos recueillis par Laurent Amar

Maria Sharapova et Rafael Nadal « chic et sport » pour le top départ de Roland-Garros 2015.

Maria Sharapova et Rafael Nadal.

Maria Sharapova et Rafael Nadal.

 

Depuis quelques jours, la terre battue de Roland-Garros accueille les premiers matchs du prestigieux tournoi.

Ainsi, le 21 mai dernier, les plus grands joueurs de tennis mondiaux étaient rassemblés par la Fédération Française de Tennis pour célébrer le début du Tournoi de Roland-Garros, au premier étage de la ‘’Grande Dame’’.

Avant de faire leur entrée dans la compétition, Rafael Nadal, Maria Sharapova, Ana Ivanovic, Kei Nishikori, Simona Halep pour ne citer qu’eux, accompagnés d’anciens joueurs tels que Michael Chang, Boris Becker et Henri Leconte, se sont tous retrouvés lors d’une soirée au cours de laquelle s’est produit en showcase Charlie Winston, pour célébrer ensemble le début de la compétition.

Jusqu’à la fin du tournoi, la tour Eiffel revêt les couleurs de Roland-Garros et se pare de la célèbre balle jaune.

De plus, Maria Sharapova et Rafael Nadal ont symboliquement passé le relai toujours le 21 mai, lors d’une séance photo « so French, so Paris » !

Exceptionnellement réunis au 1er étage de la Tour Eiffel, les deux vainqueurs de l’édition 2014 ont posé avec la Coupe des Mousquetaires et la Coupe Suzanne-Lenglen, pour un  « key shot » résolument chic et sport.

Source: Service presse de Roland Garros

Cannes 2015 : la soirée « Cine Arts by Olibere » et Paris Hilton ont illuminé la Croisette.

Paris Hilton et Alexandre Bodart Pinto

Paris Hilton et Alexandre Bodart Pinto

En interviewant, récemment, le jeune producteur d’évènementiel Alexandre Bodart Pinto au sujet  de « Cine Arts by Olibere », nous savions que nous allions assister à une belle soirée. Cependant, nous ignorions que cette soirée serait un festival à elle toute seule.

Le lieu tout d’abord, le magnifique Salon du Majestic, situé à droite en entrant dans la cour de l’hôtel, avec des tables décorées comme celles des princesses et des rois, avec pour chaque chaise, des parfums Olibere offerts généreusement aux convives.

Les premiers invités arrivèrent et prirent la pose devant le photocall avec les « Criaturas », des mannequins déguisés en personnages tout droit sortis d’un conte de fées.

Puis vinrent les stars de la soirée. Là encore, Alexandre ne nous avait pas menti : la comédienne et danseuse de « Danse avec les stars » Tonya Kinzinger, accompagnée de son complice Maxime Dereymez. Les deux artistes nous ont d’ailleurs offert une danse chorégraphiée, comme pour donner le top départ à la soirée.

Présents également l’actrice américaine Jon Mack, le jet-setter au grand cœur Massimo Gargia, le chanteur John Mamann, la cantatrice Amber Lyne, habillée par le talentueux couturier Denis Durand, aux créations si envoutantes.
La belle Amber nous aura fait don de sa voix d’ange en interprétant des chants lyriques, durant le défilé des mannequins habillés par Denis.
Notons aussi la participation des frères Bogdanoff et du jeune chanteur Grégory Bakian.

Le bouquet final des invités prestigieux fut lancé par Paris Hilton elle-même, qui prit la pose avec Alexandre Bodart Pinto devant un parterre de photographes déchaînés.
À la fin du repas, Bobby Kimball, chanteur du groupe Toto nous offrit un concert privé où il interpréta ses plus grands tubes.

De gauche à droite, Carine Benkaid, les frères Bogdanoff, Alexandre Bodart Pinto et l'artiste peintre Anis Dargaa

De gauche à droite, Carine Benkaid, les frères Bogdanoff, Alexandre Bodart Pinto et l’artiste peintre Anis Dargaa

Le dîner fut lui aussi délicieux, accompagné de grands crus.

Ensuite, eut lieu la vente aux enchères des œuvres offertes par de généreux artistes, dont le peintre et sculpteur Anis Dargaa, compagnon de route d’Alexandre depuis longtemps.
Car ne l’oublions pas, cet évènement hors norme fut tout d’abord organisé au profit de l’association d’Alexandre, « Wheeling Around the World », qui aide les personnes à mobilité réduite à voyager partout dans le monde.
Enfin, notons la présence des deux plus sympathiques cireurs de chaussures de la Croisette, Daniel Vallera et son épouse Astrid.

Stars-media est fier d’avoir été partenaire d’une telle soirée. Les pontes de Chopard peuvent être déçus, ils ont trouvé plus glamour et plus élégant que leur évènement annuel.
Le Festival de Cannes se termine, mais « Cine Arts by Olibere » restera dans les mémoires.

Laurent Amar

Cannes 2015: La vodka « Le Baron Garnier » mise à l’honneur sur la terrasse Smalto

Frédéric Garnier chez Smalto

Frédéric Garnier, créateur de la Vodka « LE BARON GARNIER », chez Smalto

Pas « d’Observatoire » cette année pour la terrasse Smalto, mais ce lieu idéalement placé, face au Palais des Festivals, a eu malgré tout sa part de glamour et de festivités.
Notamment samedi soir, avec un cocktail dédié aux vins et spiritueux de qualité.

Sophie, la représentante de la chaîne de magasins « Vins de Stars », était venue nous faire déguster quelques-uns de ses produits.
Les crus venaient tous de domaines viticoles appartenant à des célébrités, comme Gérard Depardieu ou Francis Ford Coppola ; inutile de vous dire que la dégustation de ces vins pas comme les autres fut très appréciée par les invités.

Se trouvaient là également les représentants d’une vodka dont la bouteille offre un design tout à fait original, « Le Baron Garnier » ; le flacon représente un homme à l’allure fin XIXe, avec haut-de forme et canne noire,  comme chez les gentlemans de l’époque.

Avec un tel dessin, cette nouvelle marque fut à coup sûr l’une des attractions de la terrasse Smalto en ce 68e Festival de Cannes.

Enfin, nous avons pu remarquer chez Smalto la présence de la ravisante Myriam Charleins, comédienne entre autres du film « La Belle et la Bête » de Christophe Gans, avec Léa Seydoux et Vincent Cassel.
Plus d’informations sur www.vodkalebarongarnier.com

Laurent Amar

Cannes 2015: Marie-Olga Charriol offre la montre « Celtica » au comédien Louis-Do de Lencquesaing

Marie-Olga Charriol et Cannes 2015: Marie-Olga Charriol et le comédien Louis-Do de Lencquesaing.

Marie-Olga Charriol et le comédien Louis-Do de Lencquesaing.

C’est à un moment très agréable auquel nous avons eu droit Vendredi midi.
l’ambassadrice de la marque de bijoux et d’horlogerie « Charriol », Marie-Olga Charriol, nous a gentiment invités à déjeuner sur la plage du Carlton, en compagnie de la rédactrice en chef de « Version Femina » et de Eric Bonnet, l’attaché de presse des stars.

Marie-Olga, épouse du fondateur de la marque, devait remettre, à la fin du déjeuner, une magnifique montre à un comédien et réalisateur insolite, mais ô combien talentueux : Louis-Do de Lencquesaing, un ami de la marque, pour qu’il la porte et représente Charriol lors de futures manifestations culturelles.

En tant qu’acteur, Louis-Do s’est fait remarquer en 2009, avec le très bon film « Le père de mes enfants », dont l’histoire s’inspire de celle, tragique, du producteur Humbert Balsan, qui s’est suicidé dans les années 2000. Il fait également partie de ces comédiens que l’on voit régulièrement à la télévision ou au cinéma dans des seconds rôles, que l’on apprécie sans en connaître forcément le nom.

Après un bon déjeuner où Louis-Do nous parla de sa carrière dans le cinéma et le théâtre, arriva le point d’orgue du repas : la remise par Marie-Olga d’une sublime montre Charriol (2 100 euros tout de même, ndlr), le modèle « Celtica ».
Il la portera lors de ses prochaines promotions de films comme pour des interviews et autres séances photos.

On pouvait lire sur le visage de Louis-do toute la joie qu’il avait de recevoir un tel objet des mains de la ravissante Marie-Olga, sur le ponton de la plage du Carlton, sous le beau soleil cannois.

Nous avons tous passé un très bon moment au Carlton avec Eric, Marie-Olga, notre consœur Anne de « Version Femina », le chanceux Louis-Do de Lencquesaing, mais aussi le photographe Jacques Benaroch, qui immortalisa la remise de la montre Charriol à Louis-Do.

Laurent Amar

Plus d’informations sur Charriol en cliquant sur ce lien

Cannes 2015: A la découverte de la Vodka Grey Goose et de son créateur.

 

 

La camionnette Grey Goose

La camionnette Grey Goose

 

C’est la magie du Festival de Cannes !
Quand Grey Goose nous a proposé de faire une dégustation de sa vodka à  l’intérieur d’une caravane bleue – couleur emblématique de la marque – on  s’est dit : « C’était plus sympa avant, avec la terrasse en face du « Grand
Hôtel »… »

Un évènement comme le Festival de Cannes nous aurait suggéré un lieu  plus festif que cette petite boulangerie bleue. Eh bien, que nenni !
Fini le strass et les paillettes, Grey Goose se met à l’heure de  l’authentique et de la dégustation ultra-privée, réservée à quelques  journalistes et blogueurs triés sur le volet, en plein Festival,  sur le port.

C’est Claudio Bedini, ambassadeur Europe de Grey Goose et ami de  Stars-media depuis fort longtemps, qui nous a accueilli en tant que  maître de cérémonie, pour ce rendez-vous pas comme les autres.
À l’intérieur de la boulangerie bleue, deux tabourets, un comptoir, et  Claudio, passionné par cette vodka française devenue star pour tous les  amateurs, qui s’apprêtait à nous la servir avec talent.

Trois vodkas Martini nous attendaient, pour une dégustation hors-norme.  Nous avons bien dit « trois » verres ; vous l’aurez  compris, une autre personne se trouvait là : François Thibaut,  inventeur de la recette Grey Goose. Lorsque nous apprîmes qui était François, l’étonnement fit place à  l’admiration pour ce créateur d’un succès planétaire.

Capture

Claudio Bedini et François Thibaut

François nous a expliqué comment il en était venu à créer en huit mois Grey  Goose, tout en sachant la lourde responsabilité que représentait un tel défi. C’était en 1997.
C’est un homme d’affaires, distributeur de vins et spiritueux, Sidney Frank, qui lui confia cette mission, créer un produit d’exception, avec les meilleurs ingrédients, afin de mettre en avant le savoir-faire français, notamment celui de la région de Cognac.
En effet, six mois plus tôt, François avait créé un cognac, le « Jacques  Cardin », pour ce même M. Frank.

Il nous a également expliqué l’origine de la bouteille Grey Goose, si reconnaissable, avec les oies, le drapeau français, puis les montagnes, pour une boisson aérienne, hors-sol, comme un pont reliant les talents  d’Amérique et de France. Passionnant !

Une chose est sûre : après cette dégustation en plein Festival de Cannes,  nous ne boirons plus jamais la Grey Goose comme avant !
Nous connaissons désormais l’histoire de cette vodka, qui peut nous rendre fiers d’être Français.

Laurent Amar

Interview exclusive: Tatiana-Laurence Delarue, « miss week-end » de Star24.

Tatiana Laurens Delarue sur le plateau flambant neuf de Star24

Tatiana Laurence Delarue sur le plateau flambant neuf de Star24

 

Bonjour Tatiana-Laurence, l’aventure Star24 démarre enfin sur la Freebox. Comment appréhendes-tu cette vie d’animatrice télé et pourrais-tu nous dire quel genre d’émission tu présentes sur cette nouvelle chaîne ?

Hello Laurent, le 9 mai 2015, j’ai présenté le journal du week-end. Du samedi soir au lundi matin, les téléspectateurs pourront visionner le journal toutes les 30 minutes. Je suis très concentrée et appliquée, afin de donner au public de Star24 un week-end d’ ‘informations sur ses stars préférées.

Je prends plaisir à me trouver sur le plateau et au sein de toute l’équipe de la chaîne. Qu’il s’agisse des patrons, des techniciens ou des agents de communication, nous formons une équipe soudée et passionnée, pour offrir les meilleurs divertissements à notre public.

Ton époux, Xavier Delarue, est également animateur sur Star24 ; pas trop difficile de travailler avec son conjoint ?

Nous ne travaillons pas ensemble sur la chaîne. L’émission de Xavier s’intitule « Reporter très spécial ». Il est sur le terrain pour couvrir les évènements d’artistes, tandis que je suis uniquement en plateau pour le journal. Nous ne nous croisons pas dans notre job. Vous pourrez découvrir très prochainement ses émissions pétillantes…

Te considères-tu, avec Laurent Artufel, comme la tête d’affiche de Star24 ?

Laurent Artufel est un professionnel de la télévision, de la radio, depuis quelques années déjà. Actuellement, il se trouve sur les planches, aux Feux de la rampe, dans « Revenir un jour ». Nous nous croisions régulièrement auparavant, mais j’ai réellement découvert ce garçon, lors de notre co-présentation à La Cigale en janvier dernier, pour le gala des Lauriers TV Awards, dont je suis l’ambassadrice.

C’est agréable de travailler avec lui, il a toujours les mots pour vous mettre en avant auprès des médias, et nous partageons surtout le même goût de la vie, ainsi que notre sourire de « clown ». J’ai vraiment une équipe chouette, avec les meilleures conditions pour fournir un travail à la hauteur des attentes de notre public Star24. Chacun a son importance ! J’en ai bien conscience… Car c’est notre union qui permettra le meilleur des rendus à l’écran. S’il manque une pièce au puzzle, notre famille ne donnera pas le meilleur. Je m’y sens bien, c’est ce qui compte sur son lieu de travail, non ?

Quels sont tes espoirs et tes ambitions pour cette nouvelle chaîne dédiée aux célébrités ?

Avant tout, je souhaite faire au mieux mon travail, offrir du plaisir au public de la chaîne et être toujours autant habitée dans quelques années… Après, lorsque l’on est passionnée, la magie de la vie peut vous offrir des surprises.

Ton mot de la fin, chère Tatiana-Laurence ?

Je souhaite embrasser très, très fort tous mes #Tatweetos sur mes réseaux sociaux. Chaque jour, chaque minute, sans compter, je reçois beaucoup de messages touchants et de soutiens. Je ne sais pas toujours comment faire pour les remercier. Ils font partie de mon oxygène et, à mon tour, je leur envoie cette énorme pensée.

Présentatrice du journal télévisé de Star24
Auteur aux éditions Josettes-Lyon
Fondatrice de l’association Rose-Jaune

Propos recueillis par Laurent Amar

Le 10 mai prochain, la onzième édition du Top Model Belgium se déroulera pour la seconde fois au LIDO de Paris.

Top Model Belgium 2015

Top Model Belgium 2015

FAUVE HAUTOT et SATYA OBLETTE auront la lourde tache, en tant que jury, de juger les candidats et candidates de ce nouveau « Top Model Belgium ».

Seront présents à l’évènement : les frères Bogdanoff, le jet-setteur au grand cœur Massimo Gargia, la chanteuse Indra, la star de Loft Story Loana, l’inénarrable Vincent McDoom, le couple vedette de Star24 Tatiana-Laurens et Xavier Delarue, Le Duc d’Orléans, l’animateur et humoriste Tex, le chanteur et poète Francis Lalanne, Bernard Menez, le Prince Jean-Barthelemy Bokassa, la productrice Dominique Cantien, Séréna ds ch’tis, Gaëlle des ch’tis, Karim de «La Belle et ses Princes», mais aussi la célèbre comédienne Grâce de Capitani.

Depuis dix ans, le programme cartonne chez nos amis belges et l’événement attire pas loin de 10 000 spectateurs à chaque édition.

Sourire, élégance et paillettes seront donc au rendez-vous avec plus de 140 participants, toutes catégories confondues. Ceux-ci défileront devant un parterre de stars, de journalistes et de professionnels de la mode pour essayer de conquérir le titre envié de Top Model Belgium 2015.

Alors ne manquez pas les Top Model Belgium 2015, ce lundi 10 MAI au Lido des Champs Élysées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jeune producteur d’évènementiel et militant Alexandre Bodart Pinto nous parle de sa soirée « Cine Arts by Olibere » au Festival de Cannes 2015.

Alexandre Bodard Pinto lors de sa Montée des marches au Palais des Festivals à Cannes

Alexandre Bodard Pinto lors de sa Montée des marches au Palais des Festivals à Cannes

 

Depuis longtemps déjà, Alexandre Bodart Pinto s’est fait un nom dans les soirées jet set, pas seulement en tant qu’invité, mais surtout comme producteur d’évènements prestigieux.

De plus,  avec son association « Wheeling Around the World », il milite pour que les personnes à mobilité réduite aient enfin la possibilité de voyager partout où elles le veulent, avec les mêmes facilités que pour une personne valide. En vue de sa soirée très VIP lors du prochain Festival de Cannes, nous avons décidé de vous présenter ce jeune producteur dynamique et créatif.

Bonjour Alexandre Bodart Pinto, pourrais-tu te présenter aux lecteurs de Stars-media qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, après avoir créé et revendu une discothèque en région bruxelloise, j’ai lancé VIP BELGIUM, mon agence d’événements.
Depuis sept ans,  j’organise des évènements à Cannes au festival du film dans les lieux les plus prestigieux.
Parallèlement à cela, il y a deux ans, j’ai créé une association, « Wheeling Around the World », dont le parrain est Nikos Aliagas, et dont le but est d’aider les personnes à mobilité réduite à se déplacer et à voyager.

J’ai eu moi-même un accident de moto à l’âge de seize ans, je suis donc directement concerné par le sujet.
Malgré cet accident, j’ai beaucoup voyagé et je me suis rendu compte des difficultés que peut rencontrer une personne handicapée pour se déplacer.
L’idée de l’association est donc d’aider ces personnes, celles en chaise roulante, mais aussi celles à mobilité réduite, comme les personnes âgées et les femmes enceintes, à voyager plus facilement.

    Pourquoi avoir décidé de devenir producteur d’évènementiel après ton accident de moto ?

C’est une bonne question ! Après mon accident, j’ai suivi des études de marketing depuis l’hôpital durant un an et demi. J’ai toujours aimé faire la fête et je me suis vite rendu compte qu’il n’y avait guère d’opportunités d’aller dans de belles soirées étudiantes. Je me suis dit : « Pourquoi ne pas les organiser moi-même ? » et j’ai ainsi créé ma première soirée. De fil en aiguille, je suis arrivé à la production d’évènements. Cela m’a beaucoup plu, et au-delà des soirées étudiantes en club, je me suis orienté vers des soirées haut de gamme, notamment avec des célébrités.

Pour toi, d’origine belge, que représente le Festival de Cannes ?

La fondation d'Alexandre "Wheeling Around The World"

La fondation d’Alexandre « Wheeling Around The World »

Je précise, Laurent, que je suis né au Portugal, seule ma mère est belge. Cela dit, pour la Belgique, le Festival est une belle vitrine, surtout pour la production cinématographique belge qui depuis quelques années a le vent en poupe. Un bon nombre de nos réalisateurs sont réputés dans le monde pour la qualité de leur travail, les frères Dardenne et Jaco Van Dormael, par exemple, et dans un registre différent, des icônes telles que Jean-Claude Van Damme.

Que l’on soit belge ou non, le Festival de Cannes fait rêver : l’accès aux paillettes, mais surtout aux stars, tout en restant dans un environnement assez fermé. Pour ma part, j’irai au Festival de Cannes en tant que professionnel. Pendant cette période, il est très difficile d’organiser des évènements à Cannes ; quand on y arrive, c’est évidemment une grande satisfaction.

  Justement, pourrais-tu nous parler de ta prestigieuse soirée cannoise du 18 mai ?

J’aime changer de thème ou de lieu. Cette année, j’ai choisi « Ciné Arts by Olibere », comme pour dire que le cinéma, le septième art, s’avère une déclinaison des six premiers.
Nous avons élargi la chose en ajoutant d’autres formes d’art, telles que la mode ou la photographie. L’idée est vraiment de réunir un panel d’artistes et de mettre en avant leur travail, afin de permettre aux spectateurs de profiter, tout en dînant, d’une belle soirée artistique avec des animations. Tonya Kinzinger et Maxime Dereymez viendront d’ailleurs faire un show de danse et Denis Durand s’occupera de la partie mode avec un défilé haute couture.

Affiche officiel de la soirée "CINE ARTS BY OLIBERE"

Affiche officielle de la soirée « CINE ARTS BY OLIBERE »

Pour la partie musicale, nous aurons entre autre Typh Barrow en piano voix, c’est une artiste montante que j’apprécie beaucoup. D’autres artistes réputés seront présents, comme la Monégasque artiste peintre et sculpteure Anna Chromý, Anis Dargaa et son célèbre Elephantasme, ou encore Mr One Teas réputé pour ses talents de street art. On a vraiment voulu faire une soirée variée qui plaise à tout le monde.

Ce sera également l’occasion d’officialiser le lancement de la marque de parfums Olibere Paris, ayant pour thèmes créatifs le cinéma et le voyage. Et pour couronner le tout, une vente aux enchères sera organisée au profit de Wheeling Around the World.

D’autres célébrités seront-elles présentes à ta soirée ?

Tu sais comme moi, Laurent, que, en plein Festival de Cannes, certaines stars se confirment en dernière minute, et d’autres prévues depuis plus longtemps ne seront pas là.
Je peux quand même, en exclusivité, te donner des noms que nous espérons accueillir: Jane Seymour, Lucie Lucas, des comédiens des « Feux de l’amour ». J’espère aussi pouvoir accueillir celui avec qui j’ai déjà collaboré plusieurs fois, Jean-Claude Van Damme…
Cependant, même si tous feront leur possible pour m’honorer de leur présence, il demeure cette petite part de surprises, parfois positives, parfois négatives, mais il y a toujours eu des célébrités dans les soirées que j’organise.

 Parle-nous de tes projets après le Festival ?

OLIBERE Paris.

OLIBERE Paris.

Je compte me consacrer de plus en plus à ma fondation, il reste de nombreuses choses à faire, notamment le portail dédié aux personnes à mobilité réduite, une sorte de TripAdvisor. Nous mettons d’ailleurs en place pour ce projet un système de financement participatif (crowdfunding, ndlr). Un deuxième événement est prévu en Belgique dans les prochains mois, la date n’est pas encore arrêtée.

J’ai d’autres projets qui ne concernent pas que l’événementiel. Nous sommes en train de créer un produit de luxe avec mes associés. Enfin, je sors une autobiographie qui m’a été commandée par Prisma l’an passé et que je viens de finir ; elle sortira  le 3 octobre, je devrai donc en assurer la promotion. Voilà, cela fait beaucoup de choses, dans tous les sens, mais c’est réellement passionnant.

   Ton mot de la fin pour mes lecteurs ?

J’aimerais dire à tes lecteurs que c’est toujours un grand plaisir de les retrouver à Cannes, pour ceux qui auront la chance d’y être. J’espère que nous aurons l’occasion de parler ensemble des stars ou des paillettes et bien sûr, de boire une petite coupe à la santé du Festival de Cannes ! N’hésitez pas à consulter le site: www.galacinearts.com

Propos recueillis par Laurent Amar