Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour mai 2016

La « Fashion Glam Couture » de Cannes a illuminé La Croisette

A la Fashion Glam Couture de Cannes

A la Fashion Glam Couture de Cannes Crédit photo: Francesco Bonanno.

Après la « Fashion Glam Couture » d’Annecy et celle de New-York, Myriam Larriere, productrice d’évènementiel spécialisée dans la mode, a donc pris ses quartiers à Cannes, pour le 69 e Festival du film.
Dans le sublime hôtel du Majestic, elle a organisé un défilé de mode avec des créateurs et des mannequins faisant honneur aux stars cannoises.

C’est le 22 mai, dernier jour du Festival, qu’eut lieu le défilé « Fashion Glam Couture de Cannes ».
Au programme de ce show, des designers de tous horizons ont présenté, pour le plus grand bonheur de certains privilégiés, des robes longues ou courtes, de soirée ou de ville, mais aussi des bijoux, d’une élégance rare.

Nous pensons notamment au créateur libanais Bassam Alcherif ou encore à La Rena qui a défilé en compagnie de sa fille, fière et heureuse de porter l’une des créations de sa maman.
Les bijoux, étonnants d’originalité, représentés par Daisy Ingels apportèrent une touche d’exotisme bienvenue. Frédéric Duverneuil était aussi de la partie, ses réalisations ne sont pas passées inaperçues, loin de là.

L’intermède musical fut assuré par la chanteuse Aurélia Khazan, célèbre en Inde, et qui se fait peu à peu connaître en France grâce à sa voix de velours, accompagnant merveilleusement les créations des designers.
La star du petit écran, Grichka Bogdanoff, avait l’air ravi de voir défiler ces jolis mannequins en robe du soir, sur le tapis rouge fabriqué spécialement pour l’occasion.
Notons également la présence de la belle Angela Donava, dont la montée des marches en compagnie du footballeur Hatem Ben Arfa a fait le buzz dans les médias.

De gauche à droite: M. le Maire de La Colle sur Loup, Myriam Charleins, Julie Roblet, Virginie Roux et Aurelia Kazan

De gauche à droite: M. le Maire de La Colle sur Loup, Myriam Charleins, Julie Roblet, Virginie Roux et Aurelia Khazan. Crédit photo: Marion Roudil

Virginie Roux, directrice des parfums « Au Pays de la Fleur d’Oranger », était venue exposer ses nouveautés, des eaux de toilette aux senteurs provençales, particulièrement « Poudre de Liberté » et « Liberté Bohème », deux fragrances exquises.

D’ailleurs, la semaine passée, la marque nous invita à La Colle-sur- Loup pour sa fête des fleurs, toujours en compagnie d’Aurélia Khazan, mais aussi de Myriam Charleins, l’actrice du film « La Belle et la Bête ». Virginie en a profité pour présenter l’égérie de sa marque de parfum, un joli mannequin aux cheveux blonds, Julie Roblet.

M. le Maire nous a accueillis chaleureusement ; ce fut une belle journée aux senteurs délicieuses. La célèbre star franco-marocaine Loubna Abidar se vit même offrir un parfum « Poudre de Liberté », « liberté », un nom qui s’accorde bien avec la philosophie de l’héroïne du film « Much Loved ». Myriam Larriere nous a donc conviés à de très beaux évènements, la « Fashion Glam Couture », la fête des fleurs à La Colle-sur- Loup, ainsi qu’à des soirées très VIP à la sublime villa Les Roses à Mougins.

Nous sommes déjà emplis de jolis souvenirs du 69 e Festival de Cannes.

Laurent Amar

À Cannes, le jet-setter Valentin de Vecsey a présenté une bouteille de vodka à 250 000 euros

Valentin de Vescey et l'actrice Fiona Gélin

Valentin de Vescey et l’actrice Fiona Gélin

« Quand on aime, on ne compte pas. » Le jet-setter franco-hongrois Valentin de Vecsey, fondateur de la marque de vodka « Olaxkaya », a dû se rappeler ce vieil adage, en créant un flacon d’exception destiné à contenir sa boisson fétiche.

Imaginez une bouteille entièrement redessinée par l’un des plus brillants joailliers de France, Christophe Lemaître, proche collaborateur de Bulgari et de Karl Lagerfeld, et formé par César. L’écrin en question vaut 250 000 euros. Une création intemporelle qui, comme la vodka, peut plaire autant aux hommes qu’aux femmes.

Cette série de flacons d’exception sera réalisée à la demande de clients fortunés, une bouteille customisée et fabriquée sur mesure, avec le style de Bulgari et de Cartier.

« Avoir, c’est bien ; le faire savoir, c’est bien aussi », rien de tel que le Festival de Cannes pour exposer ce produit hors norme. Et c’est lors de la soirée Jackson à la villa Oxygène, sur les hauteurs de Vallauris, que cette bouteille fut dévoilée aux invités VIP et à la presse. Autant vous dire que l’objet, à l’abri dans une vitrine en verre blindée, fut mitraillé par les flashs des photographes, professionnels ou amateurs.

La bouteille Olaxkaya à 250 000 Euro

La bouteille Olaxkaya à 250 000 Euro

Les stars étaient présentes pour célébrer l’arrivée de ce flacon prestigieux : le chanteur Francky Vincent, Eryl Prayer, Opus, Leee John, leader du groupe Imagination, Mc Jabbar et DJ Galleon, auteur du remix de « I Will Survive », joué lors de la soirée. Enfin, la célèbre actrice Fiona Gélin, grande amie de Valentin, fut également présente.

Stars-media a pu ainsi participer à l’un des évènements marquants du 69 e Festival de Cannes.

Nous remercions chaleureusement Valentin de Vecsey, qui n’a pas fini de nous étonner, et sa marque de vodka « Olaxkaya », de nous enivrer.

Laurent Amar

Le château de la Messardière attribue son prix littéraire à Nathalie Rheims, lauréate 2016

La lauréate 2016, Nathalie Rheims, et le président du jury Jean-Marie Rouart de l’Académie française.

La lauréate 2016, Nathalie Rheims, et le président du jury Jean-Marie Rouart de l’Académie française.

Lancée en 2011 par Alexandre Durand-Viel, Directeur Général du sublime Château de la Messardière, « le Prix Messardière – Roman de l’Eté » réunit les ouvrages de plus de trente maisons d’édition.

L’originalité de ce prix, véritable week-end littéraire au cœur du printemps, réside dans l’échange entre les trois finalistes, les membres du jury et un public de plus de 150 personnes avant l’annonce du lauréat.

Cette année encore, les auteurs se sont présentés face au public. Un débat fut orchestré par le président du jury 2016, Jean-Marie Rouart de l’Académie française, sur le thème de «Biographie et biopic : la biographie va-t-elle supplanter le roman ? ».

C’est donc le samedi 21 mai vers 18h00 que fut donné par Jean-Marie Rouart le nom de la lauréate 2016, Nathalie Rheims, pour son roman autobiographique Place Colette aux Editions Léo Scheer.

Un roman édité l’été dernier, presque un an plus tôt en août 2015, soulignant ainsi l’intemporalité de la littérature.

La lauréate pouvait alors remercier chaleureusement le président du jury 2016 pour ce premier prix littéraire reçu après 17 romans publiés et en évoquant avec beaucoup d’émotion et de pudeur les liens qui l’unissaient de longue date avec sa famille.

Source: Service presse du Château de La Messardière

Cannes 2016 : à la rencontre de l’actrice chinoise Wang Zhi

La montée des marches de Wang Zhi en compagnie de l'équipe du film

La montée des marches de Wang Zhi en compagnie de l’équipe du film

Depuis plusieurs années, le cinéma chinois est très présent au Festival de Cannes. Non seulement avec une production de qualité, largement équivalente à celle du cinéma occidental, mais aussi avec des comédiens beaux et talentueux.

Cette année, nous avons pu rencontrer l’équipe du film « Crime Fiction » de Tingbo Guo, notamment la sublime actrice Wang Zhi, artiste complète, car en plus de son talent de comédienne, elle maîtrise parfaitement les arts martiaux, une nécessité pour ce film d’action asiatique survolté, en cours de pré-production.
Notons également la présence, aux côtés de Wang Zhi , du comédien Liu Xiangjing .

La jolie comédienne chinoise a bien voulu nous accorder quelques minutes, entre deux séances photos.

Bonjour Wang Zhi, vous êtes très connue en Chine, mais pas encore en France, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs ?

Wang Zhi 2

Wang Zhi

Bonjour Laurent. Dans mon pays, je suis connue pour mes films d’action.
Je suis ici pour dévoiler un nouveau projet, très ambitieux pour le cinéma et la télévision chinoise, « Crime Fiction ». Ce fut un immense honneur de monter les marches, à Cannes.

Nous sommes un peu les ambassadeurs du savoir-faire chinois en matière de films d’action. Par ailleurs, je pratique les arts martiaux, c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai la chance de participer à ce nouveau long métrage.

Est-ce important pour vous, pour votre carrière de comédienne d’être présente au Festival de Cannes ?

Absolument, Laurent. Le Festival est une formidable occasion de présenter dans le monde, et notamment la Chine, où il est très suivi, un projet de film et ainsi de montrer de nouveaux talents chinois.
C’est aussi l’opportunité de rencontrer des professionnels du cinéma venant du monde entier, afin qu’ils puissent me découvrir. À Cannes, j’ai l’impression d’être une actrice internationale, pas seulement chinoise, c’est très important pour moi.

Propos recueillis par Laurent Amar

Oscar Sisto se livre à Stars-media lors du Festival de Cannes

 

Oscar Sisto et sa troupe de comédien à Cannes

Oscar Sisto et sa troupe de comédiens à Cannes

Dans le superbe hôtel Majestic de Cannes, face au Palais des festivals, nous avons fait la connaissance d’un des plus brillants professeurs d’art dramatique, Oscar Sisto.
Ce dernier était accompagné d’une troupe formidable de jeunes comédiens auxquels il a fait interpréter des scènes marquantes.

C’est lors d’une présentation à la presse que nous avons pu rencontrer le créateur de la célèbre « Académie Sisto ».

 Bonjour Oscar Sisto, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui, peut-être, ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent Amar. Oscar Sisto, né en Argentine et arrivé en France à l’âge de 21 ans.
Ma vie artistique a commencé sur mon continent d’origine. En effet, j’ai suivi des cours d’art dramatique à New York.

La création de « l’Académie Sisto », en 1998, constitue une étape très importante dans votre carrière ?

Absolument, Laurent. J’ai toujours voulu transmettre ma passion à d’autres, car je suis issu d’une culture où c’est très important.

Quels sont les souvenirs, Oscar, de votre passage à la Star Academy ?

Que de bons souvenirs, ce fut une aventure extraordinaire ! Coacher tous ces jeunes, si talentueux, si différents, m’a rendu très heureux. Ils avaient parfois du mal à trouver leur propre style, car nous leur faisions souvent chanter des tubes interprétés par des stars mondiales. Cependant, découvrir Beyoncé, Madonna, Liza Minnelli ou encore Ray Charles fut une chance pour eux… comme pour moi.

 Qu’êtes-vous venu faire de beau au Festival de Cannes ?

Je viens depuis longtemps au Festival de Cannes, j’ai même animé une soirée au Majestic l’an dernier.
Cette année, j’ai fait venir un groupe de jeunes comédiens qui travaillent avec moi dans un cycle de cinéma.
Nous avons tourné ensemble, durant deux semaines et après six mois de répétitions, des scènes cultes du cinéma. La plupart de ces films ont été projetés, voire primés à Cannes et nous avons eu le plaisir de montrer ces scènes réinterprétées par mes comédiens, ici, au Majestic.

Comment s’est fait le choix des films et des scènes ?

Je voulais savoir ce qu’un comédien était capable de faire à 20 ans et s’il pouvait jouer des scènes qu’on ne lui proposerait que plus tard, dans le cadre d’une formation professionnelle.
Mon choix s’est donc fait en fonction de la personnalité de mes comédiens et de leur niveau.
Nous avons énormément répété et je pense que le résultat est là.

 Concernant « Basic Instinct », comment formeriez-vous une jeune actrice à l’interprétation d’un rôle aussi sulfureux que celui de Catherine Tramell, joué par Sharon Stones ?

Ce qui est intéressant pour une jeune comédienne dans ce type de rôle, c’est l’aspect manipulateur, meurtrier, viscéral du personnage. Quant à l’érotisme du rôle, si le réalisateur est bienveillant, sans idée malsaine derrière la tête, on peut parfaitement jouer une scène d’amour, c’est de l’art, rien d’autre.
Je vais vous raconter une anecdote. Un jour, on a demandé à un comédien de se déshabiller pour une scène de sexe, il a exigé que toute l’équipe de tournage se déshabille, sinon il ne la ferait pas. Tout le monde s’est déshabillé, et la scène a pu être tournée.

Votre mot de la fin, cher Oscar ?

Les gens s’intéressent au Festival de Cannes, lisent les articles, regardent les photos des stars sur le tapis rouge, tout cela est une bonne chose, mais, même à notre niveau, cela reste un grand investissement, économique et humain. Derrière les strass et les paillettes, les smokings, il y a eu six mois de travail et d’investissement personnel et financier. Vos lecteurs doivent le savoir.

Propos recueillis par Laurent Amar

Stars-media a interviewé le célèbre mannequin Tanya Drouginska

Tanya Drouginska

Tanya Drouginska Crédit Photo : Guillaume Malheiro

Bonjour Tanya Drouginska, pourriez­-vous vous présenter aux lecteurs de stars-­media qui, peut être, ne vous connaissent pas encore ?

Laurent Amar,merci de m’accueillir sur la planète Stars-media.
En effet, vos lecteurs peuvent me connaitre par mon image de mannequin, plus que par mon nom, pour m’avoir vue dans des magazines de mode et à travers diverses campagnes publicitaires.

J’ai également des activités plus artistiques à travers la comédie et plus récemment la chanson, puisque je viens de sortir mon album « La Mariée », avec des textes écrits par Jean­-Michel Berriat et des musiques composées par Eric Melville. On peut trouver cet album sur les principales plateformes de téléchargement légales.

Vous êtes une artiste complète, Top modèle, comédienne et chanteuse, mais vers ou va votre préférence ?

Je pense qu’il y a une synergie entre mes activités.Le fait d’être parvenue à m’imposer en tant que top modèle,m’a permis d’aborder les autres disciplines.
En France tout étant cloisonné,je n’ai pas encore pu faire une vraie carrière de comédienne,faute de rôles intéressants. J’espère en chantant renforcer ma visibilité et peut­-être ainsi donner des idées à des réalisateurs. Chanter me permettra justement des choix personnels en rapport avec mon potentiel émotionnel, c’est aussi un challenge exaltant que la battante que je suis n’envisage pas de perdre.

Pensez-­vous être l’ambassadrice d’une « certaine » catégorie de femmes, peut être moins représentées dans les médias ?

Tanya Drouginska

Cliquez sur l’image pour visionner la bande démo de Tanya

Je pense surtout être l’ambassadrice de l’intemporalité dont j’ai fait mon cheval de bataille, étant contre le terme « senior » que je considère comme la « casse » pour les voitures.

La société évolue, l’âge chronologique et l’âge biologique ne coïncident pas toujours,je suis donc l’ambassadrice de toutes les femmes qui comme moi ont des projets, se lancent des challenges,continuent de séduire et espèrent démontrer qu’on peut aller jusqu’au bout sans jamais avoir été « vieilles »…

Quel souvenir gardez-­vous de la compagne Dior, dont vous étiez l’égérie ?

J’ai en effet été l’égérie du sac « Lady Dior » à travers l’exposition mondiale « Lady Dior as seen by… ».

C’est toujours un privilège d’associer son image avec celles de grandes maisons et j’ai la chance de porter souvent de la haute couture et de la haute joaillerie à travers le mannequinat.
Pour l’anecdote,j’ai défilé pour John Galliano lorsqu’il était directeur artistique de Dior et j’ai gardé un fabuleux souvenir du défilé de Mars 2007.

Comment vous êtes-­vous retrouvé sur le clip de Mika « elle me dit » ?

Mika incarne pour moi une sorte de prince charmant de la chanson,m’ayant vue dans un reportage télévisé,il a eu envie de me faire participer à son clip « Elle me dit », dans lequel exceptionnellement il n’apparait pas. J’ai été ravie de cette aventure puisque le clip a été
récompensé par un NRJ Award et une Victoire de la musique .
Cover HD
Vos projets chère Tanya ?

Mes projets sont le show l’Oréal, plusieurs shooting, des défilés pendant la fashion week dont celui du jeune et talentueux créateur Ludovic Winterstan, qui m’habillera dans mon clip « La mariée » qui sortira en Septembre 2016, constituant bien sûr,mon projet phare.

Votre mot de la fin pour mes lecteurs ?

J’offrirai à vos lecteurs la phrase qui est ma devise et résume mon parcours: « La vie est une saga qu’il faut avoir le courage d’écrire jusqu’au bout avec pour objectif le dernier tome achevé, d’avoir écrire un best seller… »

Propos recueillis par Laurent Amar

Les stars du Festival font la fête dans la suite « Sandra & Co ».

Aida Touihri, Bernard Montiel et Laurence Roustandjee

Aida Touihri, Bernard Montiel et Laurence Roustandjee

La suite Sandra & Co a pris ses quartiers dans un magnifique appartement à terrasse, doté d’une vue imprenable sur la Croisette. Au programme de ce lieu ultra VIP et privé, de la musique, du champagne, et surtout une folle ambiance, en parfaite harmonie avec le Festival de Cannes.

Les stars étaient également de la partie avec, notamment, la belle Miss Météo Laurence Roustandjee, l’animatrice TV Aïda Touihri, la comédienne Axelle Laffont ou encore la merveilleuse actrice Audrey Chauveau, que nous aimons beaucoup. Toutes se sont déchaînées sur le dance floor de cette suite hors norme.

La belle Axelle Laffont nous a régalés grâce à ses talents de DJ, autant vous dire que le « bon son était de mise ».

Notons aussi la présence de Bernard Montiel, de Richard Orlinski, ou de la fille de Marlon Brando, Angélique.

Saluons enfin la maestria de la maîtresse de cérémonie, Sandra Zeitoun de Matteis, pour avoir su créer un lieu digne d’accueillir les festivaliers, heureux de se retrouver pour faire la fête dans la suite, désormais mythique, Sandra & Co.
Bien évidemment, Stars-media s’y trouvait.

Laurent Amar

La sublime Kendall Jenner croque son Magnum au Festival de Cannes

Kendall Jenner et son Magnum Double

Kendall Jenner et son « Magnum Double »

Quel est le meilleur endroit pour inaugurer une campagne publicitaire mettant en scène l’une des plus belles femmes du monde, et l’une des plus célèbres marques de crème glacée ? Le Festival de Cannes, bien évidemment !

Magnum, car c’est d’elle qu’il s’agit, vient de fêter l’arrivée de son dernier clip et de sa nouvelle campagne photo avec en star principale la sublime Kendall Jenner, top model le plus en vue de la planète à l’heure actuelle.
Tout l’aspect visuel de la saison 2016 a été réalisé par les deux surdoués de la photo de mode, Mert Alas et Marcus Piggott.

C’est la nouvelle glace de la marque, la « Magnum Double » qui a inspiré le slogan imparable et la thématique de cette campagne publicitaire : Libérez la bête !

Dans le clip, chaque fin gourmet en train de déguster une Magnum Double est accompagné d’un animal féroce et indomptable, censé symboliser le deuxième parfum de la crème glacée. Tout cela dans une ambiance très « Fashion Pop » comme dans un défilé de mode. Ce qui illustre bien la volonté chez Magnum de transformer son produit phare en un objet de luxe, à l’élégance rare. L’animal qui a été choisi pour Kendall, une superbe panthère noire, lui va bien.

Magnum a inauguré sa plage et dévoilé le clip et la campagne photo sur la Croisette, comme chaque année à l’occasion du Festival de Cannes.

Les célèbres photographes Mert Alas, Marcus Piggott et le Top Model Kendall Jenner lors de la conférence de presse

Les célèbres photographes Mert Alas, Marcus Piggott et le Top Model Kendall Jenner lors de la conférence de presse

Toute la presse était invitée à découvrir l’évènement en dégustant de délicieuses glaces Magnum à volonté, et en admirant la plastique extraordinaire de Kendall, qui avait fait le déplacement à Cannes pour l’occasion.

Les deux talentueux photographes participaient également à la conférence de presse et ont pu évoquer les sources d’inspiration qui leur ont permis d’accoucher de cette campagne mondiale, visuellement époustouflante.

Mais la marque Magnum ne s’est pas arrêtée là et, afin de combler ses invités, « a mis les petits bâtonnets dans les grands ».

Vers 21 h 30, sur la plage, fut donnée une soirée très VIP et surtout très privée,  avec tous les « beautiful people » de la Croisette, et bien sûr en compagnie de Kendall Jenner. Le champagne et les cocktails en tout genre coulèrent à flots, pour le plus grand plaisir des fans de Magnum.

Ce n’est que le début. En effet, de nombreuses célébrités du monde entier viendront fêter sur la plage Magnum l’arrivée de la « Magnum double » et qui sait, peut-être, elles aussi, libéreront-elles la bête, en croquant dans leur glace préférée ?

Laurent Amar

L’association Monaco Charity Film Festival a donné son dîner de gala, en faveur des enfants philippins.

Victoria Silvstedt, Ndaba Mandela et Maria J Silveira

Victoria Silvstedt, Ndaba Mandela et Maria J Silveira

L’organisation Monaco Charity Film Festival vient en aide à l’enfance en souffrance dans le monde entier.

Lors du dîner de gala caritatif, dans l’enceinte du Yacht Club de Monaco, le 10 mai dernier, ce sont les enfants des Philippines qui bénéficièrent de la générosité de l’association. En effet, les fonds recueillis pendant cette soirée de prestige furent intégralement reversés à cette noble cause.

Pour l’occasion, les organisateurs avaient prévu une vente aux enchères où des œuvres d’art étaient proposées aux généreux donateurs, dont une toile magnifique représentant Nelson Mandela et réalisée par l’artiste peintre Cali.

Mais aussi ce vélo tout à fait original fabriqué avec du bois recyclé, œuvre écologique signée Nuno Zamaro, ou cette superbe montre édition spéciale « Nelson Mandela » de la marque Hublot, offerte à MCFF.

Notons la grande générosité du vendeur de yachts Azimut pour sa participation à l’évènement. Sans l’aide apportée par cette société, ce dîner aurait pas été le même.

Le glamour n’était pas en reste. En effet, des stars étaient présentes, afin de mettre leur notoriété au service de la bonne cause.

Le photocall de prestige.

Le photocall de prestige.

Citons le joaillier Bonato Milano 1960, la vedette de la télévision française Victoria Silvstedt, le talentueux footballeur Hatem Ben Arfa et le très sympathique Ndaba Mandela, petit-fils du grand Nelson. Étaient également présentes Maria João Silveira, journaliste de RTP Africa et la ravissante actrice Myriam Charleins.

Outre la vente aux enchères, le splendide défilé du styliste portugais João Rôlo, avec des mannequins faisant honneur à ses créations, constitua le point d’orgue de la soirée.

Les invités étaient apparemment ravis par ces animations artistiques, en plus du délicieux dîner gastronomique, en ce lieu si féerique qu’est le Yacht Club de Monaco.

Nous remercions Mme Teresa Rodrigues, maîtresse de cérémonie, d’avoir invité Stars-media à cet évènement caritatif de première importance et bravo à l’association Monaco Charity Film Festival pour son engagement en faveur de l’enfance en souffrance.

Laurent Amar

Stars-media vous présente Frédéric Garnier, créateur de la Vodka « Le Baron Garnier »

Frédéric Garnier.

Frédéric Garnier.

Bonjour Frédéric, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, merci pour cette interview qui me tenait à cœur, surtout après la sortie officielle de ma marque de vodka. Je m’appelle donc Frédéric Garnier, je suis créateur et inventeur de la bouteille de vodka « Le Baron Garnier », qui représente un personnage, un baron plus précisément, et qui
contient une vodka d’une qualité particulière.

La vodka est distillée à l’alambic, à la façon charentaise, dans des fûts utilisés pour le cognac, afin d’atteindre une qualité d’alcool exceptionnelle.

Parle-nous de toi Frédéric, et du milieu où tu as grandi.

Je viens d’un milieu modeste, avec des parents qui l’étaient tout autant, mais j’ai eu une enfance très agréable. Avec le temps, j’ai voulu m’écarter de ce manque de confort et de moyens financiers en intégrant le monde de la nuit, et j’ai commencé à fréquenter des endroits où je pouvais connaître une vie plus « pimentée ».

Quels furent tes premiers contacts avec le monde de la nuit et du show-business ?

Il y a vingt ans, mon frère travaillant dans la sécurité, au Gray d’Albion, j’avais accès à des soirées très VIP, notamment durant le Festival de Cannes, où je pouvais côtoyer des stars du cinéma.
Pour l’anecdote, la mère de mon épouse était la compagne du chanteur Richard Anthony, donc j’ai baigné très tôt dans l’évènementiel et le star-system.
La Vodka Le BaronParle-nous de ta fameuse villa antiboise, que l’on compare à une villa californienne, et surtout de sa superbe piscine.

J’ai toujours aimé les maisons américaines, et les États-Unis en général. C’est un pays où il est
possible de réaliser ses rêves et les gens y sont bien plus chaleureux qu’en France. J’ai donc fait bâtir cette villa dont je rêvais. Pour la piscine, je souhaitais un bassin agréable et original, j’ai décidé alors de créer une grande piscine transparente, dans laquelle nous pouvions voir les gens nager, comme dans un aquarium.

Revenons à ta vodka, pourquoi un personnage de baron ?

L’histoire de cette bouteille est une vraie révélation. Régulièrement invité dans des carrés VIP, à Cannes, Monaco et Saint-Tropez, j’ai pu constater le manque de bouteilles de prestige pour la vodka, contrairement au champagne ou au whisky. Même pour les personnalités, nous n’avions que du standard. J’ai donc créé cette bouteille à l’image d’un baron, titre de noblesse qui incarne l’élégance et le luxe.

Parlons de tes évènements lors du prochain Festival de Cannes.

Après quatre années de travail sur la création, la bouteille « Le Baron » est enfin disponible dans le commerce. Nous étions déjà présents au Festival de Cannes l’an dernier avec des bouteilles d’essai, donc imparfaites. Nous avons désormais plus de 35 000 bouteilles définitives, de série et en stock. Avec une collaboratrice, organisatrice d’évènements, nous avons réservé ma villa pour des « Pool Parties », de 11 heures à 23 heures, au cours desquelles nous aurons des invités de prestige. Nous sommes également partenaires d’un yacht d’environ 30 mètres, qui se tiendra près des marches à Cannes, où nous pourrons inviter des personnalités triées sur le volet, car il s’agit vraiment d’un lieu exceptionnel.

Peux-tu nous citer des personnalités présentes à tes évènements, ou est-ce trop tôt ?

Frédéric Garnier en compagnie de Jean-Paul Belmondo et Robert Hossein

Frédéric Garnier en compagnie de Jean-Paul Belmondo et Robert Hossein

Nous n’avons pas encore de certitude sur les stars présentes à la villa et sur le yacht. Toutefois, le rappeur Gradur sera surement de la partie, d’autant plus que nous travaillerons aussi peut être avec lui pour le développement de la marque. Nous prévoyons une calèche poussée par des chevaux qui parcourront la Croisette pendant le Festival, aux couleurs de la vodka « Le Baron Garnier ».

Il y aura également des véhicules motorisés avec notre publicité. Nous aurons beaucoup de visibilité durant ce Festival. Enfin, nous tournerons, toujours sur la Croisette, à la villa et sur le yacht, un clip avec des chanteurs de rap pour promouvoir notre vodka.

Ton mot de la fin, Frédéric ?

Comme disait mon ex-beau-père Richard Anthony, « il faut croire en ses rêves, à son étoile ». Si j’ai accompli tout cela, c’est pour créer quelque chose, donner un sens à ma vie. Je me suis lancé quasiment seul dans cette aventure difficile, avec simplement ma volonté de réussir, de concrétiser mon idée. Je n’attends de reconnaissance de personne, c’est juste le projet ambitieux d’un homme de passage sur cette Terre.
Plus d’informations sur la Vodka Le Baron Garnier en cliquant ici

Propos recueillis par Laurent Amar

Jeux sur PC et Jeux en Ligne : La Russie est-elle Victime d’une Propagande Négative ?

Coupe du monde 2018 en Russie

Coupe du monde 2018 en Russie

La Russie a hâte d’accueillir la Coupe du Monde FIFA 2018, et l’approche de cette grande manifestation placera bientôt le pays au centre de l’arène sportive. Personne ne peut ignorer l’image négative, qui colle à cette superpuissance depuis plusieurs décennies, et il ne serait pas faux de dire que cette image très défavorable est en partie véhiculée par l’Occident.

Certains considèrent qu’il s’agit d’un point de vue plutôt simpliste, cependant des recherches actuelles suggèrent que l’ensemble des médias, y compris les jeux vidéo en ligne, sont soit involontairement, ou dans le cadre d’un point de vue moins optimiste, soit intentionnellement impliqués dans le soutien d’objectifs politiques spécifiques.

Comment cela peut-il être possible, demanderez-vous ? Si l’on jette un regard plus attentif à l’un des éléments clé des jeux vidéo, en l’occurrence le méchant ou l’ennemi, on pourrait commencer par se demander pourquoi tant de menaces en provenance de la Russie en particulier, et s’il s’agit réellement d’une propagande occidentale continuant de véhiculer une image négative de la Russie, quelle place, s’il en est une, tout cela a-t-il dans le monde du sport ?

Sports et Jeux en Ligne – Un Terrain Neutre

A l’aube de la Coupe du Monde de la FIFA 2018, tout le monde s’apprêtera de nouveau à vibrer pour l’un des plus grands moments sportifs de l’année, et pour ce faire le monde gagnerait tant à se débarrasser, par respect pour la Russie, des idées préconçues instillées par les médias. La présence de sites de paris en ligne tels que Betway, qui fournissent des espaces libres de toute propagande, où les amateurs de sport peuvent placer des paris et profitez d’informations en continu sur les jeux, constitue l’un des moyens pouvant permettre de réaliser cela.

Les rebelles russes dans les jeux sur PC

Les films sont souvent considérés comme le précurseur des jeux vidéo, et, si nous nous penchons sur le cinéma, il est facile de voir comment la politique d’une époque dicte la nationalité du méchant de l’histoire. Par exemple dans les années 80 les ennemis de Bond étaient souvent russes, et ceci pouvait être expliqué par le conflit de la guerre froide. Les héros étaient souvent décrits comme étant américains ou anglais et farouchement patriotes.

La représentation de l’ennemi russe a été transférée dans l’industrie du jeu vidéo, avec une recherche révélant que dans les jeux de tir à la première personne (FPS), en particulier, les Russes représentent 21 % des ennemis dans les jeux étudiés. Même avec l’augmentation des préoccupations au niveau mondial, concernant les terroristes en provenance du Moyen-Orient, la recherche indique que les méchants et les criminels russes restent en tête du sondage, lorsqu’il s’agit de préparer le casting d’un jeu sur PC, ils sont suivis en seconde position par les extraterrestres, tandis que les personnages en provenance du Moyen-Orient occupent la 3e position.

L’Influence des Jeux

Quand on sait qu’environ 7 français sur 10 jouent régulièrement à des jeux vidéo, et que le gouvernement déclare que la France est le 2e plus grand producteur de jeux vidéo dans le monde, la position des jeux vidéo en tant que média influent ne fait plus aucun doute. Avec une audience aussi importante, des jeux peuvent être utilisés pour influencer les consommateurs de multiples façons, partant de méthodes en apparence inoffensive de placement de produits, pour aller jusqu’à des méthodes plus « politiques », influençant la façon dont nous considérons certains pays.

Ces facteurs sont-ils un moyen de s’assurer que les joueurs, et donc le public, conservent une attitude négative vis-à-vis d’une superpuissance potentielle, ou cela est-il simplement dû au fait que les méchants Russes sont un concept plus confortable pour les joueurs ? La très médiatisée menace du terrorisme extrémiste religieux en provenance du Moyen-Orient serait très facile à exploiter par les développeurs de jeux, qui pourraient utiliser ces terroristes en tant que méchants dans leurs jeux, surtout si l’on pense que les jeux sont des machines de propagande, et pourtant ils ne le font pas. Les politiciens russes ont publiquement dénoncé la représentation faite de leur pays, et proposent maintenant de présenter une propagande positive, afin de tenter de débarrasser la Russie de son image négative dans les jeux et les films, et l’on ne peut qu’espérer qu’ils y arrivent avant d’accueillir la Coupe du Monde en 2018.

 

 

Le crooner franco-américain Alan Landry a enchanté ses invités au restaurant monégasque Castelroc

Alan Landry "The voice of Monaco", et Francky Vincent

Alan Landry « The voice of Monaco », et Francky Vincent

Le samedi 30 avril à Monaco, eut lieu la soirée caritative de l’association MS Fight, dont la présidente est M me Marion von Leuchtenberg et qui œuvre activement dans la lutte contre la sclérose en plaques.

L’évènement s’est déroulé au Castelroc, restaurant situé en face du palais princier, avec une vue imprenable sur Monte-Carlo.
Nous devons l’organisation de ce très bon moment au crooner franco-américain et maître de cérémonie Alan Landry, dont la voix et le style n’ont d’égal que son talent de pianiste.

Grâce à lui, des personnalités monégasques et des artistes de renom ont pu participer au dîner gastronomique, point d’orgue de la soirée.
Nous citerons le chanteur Francky Vincent, auteur du truculent et célèbre tube « Fruit de la passion » (« vas-y Francky c’est bon ! », ndlr).

Notons également la présence de la baronne Cécile de Massy, de M. Paolo Celi, président de l’association Amitié France Italie, du consul de France à Monaco M. Vasic, de la fille d’Alan, Alanna, venue directement de Los Angeles pour l’occasion et qui nous a interprété une chanson de Billie Holiday.

Alan Landry avec la chanteuse Nora Mestres et son époux.

Alan Landry avec la chanteuse Nora Mestres et son époux.

La partie boisson était assurée par Frédéric Garnier avec sa fameuse vodka « Le Baron Garnier » et sa bouteille en forme de personnage. Était aussi présent Valentin de Vescey, distributeur de la boisson OG et créateur de la vodka « Olaxkaya ».

Enfin, trois autres artistes de talent se trouvaient là : la belle chanteuse d’origine moscovite, Nora Mestre, qui a interprété « Summertime » et « Girl From Ipanema » ; le guitariste et chanteur au style très « Gipsy Kings », Awanagana et la si charmante et prometteuse Ilenia, protégée d’Alan et lauréate du grand prix de la chanson de San Remo.

La soirée fut placée sous le signe de la bonne humeur et les invités d’Alan Landry et de Marion von Leuchtenberg semblaient tous ravis d’être au Castelroc, et d’apporter leur soutien aux malades de la sclérose en plaques.

Le dîner était délicieux, nous avons chanté et dansé, nous ne pouvons donc que remercier Alan Landry d’avoir invité Stars-media à ce très bel évènement. Nous le retrouverons au Festival de Cannes, en compagnie des groupes Imagination et Opus, pour la soirée « World Peace Night/Adventure of Humanity », hommage à Michael Jackson et à Nelson Mandela, qui se déroulera à la Villa Oxygène et organisée par Valentin de Vescey, en partenariat avec Radio Star.

Laurent Amar