Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour janvier 2017

Massimo Gargia fête en beauté les 40 ans des Best

Pamela et Massimo

Pamela Anderson et Massimo Gargia

Chaque année , le père fondateur de la jet-set contemporaine, Massimo Gargia, décerne des trophées aux célébrités qui ont fait l’actualité.

Mais l’édition des Best du vendredi 27 janvier n’était pas comme les autres, elle revêtait une aura particulière, il s’agissait en effet de la 40e…

Alors, Massimo a décidé de frapper un grand coup et de combler ses convives. Exit les Salons Hoche. Pour cette cérémonie exceptionnelle, le sublime hôtel Georges V fut de rigueur et les stars de renommée mondiale répondirent à l’appel du plus grand des mondains. Parmi elles, Pamela Anderson, plus belle que jamais, le temps semblant s’être figé sur cette blonde au maillot de bain rouge que le monde entier connaît.
Ou encore l’héroïne du chef-d’œuvre de Stanley Kubrick, « Barry Lyndon », Marisa Berenson, Lola Karimova, amie intime de Massimo et créatrice des fragrances « The Harmonist » et la jolie actrice australienne Melissa George.

Afin de rendre hommage à Massimo, des stars françaises prestigieuses ont fait le déplacement, comme le réalisateur et mythique « Jeoffrey de Peyrac » d’Angélique, Robert Hossein, l’acteur Samy Naceri, David Ginola, Bernard de la Villardière, Paul-Loup Sulitzer ou encore Hélène Ségara, qui nous gratifia des plus belles chansons de son répertoire. Son producteur, Orlando, était bien sûr de la partie pour venir l’applaudir sur la scène des Best aux côtés de Massimo. Mais aussi Igor Bogdanoff, Frédéric Mitterrand, et Jeanne d’Hauteserre, Mme le maire du 8e arrondissement.

Bernard de la Villardière, Bari Toptani et Massimo

Bernard de la Villardière, Bari Toptani et Massimo

Également  à l’honneur lors de la cérémonie, Denitsa Ikonomova, danseuse de « Danse avec les stars »  qui a remporté la dernière saison avec Laurent Maistret.
Notons également la présence remarquée de l’actrice française Clotilde Courau.
L’un des couples les plus glamours de la télévision française, Tatiana-Laurence et Xavier Delarue, avait été convié à la soirée.

Le gotha n’était pas en reste avec la participation des princesses Hélène de Yougoslavie et Tania de Bourbon-Parme. En outre, de nombreuses stars furent sublimées par les robes du créateur cannois Denis Durand, dont nous louons le talent.

La salle du dîner assis, somptueuse, faisait honneur à la réputation de l’hôtel Georges V avec, comme ornements, plus de six mille bougies disposées sur les tables. Rendons hommage au chef décorateur de l’évènement, Robert Rokicki, pour son travail artistique digne d’un conte de fées.

Nous ne pouvons citer toutes les personnalités présentes à la cérémonie des Best, elles furent bien trop nombreuses, et nous félicitons pour cela la collaboratrice de Massimo, Florence Cymerman.

Vincent Niclo, Pamela Anderson et Hélène Segara

Vincent Niclo, Pamela Anderson et Hélène Segara

Pour finir en beauté cette soirée de gala, Massimo fit venir le ténor Vincent Niclo pour une représentation exclusive. Les invités étaient sous le charme. Vincent fit même un duo remarquable avec Hélène Ségara, tel un grand bouquet final musical.

La soirée fut belle, les stars plus nombreuses que jamais et les trophées des Best, décernés à des personnalités exceptionnelles. Une nouvelle fois, nous avons rêvé en compagnie de Massimo, lors des mille et un enchantements de la 40e cérémonie des Best.

Ameremo sempre MASSIMO !!!

Laurent Amar

Stars-media vous présente Dimitri Richier et sa Web TV « Dimitri Medias TV »

Dimitri

Dimitri Richier

Bonjour Dimitri, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs ?

Bonjour Laurent, mon parcours audiovisuel a commencé il y a vingt ans. Je suis désormais producteur et journaliste people. Non issu du sérail journalistique, j’ai un profil atypique.
Avec un CAP de boucher en poche, je suis devenu directeur commercial dans une marbrerie funéraire. Lors de cette expérience, je me suis découvert des qualités d’humoriste, car j’arrivais à vendre avec drôlerie dans un contexte plutôt triste.

C’est à ce moment-là que j’ai eu le déclic et que j’ai décidé de répondre à des castings. Mon premier passage télé ne tarda pas. J’ai participé à l’émission « Ze Fiesta » de Patrick Sébastien, dans laquelle j’ai eu l’honneur d’imiter Serge Gainsbourg. Ont suivi diverses aventures télévisuelles, notamment sur France 3 Lorraine où je proposais mes propres sketchs humoristiques, et plusieurs apparitions sur M6, TF1, Canal Plus, France 4 et RTL9.

RTL9 a été ma consécration professionnelle, puisque j’ai eu la chance de présenter une chronique quotidienne durant trois ans. C’est alors que j’ai hérité de mon pseudo, « Dimitri ».
Pendant toutes ces années, j’ai partagé ma passion de la musique avec les auditeurs.
Ma dernière expérience en radio consistait à interviewer des célébrités.
Tour à tour, j’ai donc été imitateur, humoriste, comédien, animateur radio, présentateur télé, journaliste people et, aujourd’hui, producteur.

D’où te vient cette passion journalistique pour les célébrités ?

Comme je viens de le dire, j’ai toujours navigué au sein du milieu artistique. Ayant exercé plusieurs métiers dans cet univers, j’ai une profonde admiration pour les célébrités, dont tout le monde ne voit que les paillettes, mais qui en fait sont des personnes comme nous, avec leurs problèmes et leurs doutes quotidiens.

Dimitri et la très séduisante Cécile de Ménibus

Dimitri et la très séduisante Cécile de Ménibus

En effet, devenir un personnage public, c’est être confronté tous les jours à son miroir, sauf que ce miroir-là est exposé partout, et avec les réseaux sociaux, parfois cruels, il faut beaucoup de tempérament pour continuer dans ces métiers.
Le talent me fascine aussi, et les entendre raconter comment leur vie a basculé du jour au lendemain fait rêver.

Tu viens de créer « Dimitri Medias TV »,  c’était une volonté de quitter la radio pour aller vers un format télévisuel ?

Effectivement, j’ai eu envie de montrer à l’image ce bonheur que je transmets à travers mes interviews radio. De plus, j’avais des concepts d’émissions, qui maintenant ont vu le jour. L’émission « Au Fil de la Rue » est un grand moment de détente, dans laquelle nous interviewons ou posons des devinettes à des personnes lambda, le but étant d’apporter de la bonne humeur.

« Face au Micro » est la continuité de ce que je faisais en radio, soit les interviews de célébrités. « Immersion politique » propose de décrypter l’actualité politique dans une ambiance chaleureuse en confrontant
des élus et des citoyens. Enfin, « Cinéma » offre une lecture des films à l’affiche, à travers une vidéo, ou une chronique, humoristique.
La raison d’être de « Dimitri Medias TV », c’est le divertissement.
Pour conclure, là où « Dimitri Medias TV » se démarque, c’est par sa capacité à traiter de tous les sujets dans une ambiance ludique. Pour cela, je me suis entouré d’animateurs, et Anne-Sophie Thevenot et Cédric Pereira savent transmettre de la bonne humeur.

Dimitri et Michou

Dimitri et Michou

Comment t’es-tu retrouvé dans « Touche pas à mon poste » ?

Remarqué dans l’émission « L’amour est aveugle », où j’ai tenu un rôle qui a fait rire pas mal de monde, par Cyril Hanouna et ses chroniqueurs, j’ai été invité sur le plateau chaleureux de « Touche pas à mon poste ».

De toutes les stars que tu as pu interviewer dans ta carrière de journaliste, laquelle t’a le plus marqué ?

Toutes bien évidemment, mais je dirais Benoît Poelvoorde, qui sait si bien mêler sensibilité et humour.

Tes projets, cher Dimitri ?

Afin de faire grandir la chaîne, de nouvelles émissions sont à l’étude, et verront bientôt le jour. De plus, j’ai créé une société de production, Canal Prod LSC, qui propose de réaliser des vidéos d’entreprise, des clips musicaux, des vidéos institutionnelles, mais aussi de lancer de jeunes talents en leur proposant une visibilité sur « Dimitri Medias TV » à travers des interviews.

Ton mot de la fin ?

Vivre de sa passion, c’est mourir heureux.

La « Fashion Glam Couture » a fait battre le cœur de la Fashion Week !

La créatrice Fanja Ralalatiana et son mannequin Florence Pré

La créatrice Fanja Ralalatiana et son mannequin Florence Pré Crédit photo: Richard Vinchon

Ce ne sont pas moins de quatre créateurs talentueux que Myriam Larriere, à l’origine du concept « Fashion Glam Couture », a fait défiler à l’hôtel Renaissance, près des Champs-Élysées, pour cette nouvelle édition du 23 janvier 2017.

Sous les yeux émerveillés de la marraine, l’actrice Lola Marois, épouse de Jean-Marie Bigard, des mannequins de toute beauté ont arboré des robes et des bijoux de la créatrice Pascale Guin, de Fanja Ralalatiana qui présentait sa collection « Rebelle Celtic ».
Mais aussi de la créatrice suisse Elena Bieber et enfin de Silvia Ulson, venue spécialement du Brésil.

Notons la présence des fidèles partenaires de la « Fashion Glam Couture », comme Virginie Roux, fondatrice de la marque de parfums « Au Pays de la Fleur d’Oranger », chez qui nous avions dîné deux semaines plus tôt, la parfumeuse Juliette Espinasse, rencontrée à Genève et que nous retrouverons très bientôt sur la Côte d’Azur, et Delphine Guérin, qui customise des objets et des vêtements de luxe afin de les rendre plus attrayants.

Les actrices Myriam Charleins et Valérie Steffen sont également venues admirer ces robes majestueuses. Après ce spectacle de haute couture, les invités se sont vu offrir une coupe de champagne autour d’un cocktail très convivial, mais aussi très privé.

Des photographes de mode assistaient bien sûr à cet évènement marquant de la Fashion Week. Nous n’étions d’ailleurs pas peu fiers de voir le nom Stars-media affiché sur le magnifique photocall devant lequel se pressaient des invités triés sur le volet.

Myriam Charleins, Valérie Steffen et Lola Marois Bigard

Myriam Charleins, Valérie Steffen et Lola Marois Bigard

Enfin, pour apporter une touche mélodique aux créateurs, la star de « The Voice » saison 4, Awa Sy, a interprété deux chansons de son répertoire. Le public fut impressionné par la voix de cette chanteuse qui a fait les beaux jours de la célèbre émission de TF1.

Nous remercions et félicitons chaleureusement Myriam Larriere pour l‘organisation sans faille de ce défilé et nous lui donnons d’ores et déjà rendez-vous au… 70 e Festival de Cannes, mais chut ! Nous vous en dirons plus très bientôt…

Laurent Amar

Interview: La star du X Delfynn Delage crée un site dédié aux rencontres libertines

Delfynn Delage

Delfynn Delage

Bonjour Delfynn Delage, peut-on dire que tu as définitivement cessé de tourner dans des films porno ?

Bonjour, cela fait plus de douze ans que j’ai mis un terme à mon métier d’actrice pornographique. Après presque sept ans de carrière, j’ai décidé de passer à une étape différente de ma vie de femme. Cette profession prend beaucoup de temps et j’avais envie de vivre d’autres expériences.

Pourquoi avoir réalisé ton propre site, love-libertin.com ?

Le projet de love-libertin.com, que nous avons eu en commun avec mon mari, date de 2010.
L’idée première était de créer un lieu de rassemblement pour les personnes aimant vivre une sexualité de couple ou en solitaire sans tabous, ni jugements.

Nous avons pris le temps de réunir des professionnels du milieu web/communication afin de donner à love-libertin.com une image soignée, et de rendre la plate-forme agréable. Mon investissement se voit dans la touche glamour et féminine du site, et ma connaissance du milieu libertin m’a permis de faire des choix qui, sans mon expérience, auraient donné un tout autre rendu à love-libertin.com.
Après environ six années de développement, d’investissement personnel et de remise en question, nous avons eu le plaisir d’activer la première version de notre site fin mai 2016, et une deuxième, actuellement en ligne, qui commence à prendre une belle ampleur.

Nous avions pour objectif d’apporter un brin de modernité dans le fonctionnement et le visuel classiques des sites de rencontre, nous avons donc cassé les codes de couleurs habituels pour offrir un lieu plus cosy et intimiste. Notre réflexion sur les fonctionnalités a abouti à des choix judicieux, en cours de mise en place, qui feront le bonheur des membres.
Nous apportons une attention particulière à nos membres actifs en veillant au bon déroulement de leur évolution sur notre plate-forme, notre crédo étant de leur rendre les moments passés sur le site des plus agréables.
Une boutique en ligne et un blog traitant de sujets coquins, mais également d’actualités généralistes, sont venus s’intégrer à love-libertin.com et mis à la disposition de nos membres dans le but d’apporter un service plus complet et divertissant.

Delfynn Delage

Delfynn Delage

De nombreux aspects sont encore en développement et viendront grossir le site dans les mois à venir afin de parfaire les techniques déjà en place. Bref, de belles surprises en prévision. Love-libertin.com est actuellement gratuit, sans CB ni engagement, et le restera pendant une bonne période.

Toutefois, lorsque cette situation évoluera, une récompense sera sans doute offerte, gratifiant les personnes qui nous ont aidés dans cette aventure et ont cru en ce projet
dès nos premiers pas.

Ce site de rencontres permet-il aussi d’organiser des soirées libertines ?

Love-libertin.com est un site de rencontres pour libertines et personnes seules ou en couple, qui souhaitent vivre des expériences coquines. De nombreux clubs acteurs du milieu nous ont rejoints et proposent des soirées à thèmes indiquées sur le site.

De notre côté, nous envisageons des partenariats sur certaines soirées thématiques avec des clubs, mais nous ne misons pas sur l’organisation d’évènements ; ce serait actuellement ingérable et donc bâclé.
Nous avons trop d’exemples, dans ce milieu, de sociétés qui mettent le pied à un peu tout et n’importe quoi en même temps. Nous préférons nous concentrer sur notre cible première, le bien-être des membres sur le site.

Es-tu seule dans cette aventure ou bien d’autres actrices porno se sont- elles jointes à toi ?

Non, aucune, je ne veux surtout pas qu’il y ait d’amalgame, love-libertin.com n’est pas une plate-forme pornographique. D’ailleurs, pour cette raison, nous refusons la présence de vente de DVD X.
Ayant été actrice X, je suis consciente de l’impact que pourrait avoir une telle association et nous préférons conserver l’esprit de base du libertinage. La pornographie actuellement, hormis des grands noms comme Dorcel en France, frôle l’amateurisme et ce ne serait pas le reflet recherché de notre site.

Pour revenir à ta carrière, de quelle actrice, avec qui tu as tourné, gardes-tu le meilleur souvenir ?

Elle se nomme Nomi, mon amie de cœur, ma collègue la plus professionnelle, une grande sœur dans les heures les plus compliquées.
La page d'accueil de Love-LibertinEn sept ans, j’ai eu quelques autres bons moments. Les rassemblements lors des remises de trophées restent des souvenirs impérissables, où toute l’industrie pornographique se rejoignait le temps d’une soirée de gala, de bonnes parties de rigolade autour d’un repas gastronomique.
Il était bon de se retrouver tous ensemble.

As-tu déjà joué avec Clara Morgane ? La connais-tu ?

J’ai tourné dans plusieurs films avec Clara, cette petite nana était vouée à devenir ce qu’elle est maintenant, bosseuse, jolie et la tête sur les épaules. Je suis très heureuse de la savoir épanouie dans sa vie d’artiste et de maman.

Tes projets artistiques, Delfynn ?

Mes projets concernent love-libertin.com, un travail au quotidien. Entre la rédaction des articles du blog et la promotion, je dispose de peu de temps pour prévoir d’autres choses, si je veux également profiter de ma vie de famille.

Ton mot de la fin ?

Le premier est destiné aux nombreux lecteurs qui vont découvrir cette interview, je leur souhaite de vivre passionnément et de jouir de chacun des moments que la vie leur offre. Le deuxième, si je peux me permettre, est de venir découvrir love-libertin.com et de s’y faire plaisir.

Propos recueillis par Laurent Amar

Dîner de stars pour la présentation du nouveau parfum « L’Eau de Virginie »

Les convives du diner

Les convives du diner

« Au Pays de la Fleur d’Oranger » est une marque de parfum atypique, mettant en avant, pour le plus grand plaisir de notre odorat, des senteurs uniques, venues tout droit de notre chère Provence.

Mais c’est bien à Paris que sa créatrice, Virginie Roux, dont nous vous avions déjà parlé, a souhaité faire découvrir sa toute nouvelle création, sans doute la plus personnelle, « L’Eau de Virginie ».
Dans un appartement très chic de la rue Monge à Paris, non loin de Saint-Germain-des-Prés, Virginie a accueilli dix jeunes femmes lors d’un dîner ultra-privé et mondain, en partenariat avec ses deux complices Myriam Larriere et Dany Dombi, que nous félicitons et remercions au passage.

Ce fut également l’occasion pour Virginie Roux de nous présenter la quasi-totalité de sa gamme, car « Au Pays de la Fleur d’Oranger », ce ne sont pas seulement des parfums enivrants, mais aussi des crèmes pour le corps, des parfums de literie, des gels douche ou même des gels pour les mains.
Malgré tout, l’attraction de ce dîner fut bien sûr « L’Eau de Virginie », fragrance d’une grande subtilité. Nous avons découvert un parfum frais, sensuel, impertinent, doux mais aussi fleuri et épicé, à l’image de sa créatrice Virginie. Nous ne pouvions imaginer un parfum anodin pour la marque « Au Pays de la Fleur d’Oranger ».

En effet, Virginie souhaitait un bouquet floral très sensuel que ne laissait pas présager sa fraîcheur initiale. Une fraîcheur aux notes épicées. Ce mimosa est la fleur des femmes qui aspirent à l’égalité, à la liberté, à la vie. Il est le symbole de l’élégance, de la tendresse, de l’amitié et de la simplicité. Ce luxe simple tant apprécié de Virginie.
Fleur de l’hiver qui nous réchauffe comme le soleil. Le voyage n’est pas loin. Quelques notes d’ylang-ylang pour y contribuer.
Un sillage lacté, vanillé et gourmand donne une sensation de confort. L’Eau de Virginie est le parfum d’une femme émancipée, gourmande de la vie.

La gamme complète de la marque "Au Pays de La fleur d'Oranger"

La gamme complète de la marque « Au Pays de La fleur d’Oranger »

Les invitées furent comblées par un dîner à la thématique olfactive préparé par Michèle Gay, chef culinaire.

En effet, qu’il s’agisse des actrices Julie Judd, Myriam Charleins, Mi Kwan Lock, Cyrielle Joelle ou Valérie Steffen, des chanteuses Maya Shane ou Aurélia Khazan, toutes ont adoré goûter aux saveurs directement extraites des fleurs à parfum composant la formule secrète de « L’Eau de Virginie ».

Notons que la décoration florale, de la table et de l’appartement, fut assurée par Edith Besenfelder de la société « Une Fleur en Liberté » et que le champagne rosé, délicieux, fut fourni par Le Domaine de Nuisement

Nous saluons l’originalité de cette démarche, qui mêle la gastronomie et la parfumerie, une nouveauté en son genre.
Ce dîner fut des plus réussis, nos papilles et notre odorat furent ravis par « L’Eau de Virginie », stars-media en redemande.

Bravo Virginie Roux, continuez de nous faire voyager sur les terres paradisiaques de la Côte d’Azur et de la Haute-Provence, de nous emmener… Au Pays de la Fleur d’Oranger !
Plus d’informations sur Michèle Gay
Plus d’informations sur Une Fleur en Liberté
Plus d’informations sur le partenaire champagne DN « Merveille de Rosé« 

Laurent Amar

Ilann Five, nouvelle success story du prêt-à-porter français

Julien Guirado en Ilann Five

Julien Guirado en Ilann Five

Créer il y a trois ans en Ile de France par Gabriel Chemouni, Ilann Five est la marque incontournable qu’il faut suivre de très près.
La franchise représente déjà 16 boutiques dans toute la France mais également à Miami, en Floride, ou un magasin Illan Five a ouvert en décembre dernier. Gabriel prévoit même d’en ouvrir à l’Ile Maurice. Mais le plus impressionnant est la présence de la marque sur les réseaux sociaux, avec une page fan Facebook comptant pas moins de 500 000 membres.

Bien évidemment, les stars ne sont pas restées insensibles aux charmes de ces collections et beaucoup d’entre elles ont déjà adopté Ilann Five, à l’image du beau gosse de la téléréalité « Julien Guirado » (La Villa des Cœurs Brisés, Les Anges de la Télé-Réalité ndlr) désormais égérie de la marque.
Dernière précision, l’inauguration de la boutique Ilann Five de Lyon a eu lieu le 8 décembre dernier en présence de nombreuses personnalités.
Stars-media suivra de très prêt l’évolution de la marque.
Plus d’informations sur ilannfive.com

Stars-media vous présente Anastasia Gaï et le « Bal des Tsars et des Tsarines »

Anastasia Gaï

Anastasia Gaï

Dans trois jours, aura lieu l’un des évènements parisiens dédiés à la culture russe les plus remarquables.
Sa maîtresse de cérémonie, Anastasia Gaï, s’est fait connaître dans le milieu mondain grâce au Bal des Tsars et des Tsarines, qu’elle a créé il y a cinq ans.
En tant que partenaire de ce dîner prestigieux, stars-media vous propose d’en savoir plus sur Anastasia et de comprendre sa passion pour la culture russophone, dont elle tire ses racines.

Bonjour Anastasia Gaï, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs ?

Bonjour Laurent, je suis créatrice d’évènements culturels de prestige, ainsi que lanceuse de talents car mes activités comprennent la promotion des artistes.
J’ai un double parcours/double masters : mes études à l’Institut des relations internationales à Moscou, l’équivalent de Sciences Po à Paris, et la gestion des Institutions culturelles à Dauphine.

Présentez-nous votre Bal des Tsars et des Tsarines, désormais célèbre.

J’ai décidé de créer ce bal, car auparavant, je mettais toujours en place un évènement pour le nouvel an russe, célébré le 13 janvier selon le calendrier orthodoxe. Depuis la révolution de 1917, des membres de la noblesse russe ainsi que les artistes connus sont venus se réfugier à Paris. Ils célébraient, lors de fêtes somptueuses, cette nouvelle année dans les endroits huppés de la capitale.

Organisé pour la cinquième année, « Le Bal des Tsars et des Tsarines »   est désormais devenu le rendez-vous culturel et festif annuel, ambitionnant d’être le salon d’affaires de la nouvelle génération. Il réunit de nombreux invités venus du monde de l’entreprise, des médias, de la politique, des sciences, de arts, du spectacle du sport de Moscou, Londres, Genève, Monte-Carlo …

Anastasia en compagnie de Robert Hossein et d'autres invités

Anastasia en compagnie de Robert Hossein et d’autres invités

Parlez-nous de la prochaine édition.

Avec plaisir, Laurent. Elle aura lieu le 13 janvier, au Cercle de l’Union interalliée.
L’évènement comprendra plusieurs parties. Le jeudi, un before au Leroy’s Bar, le nouveau lieu parisien du célèbre chef tropézien Christophe Leroy avec la demi-finale/élection Miss Tsarevna et Mister Tsarevitch.

Le vendredi à 11h, une table ronde organisée avec la Représentation Commerciale de la Fédération de Russie en France, réservée aux convives du bal, aura comme thématique « Les perspectives du développement des relations économiques et commerciales entre la Russie et la France ».
Le vendredi, à 19 heures, les festivités commenceront avec un cocktail d’accueil, le photo-call et la présentation des partenaires.

Un grand chef cuisinier nous préparera un dîner gastronomique, avec des spécialités russes. Il y aura des artistes et des guests, venant de Moscou, l’élection de « Miss Tsarevna », des créateurs de mode parisiens et monégasques qui habilleront toutes ces jolies demoiselles.
Nous aurons également le concours « Mister Tsarevitch », car on s’est dit que les tsarevnas auraient pu se sentir bien seules (rires). Deux œuvres caritatives soutiendront les talents et financeront « l’Académie Révélation des Étoiles », ainsi que l’Association « Fêtes du Monde » qui réalise des rêves d’enfants. À 23 heures, commencera le bal, le DJ fera voyager les invités, de l’époque des tsars à aujourd’hui. On apprendra également aux convives comment danser la Valse et la Quadrille russe et française accompagnés par des danseurs professionnels.

Anastasia au milieu de ses convives

Anastasia au milieu de ses convives

Quelles personnalités du show-business attendez-vous cette fois-ci ?

Comme toujours, nous aurons des surprises de dernière minute. À titre d’information, nous avons eu par le passé Robert Hossein, Massimo Gargia, Mireille Mathieu, Marina Anissina mais aussi Grâce de Capitani. Cette année, figureront donc des personnalités de premier plan, mais je préfère rester discrète tout en vous promettant de belles surprises.

Vos projets, Anastasia ?

J’ai plein de projets (rires), je suis une personne très créative.
Celui de la création de « l’Académie Révélation des Étoiles », ensuite, en juillet, la finale du Mondial des Arts à Hollywood, le « World Championships of Performing Arts », JO de talents, que je représente depuis cinq ans en France, Suisse, Espagne et Monaco, où j’ai en charge la sélection nationale française.
Plus d’informations sur notre site officielle : baldestsars.com
Notre page Facebook 

Propos recueillis par Laurent Amar

« The Last Guardian » ancre définitivement le jeu vidéo dans le patrimoine artistique mondial

la-jaquette-francaise

La jaquette française

Neuf ans, il aura fallu neuf longues années au génial développeur japonais Fumito Ueda pour nous offrir sa création la plus riche. Cette richesse ne vient pas seulement du scénario, d’une sensibilité et d’une subtilité rarissimes dans le monde du cinéma ou de la télévision, mais également d’une technologie qui pousse la PlayStation 4 dans ses derniers retranchements, y compris pour sa version « Pro ».

C’est d’ailleurs sur cette dernière que nous avons testé la nouvelle production du célèbre studio First Party de Sony, Team Ico, avec comme maître d’œuvre celui de « Ico » et de « Shadow of the Colossus ».

Le pitch de « The Last Guardian » est très simple et pourtant…
Un jeune garçon et une immense créature, Trico, à la fois chat, chien et souris, se retrouvent enfermés dans une caverne sombre et humide. Ils ne se connaissent pas, le garçon n’a aucune idée de ce qu’il fait ici, en présence de cet étrange animal. Cependant, il remarque de graves blessures sous les plumes de son corps, témoins d’un combat et d’une capture cruels.
Le garçon, c’est-à-dire vous, apprendra à apprivoiser cette bête géante, à devenir son ami et à s’enfuir avec elle de cette forteresse isolée.

Dès le début du jeu, on remarque la patte de Fumito Ueda, un environnement dénué de toute activité humaine, majestueux par sa taille et doté d’une nature omniprésente.
Comme pour « Ico » et « Yorda », le joueur ressent ici une véritable empathie vis-à-vis de son compagnon à plumes, il souffre réellement lorsque Trico se fait attaquer par les automates voulant, coûte que coûte, le retenir dans la forteresse.

On se prend d’affection pour Trico comme on le ferait pour un chiot ou un chaton : quand il est fatigué ou affamé, on se dépêche d’aller lui chercher de la nourriture ; quand il est criblé de lances, on se hâte de les lui retirer et ses cris de douleur nous déchirent le cœur.
Concernant l’immersion dans l’aventure, « The Last Guardian » relève du chef-d’œuvre.
Les graphismes sont superbes et l’animation de Trico bluffante.

Trico et son ami en pleine nature

Trico et son ami en pleine nature

Il faut voir la créature sauter d’un pont à l’autre, avec le garçon sur son dos, traversant ainsi d’immenses précipices. Cette cité abandonnée de laquelle nos deux héros doivent s’échapper n’a pour compagnie que le sifflement du vent, témoin d’une civilisation disparue, mais avec, en toile de fond, une nature ayant repris ses droits.

Les jeux de lumière sont très réussis et le soft ne souffre d’aucun bug, mis à part quelques problèmes de caméra. En effet, cette dernière est difficile à manier, avec un temps de latence entre le moment où vous tournez la molette du paddle et celui où celle-ci réagit.
De plus, elle a du mal à se positionner correctement en fonction de la place qu’occupent Trico et votre personnage, le garçon, à l’écran. Cependant, l’animal géant ne réagit pas bêtement à vos instructions, tel un classique avatar de jeu vidéo. Non, les concepteurs lui ont donné une intelligence artificielle qu’il vous faudra comprendre et apprivoiser, comme avec un être vivant. Et c’est parfois un peu frustrant de ne pas voir Trico réagir comme vous le souhaiteriez. Il est capricieux et pour lui faire effectuer un simple saut, il faudra vous y reprendre à deux fois.
Malgré tout, ces menusproblèmes s’effacent rapidement devant la beauté immuable des décors et la puissance scénaristique qui se dégagent de cette aventure vidéo-ludique pas tout à fait comme les autres.

On comprend alors que la conception de « The Last Guardian » ait pris autant de temps. Annoncé depuis 2006 sur PlayStation 3, maintes fois repoussé, le jeu a finalement basculé sur PlayStation 4, avec, entre temps, un renoncement de Ueda et une démission de Sony Entertainment.

D'incroyables effets de perspective

D’incroyables effets de perspective

Nous saurons, des années plus tard, la raison d’une gestation aussi longue et compliquée.

La PS3 n’avait pas la puissance nécessaire pour donner vie aux rêves de Fumito Ueda. Les animations de Trico sont très gourmandes en ressources, qu’il s’agisse de ses plumes en mouvement ou du déplacement de son corps dans un environnement à la profondeur de champ impressionnante. La grande sœur de la PS4 aurait peiné à gérer tout cela. Ueda s’en est aperçu apparemment trop tard. Les pontes de Sony lui auraient donc demandé soit d’annuler le jeu, soit de le reporter jusqu’à la sortie de la PlayStation 4 et accessoirement de la PS4 Pro, console la plus puissante de tous les temps. Fort heureusement, Ueda a choisi la deuxième option.
Plus incroyable, il s’est excusé du retard de « The Last Guardian » auprès des fans, dans une lettre rendue publique. Son humilité, unanimement saluée, est hautement estimable.

En conclusion, nous vous recommandons de ne pas passer à côté de ce jeu en marge de la production vidéo-ludique actuelle. Entre enchantement, mélancolie et poésie, « The Last Guardian » vous conduira dans un monde étrange, en compagnie d’un animal légendaire, puissant et inoubliable.
Note de la rédaction : 17/20

Éditeur : Sony
Disponibilité : déjà dans les bacs
Prix public : environ 59 euros
Plate-forme : exclusivement sur PS4 et PS4 Pro