Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour octobre 2017

TFWA 2017 : Stars-media vous présente le fabricant allemand de valises Stratic

Stratic Leather and More

Stratic Leather and More

Le Tax Free représente le congrès idéal pour rencontrer des marques de qualité, et ce, dans tous les domaines.
C’est dans l’univers du bagage, en particulier des valises, que nous allons nous arrêter aujourd’hui.
Stars-media vous présente le fabricant allemand de valises et de sacs de voyage Stratic, en français « stratosphérique », en référence bien évidemment au transport aérien.

Cette société, basée à Francfort, fut fondée en 1946.
Les valises Stratic sont conçues et dessinées au sein même du siège social de l’entreprise et, détail très important, elles sont toutes fabriquées sur des sites de production en Europe, exigence de qualité allemande oblige. Le « made in China » n’a pas droit de cité chez Stratic.

Chaque année, 100 000 bagages sont stockés dans l’entrepôt central de la société à Jügesheim, avant d’être expédiés dans le monde entier.
La marque développe des valises à coque souple, mais également à coque rigide, dans plusieurs tailles. Elle fabrique également des sacs de grande qualité. Certains ont même remporté des prix de design, et ce n’est pas étonnant, les bagages de la marque sont sublimes.
C’est d’ailleurs sur l’un d’entre eux que nous allons nous attarder : la série best-seller de Stratic, « Leather & More ».
Dans le monde actuel, les biens de consommation sont souvent dominés par le plastique et le métal ; vous remarquez immédiatement, en regardant de près une valise « Leather & More », le cuir véritable qui orne chaque partie de l‘objet, comme l’armature entourant la fermeture éclair et la poignée.
De plus, afin d’assurer une parfaite solidité à cette valise, les ingénieurs ont eu recours à l’utilisation de polycarbonate de haute qualité, ainsi que de fermetures à glissière de sécurité et de roues doubles. La « Leather & More » a décroché haut la main le Good Design Awards.

L’intérieur donne cette sensation, comme à l’extérieur, d’une qualité et d’une ingéniosité uniques. En effet, tout a été conçu pour optimiser au maximum l’espace de rangement imparti au voyageur.
Nous avons été conquis par Stratic et par leur best-seller « Leather & More ». Alors, si une envie de voyager vous prend, n’hésitez surtout pas à faire confiance à l’Allemand Stratic pour ranger ce que vous avez de plus précieux dans leurs valises !
Plus d’informations sur le site Internet : stratic.de

TFWA 2017 : Marina de Bourbon lance officiellement la série de parfums « Cristal Royal »

« Cristal Royal » par Marina de Bourbon

« Cristal Royal » par Marina de Bourbon

Chaque année, nous retrouvons avec plaisir le parfumeur Marina de Bourbon au congrès TaxFree de Cannes. Sa créatrice, la princesse Marina de Bourbon-Parme, a lancé sa ligne de parfums en 1994. Depuis, le succès de ses réalisations ne se dément pas, au contraire, la marque est devenue un emblème de l’aristocratie française, fabriquant des produits de haute qualité.

Nous aimons nous enivrer des fragrances d‘exception de Marina, et cette fois encore, au congrès mondial du Travel Retail (TFWA ou Tax Free pour les connaisseurs), nous n’avons pas été déçus.

C’est la ligne « Cristal Royal » qui fut lancée officiellement.
Toujours d’une élégance infinie, les flacons renfermant le jus représentent une bouteille à facettes. Les nouveaux parfums « Cristal Royal » et « Cristal Royal Rose » sont contenus dans un flacon en verre transparent dont toute la surface est coupée de prismes cloutés en relief. Graphique et architectural, il évoque féminité et raffinement.

En somme, il s’agit d’un objet beau et précieux, que l’on a envie de conserver longtemps.
En rose pour le parfum « Cristal Royal Rose » et en doré pour le « Cristal Royal » classique.
À n’en pas douter, cette nouvelle ligne signée Marina de Bourbon ravira toutes les femmes qui aiment séduire.
Plus d’informations sur le site Marina de Bourbon : marinadebourbon.com

Stars-media vous présente Marion Waterkeyn à la Fashion Glam Couture de Paris

Marion Waterkeyn

Marion Waterkeyn

Découvrir de nouveaux créateurs, c’est toujours passionnant, notamment quand cette découverte a lieu en plein défilé à Paris lors de la Fashion Glam Couture. Marion Waterkeyn, jeune styliste inventive et talentueuse, a fait sensation devant une assemblée de professionnels de la mode mais également de célébrités comme Grâce de Capitani, Hervé Pouchol ou Igor Bogdanoff.
Stars-media a voulu en savoir plus sur Marion.

Bonjour Marion Waterkeyn, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour Laurent, j’ai 29 ans et je suis créatrice de vêtements « vivants », qui se transforment ou se modulent selon nos envies et notre humeur du moment. Je veux proposer une nouvelle façon de penser le vêtement et apporter de l’utile à nos vies. J’ai donc inventé, en particulier, la jupe transformable en sac et la robe « Sculpture ».
Selon moi, nous sommes tous des créateurs et j’aimerais, dans cette démarche, reconnecter les gens afin d’atteindre une certaine sérénité. Qu’on ne soit pas dirigé par quelqu’un, mais guidé par sa propre créativité.

Es-tu passionnée depuis toujours par le monde de la mode ?

Pas vraiment. Néanmoins, j’ai été attirée par l’art en général dès l’enfance. Mon intérêt pour la mode est apparu à l’adolescence. Ce que j’aime dans ce domaine, c’est la création : le fait de pouvoir s’exprimer avec du tissu. À l’âge de 16 ans, j’ai acheté mes premiers
tissus sur un coup de tête, et j’ai réalisé quelques pièces de façon intuitive, sans avoir pris de cours.
J’ai alors décidé d’entrer dans ce monde. Toute forme d’art m’inspire, que ce soit la peinture, la sculpture, la danse, la musique…

Quelles sont tes principales références en matière de créateurs ?

Marion Waterkeyn

Marion Waterkeyn

Je suis impressionnée par le travail de Julien Fournié et j’adore Jean-Paul Gaultier. Ce sont de vrais créatifs, qui savent mettre en valeur les silhouettes humaines.

Aimerais-tu habiller des célébrités ?

Ce serait avec plaisir, bien sûr.

Ta collection vient d’être présentée à la Fashion Glam Couture de Paris lors de la Fashion Week. Est-ce un évènement important pour toi et ta marque ?

En effet. Cette manifestation m’a beaucoup intimidée car des personnalités influentes dans le milieu de la mode, du cinéma ou encore de la télé étaient présentes. C’est la première fois que mes créations ont été vues par ce public. Merci à Myriam Larriere, l’organisatrice de l’événement, de m’avoir sélectionnée et à toi, Laurent Amar, pour cette sympathique interview.

Tes projets, chère Marion ?

Je travaille sur une nouvelle gamme, plus accessible pour mes jupes transformables en sac
déclinables dans de nombreux tissus et avec la possibilité de créer sur mesure à la demande. Elle sera
visible très bientôt. D’autres réalisations artistiques sont à venir !

Ton mot de la fin ?

Soyez créateur de votre vie en sculptant… vos envies

Propos recueillis par Laurent Amar

« Qui es-tu ? » sur PS4, éclats de rire garantis entre amis

Qui es-tu ?

Qui es-tu ?

Sony aime faire ce dont vous rêvez, c’est bien connu, mais la célèbre marque japonaise aime également innover, notamment en matière de jeu vidéo.
Alors, les petits génies du département PlayStation ont créé une nouvelle gamme de jeux à vocation communautaire, baptisée « PlayLink ».
Les abonnés du PlayStation Plus sont chanceux car ils peuvent télécharger ces nouveaux produits gratuitement. Et la première itération de cette gamme se nomme « Qui es-tu ? ».

Il s’agit d’un quiz, mais très original.
Les différents joueurs doivent répondre à des questions croustillantes les concernant.
Conçu pour deux à cinq joueurs, « Qui es-tu ? » vous permettra d’aborder différents thèmes, et lorsque vous prendrez connaissance des réponses de vos amis, attendez-vous à des éclats de rire !
Plus de 1 000 questions sont disponibles.
Convivialité et proximité font le charme de ce quiz très particulier.

Néanmoins, l’atout principal du jeu est ailleurs. En effet, toujours désireux de démocratiser le jeu vidéo, Sony a pour une fois laissé de côté l’emblématique manette pour le Smartphone ; « Qui es-tu ? » nécessite en effet l’utilisation de votre téléphone portable connecté à votre PS4 ou PS4 Pro. Vous allez devoir dessiner, mais aussi imiter vos amis grâce à la caméra frontale des selfies. Aux joueurs ensuite de décider qui est parvenu à proposer la meilleure imitation, avec des points engrangés en fonction des réponses communes.
De nombreuses fonctionnalités de votre téléphone seront mises à contribution. Mieux vous répondrez aux questions, mieux vous saurez relever des défis, plus vous aurez de chances de remporter la victoire. Le jeu est plein d’originalité et d’humour, fait pour rapprocher, et non pour isoler les joueurs, saluons cette belle initiative qui fait le lien entre les gamers et les casuals.
Merci et bravo Sony !

« Qui es-tu ? » : disponible en téléchargement sur le PS Store à 19 euros, ou gratuit pour les abonnés du PlayStation Plus

Le film « Les Schtroumpfs et le Village perdu » va vous faire schtroumpfer de plaisir, en Blu-ray et Blu-ray 4K.

Les Schtroumpfs et le village perdu

Les Schtroumpfs et le village perdu

Les Schtroumpfs furent créés dans les années 1950 par un petit génie belge de la bande dessinée, le célébrissime Peyo. Appartenant à l’élite des éditions Dupuis, Peyo officiait aux côtés d’autres pointures telles que Franquin, créateur de Gaston Lagaffe ou encore Morris, géniteur du cowboy Lucky Luke.

Devant le succès mondial rencontré par les lutins bleus au chapeau blanc, une série télévisée apparut dans les années 1980 et avec elle, la fameuse chanson « Lala la schtroumpf lala », devenue leur hymne officiel. Curieusement, Hollywood mit du temps à s’emparer du phénomène, malgré le triomphe du Grand Schtroumpf et de sa bande de copains outre-Atlantique. Et c’est Sony Pictures qui acheta les droits pour enfin adapter la série télévisée et la bande dessinée. Naîtra un film « hybride », mi-prise de vue réelle, mi-3D de synthèse, pour les Schtroumpfs notamment.

Nous n’épiloguerons pas sur ces deux longs métrages, de qualité finalement assez moyenne. Ils transposaient nos amis bleus de leur univers médiéval dans un Paris et un New York contemporains… Très mauvaise idée.

Puis, en 2017, sort l’excellent « Les Schtroumpfs et le Village perdu », en ce moment même, en Blu-ray, et notamment en Blu-ray 4K.
Plus de prises de vue réelles avec ce reboot (ce n’est pas une suite des deux films, ndlr), mais un véritable dessin animé tout en images de synthèse, et la différence se fait sentir.

Le pitch est parfait pour les plus jeunes, à qui s’adresse en priorité ce film des studios Sony Animation.
Réalisé par l’excellent Kelly Asbury, spécialiste du genre car on lui doit « La Belle et la Bête, le dessin animé de Disney, pas le film – également de Disney d’ailleurs – et « Shrek 2 ».

La Schtroumpfette part à la recherche d’un village légendaire, peuplé de petits êtres ressemblant fort aux Schtroumpfs, en compagnie du Schtroumpf à lunettes, du Schtroumpf costaud et du Schtroumpf maladroit. Plus qu’une simple expédition, ce voyage initiatique sera pour la jolie blonde une quête personnelle sur ses origines.

La Schtroumpfette et le lapin fluorescent.

La Schtroumpfette et le lapin fluorescent.

Une découverte d’elle-même pour comprendre enfin qui elle est, et quelle est sa place au sein de sa communauté. Bien évidemment, le méchant Gargamel et le facétieux Azraël rôderont, dressant sur le chemin de nos quatre héros maints obstacles destinés à les capturer.
Un scénario somme toute assez mature, mais traité avec suffisamment de légèreté pour que tout le monde y adhère.

Petite précision, le Schtroumpf à lunettes n’est absolument plus ce fayot désagréable et mal-aimé qui passait son temps à ennuyer ses copains. Il est devenu un intellectuel fort apprécié, une sorte de sage. Un choix qui peut paraître étrange de la part des scénaristes, mais finalement pas tant que cela, dans un film s’adressant aux plus jeunes, pour lesquels le harcèlement scolaire constitue un fléau dans toutes les écoles de la planète.

Passons au point fort du long métrage, sa technique. Il s’agit là d’une véritable maestria visuelle, notamment dès que les Schtroumpfs pénètrent dans le pays interdit, où se trouve le fameux village.

Des couleurs chaudes, envoûtantes, hypnotiques, ont été utilisées par la production pour donner à cet univers un graphisme évoquant la magie à chaque recoin.
Une animation réalisée avec ce qui se fait de mieux aujourd’hui.
Le design des Schtroumpfs est enfin redevenu équivalent à celui des bandes dessinées, donc au dessin d’origine, et c’est tant mieux.

Avec une fin plutôt sympathique, qui fera sans aucun doute couler une larme chez les plus petits, ce film est le divertissement parfait pour toute la famille.

Alors, n’hésitez pas et ruez-vous sur le Blu-ray, des « Schtroumpfs et le Village perdu » ! Vous ne le regretterez pas et passerez un excellent moment devant votre téléviseur. Et puis entre nous, vous serez d’accord, la Schtroumpfette le vaut bien !

Laurent Amar