Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour septembre 2018

Le 40e Open Sunreef Power meilleur catamaran à moteur au gala World Yachts Trophies 2018

Le 40e Open Sunreef Diamond Limited Edition

Le 40e Open Sunreef Diamond Limited Edition

Le 40 Open Sunreef Power Diamond Limited Edition vient de recevoir le prix du Meilleur catamaran à moteur lors de la soirée World Yachts Trophies. Ce prestigieux gala récompensant les yachts les plus innovants sur le marché a eu lieu sur la plage de l’hôtel Intercontinental Carlton Cannes le 15 septembre.

Le prix a été reçu par le président et fondateur du chantier Francis Lapp et Nicolas Lapp – chef du bureau d’études au côté de Paulina Zelobowska et Karolina Paszkiewicz représentant le département commercial et marketing.

Le 40 Open Sunreef Power Diamond Limited Edition est un day cruiser ultra dynamique équipé de moteurs Mercury Racing 860 CV et se dotant d’une véritable peinture aux diamants Sun King® Diamond Coating signée Jean Boulle Luxury. Vaste, stable et entièrement personnalisable, ce multicoque surprenant séduit avec ses performances et son aspect éclatant.

Le 40 Open Sunreef Power marque son second triomphe international, le yacht ayant remporté le prix Asia Boating Award dans la catégorie Meilleur bateau de plaisance en dessous de 45 pieds pendant le salon Singapore Yacht Show en avril.

Actuellement en route vers Monaco, le 40 Open Sunreef Power Diamond Limited Edition servira de tender pour l’un des plus imposants superyachts du Monaco Yacht Show pour transporter les invités VIP de l’événement. L’équipe du chantier se tiendra à la disposition des invités tout au long du salon pour y présenter les tout derniers projets de superyachts au stand AL 30 du 26 au 29 septembre dans le Pavillon Superyacht dans le Port Hercules.

Le comédien Patrick Adler s’est confié à stars-media

 

Patrick Adler

Patrick Adler

L’autobiographie de Patrick Adler « Un père et passe » est enfin disponible aux éditions Le Semaphore.
Interviewer un ami est toujours délicat, surtout quand les questions abordent une enfance difficile, mais Patrick s’est livré sans langue de bois à stars-media. Interview :

Bonjour Patrick Adler, Pourquoi cette 1ère autobiographie « Un père et passe », et pourquoi maintenant ?

Bonjour Laurent. Et pourquoi pas ? C’est une idée qui me trottait dans la tête car, depuis longtemps, on me parlait de ma plume alerte.
Souvent la question fut posée : n’as-tu jamais pensé à écrire un livre ?
Un livre, oui, mais sur quel sujet ?
La réponse tomba comme une évidence : j’en ferais une autobiographie, forcément romancée et empreinte d’humour, vu la teneur du sujet qui est la maltraitance. J’ai eu la pudeur d’attendre qu’il ferme les yeux. Je n’aurais pas commis ce livre de son vivant, même si nous ne nous voyions plus depuis presque 20 ans.

Y-a-t-il un lien entre le fait que vous soyez devenu comédien et votre enfance compliquée ?

Sûrement. J’étais déjà « populaire au collège, au lycée, à la fac. Après quelques années à enseigner en lycée, j’ai vite compris que j’aurais tôt fait de passer de l’estrade à la scène.

J’avais déjà commencé à présenter des galas, animer des soirées en discothèque jusqu’à ce jour où je me décidai à envoyer une missive à Michel Drucker ainsi qu’une cassette-démo de mes imitations.
Il m’appela aussitôt et me reçut avec les honneurs à Champs-Élysées, c’était un 14 février 1989, au siècle dernier, donc !
Je m’apprêtais alors à passer le CAPES d’Allemand en interne. Je me mis en disponibilité dès la rentrée septembre 89 et le suis encore, presque 30 ans après.

CVT_Un-pere-et-passe_6724

« Un père et passe » par Patrick Adler aux éditions Le Semaphore

Retrouvez-vous, parfois, dans le monde du show-biz une violence morale similaire à celle que vous avez vécu étant plus jeune, notamment au sein de votre cercle familiale.

Je suis arrivé assez tard dans le milieu du show-business, j’avais 32 ans, j’étais donc quelque peu aguerri et n’ai pas subi outre mesure la violence mentionnée.De plus, je crois avoir du répondant par la parole !

Vous êtes comédien, humoriste, auteur et même imitateur, que préférez-vous ?

Les 4 fonctions, mon général (rires) ! Étant un peu cabotin, je privilégie encore la scène mais l’écriture me tente de plus en plus.
D’ailleurs un second Opus est en en préparation, j’y travaille d’arrache-pied, devant rendre le manuscrit avant janvier 2019 à mon éditeur.

Vos projets Patrick ?

J’ai un second roman en cours et continue ma tournée avec « Adler en voix…du lourd ! »

Votre mot de la fin ?

La seule fin que je connaîtrai est la mort, il n’y a donc pour l’heure pas de fin !

 

Propos recueillis par Laurent Amar