Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘A la une’

Les mille et une féeries du « Bal de la baronne Béatrice »

Les comtesse et les marquis du Bal de la baronne Béatrice

Les comtesse et les marquis du Bal de la baronne Béatrice

Chaque année, Saint-Jean-Cap-Ferrat accueille avec bonheur l’un des évènements majeurs de la Côte d’Azur, le « Bal de la baronne Béatrice » à la villa Ephrussi de Rothschild.

Organisée par L’association culturelle Monégasque AIDA sous la direction artistique de la Comtesse Calypso de Sigaldi, cette fête a de nouveau émerveillé les convives, qui eurent la sensation réjouissante de vivre pour un soir une autre vie, dans un autre monde, à une autre époque.
Après la Belle Époque en 2016, l’orientalisme et le japonisme en 2017, place aux Fêtes galantes et à l’illustre monarque Louis XV.

Quand les invités de Calypso pénétrèrent en ce lieu si particulier, la villa Ephrussi, tous étaient parés en tenue de marquis, de baronne, de comtesse, de vicomte, dans la plus pure tradition du XVIII e siècle et dignes de La Pompadour ou du célèbre Philippe d’Orléans.
Nul besoin de vous préciser l’élégance et la beauté de ces habits, dont le charme ne subit en aucun cas le temps qui passe.
Après une arrivée dans des cabriolets de la Belle Époque, les invités entrèrent dans la villa, où de délicieuses coupes de champagne de la marque Römerhof les attendaient.

Les novices découvrirent les merveilles que recèle ce bal hors du temps, créé pour retrouver les plaisirs festifs de la Haute Aristocratie qui organisait de grands bals à thème jusqu’au milieu du XXe siècle. Cette dernière célébra les Fêtes galantes avec un brio certes inégalable, mais dont l’essence a magistralement été captée par Calypso.
Puis le dîner fut servi dans les jardins de la villa, autour de tables fleuries, accompagné de la « Cuvée de la Baronne », mise au point par Xavier Combes du Vignoble Art-Mas, pour sublimer les mets de ce « Dîner de Roi ».

Elizabeth Wessel, Baron Michel de Brawney et Calypso de Sigaldi

Elizabeth Wessel, Baron Michel de Brawney et Calypso de Sigaldi

Parmi les invités, M. le Maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, Jean-François Dieterich, fidèle parmi les fidèles de l’évènement, mais aussi M. le baron Michel de Brawney, Frédéric Garnier, créateur de la vodka « Le Baron Garnier », partenaire du bal depuis le début. Sans oublier la pianiste Clémence Guerrand.

Les convives de Calypso ne purent quitter la villa sans un cadeau « parfumé ». En effet, le partenaire en fragrance de cette année « Layedepierre » crée des parfums sur mesure. Il possède également une gamme plus confidentielle de parfums luxueux dont le plus prestigieux, présenté dans un coffret de bois précieux et une bouteille en or massif, coûte 60 000 €. La marque offrit dans une pochette, avec le magazine des Fêtes galantes rédigé par Calypso de Sigaldi et ses équipes de l’association AIDA, un merveilleux parfum aux senteurs d’antan.
Pour nous les hommes, ce fut « Paon Royal », juste enivrant !

Toutes les meilleures choses ont une fin, et il nous fallut dire adieu à Béatrice de Rothschild, à Louis XV, à Philippe d’Orléans et à La Pompadour, dont les fantômes bienveillants nous auront accompagnés tout au long de ce bal désormais mythique.
Un bel hommage qu’ils ont vécu en notre compagnie et qui sans doute, nous l’espérons, les a honorés.

Rendez-vous l’année prochaine, Calypso de Sigaldi ! Un petit indice sur le thème du prochain bal : regardez donc vers l’eau bleutée de la mer Égée !

Laurent Amar

Laurent Puons nous parle du Festival de Télévision de Monte-Carlo 2018

Laurent Puons :  CEO Festival de Télévision de Monte-Carlo

Laurent Puons, CEO Festival de Télévision de Monte-Carlo

Vous le savez, c’est une tradition à Stars-media, à chaque Festival de Télévision de Monte-Carlo, nous interrogeons son charismatique vice-président délégué, Laurent Puons, afin de dresser un premier bilan. C’est donc sous le soleil monégasque que nous sommes partis à la rencontre de Laurent, et comme toujours, il a des choses passionnantes à nous raconter sur les coulisses de ce Festival célèbre dans le monde entier. Interview :

Bonjour Laurent Puons, de nombreuses stars internationales, notamment américaines, ont foulé le tapis rouge du Festival de Monte-Carlo cette année. Était-ce une volonté de votre part de réunir autant de célébrités venues d’outre-Atlantique ?

Bonjour Laurent, par définition, le Festival de Télévision de Monte-Carlo représente avant tout un évènement international. Il était donc nécessaire d’inviter et de réunir dans un même lieu un nombre important de stars étrangères ou françaises. Mais le plus important, ce n’est pas la quantité des personnalités présentes au Festival, mais la qualité de ces artistes. Je dois dire que, pour cette édition 2018, nous avons eu les deux, la quantité et surtout la qualité.

Amazon Prime Video était au rendez-vous du Festival 2018 avec l’avant-première de la nouvelle série « Jack Ryan ».

Absolument. Je suis fier d’avoir ouvert la 58 e édition du Festival de Télévision de Monte-Carlo avec une production Amazon. Nous avons non seulement la confiance des studios traditionnels, mais également celle des plates-formes digitales. Quand on se veut être le Festival de Télévision leader en Europe, il est essentiel de démontrer que l’on peut attirer les nouveaux acteurs digitaux que sont Amazon et Netflix.

Pensez-vous qu’Amazon, qui vient d’acquérir les droits d’adaptation en série du « Seigneur des Anneaux », en fera l’avant-première à Monte-Carlo ?

Nous avons d’excellents contacts avec Amazon, je rappelle d’ailleurs qu’ils étaient présents l’an dernier avec « The Last Tycoon ». Cette année encore, ils étaient donc là avec l’avant-première mondiale de « Jack Ryan ». En termes de stratégie commerciale et de communication, le Festival est pertinent pour Amazon, et selon leur calendrier, nous pouvons tout à fait espérer faire l’avant-première mondiale du « Seigneur des Anneaux » à Monte-Carlo.

Un mot sur la « Nymphe de Cristal » de l’actrice américaine Mariska Hargitay ?

Cela fait vingt ans que Mariska porte avec brio le succès de la série « New York, unité spéciale » et il me semblait important de la récompenser. Notre Président d’Honneur, le prince Albert II lui a remis la « Nymphe de Cristal ». C’était un excellent choix: le discours qu’elle a prononcé à cette occasion a été tout simplement merveilleux.

Je trouve formidable en termes d’évènementiel la soirée des séries, qui rend hommage aux séries télévisées en général. Un mot là-dessus ?

C’est une initiative que j’ai mise en place il y a deux ans. Nous nous étions retrouvés au dernier moment sans sponsor pour une soirée. Nous n’avions donc plus de thématique pour l’évènement. J’ai réuni mes équipes afin de trouver une solution et nous avons décidé de créer la « soirée des séries télé », afin de célébrer ces dernières.
Je dois avouer que le concept fut un immense succès auprès des convives.

Pensez-vous que les séries télévisées sont en train de supplanter le cinéma ?

Le cinéma aura toujours la part belle dans le cœur du public, il ne faut pas rêver. Cependant, les séries télévisées ont de très belles années devant elles, d’autant plus que la barrière entre les séries et le cinéma est tombée. Des acteurs ou des actrices de cinéma n’hésitent plus désormais à jouer dans des séries télévisées. J’ajoute qu’il y a de plus en plus d’argent investi dans les séries et c’est tant mieux ; un bel exemple est la série « Jack Ryan », présentée hier au Festival et qui a l’ampleur d’un film de cinéma à grand spectacle, avec son lot d’effets spéciaux et d’explosions. Mais oui, on peut le dire, la série TV, peu à peu, gagne des points sur le cinéma. Je ne serai d’ailleurs pas étonné si un jour nous apprenions que Tom Cruise joue dans une série.

Cher Laurent, votre mot de la fin ?

J’espère pouvoir faire une édition aussi importante, si ce n‘est plus, que celle de cette année. Mais je tiens surtout à remercier mes équipes qui s’impliquent dans l’organisation de cette manifestation avec une motivation et un talent sans limite.
Elles ont toutes ma confiance et je vois chaque année le résultat de leurs efforts, ils sont plus que probants ! Je les félicite chaleureusement.

Propos recueillis par Laurent Amar

Festival de Monte-Carlo : rencontre avec les stars de « Demain nous appartient » sur TF1

58E FESTIVAL DE TELEVISION DE MONTE CARLO : DEMAIN NOUS APPARTIENT Crédit Photo : © festival de television de Monte Carlo

58E Festival de Télévision De Monte-Carlo : DEMAIN NOUS APPARTIENT
Crédit Photo : © festival de télévision de Monte Carlo

C’est au forum Grimaldi, lors du 58 e Festival de Télévision de Monte-Carlo, que nous avons eu la chance de rencontrer les stars de la série phare de TF1, « Demain nous appartient », au succès grandissant.

Faisant les beaux jours de l’access prime-time sur la première chaîne de France, « Demain nous appartient » réunit un casting de choix : Lorie Pester, Charlotte Valandrey, Anne Caillon, Maud Baecker, Ingrid Chauvin, Alexandre Brasseur et j’en passe, un vrai panel de stars. Nous avons pu leur poser quelques questions.

Questions pour Charlotte Valandrey
Bonjour Charlotte, comment vous êtes-vous retrouvée sur « Demain nous appartient » ?

Bonjour Laurent, cela fait quinze ans que j’avais très envie de rejouer dans une comédie.
De plus, « Demain nous appartient » est une série que je porte dans mon cœur. Hubert Besson, le premier producteur, avait pensé à moi pour l’un des rôles principaux et je ne le remercierai jamais assez.

Comment expliquez-vous le succès de la série ?

C’est une série quotidienne, mais je ne savais pas du tout ce qui allait se passer, si on allait vers un succès ou un échec. L’équipe, je pense notamment aux producteurs, aux scénaristes, aux techniciens, et bien sûr aux comédiens, tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes et c’est aussi pour cette raison que le succès ne se dément pas. Je suis vraiment très heureuse de faire partie de cette aventure.
Enfin, les téléspectateurs apprécient le casting, composé de nombreuses personnalités.

Questions pour Alexandre Brasseur
Bonjour Alexandre, pensez-vous que la série à venir sur France 2, « Grand Soleil », ainsi que « Plus belle la vie » peuvent constituer un danger pour le succès de « Demain nous appartient » ?

Salut Laurent, franchement non, je pense au contraire que le succès des uns amène celui des autres.
Il ne faut pas avoir peur du succès des autres.
Nous sommes tous sur des créneaux différents, avec des intrigues différentes. À mon avis, les spectateurs attirés par ces séries regarderont les trois sans aucun problème.

Questions pour Maud Baecker
Maud, la popularité de votre personnage dans la série a-t-elle changé votre vie ?

Absolument, Laurent, je vois la différence avec le théâtre. Beaucoup de fans regardent « Demain nous appartient ». Je joue actuellement dans un film et des téléspectateurs de la série viennent voir le film pour me retrouver. De nombreuses personnes m’arrêtaient dans la rue en m’appelant « Anna » ; désormais, les gens font la différence et m’appellent Maud. Mais oui, c’est vrai, en un an, ma vie a vraiment changé.

Propos recueillis par Laurent Amar

La haute couture à l’honneur à la villa FGC durant le Festival de Cannes

Julie Jardon à la Villa FGC, habillée en Do Thrin Hoai Nam

Julie Jardon à la Villa FGC, habillée en Do Thrin Hoai Nam

L’an dernier déjà, la villa Fashion Glam Couture et sa directrice France Marie Myriam Larrière avaient fait sensation lors du Festival de Cannes.

Pour la première fois, une villa cannoise accueillait des créateurs, des accessoiristes, des parfumeurs, plus simplement des artistes, venus de tous les horizons pour célébrer le Festival et la mode. En effet, comment ne pas reconnaître l’aspect indissociable du cinéma et de la haute couture ?

Myriam l’a bien compris en conviant de talentueux designers à la villa FGC.

Pour 2018, ses équipes ont vu les choses en grand, avec encore plus de créateurs et de robes magnifiques. Mais aussi, et c’est nouveau, les hommes furent à l’honneur grâce à JMF, ou Jean-Michel et Frédéric, deux Guadeloupéens dont vous entendrez bientôt parler.
D’ailleurs, passons en revue les créateurs qui ont fait le déplacement.
Démarrons par les grands couturiers comme Do Trinh Hoai Nam. Ce jeune Vietnamien est venu avec toute son équipe présenter des robes sublimes, portées par de nombreuses personnalités, notamment par Julie Jardon, mannequin et compagne d’Igor Bogdanoff. Notons que, à l’instar de JMF, Do Trinh Hoai Nam a habillé les hommes avec des vestes remarquables.
La créatrice suisse Estelle Rochat a également beaucoup plu, en parant la célèbre Loana, plus grande star française de téléréalité, d’une robe noire de toute beauté.
Mayssa, la créatrice franco-orientale nous a régalé de ses robes si originales venues tout droit des pays méditerranéens.
Un défilé lui a d’ailleurs été entièrement dédié à la villa FGC, les mannequins ont émerveillé le public.
J’aurai moi-même bientôt le privilège d’être le premier homme à porter un costume créé par Mayssa Créations.
Citons enfin, toujours chez les créateurs, la Cannoise Patricia Ficara de Créations Patricia F. Des robes d’une élégance très remarquée à la villa FGC.

Loana, lors d’une flamboyante montée des marches en mon humble compagnie, fut très remarquée par les médias, vêtue ainsi.
Les accessoiristes ne furent pas oubliés, en particulier les créateurs de bijoux Pascale Guin et sa marque Terra Bella, le sympathique fondateur de la marque Dilip et la talentueuse Arminé, inventrice de by fleur de Jade. Tous ont « bijouté » des stars pendant le Festival de Cannes.

Laurent Amar habillé en JMF Création, et Loana habillée par Estelle Rochat lors de leur montée des marches.

Laurent Amar, habillé en JMF Créations, et Loana habillée par Estelle Rochat, lors de leur montée des marches.

Mais il n’y a pas que les bijoux. Les nœuds papillons, les sacs et même les parfums, n’étaient pas en reste. Citons Laura Gonzalez et ses superbes nœuds papillons sous griffe LG Créations. Colorés et parfaitement dessinés, ceux-ci offrent cette petite touche de folie et d’élégance, parfaite pour le tapis rouge. Je portais moi-même un nœud papillon bleu marine de Laura lors de ma montée des marches avec Loana et j’ai eu droit à de nombreux compliments.

Pour les parfums, n’oublions pas July of St Barth, de Juliette Lespinasse. Enivrants, ils furent les fragrances préférées des stars de passage à la villa FGC. Juliette est également créatrice de magnifiques chapeaux aux couleurs qui sentent bon le sable chaud des Caraïbes.
N’oublions pas non plus les robes By Esther, qui rencontrèrent un franc succès à la villa FGC, autant chez les stars que chez les simples visiteurs.
Concernant les accessoiristes, retenons la marque Pat & Pat (diminutif de Patrice et Patricia), qui présentait de fort jolis sacs et nœuds papillons, très originaux.
Enfin, évoquons l’artiste peintre Anne Marie Torrisi, dont les toiles très réussies enchantèrent les invités.
Mention spéciale pour les bijoux Oxalis par Sandrine Jacquinot. Ces créations à la fois chic et bohèmes, entièrement fabriquées à la main par Sandrine, ont enchanté les people de passage à la villa FGC. En métal, avec des perles ou même des pompons, aux couleurs chatoyantes ou plus sobres, ces œuvres n’ont pas manqué de sublimer les stars de la Croisette. Nous pensons notamment à Sandra Sisley et son collier Oxalis violet, dont elle fut parée une soirée entière. Sandrine Jacquinot propose également de magnifiques sacs en osier, au charme provençal, qui sied parfaitement à ses racines cannoises.

Mais il y avait surtout des célébrités à la villa Fashion Glam Couture. Myriam Larrière et moi-même avions convié des personnalités importantes, comme le roi des jet-setters Massimo Gargia, la «vraie » star de la saga « Taxi », l’acteur Samy Naceri, accompagné de sa femme Marie et de son frère comédien et cinéaste Bibi Naceri. Étaient présents également, et grâce à notre attachée de presse Esther Meyniel, la chorégraphe et danseuse Mia Frye, le chanteur Daniel Lévi ou encore l’acteur Jimmy Jean-Louis.
Comme nous l’avons dit, Igor Bogdanoff et sa fiancée Julie Jardon faisaient partie des visiteurs comblés de la villa FGC.
Le chanteur du groupe « Santa Esmeralda » nous fit une visite surprise lors d’une soirée et nous gratifia même du refrain, chanté a cappella, de son tube « Dont Let Me Be Misunderstood ».
L’actrice américaine Jon Mack fut également présente, ainsi que la chanteuse française Myriam Abel, interprète du succès « Donne », écrit et composé par Lara Fabian.

Igor Bogdanoff, Julie Jardon, Laurent Amar, France Marie Myriam Larrière et Benjamin Zeitoun.

Igor Bogdanoff, Julie Jardon, Laurent Amar, France Marie Myriam Larrière et Benjamin Zeitoun.

Et bien sûr, comment ne pas mentionner de nouveau Loana? La jolie blonde est donc apparue dans une robe Estelle Rochat pour unemontée des marches, à mes côtés, sans aucun doute l’évènement le plus médiatique du Festival de Cannes.
N’oublions pas non plus la présence à la villa FGC, en tant que parrain 2018, de son Altesse Royale le prince Bokassa, qui eut d’ailleurs sa soirée dédiée le 11 mai.

Des stars, des soirées princières, mais surtout des créateurs de talent dans une villa de rêve, le Festival de Cannes 2018 de Fashion Glam Couture fut réussi au-delà de toute espérance.
Nous disons donc un grand merci aux créateurs et designers pour leur confiance, ainsi qu’à France Marie Myriam Larrière et son conseillé en stratégie & communication Lakdar K pour leur courage, leur volonté et leur imagination.
Sans eux, un tel évènement entièrement consacré à la haute couture, en plein Festival de Cannes, n’aurait pas été possible.

Rendez-vous l’année prochaine, Myriam et Lakdar !

Laurent Amar

La suite Sandra and Co a accueilli des marques durant le Festival de Cannes

Durant le déjeuner parfumonnous.fr

Durant le déjeuner parfumonnous.fr

Dans la fameuse suite de Sandra Sisley pendant le Festival du film, il y a des stars, des VIP, du champagne et des évènements chics et très privés. Mais pas que… Il y a aussi des rendez-vous plus « corporate », plus business, dédiés à l’innovation, au commerce et même au prêt-à-porter.
Tel fut le cas lors de ce 71 e Festival de Cannes avec la présentation de trois sociétés innovantes sur cette terrasse désormais incontournable.
Trois sociétés qui présentaient chacune des produits différents, mais de qualité et surtout très aboutis.
C’est sous le soleil cannois, sur deux journées, que nous avons eu la chance de les découvrir.

Commençons par un site Internet qui nous a réellement séduits, « parfumonsnous.fr ».

Il s’agit de la solution idéale pour acquérir des parfums, des cosmétiques ou même du maquillage à un prix défiant toute concurrence. Vous y trouverez des remises pour des produits de grandes maisons, atteignant parfois les 60 %.
Le site se révèle intuitif et accessible. Il vous suffira de naviguer entre les différentes catégories et marques, et plus de 10 000 références vous seront proposées.
Pour ceux qui veulent payer moins cher un parfum prestigieux sans avoir à se déplacer, parfumonsnous.fr nous paraît être un excellent choix. C’est donc une belle start-up, pleine d’avenir, qui nous a été présentée sur la suite de Sandra.
Nous lui souhaitons bonne chance et nous sommes certains que les clients vont d’ores et déjà se connecter sur le site Internet et commander à des prix extrêmement intéressants des produits jusque-là réservés à des enseignes comme Sephora ou Marionnaud.

Restons dans l’univers de la beauté et du bien-être avec Lysedia.

Le stand Lysedia

Le stand Lysedia sur la terrasse Sandra and Co

Cette marque, entièrement consacrée aux cosmétiques et aux produits de beauté, fut créée il n’y a pas si longtemps par Isabelle Margnat, docteure en pharmacie.
Lysedia propose toute une gamme de crèmes anti-âge ultra-performantes, à base d’acide hyaluronique, de thalassine, de lys blanc, de spiruline et d’huile de figue de Barbarie.

Ces cinq actifs surpuissants font partie intégrante d’une technologie brevetée anti-âge du nom de RegeCell X5, exclusivité de Lysedia.
Ce qui nous a frappés lors de la présentation Lysedia, sur la terrasse de Sandra Sisley, c’est l’importance du choix proposé par la marque, n’importe quelle femme… ou n’importe quel homme trouvera une crème adaptée à ses besoins. Nous avons été particulièrement séduits par la nouveauté de Lysedia, le baume à lèvres nourrissant. Absolument indispensable pour celles et ceux qui souhaitent conserver des lèvres pulpeuses et rajeunies.
N’hésitez surtout pas à vous rendre sur le site de lysedia.com pour en savoir plus, vous y verrez des produits cosmétiques parmi les plus performants du marché.

Terminons cette visite corporate de la suite Sandra and Co par la marque Wonderbra.

Les célèbres soutiens-gorge destinés à sublimer la poitrine des femmes y avaient toute leur place. Mes consœurs journalistes furent d’ailleurs conquises par la nouvelle gamme exposée lors de la présentation. Notons également l’apparition de la culotte Wonderbra, assortie aux soutiens-gorge. Nul doute que des femmes en robes de soirée sauront séduire comme jamais en Wonderbra.
Nous avons donc eu droit à deux journées passionnantes, chaleureuses et conviviales sur la suite Sandra and Co. Bravo à ces trois marques et remercions-les de leur présence au 71 e Festival de Cannes !

Laurie Cholewa et les équipes Wonderbra

Laurie Cholewa et l’équipe Wonderbra

Rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles aventures sur la suite de Sandra Sisley.

Laurent Amar

Un vent de liberté souffle sur la Plage Magnum qui accueille le film En liberté signé Pierre Salvadori.

L'équipe du film "En liberté !" sur la plage Magnum.

L’équipe du film « En liberté ! » sur la plage Magnum.

Le chic, le glamour et le cinéma sont à l’honneur sur la plage Magnum durant ce 71 e Festival de Cannes.

En effet, pour son premier film sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, Pierre Salvadori signe une nouvelle comédie où il a fait appel à un casting déjà connu de sa caméra.

Il retravaille ainsi avec Audrey Tautou, qu’il avait déjà fait tourné dans De vrais mensonges en 2010 et Hors de prix en 2009. On avait revu l’actrice en 2016 dans L’Odyssée. A ses côtés Pio Marmaï (Le Premier jour du reste de ta vie – Ce qui nous lie), qui avait travaillé dans le dernier long-métrage du réalisateur Dans la cour (film qui valu à Catherine Deneuve une nomination au César de la meilleure actrice en 2014).

A l’affiche également de En Liberté on retrouve Adèle Haenel, bien connue de la Croisette (120 battements par minute l’année dernière – César de la meilleure actrice en 2015 pour Les Combattants et César de la meilleure actrice dans un second rôle en 2014 pour Suzanne) qui tient le rôle de Suzanne.
Le réalisateur Pierre Salvadori avec Vincent Elbaz, Pio Marmaï et Adèle Haenel ont fêté leur projection sur la piste de la Plage Magnum. Nous avons pu également accueillir : Romain Duris, Panayotis Pascot, Mehdi Dahmane (« A genoux les gars »). L’ambiance fut belle et festive, le champagne Perrier-Jouët et les glaces Magnum offerts aux invités toujours aussi délicieux.

Notons la présence à cette soirée de la star Nabilla, qui a fait un détour très remarqué par la plage Magnum.

Laurent Amar

Les deux premières soirées de la plage Magnum ont enflammé la Croisette

EDITORIAL USE ONLY Bella Hadid stuns in head to toe Alexander Wang at the Magnum x Alexander Wang ÔTake Pleasure SeriouslyÕ party in Cannes, France. PRESS ASSOCIATION Photo. Picture date: Thursday May 10, 2018. Photo credit should read: David Parry/PA/Magnum

Bella Hadid déchaine les photographes sur la plage Magnum Photo crédit : David Parry/PA/Magnum

Avec Bella Hadid et Alexander Wang, la soirée d’inauguration de la plage Magnum fut l’événement incontournable de la Croisette.
Suite à la conférence de presse qui eut lieu dans l’après-midi, les deux stars américaines, égéries 2018 de la célèbre marque de glace, ont sublimé le Festival du film.

De très nombreux admirateurs se pressèrent pour tenter de les apercevoir à leur arrivée sur la plage Magnum.
Bella, magnifique comme toujours, a posé devant une foule de photographes en délire.

Alexander Wang, le créateur de mode qui représente Magnum cette année aux côtés de Bella, a lui aussi provoqué son petit effet. Un duo chic et glamour fort bien choisi pour symboliser la marque.
Magnum se montre généreux avec ses convives, la marque de champagne Perrier-Jouët a ravi les papilles d’invités triés sur le volet, et ce sera ainsi pour chaque cocktail-party de la plage.

Pour sa première soirée consacrée au cinéma, la plage Magnum a accueilli « Joueurs » (Treat Me Like Fire), présenté à la Quinzaine des Réalisateurs. Au cours de la soirée, ont foulé le « tapis rouge » de la plage Magnum les talents à l’affiche du film : Tahar Rahim (César en 2010 du meilleur espoir masculin et César du meilleur acteur pour « Le Prophète » (déjà à Cannes pour « Grand Central » et « Les Anarchistes »), Stacy Martin qui avait présenté ici « Le Redoutable » l’an dernier, ou encore Karim Leklou, très remarqué en 2015 dans « Un Coup de chaud ».

Tahar Rahim et Stacy Martin Crédit photo : Magnum - Festival de Cannes © Matthew Oliver

Tahar Rahim et Stacy Martin
Crédit photo : Magnum – Festival de Cannes © Matthew Oliver

D’autres célébrités sont venues célébrer la présence cannoise de ce long-métrage, lors de cet évènement sur la plage Magnum, comme Camille Chamoux ou encore Fabrice Éboué.

Laurent Amar

God of War : le plus beau jeu vidéo de la 8e génération de consoles

God of war

God of war

Cela faisait huit ans que nous attendions fébrilement le retour du demi-dieu spartiate Kratos, exterminateur des seigneurs de l’Olympe.
Un antihéros en quête de vengeance, père d’un garçon assassiné, époux d’une femme assassinée…
God of War 3 nous avait laissé avec un Kratos condamné à l’exil, malgré le dénouement qui avait vu la mort, à la suite d’un combat mémorable, de son père Zeus, dieu des dieux.
Huit années, c’est ce qu’il aura fallu au studio de Sony Santa Monica pour mettre au point une véritable suite. Nous disons bien « suite » et non « reboot ». Fort heureusement, Cory Barlog, le producteur et réalisateur du jeu, a catégoriquement refusé de faire table rase du passé, et inscrit au contraire ce nouveau God of War dans la continuité du 3 e épisode.
À l’annonce de cette nouvelle, les fans de la saga, dont je fais partie, ont ressenti un grand soulagement.

L’héritage de Kratos est intact, et ce nouvel opus va donc poursuivre une aventure démarrée en 2005, avec God of War 1.
Souvenez-vous, Kratos vient d’achever sa vengeance en tuant les maîtres dieux de l’Olympe, dont son propre père, Zeus. Pour trouver une paix intérieure, il choisira l’exil, quittera la Grèce antique pour le nord de l’Europe, plus précisément à Midgard, la contrée aux neuf royaumes, gouvernée avec cruauté par les dieux d’Asgard, dont le chef est Odin, équivalent de Zeus.

L’histoire démarre alors que la seconde épouse de Kratos vient de mourir. Mais le spartiate n’est pas seul, il a un fils, Atreus. Ils vivent depuis des années au sein d’une forêt de Midgard, à Fauvebois, dans une modeste hutte.
Alors qu’il vient d’immoler le corps de sa bien-aimée, mère d’Atreus, Kratos et celui-ci s’apprêtent à partir pour un long périple dans le but de répandre les cendres de la défunte, depuis le plus haut sommet de Midgard. Mais voilà, Odin et ses fils, qui règnent d’une main
de fer sur Asgard et Midgard, ayant eu vent de la présence de ce tueur de dieux, feront tout pour l’éliminer, et donc l’empêcher d’accomplir sa quête.

Si God of War ne fait pas table rase du passé, il bénéficie néanmoins d’une refonte totale de son Gameplay. Exit la vue du dessus avec un chemin entièrement balisé. Désormais, Kratos et son fils évolueront dans un monde ouvert, avec un système de caméra placée derrière le héros, directement hérité de Resident Evil 4.

Les combats ne pâtissent absolument pas de cette nouvelle donne. Kratos est particulièrement agile, et des icônes en forme de flèche s’affichent pour signaler aux joueurs de quel côté arrivent les attaques.
Mais surtout, il y a Atreus, archer hors pair et pièce maîtresse du spartiate dans les situations les plus extrêmes. Le fiston maniera son arc avec dextérité et ne représentera en aucun cas une contrainte pour le joueur. Un simple bouton sur la Dual Shock, le carré en l’occurrence, sera nécessaire pour donner des ordres à Atreus et bénéficier ainsi d’une aide salvatrice tout au long du jeu.

Kratos et son jeune fils Atreus

Kratos et son jeune fils Atreus

Le duo formé par Kratos et son fils est au cœur de la narration, avec une écriture qui va sans doute parler aux joueurs ayant la chance d’être père. Le spartiate s’efforcera de protéger son jeune garçon malgré de terribles épreuves, et Atreus n’aura de cesse de vouloir se
rapprocher d’un homme austère, peu affectueux, du moins en apparence.
Mais parlons de ce qui fait le sel du nouvel épisode de la saga, la technique.
On peut le dire, Cory Barlog et ses équipes ont accompli un véritable miracle. Des claques graphiques, on en prend désormais souvent sur Playstation 4, et notamment sur Playstation 4 Pro. Horizon Zero Dawn, Uncharted The Lost Legacy, Uncharted 4, et bientôt, avec Spiderman et Detroit : Become Human.
Mais nous pensons très sincèrement que God of War constitue l’aboutissement ultime d’une technologie, celle de la 8 e génération de consoles. Les décors, les effets de particules, l’éclairage, notamment avec le HDR si vous êtes l’heureux possesseur d’une PS4 Pro, sont saisissants.
Mais aussi l’animation des héros et du bestiaire. Chaque ennemi a bénéficié d’un travail quasiment artisanal pour donner vie aux adversaires de Kratos.
Le monde de Midgard est servi par des graphismes hypnotiques, représentant ce qu’il y a de mieux à l’heure actuelle sur console. Bravo à Sony qui réaffirme sa suprématie sur une concurrence de plus en plus à la ramasse ! Toutefois, cela n’engage que nous.

La presse mondiale est dithyrambique avec un impressionnant 94/100 sur le site metacritic (site américain faisant la synthèse des notes données à un produit de divertissement, ndlr).
Les joueurs du monde entier ont d’ailleurs réservé un accueil triomphal au spartiate avec plus de 3 millions de copies vendues en seulement 3 jours.
Une réussite commerciale et critique largement méritée, car God of War est un jeu généreux, proposant, outre la quête principale qui vous occupera environ 25 heures, des quêtes secondaires et des défis, tous scénarisés, récompensant réellement le joueur.
Il y a tant à dire sur ce nouvel épisode de la saga God of War…

Kratos face au dragon dans une séquence époustouflante.

Kratos face au dragon dans une séquence époustouflante.

Pour conclure, nous aimerions simplement dire « merci ».
Merci à Cory Barlog et à ses équipes du studio Santa Monica d’avoir passé tant d’années à la réalisation de ce projet titanesque. Nous vous invitons d’ailleurs à voir les photos de Cory avant et après la gestation
de God of War, l’homme n’est physiquement plus le même.
Merci à Sony de laisser sa chance aux jeux solo narratifs, résistant ainsi à l’invasion toujours
plus pressante des jeux multi-joueurs.
Enfin, merci au jeu vidéo d’exister, de nous faire rêver en nous embarquant dans des univers aussi fantastiques. God of War, exclusivement sur Playstation 4, en est aujourd’hui le porte-étendard.

Note de la rédaction : 20/20
Disponibilité : Déjà dans les bacs
Prix public : 69 euros
Machine : Exclusivement sur PS4/Pro

Laurent Amar

La suite Sandra & Co nous prépare un festival de folie

Sandra Sisley

Sandra Sisley

Une myriade de stars s’apprête à se rendre dans un des lieux les plus prisés de la Croisette lors du Festival du film, vous l’aurez deviné, la suite Sandra & Co.

Au programme cette fois-ci, la célébration des cinq ans de cette suite mythique, créée par Sandra Zeitoun-Sisley, épouse de l’acteur Tomer Sisley.
Mais aura lieu également une soirée pour promouvoir la lutte contre les cancers féminins, à la demande de l’association Geneticancer et de sa présidente Lætitia Mendes. Sandra, marraine de l’association et d’un altruisme connu de tous, a bien évidemment accepté.

Des invités ultra-VIP, triés sur le volet, auront le plaisir de déguster un délicieux champagne Perrier-Jouët, partenaire officiel de la suite.
En outre, les femmes, le cinéma, la musique et la culture en général seront mis à l’honneur chaque soir par Sandra Sisley et ses équipes.

Il se passera bien des choses dans cette suite Sandra & Co et vous pouvez compter sur Stars-media pour vous donner un résumé des soirées en ce lieu pas comme les autres. Ce sera comme si vous y étiez.

Laurent Amar

La plage Magnum de retour au Festival de Cannes avec Bella Hadid et Alexander Wang

Alexander Wang et Bella Hadid

Alexander Wang et Bella Hadid

Préparez-vous à croquer les meilleures glaces du monde ! Magnum revient sur la Croisette avec sa plage désormais mythique et indissociable du Festival de Cannes.
Mais c’est aussi pour la marque l’occasion rêvée de démarrer sa campagne 2018 en présentant sa nouvelle égérie.
Après Kendall Jenner et Cara Delevingne, place au mannequin Bella Hadid, mondialement connue. La belle brune aux yeux bleus ne viendra pas seule à Cannes, elle sera accompagnée du designer Alexander Wang.

Dans le nouveau film promotionnel, on peut voir les deux stars, complices, prendre un malin plaisir à déguster des glaces Magnum, et nous les comprenons. Le nom de ce nouveau spot publicitaire n’est pas un hasard : « Prendre le plaisir au sérieux ».
Toutes les stars cannoises se donneront sans aucun doute rendez-vous sur la plage Magnum lors de ce 71 e Festival de Cannes. Comme la Miss France 2016 Iris Mittenaere et sa marraine de cœur Sylvie Tellier. Petite nouveauté cette année, un plateau télé animé par la journaliste Audrey Pulvar, en partenariat avec le site e-cinema.com
N’oublions pas également les nombreuses soirées films qui feront sans aucun doute de la plage Magnum, comme chaque année, le lieu le plus hype du festival.

Plus d’informations sur la plage Magnum et sur la nouvelle égérie Bella Hadid à partir du 10 mai prochain.
Nous vous invitons d’ores et déjà à visionner l’excellent clip Magnum cuvée 2018 en cliquant
sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=JfyHuHHvnNM

Laurent Amar

Concours « Révélation des étoiles » : tremplin pour une carrière internationale

L'organisatrice de l'évènement Anastasia Gaï en compagnie de son partenaire, le célèbre Oscar Sisto.

L’organisatrice de l’évènement Anastasia Gaï en compagnie de son partenaire, le célèbre Oscar Sisto.

On vous en parlait il y a quelques jours. Il n’y a pas que dans le sport où des JO sont organisés. Le milieu artistique a également ses Olympiades avec le championnat mondial « World Championship of Performing Arts » ; une compétition internationale créée en 1996 par Griff O’Neil, fondateur du concours Miss Univers, réunissant les meilleurs artistes de plus de 62 pays, toutes disciplines confondues.

La grande finale française du concours « Révélation des étoiles », dont Stars-media.fr est partenaire, s’est déroulée ce dimanche 22 avril au cabaret « Oh César » (Paris XVe). Dans un décor de music-hall, les 25 candidats, sélectionnés après de nombreuses épreuves pour partir représenter la France au JO de Talents à Hollywood en juillet 2018, ont concouru pour décrocher le titre de « Champion de France » ainsi qu’une bourse de 1000 euros.

« Notre mission est de promouvoir et de faire briller les talents français à l’échelle internationale ! C’est un travail de plusieurs mois mis en place par l’Académie des Étoiles avec tout un programme de coachings, de master-classes et de suivi assuré par des professionnels de haut niveau tels que le metteur en scène Oscar Sisto, le chorégraphe Michel Durand et bien d’autres.
Ils me soutiennent dans le projet pour former les nouvelles « Étoiles » de France, monter le niveau de plus en plus haut, pour exporter et exposer leur talent dans le monde. J’en profite pour leur dire un énorme merci ! » déclare Anastasia Gaï, productrice et organisatrice de l’évènement.

14 chanteurs, 6 danseurs, 1 mentaliste, 2 magiciens, 1 instrumentaliste, 4 acteurs et 5 mannequins, tous membres de l’équipe de France, ont donc eu chacun une minute pour se produire sur scène et convaincre de leur talent un jury composé de professionnels et de personnalités, parmi lesquelles le chroniqueur de « TPMP » Maxime Guény, l’animateur sur la TNT Alex Goude, le metteur en scène et compositeur Oscar Sisto, la comédienne Fiona Gélin, le danseur professionnel de « Dals » Maxime Dereymez et le très mondain Massimo Gargia. A l’unanimité leur choix s’est porté sur la performance de Kevin Micoud.

A vingt-neuf ans, cet originaire de Grenoble a tout d’un grand ! Il a fait du mentalisme plus qu’une passion. Membre de l’ordre européen des mentalistes, troisième magicien français le plus suivi sur les réseaux sociaux en 2016, il a été nommé au prix FFAP dans la catégorie « Spectacle Magique de l’année 2017-2018. C’est donc ce prodige du mentalisme, de la magie et du close up, habitué de la scène et des plateaux de télévision, qui partira avec l’équipe de France cet été l’étendard français de ces jeux artistiques à Los Angeles. Il a l’honneur de représenter les couleurs tricolores à Hollywood face à 62 autres nations du 3 au 15 juillet prochains dans le cadre de
la 22 ème édition du championnat mondial « World Championship of Performing Arts » Cocorico ! Et qui sait, peut-être deviendra-t- il Le Grand Champion Performer Arts 2018.

Maxime Guény, Alex Goude

Maxime Guény, Alex Goude

 

Par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr

 

 

TROIS QUESTIONS POSÉES AVANT LE COMMENCEMENT DU CONCOURS À MAXIME GUENY ET OSCAR SISTO, MEMBRES DU JURY

Stars-media.fr :
Pourquoi avoir accepté d’être membres du jury ?

Maxime Guény :
Tout ce qui touche au spectacle et à l’artistique me parle énormément. C’est pourquoi j’ai accepté d’être membre de ce concours que je ne connaissais pas auparavant. Depuis tout jeune j’ai assisté à des spectacles en tout genre. J’ai fait quatre ans d’École du Cirque, trois années de théâtre. J’ai également animé des soirées cabaret, fait des tournées avec un groupe de pop rock et je pratique la magie ainsi que le piano depuis une vingtaine d’années. Certes, mon métier est celui de journaliste, mais tout cet environnement me parle énormément.
Oscar Sisto : C’est toujours intéressant de rencontrer des jeunes qui veulent s’adonner au métier de chanteurs et qui ne savent pas comment faire. Ce genre d’événement est le palier idéal avant de rencontrer d’autres personnes. Ils sont obligés de travailler, car ils sont jugés. Pour moi, c’est un tapis d’éveil. Les jeunes ont le droit de rêver, de croire que c’est un vrai métier. Mais avant de vouloir avoir du succès, il faut qu’ils aient de la valeur.

Vincent McDoom et Maxime Dereymez

Vincent McDoom et Maxime Dereymez

Quels vont être vos critères de sélection ?

Maxime Guény :
Ils porteront sur la cohérence artistique, l’homogénéité visuelle, l’histoire racontée.
L’aura, l’énergie et ce petit plus qui vous emmène autre part feront ensuite la différence.
Oscar Sisto : L’honnêteté face au travail. Quelqu’un pourra rater sa chanson ou sa danse, mais si son parcours est intéressant, quasi professionnel, je voterai pour lui.

Qu’attendez-vous des candidats ?

Maxime Guény :
Qu’ils donnent le meilleur en une minute, qu’ils fassent un tour de force.
Oscar Sisto : La minute pour convaincre pousse l’artiste à avoir l’esprit de synthèse. En une minute, il faut que l’on voie plein de choses de lui, comme un échantillon de sa personnalité.

Actualités :
Maxime Guény : chroniqueur du lundi au vendredi dans « TPMP » sur C8, animateur d’« Un éclair de
Guény » sur VL radio tous les mercredis à 23h30, journaliste pour les supports « Télé revue »,« Média Plus » et « Télé Stars jeux »
Oscar Sisto : Fondateur de l’Académie Oscar Sisto, il sera sur les planches en octobre prochain où il tiendra le rôle principal et mettra également en scène une pièce de Fernando Arrabal, créée à Londres par Antony Hopkins.

Clip français WCOPA : https://www.youtube.com/watch?v=a0Pn7ar9MjE&feature=youtu.be

Propos recueillis par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr

Évènement : Finale 2018 du concours « Révélation des Étoiles »

unnamed(2)Ils sont au nombre de 25. Tous, vont tenter leur chance dimanche prochain lors de la grande finale du concours « Révélation des Étoiles » pour décrocher le Graal qui les mèneront à Hollywood. Mais de quoi s’agit -il ? De « JO de talents artistiques » qui confrontent les candidats de 62 nations, quelle que soit leur discipline, dans le cadre du « World Championship of Performing Arts ». L’événement français, géré par l’organisatrice et directrice nationale WCOPA France, Anastasia Gai, dont Stars-media.fr est partenaire, aura donc lieu le 22 avril dans l’enceinte du très célèbre cabaret Le César Palace (Paris XVe).

Composé de professionnels et de personnalités, le jury va devoir choisir entre 14 chanteurs, 6 danseurs, 1 mentaliste, 2 magiciens, 1 instrumentaliste, 4 acteurs et 5 mannequins, celle ou celui qui représentera fièrement les couleurs tricolores à Los Angeles. Un prix coup de cœur du public sera également décerné. Alors, que le meilleur gagne ! Nous ne manquerons pas de vous en dévoiler les résultats la semaine prochaine.

Par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr