Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘Évènementiel’

Concours « Révélation des étoiles » : l’olympiade des talents en devenir

Anastasia Gai et Oscar Sisto

Anastasia Gai et Oscar Sisto

On vous en parlait il y a quelques jours. Il n’y a pas que dans le sport où des JO sont organisés. Le milieu artistique a également ses Olympiades avec le championnat mondial « World Championship of Performing Arts » ; une compétition internationale créée en 1996 par Griff O’Neil, fondateur du concours Miss Univers, réunissant les meilleurs artistes de plus de 62 pays, toutes disciplines confondues.

Assimilée au concept du programme « La France a un incroyable talent » sur M6, la grande finale française du concours « Révélation des étoiles » dont Stars-media.fr était partenaire, s’est déroulée ce dimanche 22 avril au cabaret « Oh César » (Paris XVe). Dans un décor de music-hall, les 25 candidats restés en lice, ont concouru pour décrocher le titre de « Champion de France » ainsi qu’une bourse de 1000 euros.

14 chanteurs, 6 danseurs, 1 mentaliste, 2 magiciens, 1 instrumentaliste, 4 acteurs et 5 mannequins ont donc eu chacun une minute pour se produire sur scène et convaincre de leur talent un jury composé de professionnels et de personnalités parmi lesquelles le chroniqueur de « TPMP » Maxime Guény, l’animateur sur la TNT Alex Goude, le metteur en scène Oscar Sisto, la comédienne Fiona
Gélin, le danseur professionnel de « Dals » Maxime Dereymez et le très mondain Massimo Gargia. A l’unanimité leur choix s’est porté sur la performance de Kevin Micoud. A vingt-neuf ans, cet originaire de Grenoble a tout d’un grand ! Il a fait du mentalisme plus qu’une passion. Membre de l’ordre européen des mentalistes, troisième magicien français le plus suivi sur les réseaux sociaux en 2016, il a été nommé au prix FFAP dans la catégorie « Spectacle Magique de l’année 2017-2018.

Maxime Guény, Alex Goude

Maxime Guény, Alex Goude

C’est donc ce prodige du mentalisme, de la magie et du close up, habitué de la scène et des plateaux de télévision, qui sera cet été l’étendard français de ces jeux artistiques à Los Angeles. Il a l’honneur de représenter les couleurs tricolores à Hollywood face à 62 autres nations du 3 au 15 juillet prochains dans le cadre de la 22 ème édition du championnat mondial « World Championship of Performing Arts » Cocorico ! Et qui sait, peut-être deviendra-t- il Le Grand Champion Performer Arts 2018.

Par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr

 

 

TROIS QUESTIONS POSÉES AVANT LE COMMENCEMENT DU CONCOURS À MAXIME GUENY ET OSCAR SISTO, MEMBRES DU JURY

Stars-media.fr :
Pourquoi avoir accepté d’être membres du jury ?

Maxime Guény :
Tout ce qui touche au spectacle et à l’artistique me parle énormément. C’est pourquoi j’ai accepté d’être membre de ce concours que je ne connaissais pas auparavant. Depuis tout jeune j’ai assisté à des spectacles en tout genre. J’ai fait quatre ans d’Ecole du Cirque, trois années de théâtre. J’ai également animé des soirées cabaret, fait des tournées avec un groupe de pop rock et je pratique la magie ainsi que le piano depuis une vingtaine d’années. Certes, mon métier est celui de journaliste, mais tout cet environnement me parle énormément.
Oscar Sisto : C’est toujours intéressant de rencontrer des jeunes qui veulent s’adonner au métier de chanteurs et qui ne savent pas comment faire. Ce genre d’événement est le palier idéal avant derencontrer d’autres personnes. Ils sont obligés de travailler, car ils sont jugés. Pour moi, c’est un tapis d’éveil. Les jeunes ont le droit de rêver, de croire que c’est un vrai métier. Mais avant de vouloir avoir du succès, il faut qu’ils aient de la valeur.

Vincent McDoom et Maxime Dereymez

Vincent McDoom et Maxime Dereymez

Quels vont être vos critères de sélection ?

Maxime Guény :
Ils porteront sur la cohérence artistique, l’homogénéité visuelle, l’histoire racontée.
L’aura, l’énergie et ce petit plus qui vous emmène autre part feront ensuite la différence.
Oscar Sisto : L’honnêteté face au travail. Quelqu’un pourra rater sa chanson ou sa danse, mais si son parcours est intéressant, quasi professionnel, je voterai pour lui.

Qu’attendez-vous des candidats ?

Maxime Guény :
Qu’ils donnent le meilleur en une minute, qu’ils fassent un tour de force.
Oscar Sisto : La minute pour convaincre pousse l’artiste à avoir l’esprit de synthèse. En une minute, il faut que l’on voie plein de choses de lui, comme un échantillon de sa personnalité.

Actualités :
Maxime Guény : chroniqueur du lundi au vendredi dans « TPMP » sur C8, animateur d’« Un éclair de
Guény » sur VL radio tous les mercredis à 23h30, journaliste pour les supports « Télé revue »,« Média Plus » et « Télé Stars jeux »
Oscar Sisto : Fondateur de l’Académie Oscar Sisto, il sera sur les planches en octobre prochain où il tiendra le rôle principal et mettra également en scène une pièce de Fernando Arrabal, créée à Londres par Antony Hopkins.

Propos recueillis par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr

Évènement : Finale 2018 du concours « Révélation des Étoiles »

unnamed(2)Ils sont au nombre de 25. Tous, vont tenter leur chance dimanche prochain lors de la grande finale du concours « Révélation des Étoiles » pour décrocher le Graal qui les mèneront à Hollywood. Mais de quoi s’agit -il ? De « JO de talents artistiques » qui confrontent les candidats de 62 nations, quelle que soit leur discipline, dans le cadre du « World Championship of Performing Arts ». L’événement français, géré par l’organisatrice et directrice nationale WCOPA France, Anastasia Gai, dont Stars-media.fr est partenaire, aura donc lieu le 22 avril dans l’enceinte du très célèbre cabaret Le César Palace (Paris XVe).

Composé de professionnels et de personnalités, le jury va devoir choisir entre 14 chanteurs, 6 danseurs, 1 mentaliste, 2 magiciens, 1 instrumentaliste, 4 acteurs et 5 mannequins, celle ou celui qui représentera fièrement les couleurs tricolores à Los Angeles. Un prix coup de cœur du public sera également décerné. Alors, que le meilleur gagne ! Nous ne manquerons pas de vous en dévoiler les résultats la semaine prochaine.

Par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr

Le GMAC C’est tout un art

Le Gmac

Le Gmac

Le Grand Marché d’Art Contemporain prend de nouveaux quartiers. Dès le 27 avril prochain, ce ne sera plus place de la Bastille à Paris qu’il s’installera, mais sur l’esplanade du château de Vincennes, aux pieds du métro parisien.

Qu’il s’agisse de peintures, de sculptures, de gravures ou de photographies, ce sont toutes les facettes d’expression de ce courant moderne qui vont être exposées pendant cinq jours. Petits et grands, chineurs et collectionneurs, amateurs et professionnels seront attendus dans le cadre prestigieux de ce quartier de l’est parisien pour découvrir, apprécier et ou acquérir (à des prix ateliers) dans une ambiance conviviale, les œuvres présentées par de nouveaux talents. Et pour continuer à se divertir, des ateliers de peinture, de poterie et de dessins seront également proposés.

Alors à vos agendas ! Ne manquez pas la nouvelle édition de ce rendez-vous devenu incontournable créé par Joël Garcia. Parmi les nombreux exposants, y dénicher votre perle rare sera l’enfance de l’art…

Grand marché d’art contemporain – Du 27 avril au 1 er mai – De 11h à 20h – Esplanade du château de Vincennes, Avenue de Paris, 94300 Vincennes

Par Daphné Victor en exclusivité pour stars-media

Il était une fois… le Ritz Paris 120 ans de légende

Hotel Ritz, Façade, 2017 © Vincent Leroux

Hotel Ritz, Façade, 2017 © Vincent Leroux

Les travaux de rénovation du Ritz auront eu raison d’elles, les contraignant à quitter leur célèbre adresse du 15 place Vendôme (Paris 1 er ). Pour la toute dernière fois, certaines pièces uniques, impressionnantes de beauté, provenant des anciens aménagements du palace parisien, sont exposées à la vue de tous. Dans une mise en scène sur trois étages, orchestrée par Vincent Darré, ce sont dans les salons du somptueux hôtel Marcel Dassault, siège d’Artcurial (Paris VIII) qu’elles sont présentées.

Qu’il s’agisse du hall d’entrée, des chambres, des salons, du restaurant l’Espadon, des bars, du Ritz Club, des suites Mademoiselle C (Coco Chanel), Scott Fitzgerald, Windsor ou Impériale, du jardin, ce sont tous ces espaces emblématiques avec leurs mobiliers propres et leurs éléments décoratifs qui ont construit la renommée de cet établissement de prestige. Pendant cinq jours, tous ces luxueux meubles, objets, tableaux, tapisseries et tentures sélectionnés parmi les 10 000 pièces inventoriées dans le catalogue, vont pouvoir être appréciés par le public avant d’être mis aux enchères du 17 au 21 avril 2018 lors de ventes exceptionnelles (de 100 à 5000 euros) régies par deux commissaires-priseurs.
Alors, collectionneurs ou amateurs, il n’appartient qu’à vous de donner une nouvelle vie à ces pièces de légende !

Exposition publique, entrée libre du 12 au 16 avril de 11 à 19h Ventes aux enchères du 17 au 21 avril 2018 Artcurial – Hôtel Marcel Dassault, 7 rond-point des Champs-Élysées 75008 paris – www.artcurial.com

Par Daphné Victor, en exclusivité par Stars-media.fr

« L’arche imaginaire de Marianne » Une exposition qui lui colle à la peau

Bruno Solo, Marianne Guillerand et Martin Lamotte.

Bruno Solo, Marianne Guillerand et Martin Lamotte. Crédit photo : Lionel Guericolas

Dédiée au respect de l’espèce vivante tant animale qu’humaine, « L’arche imaginaire de Marianne » invite à entrer dans un univers intemporel. Papillon, crabe, escargot, éléphant, poisson, hirondelle, cheval, perroquet et autres n’ont pas été choisis par hasard.

Noé l’aurait approuvé. Tous ont du sens et sont portés par une symbolique proche ou pas de l’homme. Pour Marianne Guillerand, leur créatrice, « ce monde qui va à toute vitesse est formidable. Par ses technologies, il nous permet de faire des choses incroyables. J’en suis enchantée. Il n’y aura pas de marche arrière et je trouve cela génial. Mais face à tout cela, il faut garder raison, il faut réussir à faire des passerelles intelligentes entre le rythme intérieur, humain, celui de la pensée, de l’amour et le rythme effréné que nous déployons pour faire et pour agir. »

Ses créations animales ne sont donc qu’un relais. Quant à sa technique du collage, il n’est qu’un moyen d’expression qui demande un vrai savoir-faire. Les pinceaux et les tubes de peinture ont fait place aux papiers imprimés, à leur brillance, à leur épaisseur, cherchés inlassablement dans des livres d’art et magazines divers, à la colle et à la feuille d’or. Chaque imprimé doit être à sa place. Aucun
morceau n’est positionné au hasard. Ce travail minutieux d’orfèvrerie demande du temps, de la patience, du désir et de l’énergie afin que l’idée imaginaire de départ devienne réalité.

Par cet art maîtrisé du recyclage, Marianne conjugue dans une parfaite harmonie, passé et futur. Les objets d’hier sont sublimés et reprennent corps aujourd’hui. Leur histoire renaît, différente par ses formes et ses volumes. Résultat ? Des œuvres poétiques, raffinées et apaisantes, appréciées en avant-première lors du vernissage du 10 avril par un certain nombre de privilégiés dont stars-media a
fait partie aux côtés de Bruno Solo et de Martin Lamotte.

Marianne Guillerand

Marianne Guillerand Crédit photo : Lionel Guericolas

Depuis toujours, Marianne est animée par la fibre artistique. Que ce soit en chef d’entreprise, comédienne, romancière ou plasticienne, la création est le fil conducteur de sa vie. Le collage fait désormais partie d’elle. L’artiste accomplie et épanouie qu’elle est devenue l’affirme : « Ce que je fais c’est moi, ce que l’on regarde c’est moi et moi, je suis bien… »

L’arche imaginaire de Marianne, galerie Maison Sophie Lacasse – 33, rue de Bellechasse (Paris 75007) – du mardi au samedi de 10h30 à 19h00

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

10 e anniversaire (très) mondain du magazine « Luxsure » à Saint- Germain-des-Prés

29134242_10155452811631589_939935733_n

Elsa Oesinger, Pascal Iakovou, et Sarah Arditi

Pour ses dix années d’existence, le magazine « Luxsure » (lisez Luxe sure, ndlr), créé par Pascal Iakovou et dédié au luxe, a organisé un cocktail mondain comme on les aime à Stars-media.
L’évènement eut lieu au très prisé boulevard Saint-Germain, plus précisément dans l’élégante boutique Mériguet-Carrère, spécialiste en peinture et décoration.

Pour l’occasion, des personnalités de la télévision firent le déplacement, comme le présentateur Jérôme Anthony, l’humoriste Cartouche ou le comédien Loup-Denis Elion, ex-vedette de « Scènes de ménages ». Sans oublier la toujours ravissante Cyrielle Joëlle, comédienne, chanteuse et ex-« gafette » de Vincent Lagaf’.

C’est autour d’une démonstration des produits cosmétiques Gemology et de la créatrice Ruby Feathers avec ses coiffes d’Indiens d’Amérique que les invités purent se divertir, tout en dégustant de délicieux cocktails et autres coupes de champagne.
N’oublions pas les autres partenaires de la soirée, tels les macarons Franck Deville ou les savoureuses charcuteries de la maison Dehesa.

Nous remercions chaleureusement pour l’invitation à cette belle soirée Pascal Iakovou, mais également Tony Boccara et l’agence Glitz Paris.
Et, bien évidemment, nous souhaitons un joyeux anniversaire à notre confrère le magazine « Luxsure ». Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la 20ème bougie.

Laurent Amar

Isabelle Huppert, marraine du déjeuner « Chinese Business Club » dédié à la journée internationale des droits des femmes

Harold Parisot et Isabelle Huppert

Harold Parisot et Isabelle Huppert

Après Sophie Marceau en 2016 et Juliette Binoche en 2017, Isabelle Huppert est devenue la marraine du désormais célèbre déjeuner « Chinese Business Club », pour la journée internationale des droits des femmes.
En effet, Harold Parisot, à la tête de ce club d’affaires franco-chinois très prisé, a fait appel à la comédienne pour présider ce rendez-vous annuel entièrement dédié aux femmes.
Après un fort joli discours, Isabelle s’est vu remettre le « Prix Femme de l’année 2018 » par le directeur général de Clarins, membre éminent et partenaire du club.

Cet évènement s’est déroulé au prestigieux salon Potel et Chabot de la rue Cambon, à Paris, en présence de nombreuses célébrités. Citons la maire du 8 e arrondissement et grande amie de Stars-media, M me Jeanne d’Hauteserre, les actrices Stéphanie Pasterkamp, Lola Marois, Shirley Bousquet ou bien Zoé Félix. Sans oublier Frédérique Bel, Justine Thibaudat, Sophie Guillemin ou Nadège Beausson-Diagne. Parmi les animatrices, citons Capucine Anav et Cécile de Ménibus. Ainsi que la chanteuse, très remarquée, Joyce Jonathan. Les hommes n’étaient pas en reste, avec Anthony Delon ou encore Camille Lacourt, le célèbre nageur.
Après un apéritif au champagne Laurent-Perrier et une dégustation de caviar, place au déjeuner dans la salle principale, avec, à la table d’honneur, les membres les plus éminents du club d’affaires et Isabelle Huppert.

Nous remercions chaleureusement Harold Parisot, président du Chinese Business Club, de nous avoir conviés à cet évènement annuel qui sait mieux que tout autre rendre hommage aux femmes, parce qu’elles le valent bien.

Laurent Amar

Interview du créateur de « La Nuit des Publivores », Jean-Marie Boursicot

28906806_10156062797192092_167817788_n

Jean-Marie Boursicot

Qui aurait cru qu’une nuit au Grand Rex entièrement consacrée aux films publicitaires puisse connaître un tel succès depuis près de trente-sept ans ? C’est pourtant le pari fou relevé haut la main par le créateur de « La Nuit des Publivores », l’étonnant et atypique Jean-Marie Boursicot. Nous sommes allés à sa rencontre pour en savoir plus sur ce spectacle cinématographique pas tout à fait comme les autres. Interview :

Bonjour Jean-Marie Boursicot, comment est née cette fameuse « Nuit des Publivores » ?

Bonjour cher Laurent, amateur de cinéma, je ramassais des films dans les poubelles des salles. Bien évidemment, on ne jetait pas les longs-métrages, mais uniquement les films de confiseries diffusés à l’entracte. J’adorais cela et c’est devenu ma collection d’enfant.
Après mes études de droit, je suis entré dans une agence de publicité. Je me suis rendu compte alors que ce type de société ne conservait rien en termes de films publicitaires. En 1980, j’ai donc décidé de me lancer dans la gestion d’une cinémathèque dédiée à ces derniers.
Personne n’ayant voulu m’aider à l’époque, la seule façon que j’ai trouvée pour faire vivre cette cinémathèque fut de créer un spectacle de cinéma de publicité.
Et depuis trente-sept ans, je produis un spectacle, « La Nuit des Publivores ». Ce show me permet en plus de faire partager ma passion de la publicité, non pour l’aspect purement publicitaire de ces films, mais bien pour leur qualité cinématographique.

Que pensez-vous de la publicité française et européenne en général ?

En France, il n’y a plus de publicités vraiment intéressantes. On va donc les chercher ailleurs. Nous avons des films d’Afrique du Sud, du Brésil, d’Argentine, de Russie, alors qu’en Europe, c’est un peu triste, à part en Italie. Mais les films français sont hélas moins représentés dans « La Nuit des Publivores ».

Comment expliquez-vous le succès de « La Nuit des Publivores », malgré la recrudescence d’espaces publicitaires à la télévision ?

La nuit des publivores

La nuit des publivores

Quand j’ai créé ce spectacle, personne ne croyait à son succès. Qui aurait pu imaginer que des gens zappant les publicités à la télévision paieraient pour venir en voir ? Mais, comme moi, ils souhaitent assister à un spectacle de films publicitaires artistiques et très intéressants. Ils viennent également faire la fête, car ne l’oublions pas, « La Nuit des Publivores » est avant tout une soirée festive.

Quel est le déroulé d’une telle nuit ?

Il y a quatre parties d’une heure et demie, avec trois entractes durant lesquels les spectateurs peuvent se lever et consommer au bar. Nous aurons cette année Orangina qui offrira gratuitement des boissons aux Publivores. Nous avions d’excellentes relations avec la marque de glaces Miko, mais le fait qu’ils aient été rachetés par Unilever nous a privés des glaces, ils ont préféré mettre leur argent ailleurs. Nous aurons également des animations, comme un hypnotiseur ou même un ballet indien. Et pour rappel, ce sera de 23 heures à 6 heures du matin.

Votre mot de la fin aux lecteurs de Stars-media ?

Si vous avez envie de vous amuser intelligemment, de voyager dans trente ou quarante pays tout en restant dans votre fauteuil, participez à « La Nuit des Publivores » ! Vous verrez des films qui viennent du monde entier, d’une excellente qualité, et avec les sous-titres.

« La nuit des publivores », c’est le samedi 24 mars de 23H à 6H du matin au Grand Rex : 1, Boulevard Poissonnière à Paris 2ème
Réservation sur le site officiel : www.publivores.com

Propos recueillis par Laurent Amar

Le parfait scénario pour un vernissage étincelant organisé par Stéphane Ruffier Meray

Paola Buratto Caovilla

Paola Buratto Caovilla

Stéphane Ruffier Meray & Sigrid de Montrond

Stéphane Ruffier Meray & Sigrid de Montrond

Paola Caovilla, matriarche de la célèbre Maison René Caovilla mais aussi talentueuse artiste, exposait ses peintures à Paris à l’occasion de la Fashion Week.

Après le succès rencontré par ses expositions à Monte Carlo, Milan et Hong Kong, c’est maintenant au tour de la Galerie Atelier Visconti, suite à l’invitation de ses amis, la galeriste Sigrid de Montrond et de Stéphane Ruffier Meray.

Avec « L’Or de San Marco », elle puise son inspiration dans la lueur des mosaïques de la célèbre basilique vénitienne qui fascinent dès le premier regard. Dans  les peintures de l’artiste, l’or fait irruption ici et là au milieu des couleurs intenses d’où surgissent les silhouettes des célèbres sandales Caovilla.

Un style Pop influencé par la tradition de la Vénétie, avec ses palais et ses églises dont les recoins des chapiteaux, les contours des fenêtres, et les colonnes laissent souvent apparaître un reste d’or gratté comme un reflet du passé qui resurgit.

Paola avait imaginé ses œuvres dans l’univers « bobo-chic » de la Galerie en pierres et poutres apparentes et sa cave aménagée de niches murales qui, éclairées par la lumière des bougies sur les chandeliers en vermeil de l’orfèvre parisien Odiot, faisaient resplendir de reflets incroyables les toiles d’or de Paola Caovilla. Au milieu d’invités du Tout Paris et de l’étranger,  l’artiste dédicaçait aussi son fabuleux livre « My Fashionable Venise » avec cette signature: Life is Beautiful.

Collection Automne-hiver 2018-2019 de Christophe Guillarmé, un défilé pharaonique

Christophe Guillarmé

Christophe Guillarmé

C’est encore un défilé de réussi pour le talentueux créateur Christophe Guillarmé. Pour sa nouvelle collection Automne-Hiver 2018-2019, il a souhaité transporter ses invités dans l’Égypte antique.

Inspirées par la beauté de la sublime épouse royale d’Akhenaton, Néfertiti, ses créations ont fait souffler un vent sensuel et enchanteur sur l’Atelier Renault des Champs-Elysées (Paris VIIIe) le 28 février dernier.

Comme à chaque fois, le glamour et la féminité étaient au rendez-vous, ce qui n’a pas manqué de séduire la maire du 8ème arrondissement de Paris Jeanne d’Hautesserre, la comédienne Nadège Beausson-Diagne, la miss France 2005 Cindy Fabre, la chorégraphe Mia Frye et Jérémy Cerrone fils aîné de Marc. Sur le podium, c’est le tulle qui était à l’honneur des modèles courts ou longs présentés aux tons à dominance de sable doré et de rose fanée. La dentelle, la guipure, la mousseline de soie, la broderie rehaussées ou pas de perles, de cristaux, ont sublimé les robes, qu’elles soient sirène, à fourreau, à bustier, à encolure bateau, fendues ou avec effet mille-feuilles.

Alors, à quand le prochain rendez-vous ? Très certainement lors du festival de Cannes sur son « red carpet » (tapis rouge) où il ne sera pas improbable que des ex-miss France ou des personnalités du showbiz mettent dans la lumière certaines de ses ravissantes créations.
Christophe Guillarmé Paris – www.christopheguillarme.fr

« L’Étoile de Martin », avec l’aide de célébrités, a organisé le premier « Défi du Cœur » à Courbevoie

Un beau chèque de 10 000 Euro pour l'association l’Étoile de Martin

Un beau chèque de 10 000 Euro pour l’association l’Étoile de Martin

L’évènement a eu lieu ce samedi 17 février à la piscine municipale de Courbevoie.
La célèbre animatrice sportive Estelle Denis et d’autres stars du petit écran, comme Denis Brogniart ou Samuel Étienne, ont participé au « Défi du Cœur », organisé par l’association « l’Étoile de Martin ».
Pour information, cette structure caritative a pour but d’aider la recherche contre le cancer de l’enfant, particulièrement difficile à traiter.

Le nom de l’association rend hommage à Martin, décédé en 2006 d’une implacable tumeur au cerveau, à l’âge de 2 ans et demi, après un combat acharné contre la maladie.
Le petit garçon deviendra alors une « étoile » qui, elle, en revanche, ne s’éteindra jamais.

En amont du Meeting olympique de natation de Courbevoie, une quinzaine de personnalités se jetèrent à l’eau sans hésiter pour une course effrénée sur 50 mètres, et dans la bonne humeur.
Lors de cette compétition caritative, animée de main de maître par Estelle Denis, outre la présence des animateurs de télé cités plus haut, notons celle de l’ex-rugbyman Denis Charvet ou encore du joueur de basket Richard Dacoury.
Le public, les journalistes et les photographes se sont beaucoup amusés à voir ces célébrités nager le papillon, pour une course pas tout à fait comme les autres.

Les dirigeants de l’association « l’Étoile de Martin » ont bien fait les choses, et c’est un chèque de 10 000 euros qui leur fut remis en fin d’après-midi, dans le but d’aider la recherche contre les cancers pédiatriques.
Ce fut une belle journée, entièrement dédiée aux enfants malades.
Nous remercions chaleureusement les responsables de « l’Étoile de Martin », sa présidente Servanne Jourdy en tête, de nous avoir ouvert les portes du premier « Défi du Cœur ».
Remercions également pour leur engagement leur partenaire Speedo et la municipalité de Courbevoie.
Il ne nous reste plus qu’à lever les yeux au ciel pour voir le petit Martin briller de mille feux, pour ses parents, et pour tous les enfants.
Pour un don à « l’Étoile de Martin », cliquez sur ce lien

Laurent Amar

La Galerie Étienne de Causans : Un vernissage dans le style de l’art

De gauche à droite : Matthieu Flips, Marie Bartoli, Laurent Amar et Fabienne Mathas.

De gauche à droite : Matthieu Flips, Marie Bartoli, Laurent Amar et Fabienne Mathas.

Trois artistes contemporains. Un peintre, un sculpteur et une illustratrice. Trois univers différents qui ont pour dénominateur commun l’art. Grace à l’attachée de presse Marie Bartoli, leurs modes d’expression se sont donnés rendez-vous lors d’un vernissage éphémère organisé de mains de maître à la galerie Étienne de Causans (Paris VIe) le 13 février dernier ; une vitrine d’exception en plein cœur du quartier Saint-Germain portant le nom du grand spécialiste de l’art moderne, connue de tous les amateurs.

La soirée festive et pétillante, rythmée au son d’un DJ, a permis de découvrir les traits figuratifs et colorés de Matthieu Flips, les inspirations sculptées en bois ou en métal de Stéphanie Desanlis ainsi que les coups de crayon érotiques de Fabienne Mathas ; un vernissage mondain à la hauteur des talents exposés.

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr