Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘Musique’

« Patrick et ses fantômes » Un huit-mains de rêve bien orchestré

« Patrick et ses fantômes »

« Patrick et ses fantômes »

Mélomanes en tout genre, ce spectacle est fait pour vous ! Audacieux, original et prodigieux, il repose sur un rêve imaginaire des plus farfelus, qu’en amateurs que nous sommes, nous aurions secrètement souhaité voir se réaliser : celui de faire se rencontrer en un même lieu, les plus grands compositeurs qui ont marqué, par leur génie, l’histoire du monde. Et bien, grâce à Jean-Claude Dumesnil, ce face à face irréel va avoir lieu. Patrick, metteur en scène de son état, s’endort paisiblement dans son salon, bercé par les tonalités de « La flûte enchantée ». Dans sa rêvasserie, il devient l’instigateur d’une confrontation improbable ; celle des prodiges qu’ont été Bach, Mozart, Beethoven et Erik Satie. Un pur moment d’utopie où chacun des virtuoses revisite son histoire et redonne le « la » aux opéras, cantates, concertos, préludes et symphonies qui a fait sa notoriété et son succès. Par la voie du théâtre, leurs grands-chefs d’œuvres, joués en live au son des instruments d’un orchestre symphonique de 24 musiciens dirigé par Jean-Pascal Hamelin, sont soudainement démystifiés et popularisés sans commune mesure, dans une harmonie pédagogique totale. Une partition idéalisée où fausses notes et bémols n’ont pas été conviés.

Lors de la première qui s’est tenue le 17 avril au soir et à laquelle Stars-media était présent, Claire Chazal, Marc-Olivier Fogiel, Robert Hossein, le réalisateur Claude Lelouch, Patrick le Lay (ex dirigeant de TF1), le couturier Olivier Lapidus et son épouse, la comédienne Macha Méryl, la chanteuse Marie-Paule Belle, l’imitateur Patrick Adler, la journaliste Marie-Laure Augry, le chroniqueur Pierre Jean Chalençon (« Affaire conclue » sur France 2) étaient venus soutenir pour ses premiers pas sur scène, le brillant journaliste, auteur et homme de culture, Patrick Poivre d’Arvor, très crédible dans son rôle pivot.

« Les fantômes de Patrick », spectacle musical unique en son genre, orchestré de mais de maître par Normand Chaurette, réalisé et mis en scène par Normand Chouinard. Avec un surprenant Patrick Poivre-d’Arvor (Patrick) et les excellentissimes interprétations de Vincent Bilodeau (Bach), André Robitaille (Mozart), Sylvain Massé (Beethoven) et Gilbert Lachance (Satie) – Au Casino de Paris (Paris IX) jusqu’au 13 mai – Réservations : 0 892 69 89 26

Par Daphné Victor, en exclusivité pour Stars-media.fr

ÂGE TENDRE, LA TOURNÉE DES IDOLES Un nouveau spectacle pour un nouveau succès

ÂGE TENDRE, LA TOURNÉE DES IDOLES Un nouveau spectacle pour un nouveau succès

ÂGE TENDRE, LA TOURNÉE DES IDOLES Un nouveau spectacle pour un nouveau succès

« Spacer », « Mamy Blue », « Lady Lay », « Emmène-moi danser ce soir », « Vanina », « Où sont les femmes ? » … Que de grands tubes qui malgré le temps, n’ont pas pris une ride, mais qui ont quelque peu été délaissés. Grâce à « Âge Tendre », certains de leurs interprètes ont retrouvé la lumière des planches, le tract et l’excitation post concert. Est-ce l’occasion de renouer avec leur public ? Mais il leur a toujours été fidèle. Alors, est-ce une aubaine financière pour ces septuagénaires ? Sans doute, mais il est préférable de croire que la passion de la scène soit leur motivation première. Et c’est le cas !


L’énergie qui déchaîne chacun d’entre eux pendant plus de 2h30 est dynamique et communicative à souhait !

C’est donc en pleine tournée, que la troupe « d’Âge Tendre » a fait une escale vendredi soir dernier au Zénith de Paris. Frissons et émotion étaient au rendez-vous. Le collectif « des anciens » a présenté avec générosité devant une salle comble, son nouveau show divertissant produit par Christophe Dechavanne, animé par Cyril Féraud et mis en scène par Stéphane Jarry. Nicoletta, Dick Rivers, Sheila, Dave, Stone, Michèle Torr, Isabelle Aubret, Patrick Juvet, Pierre Groscolas et Richard Dewitte (groupe « Il était une fois ») ont ainsi interprété sans fausses notes leurs plus grands standards, à la grande joie de leurs fans tous debout et hilares.
Des personnalités telles que Michel Drucker, Sandrine Quétier, Philippe Lefait (France 2) Hervé Vilard, Julie Pietri, Alain Turban, Sloane, Framboise (Bande à Basile), Caroline Ithurbide (C8) … étaient également, tout comme Stars-Média.fr, venues applaudir ces idoles qui ont su faire rimer nostalgie avec fête. Quel punch !

« Âge tendre, la tournée des idoles » à travers toute la France jusqu’au 21 avril. Dates sur : http://www.agetendreettetedebois.com/

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

Fabrice di Falco Le phénomène baroque

Fabrice di Falco Le phénomène baroque

Fabrice di Falco
Le phénomène baroque

C’est un personnage théâtral à lui tout seul. Fabrice di Falco est à la fois comédien et chanteur lyrique. Sa prestance scénique est gracieuse, presque intemporelle. Quant à sa tessiture vocale aigue de castrat, elle est purement envoutante. Ce n’est donc pas un hasard s’il est surnommé « Le Farinelli créole ». Martiniquais par sa mère et italien par son père, le quadra sopraniste contre-ténor a pour volonté de populariser le baroque en rendant l’opéra accessible à tous afin qu’il redevienne « la musique du peuple ». C’est ainsi qu’il a brisé les codes en ce vendredi 22 mars au Bal Blomet (Paris XVe) en présentant un nouveau conte créole musical, « Begin The Beguine » ; un hymne au Théâtre de Saint-Pierre. Accompagné de son quartet, il a fait revivre dans un récital de deux heures, ce lieu mythique de l’ancienne capitale de la Martinique dédié aux airs d’opéra, détruit par l’éruption de la Montagne Pelée.
Fabrice rend un hommage appuyé aux femmes de Martinique et de Guadeloupe, à travers notamment des biguines et des airs chantés par le grand Henry Salvador.
De ce fait, il a redonné à ce théâtre qui était la copie conforme de celui de Bordeaux, par la voie de la voix, ses lettres de noblesse. Résultat : une fresque musicale originale, un voyage « en chanté » de souvenirs suspendus, métissant baroque, biguine, blues et jazz.
Arrangements musicaux du di Falco quartet : Fabrice di Falco, Jonathan Goyvaertz, Julien Leleu, Aurélien Pasquet. Martial Bazabas pour les photos du Théâtre Opéra de Saint Pierre. Agnès Gauthier, chanteuse et compositrice, coup de cœur de Fabrice di Falco. Roman et Gilles Moisset pour les Sons et Vidéos.

Le Fabrice Di Falco Quartet – Le Bal Blomet (Paris XVe) à 20h30 Jeudi 12 avril, Samedi 05 mai et Jeudi 07 juin 2018 – Réservations : https://www.billetweb.fr/begin-the- beguine

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

Johnny Hallyday : Son album posthume fait déjà du bruit !

Johnny Hallyday dans le film de Claude Lelouch "Salaud on t'aime". copyright : Les Films 13

Johnny Hallyday dans le film de Claude Lelouch « Salaud on t’aime ».
copyright : Les Films 13

Jamais un album n’aura fait autant parler de lui avant sa sortie ! Et pour cause. Le 51ème opus studio de Johnny Hallyday est, depuis sa disparition, au centre d’une déconcertante bataille judiciaire et médiatique qui divise ses enfants et Laeticia. En effet, David et Laura ont saisi le président du Tribunal de Grande Instance de Nanterre (92) et réclament un droit de regard sur le contenu de l’album posthume de leur père ainsi que le gel provisoire de son patrimoine. Par le biais de  leurs avocats respectifs, les enfants de la star ont obtenu, face au manque d’informations fournies par le clan Boudou, le report de cette séance, et donc celui de la sortie de l’album.

En attendant qu’une nouvelle séance soit décidée, qu’en est-il des neuf titres enregistrés par « le Taulier » à l’Apogée Studio à Los Angeles et terminés à Suresnes (92) ? Il semblerait que « l’idole des jeunes » ait voulu revenir à des sonorités plus rock’n’roll ; un retour aux sources inspiré par les rythmes de Chuck Berry, d’Eddie Cochran et des Beatles. Ces nouveaux morceaux en français qui comprennent trois ballades, font la part belle aux guitares électriques, aux bases et à la batterie .  La mort, le diable et le pardon sont quelques-uns des thèmes abordés dans de funestes résonances par la voix puissante du « Patron » à qui il aura à chaque fois suffi que de quelques prises pour les mettre en boite. Malgré la maladie et la souffrance, Johnny aura été jusqu’à son dernier souffle ce performer et ce professionnel que l’on appréciait tant et qui restera à jamais dans la mémoire collective.

Quid des morceaux uniquement instrumentaux ? Il se  dit que cet opus pourrait en contenir. Ce sera la surprise lors la sortie de « Je te promets » (titre non confirmé à ce jour) ; sortie qui n’a pas encore été déterminée. Toutefois, la date du 15 juin, jour de naissance du « Boss », semble avoir toutes les préférences. Mais c’est la justice qui le décidera.

Et du côté des fans ? La tension commence à monter. Bien qu’ils soient impatients de découvrir et d’entendre les nouveaux titres interprétés par leur idole, certains se sentent pris en otage, à tel point qu’ils sont déterminés à boycotter son achat pour que l’argent des ventes ne reviennent pas à Laeticia. C’est pour dire !

Le gong du premier round vient donc de retentir. Et c’est 10 points pour David et Laura ! (ndlr : à la boxe anglaise, un round remporté = 10 points) Alors, on ne lâche rien. Reprise très prochaine de l’affrontement Hallyday contre Boudou.

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

Shy’m Retour gagnant

Shy'm by Arno Bani

Shy’m by Arno Bani

Shy’m connaîtrait un petit passage à vide dans sa carrière ? La vente de ses disques serait en perte de vitesse et ses concerts seraient moins remplis ? Certes, oui cinq dates ont été annulées et l’artiste est bien la première à en être désolée. Elle assume cette difficile décision et y fait face en s’expliquant sur les réseaux sociaux : « J’aurais alors pu laisser un communiqué de presse propre, classique et consensuel vous inventer mille et une excuses justifiant ces annulations. Et me cacher derrière, lâche ou désinvolte. Mais non. Les vraies raisons sont simples et je vous les dis ici : les cinq dates annulées correspondent aux cinq salles dans lesquelles il n’y a pas eu assez de tickets vendus afin de les maintenir. »
Un éclaircissement honnête qui n’a fait que de renforcer les liens que la chanteuse a avec ses fans. Et ils sont venus nombreux aux Folies Bergère (Paris IXe) pour écouter les titres de son dernier album « Heros » ainsi que ses grands standards comme « Femme de couleur » ou « Prendre l’air ».

Il faut dire qu’ils attendaient ce moment depuis plus de deux ans. C’est donc devant une salle comble que la chanteuse de 32 ans, lookée simplement dans un style rock, a assuré sans « fantaisie », cet ultime show parisien dans lequel elle partage un duo avec son père. Un rendez-vous assez intimiste, sans mise en scène, sans choristes. « Et alors ? »  C’est une Tamara (son vrai prénom) généreuse et dynamique, complice avec ses quatre musiciens qui s’est présentée à son public en toute simplicité et sensualité. Et nous, on a aimé ça !

En tournée dans toute la France, en Belgique et en Suisse jusqu’au 25 août 2018

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

Interview de Léa Paci, nouveau prodige de la chanson française

Léa Paci ©yann_orhan

Léa Paci
©yann_orhan

Avec des tubes tels que « Pour aller où ? » et « Adolescente Pirate », la jeune et talentueuse Léa Paci fait désormais partie de l’univers de la chanson française.
Nous étions très enthousiastes à l’idée d’interviewer Léa, notre coup de cœur de ce début d’année.

Nous sommes donc impatients d’en savoir plus sur cette ravissante brunette surdouée, âgée d’à peine 21 ans.

Bonjour Léa Paci, tu étais destinée à faire du théâtre, mais c’est finalement vers la musique que tu t’es tournée !

Bonjour Laurent, c’est vrai, et l’on peut même dire que le théâtre m’a amenée à la musique.
En effet, ma prof de théâtre, qui m’a fait chanter sur scène un extrait de « West Side Story », a estimé que j’avais une belle voix. J’ai adoré l’expérience car elle m’a permis de faire autre chose que du théâtre et surtout de me libérer complètement. La musique, c’est avant tout se mettre à nu et je trouve cela très bien.

Pourquoi avoir refusé de participer aux émissions de télé-crochet qui t’avaient contactée ?

J’ai en effet été contactée par « The Voice », « La Nouvelle Star » et « Rising Star » et j’ai refusé les trois. Non par prétention, loin de là, mais j’étais au lycée et je n’avais pas prévu de me détourner de mes études. La musique n’était pas ma priorité, je voulais passer mes diplômes avant tout (rires).
Mais je ne dénigre absolument pas ces émissions.

Ton prochain album, « Chapitre 1 », a comme fil rouge ton premier amour, pourquoi cette thématique ?

Léa Paci Crédit photo : ©yann_orhan

Léa Paci
Crédit photo : ©yann_orhan

L’amour est à mes yeux la thématique la plus universelle, en l’occurrence entre 18 et 20 ans. On se découvre en passant à l’âge adulte, on a plus de liberté.
Ce dont je parle dans l’album est ma première histoire d’amour avec un grand A, elle a influencé mes relations amicales et familiales. Elle m’a fait devenir femme, plus posée, plus réfléchie, et j’avais envie de raconter cela.

N’est-ce pas trop d’honneur fait à ton ex-petit ami en lui consacrant ton premier album ?

Absolument, mais je pense être foncièrement gentille, à tel point que je me suis d’abord dit « je ne lui ai pas tout fait écouter et peut-être qu’il m’en voudra ». L’album aborde frontalement notre vie privée à tous les deux et certains morceaux de l’album sont très directs, ils en disent beaucoup. Donc mon premier sentiment a été que j’aurais dû demander son accord avant d’aborder tous ces sujets.

Tes références musicales sont, entre autres, Françoise Hardy, France Gall ou Gainsbourg, est-ce pour cette raison que tu as choisi de chanter en français ?

En partie, mais avant tout parce que j’ai un très mauvais accent anglais (rires).
Et comme j’avais décidé de raconter ma vie sur cet album, je trouvais dommage de le faire dans une langue qui n’est pas la mienne. D’autant plus que nous avons une langue magnifique avec un choix de mots et de nuances incroyables. C’est complétement nul de passer à côté de ça.

Comment as-tu rencontré tes compositeurs, qui ont travaillé notamment pour Louane et Jenifer ?

Grâce à YouTube. Je chantais des reprises que j’enregistrais dans ma chambre à la guitare. Ils ont vu les vidéos et m’ont proposé une rencontre en studio.

Léa Paci©yann_orhan

Léa Paci©yann_orhan

Je venais d’avoir 18 ans et mes études étant prioritaires, je leur ai dit « ok pour faire un album, mais sa sortie devra attendre la fin de mon BTS ». Et durant les deux années de ce dernier, nous avons peaufiné l’album. Ma première rencontre musicale s’est donc faite sur Internet, un peu comme pour les couples des nouvelles générations (rires).

Tu aimes la littérature fantastique, en particulier « La Nuit des temps » de René Barjavel.

« La Nuit des temps » est effectivement mon roman préféré, j’ai dû le lire au moins cent fois. À la première lecture, je l’avais détesté, mais en le relisant, je me suis dit que c’était un chef-d’œuvre.
Mes références cinématographiques sont également très orientées vers le fantastique, avec des films comme « Inception » ou « Alice au pays des merveilles ».

Reprendras-tu le théâtre un jour ?

Je l’espère, et le plus tôt possible. J’avais tellement imaginé faire du théâtre plutôt que de la musique… même si je ne regrette rien. Mais, du coup, j’ai arrêté le théâtre et j’aimerais pouvoir y retourner, et jouer au cinéma. Je serais parfaitement capable, en tant qu’artiste, de faire les deux. On catégorise moins les artistes aujourd’hui, et cela me donnerait la possibilité de diversifier mes talents
(rires).

Tes projets, Léa ?

Le Café de la Danse le 16 mars, des festivals cet été un peu partout en France. Je suis en train de créer un deuxième album pour lequel j’ai pris part à l’écriture et à la composition, ce que je n’avais pas vraiment fait sur le premier. Cette fois, j’ai collaboré avec diverses équipes et j’ai coécrit quasiment tous les textes. Et je suis allée peut-être dans une direction plus « variété ». J’aime raconter des histoires à travers mes chansons, cela me rapproche du théâtre.

Ton mot de la fin, Léa ?

Merci ! Merci au label Elektra sans qui mon projet musical n’existerait pas. Merci aux médias qui permettent au public de connaître mon projet et merci au public, sans lequel personne ne s’intéresserait au projet.

Propos recueillis par Laurent Amar

La finale nationale des Tremplins de la chanson française a fait son numéro

59e1244690(1)

Des talents, ils en ont vu se présenter. Depuis de nombreuses années, les Tremplins de la chanson Française donnent leur chance à des artistes en devenir. C’est dans un lieu quelque peu atypique, sous le chapiteau du cirque Romanés (Paris XVIe) que la grande finale nationale dudit concours a eu lieu le 5 mars ; soirée à laquelle ont participé le comédien Patrick Préjean, les chanteurs Stone et Yannick, le chroniqueur collectionneur Pierre-Jean Chalençon et bien d’autres invités dont Stars Média. En Monsieur Loyal, Christian Lebon, fils spirituel de Charles Trenet, a animé de mains de maître l’événement.

Véritable rendez-vous artistique où les genres aiment se côtoyer, le spectacle a, cette année, mélangé les chants moderne, classique et
folklorique aux numéros de cirque, cabaret, transformiste et de danse ; une soirée haute en couleurs en partenariat avec le Music-hall l’Artishow pour sélectionner parmi six candidats le talent de demain. Constitué de professionnels et de journalistes avec pour présidente d’honneur la chanteuse Julie Pietri, le jury a fait d’Auré, le lauréat 2017 ; un artiste prometteur qui sera sous les feux des projecteurs du Casino de Paris (Paris IXe) le 1 er avril prochain. Pour lui, c’est sûr « Y’a d’la joie »…

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

Ana Moura, « Reine du fado », était à Paris pour un seul soir

Ana Moura

Ana Moura

Incontestablement, elle est aujourd’hui la plus belle voix du fado, ce style musical populaire de la culture portugaise dédié à des chants mélancoliques. À trente-neuf ans et avec plus de 300 000 disques vendus, la sculpturale Ana Moura est devenue une référence incontournable de la scène internationale avec ses sonorités suaves et envoutantes. Élevée au rang de star, la chanteuse adulée a collaboré avec de prestigieux artistes tels que Prince ou les Rolling Stone.

À l’occasion de la sortie de son nouvel album « Moura », c’est au Palais des Congrès de Paris, devant une salle comble d’aficionados lusophones et de certains invités privilégiés dont Stars Média, que la digne héritière d’Amalia Rodrigues, s’est produite samedi 3 mars ; un voyage unique d’une heure et demi tout en volupté, qui a fait résonner dans une grasse vocale, les intonations nostalgiques fadistas.

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars-media.fr

Billy Obam Chante de tout son « soul »

Billy Obam

Billy Obam

Si on vous dit Serge Gainsbourg et la chanson « You’re under Arrest » ? Et bien, vous ne pouvez que vous rappeler de Billy Obam ! À l’époque, il était âgé d’à peine vingt ans. Il était le seul danseur et choriste du compositeur. Ensemble, ils ont fait plusieurs plateaux de télévision et de grandes scènes.

Depuis, le natif du Cameroun a fait son chemin, sans jamais oublier de célébrer dans de nombreux projets, celui qui a été son mentor et qui lui a permis de devenir l’artiste qu’il est. Sa voix à la James Brown n’est pas un hasard. Billy a grandi en l’écoutant tout en étant bercé par celles de Marvin Gaye, d’Otis Redding et de Manu Dibango.

Donc, rien de plus normal qu’aujourd’hui ces inspirations s’expriment dans des albums colorés au son groovy de la soul music et du R&B, empreint de ses racines africaines. Le très charismatique Billy est un soulman comme on les apprécie grandement.
Les chansons de cet enfant de la terre qui « aime la vie » sont des messages d’espoir et de tolérance qui ne connaissent aucune frontière à l’exception de celle d’apporter de la joie.

À l’occasion de la sortie de son nouvel opus aux sonorités forcément soul, c’est sur la scène du Réservoir (Paris XIe) que le chanteur continuellement caché derrière des lunettes de soleil, vient de donner rendez-vous en toute intimité à quelques privilégiés dont Stars Média faisait partie. Dans une ambiance enjouée, il y a interprété des anciens et des nouveaux titres dont « No more pollution », le
single phare composé par Franck Mamilonne et écrit par Janet Arends, de ce très attendu album dont nous ne manquerons pas de vous parler prochainement.

Par Daphné Victor en exclusivité pour Stars Média

Marc Fichel, Un poète des temps modernes par Daphné Victor

VISUELC’est un état dans l’état. Rungis et ses 232 hectares dédiés aux produits frais, brasse pas moins de 9 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Ce grand marché qui n’est autre que « The place to be » pour tout producteur qui se respecte, a créé l’événement le 21 novembre dernier en donnant dans son antre coloré et parfumé, un concert unique ; celui d’un auteur compositeur interprète qu’étaient venus applaudir, Frédéric Zeitoun, Nilda Fernandez, Nourith, Didier Sustrac, Alexandre Joseph et Victor Le Douarec. La particularité de cet artiste ?

Mener frontalement deux vies et ça lui convient parfaitement ! Marc Fichel est directeur Export aux halles le jour et chanteur le soir. Son univers musical ? La chanson à texte, tel un Ferrat, un Brel, un Aragon, qui raconte les petites ou les grandes histoires de la vie, ses origines aschkenazes. Bénabar n’a qu’à bien se tenir. Attention, Marc Fichel est dans la place ! La marque de fabrique du mélodiste ? Forcément l’authenticité, celle qui vous touche droit au cœur.  Tel Cupidon, il a envoyé sa flèche signée « C’est ma vie dans les Halles » extrait de son premier EP, produit grâce au site participatif KissKissBankBank. Le coup de cœur pour le chanteur est alors réel.

Il explose les records sur Youtube avec plus d’1 million de vues, est diffusé sur M6 et W9 et se retrouve dans les playlists des radios. Comme quoi, la récolte des pommes de terre ça rapporte ! Son talent convainc. L’hyperactif angoissé au look dandy « street branché » plait. Dès lors, tout s’enchaîne. Concerts en France comme à l’étranger, participation aux rencontres d’Astaffort avec Francis Cabrel, premières parties d’artistes de renom, duo en featuring avec le groupe Hushh, coécriture… Et son ascension ne fait que de commencer ! 2018 sera certainement son année. Elle démarre déjà avec la sortie de son nouvel opus « Rungis-Paris-New York ». En se levant tous les jours à 2h30, Marc Fichel démontre que tout n’est que le fruit de la passion et de la détermination. Normal pour un maraîcher qui a fait des halles et de la scène son panier gagnant.

Daphné Victor, en exclusivité pour stars-media.fr

Midem 2017 : Rencontre avec Bonamour, nouveau projet électro-pop français.

Christian Bonamour

Bonamour

Bonjour Bonamour, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, c’est toujours difficile de se présenter (rires). Alors …je suis né à Lyon dans une famille très tranquille et joyeuse ! Ce qui m’a donné cet amour de la vie sans limite ! Quand je suis monté à Paris, en tant que jeune stagiaire, j’ai aidé un peu l’équipe de Claude Carrère, ce qui m’a donné l’opportunité de rencontrer les grandes Stars de l’époque ; Sheila, Dalida, Mireille Mathieu ou Claude François.

Ensuite, j’ai eu la chance d’être embauché chez Yves Saint-Laurent dans la prestigieuse boutique de la rue du Faubourg Saint-Honoré où je me suis occupé des grands de la planète pendant plus de 15 ans. Parallèlement, j’écrivais mes petites chansons au cas où ça puisse servir un jour ! Je suis passionné de la vie, de la nature, des animaux, du sport et bien sûr de la musique qui m’est indispensable !

Tu as connu beaucoup de chanteurs stars étant plus jeune, est-ce eux qui t’ont transmis le virus de la musique ?

Effectivement, j’ai connu et fréquenté beaucoup de stars du monde de la musique mais ma passion vient d’avant en fait, car mes parents chantaient tout le temps et parfois en public. Puis, le fait de me retrouver à l’Olympia pratiquement deux soirs par semaine n’a fait que renforcer cette envie ! Très souvent, je rêvais de monter sur scène à la place de l’artiste qui était devant moi pour ressentir cette énergie mutuelle extraordinaire !

Pourquoi ce premier album arrive que maintenant ?

PHOTO 3 TRANQUILLE

Bonamour

Alors déjà parce que « mieux vaut tard que jamais » (rires) mais surtout parce que c’est une rencontre avec ma « Dream Team » Étienne Louvain, qui est mon attaché de presse, et ensuite Valentin Aubert, mon producteur sonore. On a fait ce premier bébé ensemble ! Il paraît même que la famille va s’agrandir puisque d’autres bébés sont en route mais bon pour l’instant on se concentre sur  » Tranquille  » qu’on adore !

Ton premier opus, « Tranquille » est très électro-pop, c’est le style musical que tu souhaitais ?

Oui, je dirais même électro/lounge et effectivement c’est tout ce que j’aime ! c’est la musique et les sons qui me font vraiment vibrer ! Ce n’était pas gagné d’avance car je viens plutôt de la pop voire de la variété française et c’est Étienne qui m’a poussé, pas dans l’escalier, mais vers l’électro et maintenant je me réalise vraiment dans ce style musical.

La chanson « Tranquille sans toi » s’adresse à qui ? (rires)

Tu te doutes bien que je peux pas citer de nom ( rire ) surtout que la personne pour qui j’ai écrit cette chanson l’adore et la chante souvent puisque nous sommes restés proches ! Mais au moins de notre rupture est sorti une chanson. Comme quoi il y a toujours un côté positif à tout ! Je lui dirai peut-être un jour mais alors beaucoup plus tard (rires).

Prévois-tu de faire une scène pour présenter ton album au public ?

Ouiiiiiiii. C’est prévu. Nous partons d’ailleurs en Ukraine en fin octobre pour jouer sur le podium final de la Fashion Week de Kiev. Je pense que ça sera un moment un peu surréaliste parce que monter sur scène, pour la première fois, devant 1500 personnes et 300 journalistes, c’est quelque chose d’un peu spécial… N’est-ce pas ?   En tous cas, c’est un projet qui me tient à cœur car j’aime cet échange d’énergie avec le public !

Ton mot de la fin cher Bonamour  ?

Cliquez sur l'image pour visionner le clip "Tranquille sans toi".

Cliquez sur l’image pour visionner le clip « Tranquille sans toi ».


Je dirais  » vive la vie  » quoiqu’il arrive ! Merci Laurent et à très bientôt !
Retrouvez BONAMOUR sur www.bonamour-music.com

Propos recueillis par Laurent Amar

Stars-media vous présente le talentueux artiste Tom Ace

Tom Ace

Tom Ace

Bonjour Tom Ace, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?  

Bonjour Laurent, moi c’est Tom Ace, artiste, auteur et interprète depuis l’âge de 13 ans. Je rap, je chante, et j’écris beaucoup (rires).

Devenir chanteur de rap, cela s’imposait-il comme une évidence lorsque tu as démarré la musique ?

Tout de suite, ce fut le moyen le plus facile pour faire de la musique !!! J’ai commencé par m’enregistrer sur de vielles cassettes avec des amis et à aimer cela.
Puis j’en ai vite pris goût, c’était une manière de m’éloigner des vicissitudes de la vie, d’avoir de l’espoir en quelque chose et par la suite, d’avoir des rêves…

Quelles-sont tes inspirations musicales ?

Alors pour être franc, je suis très ouvert, je n’ai pas de goût particulier pour un style.
Je passe de ACDC à Eminem, Mickael Jackson, Ray Charles, Dépêche mode, Bruno Mars, The week-end, Jacques Brel… Je suis sans limite (Rire).

Tu finalises actuellement ton nouvel album, pourrais-tu nous en parler ?

J’écris énormément, pratiquement tous les jours. Donc le plus dur, je pense, sera de faire un tri de tout ce que je proposerai. Je travaille beaucoup en équipe, notamment avec mes compositeurs (Mazing, Wiki beats et Mercutio, mais aussi avec mes Managers (Makram et Bad).
Pour moi, c’est important d’avoir du recul sur ce que je fais et d’être conseillé professionnellement et artistiquement, après tout j’arrive en terre inconnue (rires).
Mais je reste confiant et j’ai hâte de vous faire découvrir mon univers.

Tom Ace

Tom Ace

Quand pourrons-nous venir te voir chanter sur scène ?

Pour l’instant on travaille sur l’album et je pense que dès que tout ça sera finalisé, on va passer du côté de la scène pour donner aussi une autre image que celui d’un artiste studio. Mais surtout hâte de découvrir mon public.

As-tu le projet d’un duo avec un autre rappeur ?

Pour l’instant non ! Ce n’est pas prévu mais à l’avenir, pourquoi pas. J’ai un univers très spécifique donc ça ne va pas être facile de choisir le bon duo car je veux faire un morceau avant tout, mais le jour où j’en ferai, je pense que ce sera en compagnie d’artistes avec lesquels on ne m’attendait pas.

Ton mot de la fin cher Tom ?

Il vaut mieux échouer en visant la perfection que de réussir en visant la médiocrité ….
Phrase que j’ai découvert il y a peu et que j’ai beaucoup aimé, c’est mon côté perfectionniste ( Rire ).
Retrouvez moi sur Youtube avec mes 3 singles et clips déjà disponible.

 » LAISSEZ-MOI »  https://youtu.be/cahvbvgLDKI   
« IL ETAIT TEMPS » https://youtu.be/HPfoX5TCIl4
« LUCIDE »  https://youtu.be/ZkPO6Ph3fMM

Propos recueillis par Laurent Amar