Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘Non classé’

Capcom démocratise la chasse aux monstres avec l’excellent « Monster Hunter World » sur PS4 Pro

Monster Hunter World

Monster Hunter World

La saga « Monster Hunter » représente pour Capcom une licence tout aussi importante et puissante que celle de « Resident Evil ».
Le premier épisode, sorti au Japon en 2002, sur PlayStation 2, remporta un succès immense et inattendu.
Plusieurs itérations sortirent sur différentes consoles, notamment sur celles de Nintendo, avec d’excellents épisodes, à l’exception de « Monster Hunter XX » sur Switch.

Cela n’était pas dû à la qualité du soft, mais aux médiocres capacités de la console hybride. « Monster Hunter » proposait un gameplay attrayant. Imaginez-vous en trappeur, braconnier ou chasseur, votre mission est de sauver un village ou une communauté en allant traquer les monstres fantastiques qui les menacent, le tout dans un univers d’Héroic Fantasy.
Le jeu se résume à une sorte de « beat them all », en plus sophistiqué, avec une importante composante RPG.
Assez hermétiques au marché mondial, les pontes de Capcom conçurent « Monster Hunter » comme une saga visant le public japonais. Mais peu à peu, l’aura de la licence et le succès aidant, les méchants monstres à abattre ne tardèrent pas à conquérir toute la planète.

Il ne restait plus qu’à trouver, pour les équipes de l’éditeur japonais, une jouabilité digne de ce nom, capable de séduire les gamers les plus exigeants, n’appréciant guère les commandes approximatives et complexes, inhérentes à ce type de production.
Et voici que débarque sur console nouvelle génération « Monster Hunter World » ! Véritable bijou de technologie, le jeu se veut facile d’accès, avec un visuel enfin au niveau des productions occidentales de qualité.

L’histoire vous met dans la peau d’un chasseur, dont l’apparence physique est entièrement paramétrable et membre de la « Commission des chasseurs », faisant route vers « le nouveau monde ».
Cette terre tout aussi luxuriante que dangereuse est habitée par des monstres plus terrifiants les uns que les autres et qu’il faudra bien éliminer pour continuer l’aventure.
3326642-9913596330-327687En partant de votre QG, l’extraordinaire ville d’Astera, où vous prendrez connaissance de vos quêtes et où vous améliorerez vos compétences, un univers s’offrira à vous avec les zones bien connues des joueurs : la forêt, les volcans, les montagnes enneigées, les déserts, etc.

L’aspect multi-joueurs est largement exploité dans ce « Monster Hunter World », mais le plus impressionnant est sans conteste la qualité graphique. Sur PS4 Pro, le jeu est splendide et les monstres sont animés de façon quasi naturelle. Le travail effectué par les graphistes et les animateurs de Capcom est aussi titanesque que louable. « Monster Hunter World » remporte un triomphe à travers le monde, avec déjà 6 millions d’exemplaires vendus.

Mais elle constitue surtout une œuvre chargée de symboles, notamment celui de la résurrection du jeu vidéo japonais.
Bravo Capcom ! À Stars-media, nous avons adoré. Si vous êtes les heureux propriétaires d’une PS4 Pro, même d’une simple PS4, n’hésitez pas, partez à l’aventure, la communauté des chasseurs vous attend, et les monstres également !

Laurent Amar

Note de la rédaction : 17/20
Éditeur : Capcom
Disponibilité : Déjà dans les bacs

Sabrina Fraty : La nouvelle voix de la radio AIR show !!

Sabrina Fraty

Sabrina Fraty

Les auditeurs de la radio AIR Show vont découvrir la voix de la pétillante animatrice « Sabrina Fraty « ! Dès le 12 février 2018 à 21, h l’incontournable Sabrina prendra l’antenne pour son émission L’œil de Sab sur Air SHOW ! On rappelle que La « Radio AIR SHOW » née une première fois dans les années 80, « R show », station funk de la bande FM, fut l’une des radios à succès lors de la libération des ondes.

En 2012, Arno Koby, vice-président de « Radio Koby Show » devenue une webradio, fusionne avec WFM, une autre pionnière de la FM, passée elle aussi sur le web pour devenir Air Show.

Depuis 3 ans « SAB  » sait divertir et nous fait redécouvrir l’histoire de ses invités. Des interviews passionnantes à écouter d’urgence !

Sa formule magique : « L’œil de Sab » est une émission intelligente sans « prise de tête », riche sans être « bling bling », et profondément humaniste !

N’oubliez pas que  « L’œil de Sab » est une émission conviviale ayant vocation à faire connaître les invités tels qu’ils sont. »L’œil de Sab  » cherche à encourager un échange humain ressemblant davantage à une discussion entre amis.

Vous pouvez écouter l’émission sur :  www.radio-airshow.com sur les applications IPhone ou Ipad, sur la révolution FREEEBOX ou alors sur des applications smartphones comme TuneIn, Orange Live Radio, RadioWays, Radiopad ……et ce dans le monde entier !!!!

Mbappé, Dembélé, Aouar… les nouvelles pépites du Foot françaises pourraient rapporter gros

Kylian Mbappé, Houssem Aouar, Amine Gouiri, ou encore Ousmane Dembélé… La France regorge de jeunes talents, âgés de moins de 20 ans, et prêts à briller au grand jour. Le premier, qui fait actuellement les beaux jours de Monaco, a, peut-être, la plus belle cote sur le marché européen, en dehors des mastodontes Cristiano Ronaldo, Neymar et Messi.

Fort de six mois impressionnants sur le Rocher, que ce soit en Ligue 1 ou en Ligue des Champions, l’attaquant tricolore est pisté par les plus grands clubs du monde : le Real Madrid, le Barça, le PSG, Manchester City ou encore Arsenal… D’ores-et-déjà, son transfert est estimé à plus de 150 millions d’euros, qui ferait de lui, aujourd’hui, le plus gros transfert du football mondial.

Forcément, ses prix peuvent paraître incroyables pour les novices de football, démesurés de toutes proportions. Pourtant, le monde du Ballon Rond évolue depuis bien longtemps, et est aujourd’hui très loin des budgets d’il y a 40 ans. En 1971, Johann Cruyff, le Hollandais Volant, était transféré contre 1,1 million d’euros, de l’Ajax au Barça. 45 ans plus tard, les montants ont été multiplié par plus de 100. comme le rappelle Bwin dans son analyse. Dans les records de ventes, nous retrouvons les plus grands joueurs du monde, comme Zidane, Figo, Ronaldo, ou encore Batistuta.

Âgé de seulement 18 ans, le natif de Bondy intrigue les plus grands recruteurs du monde par sa précocité et son sang froid. Toujours selon nos confrères de Bwin, il détient les plus grands critères pour devenir le joueur le plus bankable du monde. Buteur, très jeune, disposant d’un talent hors-pair et d’un sang-froid, ce dernier pourrait bientôt casser la baraque afin de déloger Paul Pogba en tant que joueur le plus cher du monde.

 

Ousmane Dembélé

Ousmane Dembélé

D’autres pépites, et non des moindres, peuvent également prétendre à ce « titre ». Ousmane Dembélé le premier. Transféré pour 30 millions d’euros (bonus compris) à Dortmund l’été dernier, l’ailier né à Vernon (27) a déjà triplé sa valeur marchande, en une année. Buteur à 10 reprises et distillant 20 passes décisives l’an passé, il attire les plus grands clubs comme Paris ou Barcelone. Son tarif est désormais monté à 100 millions d’euros et pourrait encore grimper s’il poursuit sur sa lancée. International tricolore, ambidextre, rapide et technique, l’ancien rennais est lui aussi un grand espoir du football mondial.

 

Et que dire des autres pépites, comme Houssem Aouar ou Amine Gouiri. Lyonnais de formations, ces derniers sont bien partis pour imiter les anciens Gones comme Karim Benzema ou Alexandre Lacazette. Les deux perles du centre de formation de l’OL pourraient avoir beaucoup de temps de jeu cette année, et montrer, enfin, leur talent aux yeux de la France et du monde entier. Après les réussites de Corentin Tolisso et d’Alexandre Lacazette, vendus pour 40 millions et 50 millions d’euros, Gouiri et Aouar ont de la marge avant de détrôner les deux princes du Parc OL, mais leur talent pourraient les porter jusqu’aux sommets du football européen.

Stars-media vous présente Devy Man, jeune réalisateur et auteur atypique de « The Anarchist »

18870902_10209743041314714_861318021_n

Devy Man

 

Bonjour Devy Man, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Oui bien sûr Laurent …
Je suis un être humain qui recherche la sincérité et le vrai dans sa démarche internationale et qui tente de montrer, entre autre, ce que la France conserve de bien même si personne ne s’en souvient très bien … En ce sens, nul ne peut nier que notre pays a perdu ses lettres de noblesses autant que son triple A… donc , j’actionne à ma mesure pour rééquilibrer la balance.
Je suis artiste multimédia, auteur, compositeur, réalisateur et designer … je suis aussi Président fondateur de l’association « The Unique Team » qui produit des œuvres artistiques d’avant-garde souhaitant créer des ponts de communication entre les cultures…

Nous te voyons souvent dans des évènements liés au cinéma, pourquoi ?

Événements liés au cinéma oui, mais aussi à la musique, à la télévision, à l’art contemporain, aux nouvelles technologies, à l’écologie, au bien-être et tant d’autres choses car tout m’intéresse et donc suis curieux de ce qu’il se passe dans notre univers actuel… tandis que je tente d’apporter ma pierre à l’édifice …
J’essaie de rassembler les éléments conceptuels épars autour de produits artistiques permettant de contribuer à un futur meilleur pour nos enfants en perte de valeurs humaines qui sont souvent en mal de vivre dans nos sociétés modernes, alors que techniquement, ils ont bien plus que la majorité des enfants de pays dits moins civilisés ! Où est le problème ?
Aussi Il y a environ 160 événements de dimension internationale / festival exhibition salons etc … sur la riviera auxquels j’ai participé d’une manière ou d’une autre depuis 17 ans.

Mais surtout depuis que j’ai développé la technique du selfie vidéo-interview que j’ai inventé/découverte sur le terrain quand je participais à une compétition de court métrage pendant le festival du film de Cannes au short film corner (une de leur excellente initiative).
J’avais gagné d’ailleurs lors de ce festival une caméra du même format qu’un smartphone, à une époque où les téléphones ne filmaient pas encore. Cela m’a permis d’explorer et d’interviewer en temps réel, ou presque, un grand nombre d’artistes exotiques et de partager avec mon public des moments simples et privilégiés en compagnie des gens qui m’intéressent, me fascinent, voire me passionnent … et il y en a pléthore à partir du moment où l’on décide d’apprendre et de s’ouvrir au reste du monde …

Devy man en compagnie de Raghunath Manet

Devy Man en compagnie de Raghunath Manet (au milieu)

Parle-nous de ton film au style volontairement psychédélique The Anarchist ?

Ma facture artistique est depuis toujours le psychédélisme, le surréalisme, en fait la recherche d’harmonie des couleurs et des sonorités … ce sont les bases de la créativité fondamentale n’embrassant aucune limites et c’est bien ce qui est en péril aujourd’hui, où l’on observe une créativité qui s’étiole dans une foultitude de sujets redondant légèrement remaniés, et de projets censés distraire le peuple à travers les thématiques de la violence, de la peur, et du ridicule …

The Anarchist raconte les aventures incroyables d’un agent secret au service de la principauté d’Utopia, sous la couverture d’un artiste pluridisciplinaire … que j’incarne étant donné que je maîtrise, après 30 années d’entraînement, plusieurs moyens d’expression.
Je souhaitais partager mon histoire personnelle autour d’une série de films, tourné-monté sur un smartphone, avec un objet accessible voire que tout le monde possède aujourd’hui… pour montrer comment la créativité fait-elle au final la différence majeure … et révéler l’importance des messages que l’on peut véhiculer dans film simple à faire.
Cette série est donc autobiographique et met en valeur mes compétences et celles de mon entourage pendant le festival du film de Cannes … avec en fond de toile, des stars et des artistes incroyables observes par 3 milliards de téléspectateurs … quand même !

Pourquoi ce personnage d’agent secret ? Et bien tout d’abord parce qu’un agent secret recherche secrètement un secret … Mais dans ce concept de film, les secrets ne seront jamais vraiment révélés car c’est au public de les découvrir par lui-même s’il le souhaite … car c’est bien de cela qu’il s’agit, d’une participation proactive de l’audience à rechercher les compléments d’informations par elle-même ! Puis au fur et à mesure du développement de la série de films Au diminutif de The (Å), je vais révéler le fruit de mes recherches et apprentissages sur des thématiques quasiment inexistantes dans les marches artistiques classiques … la puissance de la musicothérapie par exemple en est une …

Tes futurs projets Devy Man ? Y aura-t-il d’autres films ?

Bien sûr, d’autres films notamment deux qui me tiennent particulièrement à cœur… le premier est un court métrage viral qui s’appelle Les 3 portes de la sagesse.

The unique team

The unique team

Il s’agit d’une métaphore intemporelle ou « comte spirituel moderne » sur le sens de la vie et le chemin que chacun emprunte pour se le révéler à soi-même … le second un long métrage pour lequel je me démène depuis 8 années maintenant.
C’est l’adaptation du bestseller international de mon ami Paulo Coelho qui s’appelle : L’Alchimiste.

Il s’agit là d’un défi de longue haleine car c’est un livre traduit en 72 langues publiés Dans 160 pays et vendus à plus de 100 millions d’exemplaires … donc ce n’est pas une mince affaire … il implique un travail sous-jacent énorme … une recherche permanente de travail personnel motivée par le désir d’élévation de son propre niveau de conscience notamment par la compréhension et l’adaptation aux cultures et pays où il a fait son succès … ou encore quelles sont les raisons communes … qui réunit un public en commun… traditionnellement on ne s’adresse pas au public d’Hollywood comme on s’adresse au public de Bollywood … sachant que ce deuxième marché est beaucoup plus important ! Environ 800 films produits par an dans le 1er contre 1200 Dans le second !

Tu es très critique vis-à-vis du dernier festival de Cannes, pourquoi ?

Je suis très critique en règle générale … bien que tout cela soit relatif et finalement bienveillant.
En esthète avertit, j’aime ce qui est beau mais pas ce qui sonne faux ! Mes diverses formations et interactions auprès de personnalités exemplaires et reconnues de ce monde m’ont permis de développer ce sens critique, la lucidité et le discernement utile au développement du bon goût !

Mais quand on veut à tout prix faire du MacDo artistique, car c’est non seulement la mode mais aussi la contrainte budgétaire actuelle pour soi-disant nourrir le plus grand nombre avec de la culture bon marché… alors On fait du « Prêt à manger » comme du prêt à penser ! Où est la liberté dans tout cela ? Et voilà ce que l’on constate aujourd’hui entre autre : une baisse de qualité du niveau général … tant Du côté du langage que de l’expression, voire de la création de concepts originaux, sous prétexte d’économie de masse avec une offre si grande sur des sujets insipides ou ennuyeux et si difficile à débusquer sur des manifestations intéressantes … En gros, on nous revend la même soupe dans une assiette différente sauf que les légumes utilisés sont transgéniques !!! Et voilà le résultat sur l’audience … on en devient apathique … On bouffe de l’image pour passer le temps … un temps de la valse à mille temps.

Aussi Je n’aime ni ne valide cette propension à toujours congratuler les mêmes comme dans un petit cercle d’amis qui s’estiment infiniment au-dessus des autres de manière injustifiée pour le reste du monde alors qu’il y a une quantité d’artistes émergents de grand talent voire de génie n’ayant pas assez de lisibilité …
Je n’aime pas non plus quand, dans un festival censé réunir le meilleur du cinéma international, on parle plus de politique ou de business annexes et pas assez de cinéma.

Je n’aime pas quand la montée des marches qui n’est plus que du placement de produits de luxe avec une majorité de gens qui n’ont rien à y faire et qui de surcroît, ont le regard inhabité voire dédaigneux du public ou des professionnels … alors que tous ceux qui les regardent rêvent d’être à leur place … et se demande (sortit de cette illusion collective, pourquoi sont-ils La ? Pour afficher un quelconque mépris, il faudrait d’abord savoir que Godard existe non ?) Cela manque de respect, d’élégance et de raffinement, tout n’est pas que du packaging de l’enveloppe extérieure … ou se trouve donc La dimension intérieure ? Erreur Majeure ! D’ailleurs on voit vite la différence entre ceux qui sont rayonnants ou pas et ce n’est pas une question de stylisme ou de relooking !

Quelles seraient tes solutions pour renouveler ce Festival en perte de vitesse ?

Mes solutions sur notre société, je les explique dans mes œuvres … il suffit de s’y intéresser déjà puis d’essayer de réunir les pièces du puzzle … à travers l’exemple que je souhaite donner … et représenter …ensuite nous ne pouvons jamais rien apprendre à ceux qui refusent de se laisser enseigner … à ceux qui ne sont pas demandeurs, à ceux qui pensent n’avoir besoin de rien pour s’améliorer ! Je connais très bien les rouages des systèmes. Aussi le monde évolue, internet à tout changé, c’est inévitable et pas toujours en bien … pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas attentifs aux valeurs humaines et nous plions à chaque fois notre orgueil face aux machines à fric ou… aux désirs basiques d’immédiates satisfactions.

La réceptivité s’auto-lasse tandis que le goût de l’effort disparaît et le chemin initiatique s’efface ! il est fort regrettable qu’il n’y ait pas des sélections officielles et de remises de palmes sur la défense des causes importantes pour l’humanité ! Où est la modernité sérieusement ? On devrait avoir des trucs du genre : « et voici la palme du film qui défend l’éducation des enfants, puis celle du meilleur film sur les droits de la femme, La palme du film écologique voire celle du film qui promeut la paix … etc,etc,etc… « .

Les gens qui osent faire ce genre de films devraient avoir une place prépondérante … ceux-là seuls sont les vrais stars d’aujourd’hui et de demain, car ils laissent une réelle trace positives dans l’histoire et peuvent changer le cours des choses !!! Rien n’est plus essentiel à l’heure actuelle …
Je suis à l’écoute de Thierry Fremaux … sera-t-il capable de m’envoyer une invitation officielle pour en parler tandis que tous mes films sont systématiquement refusé au festival maintenant depuis l’année ou je présentais en même temps que The Artist, un film court et muet sur le mythe de Narcisse !

Ton mot de la fin ?

Je vous remercie de votre écoute. J’espère que cela servira à cette fin qui annonce toujours le début de quelque chose d’autre … à bientôt !

Un nouveau défi pour L’œil de Sab !

Sabrina Fraty

Sabrina Fraty

Un nouveau défi pour L’œil de Sab !
Mardi 21 mars à 20h30, nous découvrirons une émission un peu spéciale puisqu’il s’agira d’un show tv réalisé dans un restaurant, et diffusé en direct sur Facebook par Attia Production.

L’animatrice Sabrina Fraty et Christophe Manfredi, directeur du restaurant Da Mimmo, feront chanter et danser la clientèle.
Car L’Œil de Sab « spécial Karaoké » cherchera à amener un échange entre les convives !! Une soirée riche, sans être « Bling Bling », mais profondément humaine !! Attention !!! Ça ne sera pas juste un karaoké… !!!

Avec la présence exceptionnelle du Comédien Thierry Samitier de la série « Nos chers voisins » sur Tf1, le chanteur Trezen (Ex membre du groupe Manau ndlr) qui interprétera un titre en direct. Mais aussi François Rocquelin, vous l’avez connu dans des séries telles que « Le miel et les abeilles », « Premiers baisers » ou encore « Les années fac » et le rappeur Alibi Montana (A ce jour, nous ne connaissons pas encore tous les artistes qui seront présents ndlr).

Le restaurant Da Mimmo

Le restaurant Da Mimmo

Vous pourrez découvrir la magie de l’authentique cuisine italienne, même la célèbre actrice Gwyneth Paltrow en parle sur son blog !!!
Bien des célébrités sont déjà venues dîner dans ce restaurant comme par exemple Spielberg, Cyril Hanouna, Laurent Ruquier et bien d’autres…..

Pour que cela soit accessible au plus grand nombre, pour le tournage de « l’Œil de Sab : Spécial karaoké Da Mimmo  » Christophe Manfredi a concocté un menu spécial à 28 € seulement (Entrée, plat, dessert et vin).

Venez partager un grand moment de bonheur Mardi 21 mars à partir de 19h au Restaurant « Da Mimmo » au 39 Bld Magenta 75010 Paris. Réservation au : 01 42 05 44 47.

Stars -media sera là pour passer une bonne soirée !!

« CONTRE UT ET CONTRE TOUS » DU DOCTEUR HENRI AMOROSO

Nice - le 20.12.13 :Le docteur Henri Amoroso, travaillant dans le bureau de son appartement niçois.

Nice – le 20.12.13 :Le docteur Henri Amoroso, travaillant dans le bureau de son appartement niçois.

C’est le titre d’une biographie riche et insolite qui semble regrouper plusieurs vies.
Henri AMOROSO a recherché, toute sa vie, le Beau, le Bien et le Vrai. Il a atteint, avec sa voix de ténor, le contre ut, cette note magique, recherchée par les amateurs de Bel Canto tout comme il s’est aussi illustré dans le domaine scientifique
par une recherche continue et intense.

L’être humain n’est qu’un agrégat cellulaire singulier qui rencontre un milieu (Epigenèse). On dit que DIEU a joué aux dés  mais EINSTEIN ajoutait « Il en laisse traîner beaucoup par terre ».
Comme CAMUS, il a été élevé dans un souk, le quartier du Panier à MARSEILLE, une dizaine de personnes dans 50 m2, les toilettes  au premier étage et sur le balcon !

Il a été présenté au concours général de grec ancien alors qu’à l’âge de 5 ans, il ne parlait qu’un mélange de napolitain-marseillais.

Mais là est le point fort de son parcours. L’homme n’est grand que par ce qu’il devient. Il apporte la preuve comme des millions d’autres petits gars qu’avec la volonté d’un samouraï et le crochet droit de Marcel CERDAN, on peut bousculer
l’adversité la plus tenace. Parvenu au sommet de sa vie, celui dont on dit qu’il est le tir au but, la course vers l’essentiel,  il veut servir d’exemple dans un humanisme sans faille. La recherche du Beau, du Bien, du Vrai, ces trois concepts normatifs fondamentaux de
l’Ordre Éthique, est son phare. Il n’en a qu’un.

Vivre c’est éliminer et choisir. Il avait, génétiquement, une intuition hors du commun et une impérieuse nécessité de connaître ses limites qui l’ont amené à la psychiatrie.

IL a la tessiture d’un ténor, c’est son ADN. Il nous raconte son aventure musicale, ses nombreux concerts. Il a approché les plus Grands. Sa voix a séduit PAVAROTTI auprès duquel il a chanté à Naples.
Il a participé à de nombreuses émissions médiatiques de qualité avec Bouvard, Drucker, Dechavanne etc…

Sa parentèle napolitaine et la maîtrise parfaite de cette langue lui ont permis une approche secrète, enrichissante et objective de la mafia.

Il a bénéficié de l’encouragement personnel d’Einstein, du professeur Jean Bernard et du biologiste Henri Laborit qui l’appelait « HENRI L’AUTRE ». Les photos d’une vie.
Quant aux Académiciens, il les a pratiquement tous rencontrés ; ils sont chaleureux et à les en croire, il aurait dû être parmi eux ! Un seul a tenu parole : Jean Dutourd. Au sommet de sa vie, il a appris à connaître l’envers du décor ; le revers de la médaille est implacable. En effet, la société évolue entre le cristal et la fumée.
La superstition c’est l’art d’accommoder les coïncidences  auxquelles, en scientifique averti,  il ne croit pas mais ça l’arrange de penser que ses initiales H.A. cachent sourdement deux signifiants autrement évocateurs que son banal patronyme : H c’est l’Honneur, A c’est l’Amour. Ceux qui m’aiment acquiesceront, les jaloux merdiques et médiocres crieront au Mégalo… Qu’ils sachent que ses deux
idoles qui l’ont tant aidé, furent EINSTEIN et PAVAROTTI.

Il nous parle encore de nombreux sujets, de ses croyances et il nous livre un dernier testament qu’il espère encore, à 88 ans, largement révisible dans les décades à venir.

A la fin de l’ouvrage, l’auteur fait un essai « du neurone pontifical au frisson musical ».

Les Lauriers Tv Awards 2015 en direct sur stars-media, c’est ce soir ou jamais.

LTVA 2015

LTVA 2015

Les Lauriers tv Awards 2015 en direct à partir de ce soir 19h00 sur stars-media, cliquez sur le lien pour visionner la cérémonie : CLIQUEZ-ICI POUR LE LIVE DES LAURIERS TV AWARDS

 

 

 

Interview de Anne-Isabelle Tollet, femme engagée pour la défense de Asia Bibi.

Anne-Isabelle Tolet

Anne-Isabelle Tollet

 

Anne-Isabelle Tollet, journaliste française, écrivain, prépare actuellement un roman inspiré de sa relation inattendue avec une femme talibane.

Entre 2008 et 2011, alors correspondante permanente au Pakistan pour France 24, elle alerte la communauté internationale sur le sort d’Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en publiant son témoignage dans « Blasphème », chez Oh ! Éditions, qu’elle cherche à adapter au cinéma.

Lors de la mort d’Oussama ben Laden, le 2 mai 2011, elle a réalisé de nombreux reportages et duplex pour les journaux de France 24, France 2, France 3, i Télé, ainsi que l’émission « Mots croisés » sur France 2.

Anne-Isabelle a également présenté des JT en direct (France 24/ i Télé).

En septembre 2011, elle s’est exprimée à New York au sommet UN Watch, en marge de la grande assemblée générale de l’ONU, pour défendre la cause d’Asia Bibi.

Bonjour Anne-Isabelle Tollet, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

J’ai toujours voulu être grand reporter, mais j’ai commencé à exercer le métier de journaliste en étant propulsée présentatrice sur i Télé en 1999. Très vite, j’ai ressenti l’appel du terrain, je voulais être au cœur de l’actualité, la vivre et la faire vivre. Je suis animée par une volonté farouche de témoigner de la manière la plus neutre. En effet, je ne suis pas une militante mais plutôt une combattante : que ce soit sur les terrains difficiles ou ailleurs, les journalistes ne sont pas toujours les bienvenu(e)s et il faut se battre sans cesse contre la tyrannie de l’opinion et pour le respect de l’autre.

Entre 2008 et 2011, j’ai été correspondante au Pakistan pour la chaîne d’information internationale France 24. Lorsque j’ai appris la condamnation à mort d’Asia Bibi pour avoir bu un verre d’eau, j’ai  couvert cette actualité comme l’ensemble de mes confrères. Je n’ai pas l’âme d’une mère Térésa, mais très vite cette histoire m’a rattrapée : en me rapprochant de la famille d’Asia Bibi il y a quatre ans, je ne pouvais pas rester insensible à cette injustice. Son mari et ses cinq enfants ont toujours reposé leurs espoirs sur moi et parfois je regrette de ne pas être plus influente, je me dis qu’ils ont fait un « mauvais casting ».

Asia Bibi

Asia Bibi

Pourriez-vous nous parler des origines de l’affaire Asia Bibi ?

Asia Bibi a été condamnée à mort pour avoir bu un verre d’eau par 45°. Même la série « Homeland » n’aurait pas osé un tel scénario ! Cette histoire invraisemblable  est pourtant bien réelle : en se servant dans l’eau du puits commun aux femmes musulmanes, Asia Bibi, la chrétienne, s’est vu reprocher d’avoir rendu cette eau impure. Au Pakistan, la loi anti- blasphème jette des milliers d’innocents en prison, sans discrimination religieuse particulière à l’égard des chrétiens. Mais cette disposition législative qui repose uniquement sur le principe de la dénonciation permet  à n’importe qui d’en faire un règlement de comptes privé. Ainsi, dans le cas d’Asia Bibi, une voisine a voulu se venger à la suite d’un problème de mangeoire abîmée par des vaches dont Asia avait la responsabilité. L’accusation de blasphème a été le moyen tout trouvé: il a suffi à la voisine de proclamer dans le village que, lors de sa querelle avec Asia Bibi, cette dernière avait insulté le Prophète.

Que risque cette jeune femme si elle est condamnée ?

Asia Bibi risque tout simplement d’être pendue si nous n’agissons pas. Il lui reste désormais à peine une quinzaine de jours pour présenter un ultime recours devant la Cour suprême – du moins si son dossier est accepté et nous n’avons aucune certitude de ce côté-là. Si elle est déboutée en appel, elle sera pendue immédiatement.

Quel type d’opération avez-vous mis en place pour la soutenir en France ?

Pour la faire sortir du couloir de la mort, le seul moyen réside dans les pressions des plus hautes instances, politiques et morales, de la communauté internationale.

J’ai donc interpellé le président Hollande dans une tribune parue dans « Le Figaro » le 1er novembre pour qu’il fasse le relais auprès de ses homologues à travers le monde. Même si ce n’est que partiellement, le sort de la condamnée est aussi entre ses mains. Je n’ai pas de retour de l’Élysée, bientôt peut-être…

Par ailleurs, j’ai lancé une grande campagne de soutien sur twitter #FreeAsiaBibi : « dire non à la pendaison d’Asia Bibi en buvant symboliquement un verre d’eau ». Je commence à recevoir beaucoup de photos à travers le monde mais ce n’est pas suffisant. L’idée serait de faire une grande fresque, une mosaïque de toutes ces personnes buvant un verre d’eau et de l’afficher sur l’hôtel de ville qui a placé Asia Bibi il y a trois ans sous sa protection symbolique.

Grâce de Capitani soutient Assia Bibi en buvant le verre d'eau "interdit".

Grâce de Capitani soutient Assia Bibi en buvant le verre d’eau « interdit ».

Pour les personnes qui n’ont pas de compte twitter, elles peuvent aussi envoyer leur photo à cette adresse : saveasiabibi@gmail.com

Y a-t-il des personnalités qui vous suivent en soutenant Asia Bibi ?

La philosophe Elisabeth Badinter a dénoncé la condamnation à mort « insupportable » d’Asia Bibi et c’est un grand honneur d’avoir son soutien. Le chanteur Michel Delpech, très affecté par cette affaire depuis la sortie du livre « Blasphème », que j’ai coécrit avec Asia Bibi en 2011, est formidable d’humanité. Il me demande régulièrement de ses nouvelles, son soutien est indéfectible. Toutefois, j’aimerais avoir l’appui d’autres personnalités afin de mobiliser les médias et donc les politiques. Je pense que beaucoup d’artistes souhaiteraient s’engager dans cette cause, mais ils ignorent qu’une femme innocente risque d’être pendue et que leur mobilisation pourrait changer le cours des choses. Depuis que je suis rentrée en France, je suis restée en contact permanent avec la famille, je n’ai pas encore réussi à les faire sortir de cet enfer. Seule, je n’y arriverai pas.

Quel serait votre mot de la fin, Anne-Isabelle ?

Il n’est pas trop tard pour sauver Asia Bibi de la potence. N’attendons pas sa pendaison pour nous indigner… Cela peut sembler fou, mais si tout le monde se prenait en photo avec un verre d’eau, nous pourrions réellement changer le destin de cette femme qui ne mérite évidemment pas de mourir.

Propos recueillis par Laurent Amar

Stars-media chez nos confrêres de Paris Frivole !

IMG_20140314_210646

Laurent Amar et Sarah Frivole

 

Un grand merci à Sarah Frivole d’avoir voulu en savoir plus sur stars-media et votre humble serviteur.

C’est une belle interview, sincère et spontanée, que je vous invite à découvrir en cliquant sur la photo :

Bonne lecture à tous.

Laurent Amar

Le réalisateur Bruno Etenna, qui a filmé l’opération des seins de Alexia de « Secret Story », dit tout à stars-media.

Bruno Ettenna

Bruno Etenna

Bonjour Bruno Etenna, pourrais-tu te présenter à ceux, parmi nos lecteurs, qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, je suis photographe, coach pour des modèles et cadreur lors d’interviews et de reportages consacrés à des artistes et autres célébrités.
J’ai débuté ma vie active en tant que graphiste plasticien, puis mon parcours m’a mené au monde du luxe, de la mode et du cinéma.
Je réalise des books pour divers artistes,  je collabore avec la presse et avec des créateurs tels que la maison Gripoix qui crée des bijoux pour les plus grandes maisons de couture, de Chanel à Yves Saint Laurent en passant par Balenciaga, Dior, Givenchy, Balmain, Marc Jacobs…

Je travaille également avec le comité Manhunt qui sélectionne en région les hommes les plus élégants afin qu’ils représentent la France dans le monde.
Avec d’autres encore comme Flo Malley, un chanteur qui s’est fait connaître grâce à l’émission  » The Voice », et qui fait actuellement sensation dans la comédie musicale « Disco »,  aux Folies Bergère.

Pourquoi avoir accepté de filmer l’opération des seins d’Alexia, héroïne du dernier Secret Story ?

Le sujet qu’Alexia et Jeremstar m’ont proposé m’a paru intéressant et différent de ceux sur lesquels j’ai pu travailler dans le passé.
C’était donc l’occasion de vivre une expérience hors du commun mais aussi, et surtout, de contribuer à informer les femmes qui le désirent sur le déroulement d’une telle opération, de l’implication du chirurgien, de la première consultation au suivi postopératoire.

Comprends-tu le fait que des personnes puissent être choquées par une telle démarche ?

Oui, je le comprends. Tous les points de vue sont à prendre en compte. Certaines personnes considèrent cela comme du voyeurisme ou le moyen de faire du buzz.
Cependant notre démarche est plutôt d’informer et de rassurer les femmes qui voudraient se faire opérer.
Il s’agit d’une opération comme tant d’autres, et les images diffusées ne comportent rien de « trash » ni de sanglant. Tout a été fait dans les règles d’hygiène et de déontologie, sous les directives du Dr Azoulay.
De nombreuses émissions télévisées traitent de ce sujet sans pour autant susciter des polémiques. Le fait qu’il s’agisse d’une candidate de téléréalité et que le film soit diffusé sur le Web dérange.

Si c’était à refaire, accepterais-tu ?

Oui, car j’étais au cœur de l’action et si c’est un moyen de rassurer, d’informer le public sur les modes opératoires et les risques encourus, je serais ravi de m’impliquer de nouveau.

Opération des seins de Alexia de Secret Story.

Opération des seins de Alexia de Secret Story.

T’avait-on déjà proposé un tournage de ce genre, aussi « délicat » ?

Non, c’est la première fois. Je craignais d’ailleurs d’avoir du mal à le supporter mais cela s’est très bien déroulé, sans malaise.
Le Dr Azoulay nous a très vite rassurés en nous précisant qu’il n’y aurait quasiment pas de sang grâce à l’adrénaline injectée dans les seins.
Le plus impressionnant fut de voir comment une prothèse mammaire de ce volume pouvait passer par un aussi petit trou situé au niveau du mamelon. Je fus très impressionné également par le Dr et par son assistante lorsqu’ils ont déplacé le muscle.
Le visage d’Alexia était caché et j’avais l’impression qu’ils manipulaient une poupée ; sinon, il m’aurait été difficile, je pense, de filmer et j’aurais sûrement fait une syncope.

Quels sont tes rapports avec le milieu du show-business, tu photographies apparemment de nombreuses célébrités ?

En effet, étant photographe et cadreur, je côtoie pas mal de people et des personnes du show-business.
J’aime m’investir dans des projets originaux et je participe à divers événements qui me permettent de rencontrer toutes ces personnes et de collaborer avec elles.

Cher Bruno Etenna, quel serait ton mot de la fin aux lecteurs de Stars-media ?

Vous pouvez me retrouver sur Facebook, Twitter ou sur mon site www.adonisvisuals.book.fr
Je salue Sabrina Fraty de « Wishing Well Productions », tous les lecteurs de Stars-media, et je te remercie, cher Laurent, pour cette interview.

Propos recueillis par Laurent Amar

Interview exclusive de Bernard Bories, président du Festival des Antipodes.

Le président du festival des Antipodes : Bernard Bories.

Le président du festival des Antipodes : Bernard Bories.
Photos © Claire de Robespierre

Bonjour Bernard, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent. Je dirais que j’ai deux vies : je fais partie d’une petite société qui s’appelle IBM, mon travail quotidien, et j’ai une passion très forte pour le cinéma australien et le cinéma néo-zélandais, que j’ai eu envie de faire partager. Cela s’est fait à travers la création d’un festival, dédié au cinéma des antipodes qui a lieu à Saint-Tropez chaque année en octobre : le festival des Antipodes.

Pourquoi avoir créé le festival des Antipodes et pourquoi avoir choisi Saint-Tropez ?

Il faut savoir que j’ai toujours été cinéphile. Un jour, j’ai eu l’occasion de découvrir un film australien, Picnic à Hanging Rock, de Peter Weir. Il m’a tellement fasciné que j’ai souhaité voir les autres films de ce réalisateur et d’autres films australiens. À la fin des années 1970, j’ai découvert de nombreux films absolument magnifiques et ce fut le déclic. Alors j’ai essayé d’en voir encore plus : j’ai cherché du côté des sorties en salle, des sorties en vidéo à l’époque des VHS, lors des festivals notamment dans les marchés du film.
Je me suis dit alors que j’allais essayer, lors de certains festivals, de proposer aux organisateurs une programmation de films australiens et néo-zélandais.
Je me souviens d’ailleurs du festival de Chambéry où nous ne devions avoir que quelques films australiens. Finalement, le festival ne s’est fait qu’avec des films des antipodes. De même pour d’autres évènements cinématographiques.
Le problème, c’était que les films néo-zélandais et australiens côtoyaient des œuvres d’autres pays. Je préférais qu’un festival leur soit complètement dédié afin qu’ils puissent briller de mille feux. D’où l’idée de créer le festival des Antipodes.
Enfin, nous avons choisi Saint-Tropez car je voulais une région de France qui ait des liens solides avec l’Australie, comme le Nord-Pas-de-Calais et la Provence.
Dans cette dernière, de nombreuses villes se trouvent jumelées avec des villes australiennes, et avec un grand nombre d’associations franco-australiennes. Un jour, une personne m’a dit que le maire de Saint-Tropez cherchait alors à développer un projet culturel de grande ampleur pour sa ville. J’ai donc pu rencontrer M. le député-maire qui a beaucoup apprécié l’idée d’un festival dédié au cinéma des antipodes. C’est ainsi que Saint-Tropez a été choisie.

Est-ce difficile de faire venir des stars internationales au festival des Antipodes ?

Il est toujours difficile de faire venir des comédiens ou des cinéastes aux plannings très chargés. Par exemple, cela fait plusieurs années que je demande au comédien Geoffrey Rush, que je connais personnellement, de venir à Saint-Tropez. Malheureusement, il joue très souvent au théâtre au mois d’octobre, lorsqu’il ne tourne pas Pirates des Caraïbes 3 ou 4. Donc je ne désespère pas d’avoir un jour Geoffrey, mais il faudra que cela tombe à un  moment où il est disponible. Autre exemple, cela faisait deux ans que je demandais au réalisateur de Miss Daisy et son chauffeur, Bruce Beresford, de venir. Un jour il me téléphone : « Bernard, j’ai deux semaines devant moi, si tu veux, je viens. » Ces deux semaines correspondaient au festival des Antipodes, il a donc pu être présent. La difficulté de faire venir des grandes personnalités du cinéma n’est pas due à l’évènement en lui-même qui est très apprécié, mais à leur planning qui, malheureusement, ne correspond pas toujours aux dates du festival.

De gauche à droite : Bernard Bories, Radha Mitchell, Laurent Amar et Ruby boukabou.

De gauche à droite : Bernard Bories, Radha Mitchell, Laurent Amar et Ruby boukabou. Photos©Claire de Robespierre

Tu sais qu’à la rédaction de Stars-media, nous sommes tous fans de Peter Jackson. Viendra-t-il un jour au festival des Antipodes ?

J’espère bien, vu que Peter me l’a promis de vive voix (rires). Et je suis persuadé qu’il tiendra parole.

Stars-media sera invité le jour où Peter Jackson viendra ?

Mais bien évidemment, cher Laurent (rires).

Le festival des Antipodes est-il amené à devenir de plus en plus connu ou préfères-tu qu’il demeure réservé à un public averti ?

L’idée n’est pas vraiment qu’il soit réservé à un public averti mais que l’on garde la dimension humaine de notre évènement. Je tiens à ce que le grand public ait la possibilité de croiser et d’échanger avec les comédiens ou les réalisateurs des films des antipodes. J’ai le souvenir d’une soirée au festival de Cannes consacrée à l’acteur Mel Gibson. Elle m’a marqué car il était absolument impossible de l’approcher, ne serait-ce que pour lui dire un mot gentil alors que cette soirée était en son honneur. C’est exactement le contraire que je souhaite pour le festival des Antipodes, la chaleur humaine de la rencontre et de l’échange sont pour moi indissociables de ce festival.

Cher Bernard, quel serait ton mot de la fin ?

N’hésitez pas à partir aux antipodes, même si c’est à travers le cinéma car il y est merveilleux et surprenant.
Le cinéma des antipodes est à la croisée des cinémas européen et américain, donc surtout, ne passez pas à côté !

Propos recueillis pas Laurent Amar

Stars-media a testé le nouvel appareil anti-ride « Derm’Ice ».

Le vieillissement de la peau résulte d’un ensemble de facteurs : soleil, pollution, stress, cigarette, alcool, âge et autres agressions causent de véritables ravages à notre épiderme.

Pour protéger la partie la plus exposée et précieuse de notre corps, le visage, des milliers de crèmes appelés  « Anti-Ages », sont proposées sur le marché. A des prix très variables, contenant des molécules plus ou moins performantes, et d’une qualité pas toujours en rapport avec le prix qu’elles affichent.

Mais voici un tout nouvel appareil qui permet de renforcer l’effet de ces produits cosmétiques, et qui améliore l’efficacité de ces crèmes parfois très couteuses.

Cet appareil très astucieux, s’appelle le Derm’Ice, commercialisé en France exclusivement par la société Delatex. Lire la suite de cette entrée »