Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘People’

Interview de Tiziana Di Garbo, jeune mannequin révélée par le célèbre concours Top Model Belgium fondé et présenté par Jérémy Urbain.

Tiziana Di Garbo

Tiziana di Garbo Crédit photo: Sylvio Testa

Avec ses yeux de félin, son visage aux contours parfaitement dessinés, sa peau bronzée et une plastique de rêve, Tiziana Di Garbo est une mannequin dont la carrière semble prometteuse avec un destin tout tracé.

C’est dans la mythique villa antiboise du « Baron Garnier », créateur de la vodka du même nom, que nous avons pu la rencontrer lors d’un shooting exceptionnel. La belle posa sous l’objectif du talentueux photographe Sylvio Testa qui a le don de révéler la beauté de la femme dans toute sa splendeur .

Devant  la caméra de Fred Mac Fredman, dont nous attendons la vidéo avec impatience, Tiziana posa dans une superbe robe blanche signée Denis Durand, le créateur cannois, fut parée d’une bague articulée et d’une paire de boucles d’oreilles empierrées d’Orusbijoux, créé par les designer Sylvie et Jérôme Attias.
Elle fut mise en beauté par la maquilleuse très expérimentée Valérie Dumond Muah.

Le tout orchestré de main de maître par Florence Cymerman, grande amie de Stars-media, célèbre organisatrice d’événements au carnet d’adresse bien rempli.
Intime de Massimo Gargia, Florence, capable de relever les défis les plus fous, a l’habitude de travailler dans l’ombre des plus grands afin de les mettre en lumière .

Nous avons eu le privilège d’assister en exclusivité à ce shooting et de rencontrer la belle Tiziana

Bonjour Tiziana , pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Tiziana di Garbo et le Baron Garnier Crédit photo: Sylvio Testa

Tiziana di Garbo et le Baron Garnier
Crédit photo: Sylvio Testa

Bonjour Laurent, je m’appelle Tiziana Di Garbo, j’ai bientôt 15 ans et je suis model photo.
Je suis encore au lycée, en quatrième, et je compte bien aller jusqu’au bout de mes études afin d’avoir un travail solide, en plus du mannequinat.

Pourrais-tu nous parler de ta rencontre avec Jérémy Urbain, fondateur des Top Model Belgium, auquel tu as participé ?

J’avais 9 ans quand on m’a proposé d’aller faire des défilés, soi-disant parce que j’étais super jolie (rires). J’ai essayé, je me suis vraiment beaucoup amusée et j’ai eu des sensations très fortes en défilant devant autant de monde.
Du coup, j’ai gagné le Top Model Belgium et nous sommes donc partis aux Caraïbes avec Jérémy et Laura. Nous avons fait des photos magnifiques et tout cela m’a donné envie de continuer cette aventure.

Quel est ton style de photos préféré ? Oserais-tu te dévoiler un peu plus avec, par exemple, des photos en maillot de bain ?

Je fais de tout en matière de photos. Tant que ce n’est pas vulgaire et que cela reste artistique, je m’adapte aux demandes des photographes.

Tu as posé aujourd’hui dans une robe Denis Durand, que penses-tu de ce créateur ?

Sylvie et Jérôme Attias

Sylvie et Jérôme Attias

Denis fait des choses absolument magnifiques. C’est bien simple, j’adore toutes ses créations.
Pour le shooting avec « Le Baron Garnier » devant sa fameuse piscine, je portais une robe de Denis, blanche, avec de très jolies bretelles en cristaux de Swarovski et perles, elle était vraiment superbe.

Que souhaites-tu faire plus tard, t’investir à 100 % dans le mannequinat ou essayer également le métier d’actrice ?

J’ai déjà tourné dans un court-métrage, mais ma passion, c’est la photo. J’aimerais beaucoup devenir mannequin, sauf si ma taille pose un problème, nous verrons bien. J’adorerais travailler pour de grandes marques et prêter mon image à leur campagne publicitaire.

Comment as-tu trouvé le cadre de ton shooting d’aujourd’hui, la villa « Le Baron Garnier » ?

La villa est sublime, c’est le cadre idéal pour poser dans une robe de Denis. Et surtout, j’adore cette piscine transparente.

Laurent Amar, Tiziana di Garbo et Denis Durand

Laurent Amar, Tiziana di Garbo et Denis Durand

Pour conclure, Tiziana, quels conseils pourrais-tu donner à des jeunes filles qui, comme toi, souhaitent se lancer dans le mannequinat ?

Il ne faut savoir écouter les critiques, les bonnes comme les mauvaises.
Il faut foncer, réaliser ses rêves, tout en restant naturelle, mais toujours avec élégance.

Retrouvez tout les partenaires du shooting sur Facebook:
Orus Bijoux
Denis Durand
Florence Cymerman
Sylvio Testa
Fred Eric Macfredman
Valérie Dumond Muah


Propos recueillis par Laurent Amar

Interview exclusive de Marcel Campion, roi des forains

Marcel Campion

Marcel Campion

Marcel Campion n’est pas « seulement » un entrepreneur à la carrière exemplaire, l’inventeur de la Grande Roue de la Concorde à Paris ou des circuits de karting dans les foires, le créateur de la Fête à Neu-Neu ou de la Foire du Trône.

Non, Marcel est bien plus, c’est une légende vivante. Il n’y a pas une star, pas un homme politique, qui ne connaisse « Le roi des Forains ».
C’est dans son mythique restaurant de Saint-Ouen, « La Chope des Puces », que Marcel a bien voulu se confier à Stars-media, au cours d’une interview empreinte d’émotion. Il abordera son enfance, son parcours de forain, ses relations avec les célébrités et son engagement envers les associations caritatives.

Bonjour Marcel, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui, peut-être, ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, Marcel Campion, forain dans le domaine des manèges, également président d’une association de forains.
Je fais partie de la communauté des gens du voyage, j’ai une grande expérience, puisque j’ai déjà 77 ans.
J’ai commencé ma vie en étant SDF, sans parents, sans tuteur et en travaillant chez les autres.
Je vendais diverses choses à la sauvette. De fil en aiguille, j’ai monté des affaires, de plus en plus importantes et j’en suis arrivé là où j’en suis aujourd’hui. Ce fut un long parcours, mais très amusant.
Aujourd’hui, je suis toujours SDF, mais d’une autre façon, « sans difficultés financières » (rires).

Pourriez-vous rappeler à mes lecteurs ce qu’est la communauté des gens du voyage et nous décrire vos liens avec elle ?

Les gens du voyage travaillent dans la rue. Ils organisent en général des spectacles, ils peuvent être commerçants ou s’occuper d’animations, ce qui est mon cas. Je me suis spécialisé dans les manèges.
Enfant, j’avais déjà conscience d’appartenir à la famille des forains. Depuis le jour où ma mère a été tuée par un missile V2, près de Paris.
Je me suis donc débrouillé, de famille d’accueil en famille d’accueil, jusqu’à l’âge de 13 ans.
Après, j’ai commencé à côtoyer ce que l’on appelait à l’époque des « romanichels » ; aujourd’hui, on dit des Roms. Je les ai quittés à l’âge de 15 ans.

Lors de la soirée privée de Marcel Campion, le 5 Août dernier à Saint-Tropez

Lors de la soirée privée de Marcel Campion, le 5 Août dernier à Saint-Tropez

C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai découvert mon futur restaurant, « La Chope des Puces ».

Comment êtes-vous devenu « Le roi des Forains » ? Car c’est ainsi que l’on vous appelle aujourd’hui.

C’est très simple, par le travail. Très jeune, j’ai commencé à monter et à démonter des manèges et divers matériels. Je ne prenais pas cela pour une corvée, mais comme un vrai plaisir. Surtout, j’apprenais mon métier tout en gagnant mon casse-croûte.
Vers l’âge de 18 ans, j’ai réalisé ma première baraque à frites, facilement démontable. Elle ne faisait que deux mètres sur deux. Les frites, c’était ce qu’il y avait de plus facile à faire et à vendre.

Difficilement, j’ai réussi à pénétrer dans les fêtes foraines et là, je me suis rendu compte qu’il y avait peu de liens entre les municipalités et les forains. Alors, je me suis mis à lire, à écrire, à apprendre la grammaire française, de façon à m’exprimer parfaitement. J’ai écrit des courriers sur une vieille machine à écrire, à chacune des communes autour de Paris, en leur proposant des fêtes et des spectacles. J’ai eu énormément de retours positifs. Ensuite, j’ai démarché le seul constructeur de manèges de la région parisienne.

Il a accepté de me recevoir, ma démarche lui a plu, mais je n’avais pas d’argent. Pendant un an, il m’a loué du matériel, ce qui m’a permis de créer mes premières véritables affaires de forain. J’ai alors fait profiter d’autres membres de ma profession de ce savoir-faire commercial. Mon groupe de forains étant composé, c’était parti pour ma première fête foraine ! Nous étions en 1965.

Marcel Campion et Laurent Amar

Marcel Campion et Laurent Amar

Plus tard, j’ai monté un circuit de karting, le premier du genre en France, puis il y a eu la Foire du Trône.

Êtes-vous à l’origine de la Grande Roue de la Concorde, Marcel ?

Absolument ! Au fil des ans, j’avais commencé à monter une grande roue, dont j’avais acheté les pièces un peu partout en France, sur les foires.

Jacques Chirac, alors maire de Paris, appréciait mon travail, notamment ce que nous avions fait sur la Fête à Neu-Neu. Ayant obtenu son accord pour installer des manèges de Noël dans différents quartiers de Paris, je me suis payé le luxe d’arriver avec la Grande Roue et d’autorité, de la mettre sur la place de la Concorde. Les CRS m’en ont d’abord empêché, il a fallu son intervention pour continuer l’installation.

Chaque année, j’ai renouvelé l’opération et, pour l’an 2000, j’ai décidé, en collaboration avec mon ami Yves Mourousi, d’installer sur la même place une roue encore plus grande, encore plus sophistiquée. En fait, j’avais eu cette idée de grande roue dès 1987. À l’époque, je voyais cela plus comme une attraction touristique que comme un simple manège.

Depuis, mon idée de grande roue a été reprise par plus de 120 grandes villes à travers le monde comme Séoul, Shanghai ou même Jérusalem.
La Grande Roue est présente à la Concorde depuis 1993.

Abordons votre côté mondain et jet-setter, Marcel. Comment en êtes-vous venu à côtoyer des célébrités ?

Dans les années 1975, j’organisais avec Yves Mourousi « Les Fêtes de Paris » dans le jardin des Tuileries. À la fin de la soirée, Yves m’amenait tous ses copains people.
C’est à cette époque que j’ai connu, entre autres, Alain Delon et Jean-Paul Belmondo.
Mais aussi Claude François, Serge Gainsbourg. Ils venaient tous chaque soir me voir au jardin ou j’ouvrais les manèges et organisais un cocktail rien que pour eux.

Parallèlement, j’avais aménagé le Luna Park de Saint-Tropez, toujours en collaboration avec Yves Mourousi. Là, j’ai fait la connaissance d’Eddie Barclay, je suis resté proche de lui jusqu’à son décès.
Mon amitié avec Eddie Barclay et Yves Mourousi m’a donc fait connaître le milieu du show-business et la jet-set française.

Depuis quarante ans, j’organise des opérations caritatives, qui recueillent beaucoup d’argent pour les associations et que je fais parrainer par un artiste.
Par exemple, cette année, j’ai fait rentrer pour l’association du docteur David Khayat, « AVEC », plus de 150 000 euros. Cette somme l’aidera dans sa lutte contre le cancer.
Enfin, je fais toujours ouvrir par mes amis forains la Foire du Trône, le vendredi soir, afin d’y accueillir exclusivement mes amis people. Cela nous ramène les médias et tout le monde est content.
Les stars, parce qu’elles ont passé un moment très agréable en privé, les forains car cela leur fait une importante couverture médiatique sans qu’ils aient à débourser un centime.

Avec quelles célébrités êtes-vous le plus ami ?

Avec Johnny je me suis très bien entendu durant plusieurs années. Depuis son mariage avec Laeticia, je dois avouer que nous nous sommes un peu éloignés. À Saint-Tropez, l’été, je vois souvent Eddy Mitchell avec lequel je suis voisin. J’aime aussi beaucoup Gérard Lanvin et Claude Lelouch.

Avec Claude, j’ai souvent retrouvé des histoires à moi dans ses films, notamment dans « Itinéraire d’un enfant gâté » et « La Belle Histoire ». Merci beaucoup, Marcel, pour toutes ces confidences et ce beau moment.

Merci Laurent, et rendez-vous à Saint-Tropez !

Propos recueillis par Laurent Amar

Massimo Gargia a exposé ses photos de stars à Saint-Tropez.

Massimo Gargia et Michèle Colomes

Massimo Gargia et Michèle Colomès

C’est avec la collaboration de Michèle Colomès, présidente de l’association « Et Tant d’Arts », que le jet-setter au grand cœur, Massimo Gargia, nous a offert une nouvelle exposition de sa collection personnelle de photos.
Il s’agit de portraits avec les plus grandes stars de la planète, des années 1960 à aujourd’hui.

Pour rappel, ces photographies d’exception ont servi à l’illustration du célèbre magazine « The Best », créé par Massimo en personne.

Le vernissage de l’exposition eut lieu au Lavoir Vasserot (classé au titre des monuments historiques, ndlr), en présence de Myriam Charleins, actrice du film réalisé par Christophe Gans, « La Belle et la Bête », mais aussi de la grande amie de Massimo, Lola Karimova.

Se trouvaient là également le Suisse Patrick Messmer, producteur de pièces de théâtre, et Gérard Sommelier, cofondateur du bar à vins Milvins à Cogolin, bien connu dans le Golfe de Saint-Tropez.

Les portraits de stars

Les portraits de stars

Cette exposition, estivale et tropézienne, fut visible jusqu’au 30 juillet et accueillit plus de 1 000 visiteurs. Les stars font toujours rêver, et c’est tant mieux.

Nous remercions Michèle Colomès pour cette belle initiative culturelle car, après tout, les célébrités contemporaines font partie de l’histoire de France et de la région tropézienne.
Nous lui rendons également hommage pour avoir créé l’association « Et Tant D’Arts », il y a presque dix ans déjà.

« Et Tant D’Arts » a pour but de promouvoir et de mettre en œuvre les échanges culturels entre Paris et le Golfe de Saint-Tropez. Elle se compose majoritairement de membres d’honneur, de généreux donateurs et de bienfaiteurs. L’engagement de notre cher Massimo Gargia au sein de cette association à vocation artistique ne fait aucun doute.

Pour conclure, nous remercions chaleureusement Florence Cymerman, l’indispensable collaboratrice de Massimo, pour l’organisation sans faille de cette exposition et de tous les autres évènements mondains, comme la soirée des Best ou les soirées cannoises, orchestrées par notre jet-setter préféré.

Laurent Amar

Le comédien Édouard Montoute et ses amis people ont inauguré le nouveau bar « L’Upper », sur l’île Saint-Louis à Paris.

Shirley Bousquet, Edouard Montoute, Laurent Amar et Cyril Ferment

Shirley Bousquet, Edouard Montoute, Laurent Amar et Cyril Ferment

Conviviale et chaleureuse, voici comment nous pourrions qualifier l’inauguration du bar, charmant et branché, L’Upper, situé sur l’île Saint-Louis à Paris.

Sur trois étages, vous pourrez venir goûter des cocktails et déguster l’un des plats proposés par la propriétaire du lieu, Jacqueline, et sa directrice de communication, Loubna.

Le très talentueux comédien Édouard Montoute a parrainé l’inauguration de L’Upper, samedi 2 juillet, en présence de nombreuses célébrités. Notamment la sublime actrice Shirley Bousquet, la non moins sublime actrice et chanteuse Lorie Pester, ainsi que Fanny Valette, Catherine Wilkening, le réalisateur Julien Seri, le scénariste français (notamment de Night Fare ndlr) Cyril Ferment, et sa compagne, la comédienne et ex-Miss France 1997, Patricia Spehar.

Notons également la présence de la pétillante et charmante Alix Bénézech, dont on parle beaucoup en ce moment pour son rôle dans « Camping 3 ».
Tout au long de la soirée, les invités, célèbres ou non, ont fêté l’ouverture de L’Upper dans une ambiance festive comme nous les aimons à Stars-media, guidés en outre par le match Allemagne-Italie qui apporta une touche populaire, bienvenue au milieu de tous ces people.

Nous vous recommandons chaudement L’Upper, un bar à la mode, à la parisienne pour une clientèle de connaisseurs.

L’Upper, c’est au 19, rue des Deux-Ponts, à Paris.

Laurent Amar

Amnesty International a donné la 22 e édition du gala « Musique contre l’oubli », au théâtre des Champs-Élysées

Jean-Michel Aubrun, Angélique Kidjo et Hervé Michel-Dansac

Jean-Michel Aubrun, Angélique Kidjo et Hervé Michel-Dansac

De nouveau, la célèbre, et si indispensable, association Amnesty International nous a offert un grand moment d’émotion, et de musique.

Cette structure reconnue dans le monde entier agit en faveur des opprimés, des prisonniers politiques, des réfugiés fuyant la guerre dans leur pays ; elle vient en aide aux dizaines de milliers de migrants en détresse, dont peu d’autres font cas alors que des familles entières sont décimées, noyées, en tentant de rejoindre le continent sur des embarcations de fortune.

Quelle que soit leur origine, Amnesty International n’oublie pas les populations en souffrance.
D’où l’initiative de ce gala caritatif, destiné à réunir de généreux donateurs, fortunés ou non, pour faire le point sur l’année passée et sur les actions entreprises par l’association.

La soirée est aussi l’occasion de mettre en avant une personnalité de qualité, et avant tout de cœur.
Le 28 juin dernier, ce fut la chanteuse béninoise Angélique Kidjo, nommée « ambassadrice de la conscience » par Amnesty International, qui présida ce gala d’exception, au théâtre des Champs-Élysées.

Nous eûmes droit au discours, toujours passionnant, de M me Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International, puis à une émouvante intervention d’Angélique Kidjo qui nous décrivit la condition, parfois très difficile, des habitants du continent africain, avant de conclure par un chant dans sa langue natale a cappella. Sublime !

l’Orchestre National de France,

l’Orchestre National de France,

Ensuite, place à la musique classique, avec un concert de gala interprété par l’Orchestre national de France, dirigé par le dynamique Sascha Goetzel.
Au programme de ce moment de très haute volée, Strauss, Liszt, Waldteufel, mais aussi Berlioz avec « La Damnation de Faust », ou encore « Libertango » de Piazzolla.

En somme, une joie immense pour les mécènes et les célébrités ayant répondu à l’appel des organisateurs de l’évènement, Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel-Dansac.

Après ce délicieux moment musical, un cocktail fut réservé aux invités de marque, qui mirent leur notoriété au service de cette soirée pas comme les autres. Nous eûmes ainsi la joie de revoir Massimo Gargia, l’actrice Grâce de Capitani et son compagnon le chef Jean-Pierre Jacquin, Son Altesse royale Tania de Bourbon-Parme, la chanteuse Nicoletta, l’actrice Natacha Régnier ou encore l’animatrice de France 5, la sublime Maya Lauqué. Nous ne pouvons pas citer toutes les personnes présentes, elles étaient bien trop nombreuses.

Notons le geste de la marque Guerlain qui, à sa façon, remercia les stars de s’être déplacées, en leur offrant un de ses célèbres parfums.

Nous remercions chaleureusement Amnesty International d’avoir convié Stars-media à la 22 e édition du gala « Musique contre l’oubli ». Un moment de joie, et d’émotion qui nous ramène à la dure réalité de la vie, à laquelle sont confrontés au quotidien les héroïques bénévoles d’Amnesty International. Ne les oublions pas et aidons-les !

Pour faire un don, cliquez ici

Laurent Amar

Stars-media a interviewé le célèbre mannequin Tanya Drouginska

Tanya Drouginska

Tanya Drouginska Crédit Photo : Guillaume Malheiro

Bonjour Tanya Drouginska, pourriez­-vous vous présenter aux lecteurs de stars-­media qui, peut être, ne vous connaissent pas encore ?

Laurent Amar,merci de m’accueillir sur la planète Stars-media.
En effet, vos lecteurs peuvent me connaitre par mon image de mannequin, plus que par mon nom, pour m’avoir vue dans des magazines de mode et à travers diverses campagnes publicitaires.

J’ai également des activités plus artistiques à travers la comédie et plus récemment la chanson, puisque je viens de sortir mon album « La Mariée », avec des textes écrits par Jean­-Michel Berriat et des musiques composées par Eric Melville. On peut trouver cet album sur les principales plateformes de téléchargement légales.

Vous êtes une artiste complète, Top modèle, comédienne et chanteuse, mais vers ou va votre préférence ?

Je pense qu’il y a une synergie entre mes activités.Le fait d’être parvenue à m’imposer en tant que top modèle,m’a permis d’aborder les autres disciplines.
En France tout étant cloisonné,je n’ai pas encore pu faire une vraie carrière de comédienne,faute de rôles intéressants. J’espère en chantant renforcer ma visibilité et peut­-être ainsi donner des idées à des réalisateurs. Chanter me permettra justement des choix personnels en rapport avec mon potentiel émotionnel, c’est aussi un challenge exaltant que la battante que je suis n’envisage pas de perdre.

Pensez-­vous être l’ambassadrice d’une « certaine » catégorie de femmes, peut être moins représentées dans les médias ?

Tanya Drouginska

Cliquez sur l’image pour visionner la bande démo de Tanya

Je pense surtout être l’ambassadrice de l’intemporalité dont j’ai fait mon cheval de bataille, étant contre le terme « senior » que je considère comme la « casse » pour les voitures.

La société évolue, l’âge chronologique et l’âge biologique ne coïncident pas toujours,je suis donc l’ambassadrice de toutes les femmes qui comme moi ont des projets, se lancent des challenges,continuent de séduire et espèrent démontrer qu’on peut aller jusqu’au bout sans jamais avoir été « vieilles »…

Quel souvenir gardez-­vous de la compagne Dior, dont vous étiez l’égérie ?

J’ai en effet été l’égérie du sac « Lady Dior » à travers l’exposition mondiale « Lady Dior as seen by… ».

C’est toujours un privilège d’associer son image avec celles de grandes maisons et j’ai la chance de porter souvent de la haute couture et de la haute joaillerie à travers le mannequinat.
Pour l’anecdote,j’ai défilé pour John Galliano lorsqu’il était directeur artistique de Dior et j’ai gardé un fabuleux souvenir du défilé de Mars 2007.

Comment vous êtes-­vous retrouvé sur le clip de Mika « elle me dit » ?

Mika incarne pour moi une sorte de prince charmant de la chanson,m’ayant vue dans un reportage télévisé,il a eu envie de me faire participer à son clip « Elle me dit », dans lequel exceptionnellement il n’apparait pas. J’ai été ravie de cette aventure puisque le clip a été
récompensé par un NRJ Award et une Victoire de la musique .
Cover HD
Vos projets chère Tanya ?

Mes projets sont le show l’Oréal, plusieurs shooting, des défilés pendant la fashion week dont celui du jeune et talentueux créateur Ludovic Winterstan, qui m’habillera dans mon clip « La mariée » qui sortira en Septembre 2016, constituant bien sûr,mon projet phare.

Votre mot de la fin pour mes lecteurs ?

J’offrirai à vos lecteurs la phrase qui est ma devise et résume mon parcours: « La vie est une saga qu’il faut avoir le courage d’écrire jusqu’au bout avec pour objectif le dernier tome achevé, d’avoir écrire un best seller… »

Propos recueillis par Laurent Amar

La sublime Kendall Jenner croque son Magnum au Festival de Cannes

Kendall Jenner et son Magnum Double

Kendall Jenner et son « Magnum Double »

Quel est le meilleur endroit pour inaugurer une campagne publicitaire mettant en scène l’une des plus belles femmes du monde, et l’une des plus célèbres marques de crème glacée ? Le Festival de Cannes, bien évidemment !

Magnum, car c’est d’elle qu’il s’agit, vient de fêter l’arrivée de son dernier clip et de sa nouvelle campagne photo avec en star principale la sublime Kendall Jenner, top model le plus en vue de la planète à l’heure actuelle.
Tout l’aspect visuel de la saison 2016 a été réalisé par les deux surdoués de la photo de mode, Mert Alas et Marcus Piggott.

C’est la nouvelle glace de la marque, la « Magnum Double » qui a inspiré le slogan imparable et la thématique de cette campagne publicitaire : Libérez la bête !

Dans le clip, chaque fin gourmet en train de déguster une Magnum Double est accompagné d’un animal féroce et indomptable, censé symboliser le deuxième parfum de la crème glacée. Tout cela dans une ambiance très « Fashion Pop » comme dans un défilé de mode. Ce qui illustre bien la volonté chez Magnum de transformer son produit phare en un objet de luxe, à l’élégance rare. L’animal qui a été choisi pour Kendall, une superbe panthère noire, lui va bien.

Magnum a inauguré sa plage et dévoilé le clip et la campagne photo sur la Croisette, comme chaque année à l’occasion du Festival de Cannes.

Les célèbres photographes Mert Alas, Marcus Piggott et le Top Model Kendall Jenner lors de la conférence de presse

Les célèbres photographes Mert Alas, Marcus Piggott et le Top Model Kendall Jenner lors de la conférence de presse

Toute la presse était invitée à découvrir l’évènement en dégustant de délicieuses glaces Magnum à volonté, et en admirant la plastique extraordinaire de Kendall, qui avait fait le déplacement à Cannes pour l’occasion.

Les deux talentueux photographes participaient également à la conférence de presse et ont pu évoquer les sources d’inspiration qui leur ont permis d’accoucher de cette campagne mondiale, visuellement époustouflante.

Mais la marque Magnum ne s’est pas arrêtée là et, afin de combler ses invités, « a mis les petits bâtonnets dans les grands ».

Vers 21 h 30, sur la plage, fut donnée une soirée très VIP et surtout très privée,  avec tous les « beautiful people » de la Croisette, et bien sûr en compagnie de Kendall Jenner. Le champagne et les cocktails en tout genre coulèrent à flots, pour le plus grand plaisir des fans de Magnum.

Ce n’est que le début. En effet, de nombreuses célébrités du monde entier viendront fêter sur la plage Magnum l’arrivée de la « Magnum double » et qui sait, peut-être, elles aussi, libéreront-elles la bête, en croquant dans leur glace préférée ?

Laurent Amar

L’association Monaco Charity Film Festival a donné son dîner de gala, en faveur des enfants philippins.

Victoria Silvstedt, Ndaba Mandela et Maria J Silveira

Victoria Silvstedt, Ndaba Mandela et Maria J Silveira

L’organisation Monaco Charity Film Festival vient en aide à l’enfance en souffrance dans le monde entier.

Lors du dîner de gala caritatif, dans l’enceinte du Yacht Club de Monaco, le 10 mai dernier, ce sont les enfants des Philippines qui bénéficièrent de la générosité de l’association. En effet, les fonds recueillis pendant cette soirée de prestige furent intégralement reversés à cette noble cause.

Pour l’occasion, les organisateurs avaient prévu une vente aux enchères où des œuvres d’art étaient proposées aux généreux donateurs, dont une toile magnifique représentant Nelson Mandela et réalisée par l’artiste peintre Cali.

Mais aussi ce vélo tout à fait original fabriqué avec du bois recyclé, œuvre écologique signée Nuno Zamaro, ou cette superbe montre édition spéciale « Nelson Mandela » de la marque Hublot, offerte à MCFF.

Notons la grande générosité du vendeur de yachts Azimut pour sa participation à l’évènement. Sans l’aide apportée par cette société, ce dîner aurait pas été le même.

Le glamour n’était pas en reste. En effet, des stars étaient présentes, afin de mettre leur notoriété au service de la bonne cause.

Le photocall de prestige.

Le photocall de prestige.

Citons le joaillier Bonato Milano 1960, la vedette de la télévision française Victoria Silvstedt, le talentueux footballeur Hatem Ben Arfa et le très sympathique Ndaba Mandela, petit-fils du grand Nelson. Étaient également présentes Maria João Silveira, journaliste de RTP Africa et la ravissante actrice Myriam Charleins.

Outre la vente aux enchères, le splendide défilé du styliste portugais João Rôlo, avec des mannequins faisant honneur à ses créations, constitua le point d’orgue de la soirée.

Les invités étaient apparemment ravis par ces animations artistiques, en plus du délicieux dîner gastronomique, en ce lieu si féerique qu’est le Yacht Club de Monaco.

Nous remercions Mme Teresa Rodrigues, maîtresse de cérémonie, d’avoir invité Stars-media à cet évènement caritatif de première importance et bravo à l’association Monaco Charity Film Festival pour son engagement en faveur de l’enfance en souffrance.

Laurent Amar

Tiffany & Co. a présenté sa collection Blue Book 2016 à Manhattan

De gauche à droite: Naomi Watts, Reese Witherspoon, Diane Kruger et Jessica Biel

Naomi Watts, Reese Witherspoon, Diane Kruger et Jessica Biel portant des pièces Tiffany & Co. Blue Book 2016

Stars-media n’y était pas et pourtant, nous en parlons quand même. Parce que cet évènement newyorkais hors norme le vaut bien.

La Maison Tiffany & Co. a présenté sa collection Blue Book 2016 vendredi soir lors d’un gala en présence de nombreuses célébrités. Francesca Amfitheatrof, Directrice du Design, a conçu cette nouvelle collection avec pour thème : The Art of Transformation. L’évènement a eu lieu dans le sud de Manhattan, au Cunard Building, un monument italien de style néo-renaissance.

Dans un décor somptueux, 300 invités et célébrités venus du monde entier – dont Reese Witherspoon, Diane Kruger, Jessica Biel, Naomi Watts et Eve Hewson – se sont laissé emporter dans une soirée en kaléidoscope de couleurs, de danse et de musique. L’intérieur du lieu était décoré de sphères en argent monumentales suspendues, inspirées du collier Bib Necklace Blue Book 2016 composé de plus de 3000 diamants : la richesse des créations se reflétait dans l’opulence du décor.

« Les magnifiques diamants et les époustouflantes créations de la nouvelle collection Blue Book ont illuminé la soirée», commente Fréderic Cumenal, Président et Directeur Général de Tiffany & Co., à propos de cette immersion créative. « La collection incarne l’héritage de Tiffany tout en rendant hommage aux merveilles de la nature dans des designs époustouflants » ajoute Fréderic Cumenal.

Précisons enfin que le dîner de cette soirée somptueuse fut élaboré par Bryce Shuman (chef réputé du restaurant étoilé Betony).

Source: Service presse de Tiphany & Co

Stars-media vous présente l’opticien des stars: Benjamin Zeitoun

 

Benjamin Zeitoun

Benjamin Zeitoun

Bonjour Benjamin Zeitoun, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Salut Laurent, Benjamin Zeitoun, j’ai 32 ans, je suis opticien de formation et de nombreuses personnalités, passionné de littérature et de cinéma.
Je suis également guitariste, auteur-compositeur et interprète et j’affectionne le milieu artistique depuis mon plus jeune âge. Après mon bac, sur les conseils de mes parents, j’ai suivi des études d’optique, partagé entre la raison – avoir un emploi stable  – et ma passion pour les arts. À 22 ans, j’ai ouvert mon premier magasin, ce qui s’est avéré payant puisque j’ai pu en ouvrir rapidement un deuxième.

Aujourd’hui, je dirige un groupe de magasins Light Optical en Île-de-France, ainsi qu’une centrale d’achats dans l’optique regroupant 400 magasins. Je n’ai jamais vraiment mis de côté ma vie artistique. En effet, j’ai écrit de nombreux sketches et je suis en train de finaliser mon premier ouvrage.  Je m’occupe de l’image de nombreux humoristes à travers les lunettes qu’ils portent. En 2015, on me retrouve dans le jury du festival du Rire en Montagne de Valberg, au côté de Nelson Monfort ou encore au festival des Arts burlesques de Saint-Étienne.

Côté cinéma, je collabore régulièrement sur les plateaux avec les costumiers pour équiper les acteurs en lunettes (vue et soleil).

Tu es opticien et pourtant, tu es très présent dans le milieu du show-business, pourquoi ?

Comme je t’ai dit, j’ai toujours baigné dans le milieu du cinéma et cela me plaît. Je suis artiste dans l’âme et en même temps passionné. Il est merveilleux de pouvoir lier l’utile à l’agréable, non ? J’exerce donc mon métier d’opticien tout en travaillant dans le show-business. Néanmoins, il ne s’agit que d’une partie de ma clientèle.
Je précise que nos magasins Light Optical sont ouverts au grand public essentiellement ! (Rires)

Quelles stars portent des lunettes Light Optical ?

J’ai la chance d’équiper de nombreuses personnalités, principalement issues du milieu du cinéma, et chaque semaine, j’ai des demandes pour des rendez-vous personnalisés. La semaine prochaine, je rencontre Sofia Essaïdi.
Dernièrement, je me suis occupé des beaux yeux de Loubna Abidar. Sinon, ces derniers mois, j’ai collaboré avec Jarry l’atypique, Lucien Jean-Baptiste, Thierry Frémont, Léa Castel, Bruno Solo… Je ne peux pas tous les citer, la liste est vraiment longue ! (Rires)

Enfin, j’ai participé au dernier film de Christophe Barratier,  « L’Outsider », qui sortira le 22 juin, sur la vie de Jérôme Kerviel, avec Arthur Dupont ou encore François-Xavier Demaison.

Le Benjamin show

Le Benjamin show

Quels sont les prochains évènements dont tu seras partenaire, Benjamin ?

Comme tu le sais, je participe à de nombreux événements, sportifs ou culturels. Je suis présent sur le Trophée Andros, la mythique course sur glace.
En outre, je suis partenaire de nombreuses cérémonies de récompenses tout au long de l’année. Nous organiserons la deuxième édition de « La montée de la Marche Light Optical », avec un Red Carpet, le mercredi 11 mai, date de l’ouverture du Festival de Cannes. Je suis également investi dans le caritatif et partenaire de la Fédération des aveugles de France, pour laquelle aura lieu la 2e édition du Benjamin Show au théâtre Trévise, le mercredi 1er juin. Tous les profits seront reversés à l’association. L’an dernier, 3800 euros ont été récoltés et nous espérons obtenir cette année 8000 euros !

Ton mot de la fin pour nos lecteurs ?

J’invite tous les lecteurs à venir nous retrouver dans un de nos magasins Light Optical situés en Île-de-France. Nous leur offrirons une invitation à l’un de nos événements pour tout achat de lunettes de vue ou de soleil.

Loubna Abidar était présente au gala 2016 de l’association « Enfance Majuscule »

Laurent Amar et Loubna Abidar à la soirée Enfance Majuscule à la salle Gaveau

Laurent Amar et Loubna Abidar lors de la soirée « Enfance Majuscule » à la Salle Gaveau. Crédit photo: Noël Carrier

Chaque évènement de l’association « Enfance Majuscule » constitue un moment rare et précieux : d’une part, parce que la cause défendue est sans doute l’une des plus importantes, la protection de l’enfance en souffrance ; d’autre part, parce que les organisateurs, Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel Dansac, parviennent à fédérer les personnalités du monde de la politique, celles du sport et du spectacle, autour de l’association et de son combat.

2016 n’aura pas dérogé à la règle. Le jeudi 24 mars, eut lieu, à la superbe salle Gaveau à Paris, le gala annuel d’ »Enfance Majuscule », toujours sous le parrainage de l’acteur Richard Berry et  avec la présidente de l’association, Mme Patricia Chalon.
De nombreuses stars ont répondu à l’appel de Jean-Michel et Hervé, comme Claudia Cardinale, Sofia Essaïdi, Lætitia Bléger, Eléonore Boccara, Xavier et Tatiana Delarue, le couturier Christophe Guillarmé ou encore Nicoletta.
Mais cette année, il y avait une invitée particulière, la star franco-marocaine Loubna Abidar, héroïne du film choc « Much Loved », au succès mondial.

Loubna fut d’ailleurs nommée aux derniers César 2016, dans la catégorie « meilleure actrice ».
Au vu de sa performance dans ce long métrage de Nabil Ayouch, c’était tout à fait justifié.
De plus, Loubna mène un combat pour l’émancipation et la liberté des femmes dans le monde musulman, et pas seulement.
Sa présence au gala d’ »Enfance Majuscule » résonnait donc de façon très particulière, comme si la cause des femmes et celle des enfants en souffrance étaient rattachées par un lien symbolique et maternel.

Comme d’habitude, l’évènement fut magique, avec le violoniste polonais, désormais célèbre, Nemanja Radulovic, accompagné de ses amis de l’ensemble « Double Sens » pour un concert de musique classique à couper le souffle.
La qualité d’écoute des invités en disait long sur la performance de Nemanja.
Notons également que le carton d’invitation à lui seul était une œuvre d’art, conçu et dessiné par le créateur Christian Lacroix.
Ce dernier succède à Inès de La Fressange pour le dessin de ce bristol hors du commun.
Après le concert, les stars se réunirent au cocktail dînatoire donné par les organisateurs, où elles furent remerciées d’avoir apporté leur aura à ce rendez-vous annuel si prisé.
Nous remercions « Enfance Majuscule », sa présidente, Mme Patricia Chalon, et les organisateurs Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel Dansac pour cette invitation, qui nous aura permis de vivre un évènement musical, généreux, entièrement dédié aux enfants.

Laurent Amar

L’animatrice de « Star24 », Tatiana-Laurence Delarue, égérie du prestigieux salon de coiffure : « HairGlam » Paris, by Tania.

Présentatrice de la cérémonie « Les Lauriers Tv Awards », mais également animatrice vedette sur Star24, Tatiana-Laurence Delarue est une jeune femme aux multiples talents.
Mais ce n’est pas tout, elle est aussi auteur de deux livres : « Au Nom Des Femmes Battues » et « La Méthode Slim Liquid Food », aux éditions Josettes-Lyon.
Mannequin Professionnel et international, cette séduisante working-girl nous présente les images de la nouvelle campagne 2016 du salon haut de gamme et très chic « HairGlam Paris » : http://www.hairglam.fr/, dans le 16ème arrondissement.

Vous pouvez découvrir ci-dessous les photos de la campagne, ainsi que les images du making-of de la préparation.
Belle année 2016, et bon visionnage !
Tatiana 11
Tatiana 4

 

 

 

 

 

tatiana 3 Tatiana 7 tatiana 13