Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘People’

Massimo Gargia a fêté son anniversaire à Saint-Tropez lors d’une soirée mémorable

Princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles, Massimo Gargia, une invitée et Jeanne d’Hauteserre.

De gauche à droite : La Princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles, Massimo Gargia, Madame Jamie D. McCourt, Ambassadrice des États-Unis d’Amérique auprès de la République française et de la Principauté de Monaco et Madame Jeanne d’Hauteserre. Crédit photo : Jean-Jacques Murat

Le roi des jet-setteurs aime Saint-Tropez, et Saint-Tropez le lui rend bien. Depuis toutes ces années, Massimo vient dans le plus célèbre village de France passer une partie du mois d’août, notamment pour célébrer son anniversaire, une soirée désormais ancrée dans le folklore tropézien estival.

Pour ses 78 ans, Massimo n’a pas dérogé à la règle. Il a réuni ses plus proches amis à l’Hôtel de Paris, dans le centre de Saint-Tropez, pour un moment d’une rare convivialité. Ont répondu présents à l’appel de Massimo Madame Ivana Trump, ex-épouse de l’actuel président des États-Unis et mère de la sulfureuse Ivanka, mais également Orlando, le producteur et frère de notre si regrettée Dalida.

Sans oublier Madame la maire du 8e arrondissement de Paris Jeanne d’Hauteserre et, bien évidemment, l’ami de toujours, le roi des forains Marcel Campion.
Monsieur le maire de Saint-Tropez Jean-Pierre Tuveri et la princesse Camilla de Bourbon des Deux-Siciles faisaient, eux aussi, partie des convives.
Notons également la présence, pour la première fois, de Monsieur Laurent Puons, vice-président du Festival de Télévision de Monte-Carlo. Laurent, pourtant habitué aux soirées mondaines de prestige durant son festival, fut enchanté par cette ambiance si chaleureuse des soirées de Massimo Gargia.

Enfin, Massimo eu le joie d’avoir à ses côtés Madame Jamie D. McCourt, Ambassadrice des États-Unis d’Amérique auprès de la République française et de la Principauté de Monaco.

Le repas préparé par les équipes de l’Hôtel de Paris fut succulent, agrémenté par des vins italiens de qualité, sans oublier, pour les puristes, la vodka Le Baron Garnier, de notre ami Frédéric Garnier, présente sur toutes les tables de la soirée.
C’est au son d’un DJ haut en couleur que l’ambiance musicale fut assurée.
Pour ses 78 ans, Massimo Gargia a de nouveau procuré à ses invités un moment d’amitié comme il sait en offrir.
On lui donne rendez-vous l’année prochaine à Saint-Tropez pour ses 79 ans, et nous lui disons tous en chœur : buon compleanno eterno Massimo !

Laurent Amar

Qui sont ces reines du poker ?

Nous parlons souvent des joueurs de poker, mais qu’en est il des joueuses ? Dans les films et les séries, les femmes qui jouent au poker ont souvent une image de manipulatrices veulent arriver à leurs fins par le biais de la triche et de la séduction. Ce n’est en aucun la réalité, puisque tout est affaire de stratégie et de réflexion. Alors qui sont-elles? Portraits de ses femmes aux parcours hors du commun.

Fatima Moreira de Melo PokerStars, tous droits réservés

Fatima Moreira de Melo PokerStars, tous droits réservés

Commençons par une joueuse Néerlandaise, qui avant de se lancer dans le poker, s’est fait remarquer sur les terrains de hockey sur gazon.
En effet, avant de battre les cartes, Fatima Moreira de Melo a essuyé pas moins de 250 sélections en équipe Néerlandaise et a même fait partie de l’équipe de hockey Olympique, ce qui lui vaut quatre titres prestigieux : médaille de bronze aux JO en 2000, médaille d’argent en 2004, championne olympique en 2008 et championne du monde en 2006 ! Beau palmarès non ?

En 2008, elle décide de se retirer de la scène internationale de hockey. Elle travaille en collaboration avec des designers pour une ligne du Coq Sportif. La même année, elle est diplômée en Droit, avant de se mettre à jouer au poker et à accéder aux plus grands tournois mondiaux. Elle se démarque notamment sur le circuit de poker européen.

À seulement 35 ans, Celina Lin est une figure emblématique du poker asiatique. En effet, elle inspire toute une génération et fait changer les mœurs, notamment en Chine où le poker a longtemps eu mauvaise réputation, car peu connu. Elle découvre le jeu vers 22 ans et remporte une somme de dix mille dollars en seulement trois semaines. En 2012, elle remporte son premier tournoi à Macau avec la somme de 110 000 dollars à la clé. La joueuse se confie souvent au micro des médias, elle reconnaît notamment qu’elle a beaucoup plus de mal à défier les femmes que les hommes. Les hommes étant majoritairement présents dans cette discipline, tout le monde apprend à lire les traits masculins. Celina Lin est la joueuse la plus célèbre du continent asiatique.

 Source PokerStars, tous droits réservés Celina Lin

Source PokerStars, tous droits réservés Celina Lin

Aussi, Muskan Sethi, la plus récente des ambassadrices de PokerStars se fait remarquer grâce à ses performances mais aussi grâce à ses engagements politiques auprès des femmes et des enfants dans le besoin. La jeune joueuse a été reçue et honorée par le président indien. Sa carrière de poker a décollé après de nombreuses tentatives de métiers « normaux ». Elle a commencé avec le poker en ligne et fait maintenant partie de l’une des plus grandes équipes de poker au monde ! Muskan ne se contente pas de gagner de nombreux tournois, elle apporte son aide à de nombreuses organisations, notamment aux animaux.

Enfin, Liv Boeree est la joueuse la plus titrée et riche du circuit. Elle se fait repérer massivement en 2008 lorsqu’elle remporte le championnat d’Europe 100% féminin. Après de nombreuses victoires, elle réussit à surprendre – encore – le monde du poker en raflant près de 2 millions de dollars en Italie lors de l’European Tour. C’est une des plus belles performances jamais vues dans le poker. Mais la joueuse a de nombreuses cordes à son arc. Originaire du Kent, en Angleterre, elle est diplômée en physique et astronomie dont elle est passionnée. Brièvement dans la télé et le mannequinat, Liv a donc choisi la voie du poker. Elle utilise sa fortune très intelligemment et a fondé une association qui permet de mettre en lumière d’autres organismes afin d’inciter le grand public à donner. « Raising for Effective Giving » a été co fondé avec Igor Kurganov et Philipp Gruissem, tous deux joueurs de poker.

Alors, qui a dit qu’on ne pouvait pas être reine du poker ?

« Enfance Majuscule » et les stars au chevet des enfants maltraités

Jean-Michel Aubrun, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn et Hervé Michel-Dansac

Jean-Michel Aubrun, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn et Hervé Michel-Dansac Crédit photo : Cyril Bailleul

C’est terrifiant, et pourtant vrai, plus de soixante enfants en France meurent chaque année sous les coups reçus de parents indignes, d’adultes malfaisants.
La maltraitance des enfants est une réalité qui s’impose à nous, dans notre pays, et partout dans le monde. L’indispensable association « Enfance Majuscule » refuse de regarder ailleurs et agit au quotidien pour améliorer la condition de l’enfance en souffrance.

Alors, sous le haut patronage de Mme la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et sous la présidence de l’acteur Richard Berry, parrain de l’association, Patricia Chalon a donné le grand gala d’« Enfance Majuscule » à la salle Gaveau le 26 mars dernier.
Mme Chalon est la présidente de cette structure caritative, incontournable pour venir en aide aux plus jeunes en détresse.
Tous les ans, cette soirée d’exception a pour but de réunir des mécènes, de généreux donateurs, et bien sûr des célébrités afin de médiatiser ce noble combat.

Le discours de Richard Berry fut, comme à son habitude, très remarqué. Il a réitéré, à l’aide de mots touchants et justes, son indéfectible fidélité à « Enfance Majuscule » et à sa présidente.
Nous avons assisté ensuite au concert d’un violoniste que vous connaissez bien désormais, Nemanja Radulovic, véritable virtuose, accompagné par ses amis musiciens de l’ensemble « Double Sens ». Ce concert, moment de grâce pour tous les mélomanes, a ravi les convives, enthousiasmés par la prestation de Nemanja. À tel point que ce dernier et sa troupe eurent droit à trois rappels.
Puis fut donné un cocktail dînatoire très privé, l’aspect le plus médiatique de la soirée, où seuls les partenaires et les célébrités étaient conviés.

Ont répondu présentes à l’appel des deux organisateurs du gala, Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel-Dansac, fondateurs de MCD Promotion, les personnalités parmi les plus en vue du pays.
Citons, outre Richard Berry accompagné de son épouse, le réputé docteur Michel Cymes et son épouse Nathalie, la créatrice de mode Chantal Thomass, l’animatrice de l’émission « La République LCI » sur la chaîne du même nom Roselyne Bachelot, ainsi que les jolies actrices Flore Bonaventura, Nadège Beausson-Diagne, Marie-Christine Barrault, Agnès Soral et Justine Thibaudat. Soulignons également la présence de l’ex Première dame de France Valérie Trierweiler, de la toujours charmante présentatrice de CNews Karine Arsène et de la chanteuse Nicoletta. Notons enfin celle de Mme la maire du 8e arrondissement Jeanne d’Hauteserre, ou encore du roi des jet-setters Massimo Gargia.

Nous disons un grand bravo à Patricia Chalon et à tous les bénévoles pour leurs actions, et remercions bien évidemment les stars pour leur présence indispensable, malgré un emploi du temps souvent chargé.
À l’issue de cette magnifique soirée, des fonds furent récoltés afin qu’« Enfance Majuscule » puisse accomplir une mission empreinte d’humanité et de justice, sauver la vie des enfants en danger.

Si vous souhaitez faire un don et soutenir « Enfance Majuscule », cliquez ici :

Laurent Amar

Myriade de stars dans la suite « pré-César » 2018

Julie Ferrier dans la suite Pré César

Julie Ferrier dans la suite Pré César

La suite « pré-César » est une véritable caverne d’Ali Baba dédiée aux stars, notamment aux actrices et aux acteurs nommés pour la cérémonie des César, ou devant remettre une statuette à l’un des lauréats.
Se trouvant au 7e étage du palace Napoléon, avenue de Friedland, la suite « pré-César » constitue l’un des endroits les plus privés et les plus prisés de Paris.
Seuls peuvent s’y rendre, outre les peoples jouissant d’une forte actualité, des journalistes triés sur le volet dont votre humble serviteur.

Les marques ayant répondu à l’appel de Nathalie Dubois, inventrice de ce concept qui fait rêver le commun des mortels, ont toutes proposé des produits de grande qualité. Il pouvait s’agir de leurs best-sellers, ou bien de leurs nouveautés ou encore d’un concept inédit.

Citons le traiteur Reynaud, avec ses spécialités en pot et en conserverie, notamment de délicieuses rillettes de homard ou de bar sauvage, desquelles nous nous sommes régalés.
Les coussins de lit Teo Jasmin, brodés et aux visuels  toujours aussi craquants, chatons ou chiots en casquette, chapeaux ou lunettes de soleil. Irrésistibles, surtout pour les filles.
Les bougies parfumées enchanteresses « bougies de Charroux », déjà là dans la suite « pré-César » l’an passé, avec une nouveauté cette fois, le parfum Barbe à Papa – on en croquerait – senteur  dont nous vous avions parlé dans Stars-media lors de notre visite en 2017 dans la suite de Nathalie Dubois, « La Cristallerie des parfums ».
Le parfumeur de niche est venu présenter aux célébrités ses trois nouvelles fragrances « Aeria Luxe Boisée Fleurie » : Alkar, Oris, Sirius.
À titre personnel, nous avons craqué pour Alkar, savoureusement épicé, tout en restant doux et élégant.
Mention spéciale à une marque à succès de jeans 100 % français (cocorico, ndlr), au nom tout à fait original « 1083 », créée par de jeunes entrepreneurs talentueux et courageux.
Particularités de leurs vêtements homme/femme : ils sont 100 % coton bio et entièrement fabriqués en France. Les stars de passage dans la suite « pré-César » auront certainement apprécié la démarche.
Pour les célébrités ayant une grosse fringale, quoi de mieux qu’un délicieux « french burger » concocté par les chefs de « Bus Burger »

La Cristallerie des parfums » est venue présenter aux célébrités ses trois nouvelles fragrances « Aeria Luxe Boisée Fleurie » : Alkar, Oris, Sirius.

La Cristallerie des parfums » est venue présenter aux célébrités ses trois nouvelles fragrances « Aeria Luxe Boisée Fleurie » : Alkar, Oris, Sirius.

Ces spécialistes du hamburger vous en proposeront pour tous les goûts et surtout, vous les feront déguster en vous baladant dans tout Paris, car, comme son nom l’évoque, le restaurant n’est ni plus ni moins qu’un véritable bus. Sensations fortes garanties !

Nous ne pouvons citer toutes les marques présentes, elles furent bien trop nombreuses.
Parmi les stars croisées dans cette suite de rêve, se trouvaient Gérard Jugnot, Frédérique Bel, Nozha Khouadra, Mélanie Thierry, Valérie Kaprisky ou bien encore Alexandra Vandernoot.

Pour conclure ce reportage, nous ne pouvions nous passer des impressions de la maîtresse de cérémonie, Nathalie Dubois, créatrice de la « suite cadeaux des pré-César » et du Festival de Cannes.

Bonjour Nathalie Dubois, quelles sont les nouveautés aujourd’hui dans la suite des « pré-César » ?

Bonjour Laurent, nous avons voulu proposer à nos célébrités de nouvelles marques avec de jeunes créateurs. Nous offrons des cadeaux axés sur le bien-être, le bio et surtout le « made in France » que j’avais très envie de mettre en avant pour cette édition 2018.

Nous avons du véritable champagne, des macarons made in France. Des choses également très intéressantes pour le bien-être comme des patchs antiradiation Fazup.

Quelles sont les stars emblématiques ayant visité la suite cette année ?

Gérard Gugnot Laurent Amar et Nathalie Dubois

Gérard Jugnot, Laurent Amar et Nathalie Dubois

À mes yeux, toutes les stars sont emblématiques, elles ont toutes un charme particulier.
Nous avons eu beaucoup de nommées aux César ce matin comme Mélanie Thierry, Laetitia Dosch, Stéfi Celma et de nombreux remettants également.

Rendez-vous au Festival de Cannes, Nathalie ?

Absolument Laurent, et toujours au Carlton. Comme j’ai un bureau au Japon, on va présenter des marques japonaises et je peux même te dire que nous proposerons un produit révolutionnaire, comme une bouteille d’eau qui infuse de l’hydrogène.
C’est une petite révolution au Japon et cela existe depuis 1960. Nous offrirons des petites bouteilles à transporter sur soi, pleines de bienfaits pour la santé. Rendez-vous donc à Cannes !

Propos recueillis par Laurent Amar

Le prince Bokassa dédicace son livre dans un palace parisien et répond à nos questions

Jean-Barthelemy Bokassa

Jean-Barthélémy Bokassa

Le prince Jean-Barthélémy Bokassa, petit-fils de l’ex-empereur de Centrafrique Jean-Bedel Bokassa, a organisé la semaine dernière une séance de dédicaces très privée dans les salons du palace parisien Millennium.

Seuls les amis proches furent conviés à cette présentation en grande pompe de « Saga Bokassa », ouvrage dans lequel le prince le plus célèbre d’Afrique évoque sa famille, ses rapports avec son grand-père et son arrivée en France.
Jean-Barthélémy nous parle également de ses difficultés à porter un nom aussi célèbre. Entre deux dédicaces, il a accepté de répondre à nos questions, pour Stars-media et pour Fashion Glam Couture Magazine.

Qui êtes-vous, prince Bokassa ?

Bonjour Laurent, je suis le petit-fils du dernier empereur du continent africain, Jean-Bedel Bokassa. Né dans un palais en Centrafrique, j’ai grandi dans les châteaux de ma famille. J’ai été élevé dans le protocole, dans la culture vietnamienne, africaine et française. Ma mère est née à Saigon et a enseigné les rudiments de sa langue natale dès ma naissance. Cette triple culture m’a très vite donné l’envie de devenir écrivain et artiste peintre. Écrire est pour moi un besoin vital comme respirer. J’ai écrit quatre ouvrages : Les diamants de la trahison publié en 2006, Traité de manipulation pour séduire un(e) millionnaire, Erika Flynt et Saga Bokassa.

Quant à la peinture, c’est une passion depuis l’âge de 14 ans.
Ma première expo a vu le jour en septembre 2016 à la mairie du 1 er arrondissement. Chaque toile était un hommage à l’empereur Napoléon, ce grand stratège qui a beaucoup fait pour la France et dont l’Empire a inspiré mon grand-père. Certains me considèrent comme un jet-setter, d’autres comme un mondain. Je suis un prince africain qui a grandi dans l’amour de l’Histoire de France et qui aime évoluer dans différentes strates de la société, voilà qui je suis. Mon grand-père côtoyait de Gaulle, Pompidou, Mitterrand… Moi, je côtoie, la littérature et le showbiz. Devenir politicien est un concept qui ne m’a jamais attiré, les gens respectent votre art, ils ne respectent pas forcément vos idées politiques…

Le prince Bokassa durant sa séance de dédicace

Le prince Bokassa durant sa séance de dédicace

Quel rapport aviez-vous avec votre grand-père et quel genre d’homme était-il ?

En tant que premier petit-fils de la lignée Bokassa, mon grand-père m’a pris en affection. Sa présence m’a accompagné au fil de mon enfance et de mon adolescence. Cela a commencé à ma naissance, il m’a donné mon prénom : Jean-Barthélémy. Barthélémy en hommage à son oncle, Barthélémy Boganda. J’ai passé toutes mes vacances scolaires au château d’Hardricourt, la résidence préférée de mon grand-père.
Chaque Noël au château était magique, car le sapin, toujours placé dans le hall d’entrée, se dressait jusqu’au deuxième étage et cette vision était à la fois impressionnante et féerique pour l’enfant que j’étais. Il nous emmenait souvent en Rolls-Royce au supermarché de la commune, l’ambiance était conviviale, j’en garde de beaux souvenirs. Mon grand-père était ainsi, très attaché à la notion de famille, il s’assurait que ses enfants et ses petits-enfants ne manquent de rien.

Il était strict sur le plan de la scolarité et de l’éducation. Il avait placé chacun de ses enfants dans les meilleurs pensionnats, à l’École des Roches, au Rosey et à Beau Soleil afin que l’on ait le meilleur enseignement. Je le vouvoyais, protocole oblige. Je conserve beaucoup de respect et de fierté pour lui, car il a été un des rares soldats d’origine africaine à être devenu capitaine de l’Armée française à une époque où l’on prononçait autant de fois le mot négro que celui de bonjour à l’égard d’un Africain. Le racisme a hélas toujours existé sous différents visages…

Pourquoi ce livre « Saga Bokassa » ?

Mon ouvrage retrace trois générations de Bokassa. Cela commence avec mon arrière-grand-oncle, Barthélémy Boganda, qui a fondé la nation centrafricaine au lendemain de la colonisation. Il est devenu ainsi le tout premier président de la République centrafricaine.
Il y a eu ensuite mon arrière-grand- père, père de feu mon grand-père Jean-Bedel, qui fut gouverneur de la région de la Lobaye. Ensuite, vint mon grand-père, né en 1921 et qui fut président et empereur de 1966 à 1979. Il a construit et développé la capitale,
« Bangui la Coquette » comme l’appelaient jadis les nombreux touristes français.

Laurent Amar, Julie Jardon et Le Prince Bokassa

Laurent Amar, Julie Jardon et Le Prince Bokassa

Mais avant de devenir chef d’État, il avait servi la France durant la Deuxième Guerre mondiale, en 1939 au sein du 10 e bataillon en marche de la France libre. En 1944, il a participé au Débarquement de Provence. Il a également combattu sous le drapeau français pendant la guerre d’Indochine.
Aujourd’hui, mon oncle, Jean-Serge Bokassa, a pris le relais de la politique, il est ministre de l’Intérieur dans le gouvernement centrafricain. Mon livre retrace ce parcours, cent ans d’une famille impériale qui a survécu à la fois à un coup d’État giscardien (1979) et aux calomnies, et dont le nom de famille demeure célèbre dans le monde trente-neuf ans après le putsch.

Propos recueillis par Laurent Amar

Les Hallyday contre les Boudou

"Tiens-toi droite" avec Laura Smet, Noémie Lvovsky et Marina Foïs. (Wild Bunch Distribution)

Le pouvoir est à Laura « Tiens-toi droite » avec Laura Smet, Noémie Lvovsky et Marina Foïs. (Wild Bunch Distribution)

Deux clans s’opposent maintenant depuis des semaines, engagés malgré eux et contre eux, dans une vraie tempête médiatique. La polémique sur l’héritage de Johnny anime toutes les conversations. Pas un jour ne se passe sans qu’on entende tout et son contraire. Chacun y va de sa petite version, de sa surenchère d’informations. Des interlocuteurs non proches du chanteur, sortis d’un chapeau magique, prennent même la parole et spéculent sans état d’âme sur les derniers éléments dévoilés. Les réseaux sociaux n’ont jamais autant fait la course au scoop.

Ce déballage est indécent et tellement irrespectueux. C’est déjà très difficile à vivre pour David et Laura qui sont des adultes, alors que dire pour Jade et Joy, deux innocentes jeunes filles ? Un peu de respect, voyons ! Et à chaque fois les mêmes questions résonnent : Le taulier était-il sous influence lorsqu’il a écrit ses différents testaments ? Comment l’idole des jeunes a pu renier les siens ? Quelles seraient loin alors les paroles emblématiques de la chanson écrite par un père et son fils qui disait : « On se ressemble sang pour sang, comme si les battements de nos cœurs, étaient sur la même longueur d´ondes, les lignes de nos mains se confondent ».

Dans cette tourmente, la chanteuse Sylvie Vartan a décidé de sortir du silence. Elle s’est livrée à cœur ouvert dans le 19h00 de Laurent Delahousse dimanche soir.
Effarée par la publication des testaments, elle y a défendu son fils meurtrit par cette violente polémique. La septuagénaire a également pointé quelques aberrances comme le choix du lieu éloigné et onéreux pour venir se recueillir où repose la star,
les qualités d’Elyette Boudou alias « Mamie Rock » la grand-mère de Laeticia, à pouvoir gérer à quatre-vingt- deux ans, le patrimoine musical du rockeur. Attention à l’eau qui dort. Telle une louve défendant ses petits, l’ex-femme de Johnny n’hésitera pas à prendre la parole très ouvertement et à entrer dans la procédure le moment venu et à faire face au très omniprésent clan Boudou, s’il s’avérait que c’est le droit français qui prévaut dans cet héritage et que le testament américain est déclaré nul ; ayant gardé vers elle certains documents pouvant servir de preuve.

Et des interrogations dans cette affaire, il n’en manque pas, notamment sur la mainmise des Boudou. Comment André, le père de Laeticia, condamné à six mois de prison ferme pour fraude fiscale, abus de biens sociaux et comptabilité falsifiée s’est retrouvé à conseiller Johnny Hallyday sur sa gestion et à prendre le contrôle de son business et de sa succession ? N’est-il pas quelque peu étrange que Grégory, le frère de Laeticia, exécuteur testamentaire de sa sœur puisse prétendre reprendre, à la disparition de son aînée, la gestion de la succession de son défunt mari ? Quant à Elyette la grand-mère, que penser de sa légitimité en tant qu’octogénaire, de
régenter un patrimoine estimé à 10 millions d’euros par an ?

En attendant que la justice fasse toute la lumière sur cette succession, il est à déplorer de constater qu’aujourd’hui toute cette déferlante est en train de bafouer la mémoire du rockeur. Le doute a pris place. Il s’est installé dans les esprits qui, déjà consternés, commencent maintenant à se lasser de tout ce déballage public. Et malheureusement, nous n’en sommes qu’aux prémices. De nombreux autres rebondissements vont continuer à venir alimenter l’actualité. A suivre donc …

Par Daphné Victor en exclusivité pour stars-media

Les Hallyday contre Læticia : La bataille de trop

Laura Smet dans le film "Carbone" Copyright Mika Cotellon / 2016 – LES FILMS MANUEL MUNZ – EUROPACORP – NEXUS FACTORY – UMEDIA

Laura Smet dans le film « Carbone »
Copyright Mika Cotellon / 2016 – LES FILMS MANUEL MUNZ – EUROPACORP – NEXUS FACTORY – UMEDIA

Le combat s’annonce long et difficile. Un héritage est en jeu. Les paris sont lancés. À droite sur le ring, Læticia, l’épouse du défunt et regretté Johnny Hallyday. À gauche, Laura Smet et David Hallyday, les deux enfants naturels du Taulier.

Deux adversaires qui se retrouvent dans un face à face public de querelles dont l’enjeu concerne des dispositions testamentaires. L’échange semble compliqué, car pipé. C’est Laura qui a mis toute la lumière sur ce qui semble être une grande injustice. Elle a dévoilé au grand jour dans une très touchante lettre posthume adressée à son père, le contenu pas très rock n’& roll attitude du testament de l’idole des jeunes.

Et pour cause, puisque la dernière version qui aurait été rédigée sans la présence d’un notaire, d’un avocat ou d’un éventuel témoin, l’écarte, elle et son frère David, de la succession. Plus qu’une surprise, c’est un véritable choc. Il est incompréhensible que Johnny ait pu déshériter ses enfants au seul profit de son épouse !

Comment cela est-il possible ? Qu’en est-il d’ailleurs pour Jade et Joy ? Quel droit prime dans cette déchirante bataille : le français ou le californien ? Le mystère reste tout entier en ce début de match. Les 12 rounds semblent bien partis pour être tenus. Qui mettra l’autre KO en premier ? À qui reviendra le considérable patrimoine et l’ensemble des droits d’artistes ?
On la pensait dévastée par la mort de son mari. Læticia aurait-elle finalement joué la comédie pendant plus de vingt ans en donnant l’image d’une femme aimante et d’une mère dévouée à ses deux filles adoptives Jade et Joy ? Celle qui doit son salut à sa rencontre avec l’icône intergénérationnelle (certes provoquée par son propre père André Boudou), serait-elle en fin de compte une calculatrice démoniaque intéressée, au point d’écarter les deux héritiers légitimes du legs de leur père ? En tout cas, c’est l’impression que cela donne.

Les Hallyday semblaient soudés. Pourtant, les tensions entre les deux aînés de Johnny et leur belle-mère ne datent pas d’hier. Un peu plus de deux mois après la disparition du chanteur, elles éclatent véritablement au grand jour. Et ce n’est pas joli joli. On apprend même que la veuve éplorée a d’abord prévenu l’AFP et le couple présidentiel du décès de l’artiste avant ses propres enfants et ses ex-femmes ! Incroyable, mais vrai !
La France entière elle-même a été choquée par la révélation des dernières dispositions testamentaires en faveur de Læticia. Johnny de sa tombe de Saint-Barth ne doit pas en revenir. Il serait sans nul doute attristé au plus haut point par ce bien regrettable tableau. Le clan Hallyday est donc bel et bien désuni. Envolé le « Que je t’aime ». La guerre est ouverte.
À la justice de jouer maintenant son rôle d’arbitre, de dénoncer ce qui ressemble à une usurpation d’héritage et de trancher comme il se doit.

Par Daphné Victor pour Stars Média

Un dîner de gala au Carlton mémorable pour « Enfant Star et Match »

Liane Foly

Liane Foly et un enfant malade.

Il y avait des enfants, des parents, des stars et une ambiance de folie comme seule l’association « Enfant Star et Match » sait en offrir.

En effet, le 27 janvier dernier, à l’hôtel Carlton de Cannes, son fondateur Fabrice Ravaux a donné rendez-vous à ses amis pour un grand dîner convivial, en soutien aux enfants malades.

Les stars ont répondu présentes à l’appel de Fabrice et de ses équipes pour apporter cette bonne humeur si particulière aux soirées « Enfant Star et Match ».
Il est vrai que, avec une marraine du dîner comme la chanteuse Liane Foly, d’une gentillesse et d’une disponibilité de tous les instants envers les convives, la fête s’annonçait sous les meilleurs auspices.

Au Carlton, se trouvaient également l’animateur de W9 Jérôme Anthony, en formidable maître de cérémonie, le chanteur Yannick, auteur du tube « Ces soirées-là », Véronique de Villèle, du duo sportif Véronique et Davina ou encore Helmut Fritz et son irrésistible « Ça m’énerve ».

Mais aussi Santa Esmeralda et surtout Princess Erika, qui nous gratifia sur scène de son immense succès « Faut qu’j’travaille ».
Tous ces artistes se sont donnés sans compter pour faire de ce gala un grand moment de bonheur pour des enfants atteints de maladies parfois graves. Les 300 invités furent enchantés par l’accueil de Fabrice et de Barbara, son épouse.
Les enfants malades qui dépendent d’« Enfant Star et Match » le furent aussi. Grâce à cette soirée, par le biais des places payantes et de la tombola, ils pourront partir en vacances ou bénéficier de beaux cadeaux.

Nous félicitons chaleureusement Fabrice et Barbara Ravaux, les célébrités qui ont fait le déplacement, les convives présents à cet évènement et bien sûr les partenaires de l’association, d’avoir su offrir ces moments rares et précieux à des enfants malades.
Nous souhaitons à tous ces derniers un prompt rétablissement.

Laurent Amar

Gala du cœur 2018 : les stars et Mécénat Chirurgie Cardiaque ont sauvé la vie de trois enfants

Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel-Dansac en compagnie de Habib Beye et son épouse (Canal +)

Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel-Dansac en compagnie de Habib Beye et son épouse (Canal +)

Le gala du cœur 2018, de l’indispensable association Mécénat Chirurgie Cardiaque, restera dans toutes les mémoires.

En effet, ce sont trois enfants, trois vies, que les célébrités, et surtout les généreux donateurs, auront sauvés ce jeudi 1er février.

Cet évènement annuel de l’association caritative, présidée par Mme le professeur Francine Leca, première chirurgienne cardiaque en France et pionnière en pédiatrie, eut lieu à la salle Gaveau.

Après un discours très touchant du président et parrain de la soirée, le célèbre animateur et musicien Christian Morin, place à celui de Francine Leca.

Elle put ainsi nous indiquer le bilan de l’année 2017, et nous donner les chiffres impressionnants de l’association concernant le Gala du cœur 2018. Grâce aux dons récoltés, trois enfants pourront être opérés du cœur en urgence, cela nous donne un aperçu de la générosité des mécènes de Mécénat Chirurgie Cardiaque.

Alors, pour fêter ce succès, les invités eurent droit à un récital de la cantatrice exceptionnelle Béatrice Uria-Monzon, qui nous a régalés durant une heure. Sur une scène tout en fleurs, la mezzo-soprano française a enchanté les convives de Francine Leca, jusqu’au final, « L’amour est un oiseau rebelle », tiré de « Carmen ».

Suite au concert, les organisateurs de la soirée, les producteurs d’évènementiel Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel-Dansac, fondateurs de MCD Promotion, convièrent les célébrités à partager un délicieux cocktail dinatoire dans les salons de Gaveau.

Patrick Bruel

Patrick Bruel Crédit photo : Noël Carrier

Ont répondu présentes à l’appel d’Hervé et de Jean-Michel de nombreuses stars venues soutenir le professeure Leca et son association : le chanteur Patrick Bruel, les actrices Claudia Cardinale, Marie-Christine Barrault, Eva Darlan, Lola Marois, ou encore les belles Alice Dufour, Laura Boujenah et la célèbre Grâce de Capitani.

Citons également la présence de la chanteuse Indra, de Mme la maire du 8e , Jeanne d’Hauteserre et de l’illustratrice, ô combien talentueuse, du bristol officiel de la soirée, la styliste Chantal Thomass.

Ajoutons bien sûr le rôle important joué par Christian Morin, parrain de la soirée, et la présence du grand Patrick Préjean, l’un des « gendarmes de Saint-Tropez ».

Nous remercions chaleureusement Mme Francine Leca, Jean-Michel Aubrun et Hervé Michel-Dansac d’avoir convié Stars-media à ce Gala du cœur inoubliable.

Nous terminerons par une citation du Talmud, reprise dans le film de Spielberg « La Liste de Schindler » : « Celui qui sauve une vie sauve l’humanité tout entière. » Ce jeudi 1er février, Francine Leca et « Mécénat Chirurgie Cardiaque » en ont sauvé trois.
Si vous souhaitez faire un don à Mécénat Chirurgie Cardiaque, cliquez sur ce lien

Laurent Amar

Massimo Gargia, flamboyant à la « 41e cérémonie des Best »

Massimo Gargia et Saïd Taghmaoui

Massimo Gargia et Saïd Taghmaoui

Une myriade de stars auront répondu présentes à l’appel du roi des jet-setters, Massimo Gargia, lors de la 41e cérémonie des Best au Four Seasons, à Paris, le 25 janvier 2018.

Les invités de Massimo avaient été conviés dans les salons de cet hôtel mythique pour une cérémonie destinée à remettre les fameux « Best », récompensant une célébrité pour son actualité, son style ou son œuvre.
Avant de passer aux lauréats, citons les amis de Massimo, fidèles à cette soirée incontournable depuis fort longtemps : Grâce de Capitani, Hermine de Clermont-Tonnerre, Régina Rébecca, Henry-Jean Servat, la comtesse Martine de Leseleuc de Kerouara, Philippe Caroit, Orlando, Tatiana-Laurens et Xavier Delarue, les frères Bogdanoff ou encore Edouard Nahum, sans oublier les deux producteurs d’évènementiel Jean-Michel-Aubrun et Hervé Michel-Dansac et le roi des forains Marcel Campion.

C’est au cours d’un dîner concocté par les chefs du Four Seasons que commença la remise des prix aux Best de l’année. La décoration du salon et des tables était l’œuvre de l’artiste Robert Rokicki. Son travail nous plongea immédiatement au cœur d’une élégance et d’un style dignes des soirées de Massimo.

Massimo Gargia, sur scène lors de la remise des prix, a donc distribué les Best aux artistes et personnalités les plus méritants de l’année. Stars-media vous propose la liste complète des élus 2018 :
L’architecte peintre Paul Fichot, l’acteur, réalisateur et animateur de télévision Ezio Greggio, le champion de natation Camille Lacourt, le rappeur et acteur Joey Starr, ou encore l’homme d’affaires londonien Per Wimmer. Mais également la chanteuse albanaise Arilena Ara, S.A.R Camilla de Bourbon des Deux-Siciles, l’actrice Vanessa Demouy, Mme le maire du 8e Jeanne d’Hauteserre et la célèbre danseuse et chorégraphe Fauve Hautot.

Hermine de Clermont-Tonnerre et Philippe Caroit

Hermine de Clermont-Tonnerre et Philippe Caroit

Notons également la présence remarquée de la star du blockbuster hollywoodien « Wonder Woman », l’acteur français Saïd Taghmaoui, toujours aussi sympathique et accessible.

La 41e cérémonie des Best fut une soirée inoubliable pour tous les invités de Massimo, célèbres ou non, un moment précieux et rare.
Nous le remercions, ainsi que ses équipes, nous pensons notamment à Florence Cymerman, d’avoir convié Stars-media une nouvelle fois.

Nous sommes d’ores et déjà impatients de connaître les élus de la 42e cérémonie des Best, mais en attendant, murmurons à notre jet-setter préféré : « A l’anno prossimo carissimo, Massimo ! »

Laurent Amar

Le marché de Noël de la Défense inauguré par Ghislaine Arabian et Grâce de Capitani

Grâce de Capitani, Ghislaine Arabian, Jean-Claude Meritte et le père Noël.

Grâce de Capitani, Ghislaine Arabian, Jean-Claude Meritte et le père Noël.

Le 23 novembre dernier, eut lieu, à la Défense, l’ouverture annuelle du plus grand et du plus ancien marché de Noël de Paris et d’Île-de- France.
Vous pourrez y découvrir des sapins naturels de toute beauté et de toutes les tailles, parés de décorations féeriques.

Il n’y en aura pas seulement pour les yeux, mais aussi pour les papilles, avec les spécialités habituelles des villages de Noël : vin chaud, tartiflette, flammeküeche, fondue savoyarde, chocolats et autres délices culinaires.

Ce sont 300 chalets s’étendant sur 13 000 m² qui vous attendent au pied de la Grande Arche. Ainsi qu’un espace de 300 m² consacré aux décorations de Noël, boules, crèches, guirlandes, arts de la table, sans oublier le théâtre de Guignol tous les week-ends et les mercredis.

Pour consacrer en grande pompe un si bel endroit, des célébrités, icônes du cinéma et de la gastronomie française, s’imposaient.
C’est donc Ghislaine Arabian, star de l’émission « Top Chef » sur M6, et l’actrice Grâce de Capitani qui ont lancé les festivités.
Les deux femmes ont posé devant une création du glacier parisien Olivier Ménard, lui aussi présent à l’évènement.

Nous remercions et félicitons chaleureusement la chambre des métiers des Hauts-de- Seine, la ville de la Défense, ainsi que M. Jean-Claude Meritte, directeur depuis 1995 de ce si beau marché de Noël, brillamment inauguré par deux dames d’exception.

Laurent Amar

Ces stars qui parlent plusieurs langues

Nombreuses sont les stars hollywoodiennes qui sont bilingues et plus, comme Natalie Portman qui parle couramment cinq langues. Pas tous les acteurs et actrices qui parlent une autre langue tournent dans celle-ci, mais certains s’en servent pour le doublage de leurs
films comme par exemple Jodie Foster avec le français.

Découvrez les vidéos de 7 stars s’exprimant dans une autre langue :

 

 

 Sandra Bullock1. Sandra Bullock

Sandra Bullock est née aux Etats-Unis mais elle parle l’allemand couramment. Sa mère était une chanteuse allemande d’opéra. Ses parents se sont connus quand le père de Sandra était en poste à Nuremberg. En 2000 elle a reçu le Bambi Award (version allemande des Oscars), et à cette occasion elle a fait son discours dans la langue de Goethe.

 

 

 

Nathalie Portman

Nathalie Portman

2. Natalie Portman

Natalie Portman parle couramment l’hébreux, ainsi que quatre autres langues : l’espagnol, l’allemand, le japonais et un peu le français. Et oui, Portman (née Natalie Hershlag à Jérusalem) est plutôt polyglotte. Il se pourrait qu’elle ait également suivi des cours particuliers d’arabe.

 

 

 

Charlize Theron

Charlize Theron

3. Charlize Theron

L’anglais de Charlize Theron est tellement parfait que l’on oublie que l’actrice a grandi en Afrique du Sud où sa langue maternelle était l’afrikaans. De temps à autre elle s’exprime dans cette langue comme lors de cette interview sur CNN.

 

 

 

 

Mila Kunis

Mila Kunis

4. Mila Kunis

L’actrice Mila Kunis parle couramment le Russe, ce qui n’est pas surprenant vu qu’elle est originaire d’Ukraine. Elle y a vécu jusqu’à l’âge de 7 ans, et le russe est sa langue maternelle.
En juillet 2011 elle s’était exprimée en russe en conférence de presse lors de la sortie du film : « Sexe entre amis » laissant Justin Timberlake, également à l’affiche du film, se gratter la tête en essayant de comprendre ce qu’elle disait dans son oreillette.

 

 

Jodie Foster

Jodie Foster

5. Jodie Foster

Jodie Foster est très astucieuse. N’avez-vous jamais été surpris de l’entendre parler français ? Elle a appris à le parler en suivant des cours au très prestigieux Lycée Français de Los Angeles (major de sa promotion, s’il vous plaît !) et elle double ses propres films destinés au public francophone.

 

 

 

Colin Firth

Colin Firth

6. Colin Firth

Il a remporté un Oscar en interprétant le fameux discours d’un monarque ayant des difficultés à s’exprimer dans le film : « Le discours d’un roi » bien que lui dans la vie n’en ait pas. L’acteur britannique parle couramment l’italien. En 2010 il a démontré sa maîtrise de la langue en donnant une interview en italien lors du festival de la Mostra de Venise.

 

 

Viggo Mortensen

Viggo Mortensen

7. Viggo Mortensen

Viggo Mortensen a énormément de talent. L’acteur parle couramment plusieurs langues, incluant le danois (il a la double nationalité américaine et danoise), l’espagnol, un peu d’italien et du français. Mortensen dit que la langue dans laquelle il se sent le mieux pour jouer c’est l’espagnol car il sent « qu’il peut vraiment ressentir les émotions » plus facilement.

Connaître plusieurs langues peut être un bel atout lorsque l’on veut faire carrière !