Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Archive pour la catégorie ‘Télévision’

Laurent Puons nous parle du Festival de Télévision de Monte-Carlo 2018

Laurent Puons :  CEO Festival de Télévision de Monte-Carlo

Laurent Puons, CEO Festival de Télévision de Monte-Carlo

Vous le savez, c’est une tradition à Stars-media, à chaque Festival de Télévision de Monte-Carlo, nous interrogeons son charismatique vice-président délégué, Laurent Puons, afin de dresser un premier bilan. C’est donc sous le soleil monégasque que nous sommes partis à la rencontre de Laurent, et comme toujours, il a des choses passionnantes à nous raconter sur les coulisses de ce Festival célèbre dans le monde entier. Interview :

Bonjour Laurent Puons, de nombreuses stars internationales, notamment américaines, ont foulé le tapis rouge du Festival de Monte-Carlo cette année. Était-ce une volonté de votre part de réunir autant de célébrités venues d’outre-Atlantique ?

Bonjour Laurent, par définition, le Festival de Télévision de Monte-Carlo représente avant tout un évènement international. Il était donc nécessaire d’inviter et de réunir dans un même lieu un nombre important de stars étrangères ou françaises. Mais le plus important, ce n’est pas la quantité des personnalités présentes au Festival, mais la qualité de ces artistes. Je dois dire que, pour cette édition 2018, nous avons eu les deux, la quantité et surtout la qualité.

Amazon Prime Video était au rendez-vous du Festival 2018 avec l’avant-première de la nouvelle série « Jack Ryan ».

Absolument. Je suis fier d’avoir ouvert la 58 e édition du Festival de Télévision de Monte-Carlo avec une production Amazon. Nous avons non seulement la confiance des studios traditionnels, mais également celle des plates-formes digitales. Quand on se veut être le Festival de Télévision leader en Europe, il est essentiel de démontrer que l’on peut attirer les nouveaux acteurs digitaux que sont Amazon et Netflix.

Pensez-vous qu’Amazon, qui vient d’acquérir les droits d’adaptation en série du « Seigneur des Anneaux », en fera l’avant-première à Monte-Carlo ?

Nous avons d’excellents contacts avec Amazon, je rappelle d’ailleurs qu’ils étaient présents l’an dernier avec « The Last Tycoon ». Cette année encore, ils étaient donc là avec l’avant-première mondiale de « Jack Ryan ». En termes de stratégie commerciale et de communication, le Festival est pertinent pour Amazon, et selon leur calendrier, nous pouvons tout à fait espérer faire l’avant-première mondiale du « Seigneur des Anneaux » à Monte-Carlo.

Un mot sur la « Nymphe de Cristal » de l’actrice américaine Mariska Hargitay ?

Cela fait vingt ans que Mariska porte avec brio le succès de la série « New York, unité spéciale » et il me semblait important de la récompenser. Notre Président d’Honneur, le prince Albert II lui a remis la « Nymphe de Cristal ». C’était un excellent choix: le discours qu’elle a prononcé à cette occasion a été tout simplement merveilleux.

Je trouve formidable en termes d’évènementiel la soirée des séries, qui rend hommage aux séries télévisées en général. Un mot là-dessus ?

C’est une initiative que j’ai mise en place il y a deux ans. Nous nous étions retrouvés au dernier moment sans sponsor pour une soirée. Nous n’avions donc plus de thématique pour l’évènement. J’ai réuni mes équipes afin de trouver une solution et nous avons décidé de créer la « soirée des séries télé », afin de célébrer ces dernières.
Je dois avouer que le concept fut un immense succès auprès des convives.

Pensez-vous que les séries télévisées sont en train de supplanter le cinéma ?

Le cinéma aura toujours la part belle dans le cœur du public, il ne faut pas rêver. Cependant, les séries télévisées ont de très belles années devant elles, d’autant plus que la barrière entre les séries et le cinéma est tombée. Des acteurs ou des actrices de cinéma n’hésitent plus désormais à jouer dans des séries télévisées. J’ajoute qu’il y a de plus en plus d’argent investi dans les séries et c’est tant mieux ; un bel exemple est la série « Jack Ryan », présentée hier au Festival et qui a l’ampleur d’un film de cinéma à grand spectacle, avec son lot d’effets spéciaux et d’explosions. Mais oui, on peut le dire, la série TV, peu à peu, gagne des points sur le cinéma. Je ne serai d’ailleurs pas étonné si un jour nous apprenions que Tom Cruise joue dans une série.

Cher Laurent, votre mot de la fin ?

J’espère pouvoir faire une édition aussi importante, si ce n‘est plus, que celle de cette année. Mais je tiens surtout à remercier mes équipes qui s’impliquent dans l’organisation de cette manifestation avec une motivation et un talent sans limite.
Elles ont toutes ma confiance et je vois chaque année le résultat de leurs efforts, ils sont plus que probants ! Je les félicite chaleureusement.

Propos recueillis par Laurent Amar

Festival de Monte-Carlo : rencontre avec les stars de « Demain nous appartient » sur TF1

58E FESTIVAL DE TELEVISION DE MONTE CARLO : DEMAIN NOUS APPARTIENT Crédit Photo : © festival de television de Monte Carlo

58E Festival de Télévision De Monte-Carlo : DEMAIN NOUS APPARTIENT
Crédit Photo : © festival de télévision de Monte Carlo

C’est au forum Grimaldi, lors du 58 e Festival de Télévision de Monte-Carlo, que nous avons eu la chance de rencontrer les stars de la série phare de TF1, « Demain nous appartient », au succès grandissant.

Faisant les beaux jours de l’access prime-time sur la première chaîne de France, « Demain nous appartient » réunit un casting de choix : Lorie Pester, Charlotte Valandrey, Anne Caillon, Maud Baecker, Ingrid Chauvin, Alexandre Brasseur et j’en passe, un vrai panel de stars. Nous avons pu leur poser quelques questions.

Questions pour Charlotte Valandrey
Bonjour Charlotte, comment vous êtes-vous retrouvée sur « Demain nous appartient » ?

Bonjour Laurent, cela fait quinze ans que j’avais très envie de rejouer dans une comédie.
De plus, « Demain nous appartient » est une série que je porte dans mon cœur. Hubert Besson, le premier producteur, avait pensé à moi pour l’un des rôles principaux et je ne le remercierai jamais assez.

Comment expliquez-vous le succès de la série ?

C’est une série quotidienne, mais je ne savais pas du tout ce qui allait se passer, si on allait vers un succès ou un échec. L’équipe, je pense notamment aux producteurs, aux scénaristes, aux techniciens, et bien sûr aux comédiens, tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes et c’est aussi pour cette raison que le succès ne se dément pas. Je suis vraiment très heureuse de faire partie de cette aventure.
Enfin, les téléspectateurs apprécient le casting, composé de nombreuses personnalités.

Questions pour Alexandre Brasseur
Bonjour Alexandre, pensez-vous que la série à venir sur France 2, « Grand Soleil », ainsi que « Plus belle la vie » peuvent constituer un danger pour le succès de « Demain nous appartient » ?

Salut Laurent, franchement non, je pense au contraire que le succès des uns amène celui des autres.
Il ne faut pas avoir peur du succès des autres.
Nous sommes tous sur des créneaux différents, avec des intrigues différentes. À mon avis, les spectateurs attirés par ces séries regarderont les trois sans aucun problème.

Questions pour Maud Baecker
Maud, la popularité de votre personnage dans la série a-t-elle changé votre vie ?

Absolument, Laurent, je vois la différence avec le théâtre. Beaucoup de fans regardent « Demain nous appartient ». Je joue actuellement dans un film et des téléspectateurs de la série viennent voir le film pour me retrouver. De nombreuses personnes m’arrêtaient dans la rue en m’appelant « Anna » ; désormais, les gens font la différence et m’appellent Maud. Mais oui, c’est vrai, en un an, ma vie a vraiment changé.

Propos recueillis par Laurent Amar

Interview exclusive de Laura Galliano, star de « Wild, la course de survie » sur M6

Laura Galliano Crédit photo : Patrick robert /M6

Laura Galliano
Crédit photo : Patrick robert /M6

Bonjour Laura, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour Laurent, j’ai 32 ans, je suis mannequin, maman d’un petit garçon, basée en Région Auvergne-Rhône- Alpes.

Tu es candidate dans « Wild, la course de survie ». Pourquoi avoir accepté ce challenge ?

Parce que j’ai toujours été attirée par l’aventure, mais je n’ai jamais eu l’occasion de me lancer. J’avais plutôt l’habitude de rester dans ma zone de confort et d’avoir un sentiment de sécurité. J’ai eu la chance de participer à cette aventure, car j’ai eu l’opportunité de me surpasser et de voir où étaient mes limites…

Passer de mannequin à « aventurière en territoire hostile » n’a pas dû être facile ?

Bien que je sois mannequin, je ne me suis jamais sentie ainsi dans ma tête, je ne suis pas une précieuse, une chochotte trop attachée au paraître. Malgré tout, j’aime être féminine et prendre soin de moi. Donc, même si l’aventure « Wild » se trouvait à l’opposé de mon quotidien, je savais qu’elle me permettrait de libérer l’aventurière qui sommeille en moi depuis des années, et d’accomplir un rêve.

Quels ont été tes moments de doute, voire tes grosses frayeurs, durant l’émission ?

Pendant le tournage, je me suis demandée à plusieurs reprises ce que je faisais là. C’était une des épreuves les plus difficiles de ma vie, sur le plan physique et mental. Je me suis aperçue que, même si on est encadré par la production, on est vraiment seul face à la nature, et le danger est partout… on compte sur notre bonne étoile pour ne pas croiser d’animaux dangereux, ne pas se blesser, ne pas tomber dans un ravin…

Tourner pour la télévision, est-ce une expérience que tu souhaites renouveler ?

WILD LA COURSE DE SURVIE Saison 1

WILD LA COURSE DE SURVIE Saison 1

Je n’ai pas fait « Wild » pour passer à la télévision, mais vraiment pour vivre cette aventure. En revanche, j’ai toujours été attirée par la télévision ; d’ailleurs, j’ai été présentatrice sur une chaîne locale il y a plusieurs années et ça m’a beaucoup plu. J’aimerais pouvoir retenter cette expérience dans les mois/années à venir. À suivre !

Ton mot de la fin ?

Le dépassement de soi, je sais ce que c’est maintenant !

Propos recueillis par Laurent Amar

 


Retrouvez Laura sur ses réseaux sociaux :

Instagram: @laura_wild_m6
Page Facebook: @Laura Wild M6
Tweeter: @laurawildm6

« Wild, la course de survie », une nouvelle émission bientôt sur M6

"Wild" sur M6 EXPERTS : Remi, Samantha, Adrien, Nicolas, Willy, Bruno Eleonore NOVICES : Dimitri, Laurence, Emmanuel, Valerie, Robin, Laura et Samuel.

« Wild » sur M6 EXPERTS : Rémi, Samantha, Adrien, Nicolas, Willy, Bruno et Eleonore. NOVICES : Dimitri, Laurence, Emmanuel, Valérie, Robin, Laura et Samuel.

Wild est une pure création française et, en cela, nous ne pouvons que féliciter l’excellente chaîne M6.
Voyez plutôt : six experts de la survie en milieu hostile et six novices au profil improbable vont devoir faire équipe en binôme, en espérant non seulement tirer leur épingle du jeu en plein désert ou en pleine jungle, mais surtout gagner la course qui les opposera aux autres candidats.

Aux manettes du programme, on retrouve l’un des meilleurs animateurs de la chaîne, Stéphane Rotenberg, que les fans de cuisine connaissent déjà grâce à l’émission « Top Chef ».

Pour avoir eu la chance de visionner le premier épisode (les admirateurs de la langue de Shakespeare diront « prime », ndlr) en projection privée, nous pouvons vous dire que les téléspectateurs ne vont pas s’ennuyer.

En effet, la dualité des experts, véritables maîtres de guerre en toute circonstance, et des novices, citadins ordinaires comme vous et moi, promet quelques franches engueulades, mais également de jolis moments de fraternité, émotion garantie !
Soulignons enfin la qualité du casting. Les experts sont tous excellents, mais la palme revient aux novices, dont chaque profil a soigneusement été choisi par la production. Les spectateurs pourront sans peine s’identifier à eux. Notons d’ailleurs la présence de la ravissante Laura Galliano chez les novices, top model que l’on a pu apercevoir à de nombreuses reprises dans les défilés
« Fashion Glam Couture ». Nous espérons bientôt interviewer Laura dans Stars-media.

En attendant, nous ne manquerons pas de vous communiquer la date de diffusion de « Wild, la course de survie » 100 % française, 100 % M6.

Dernière minute : Nous connaissons la date de la première diffusion, l’émission débutera le lundi 26 mars à 21h sur M6 !

Laurent Amar

« Souviens-toi », la nouvelle série choc de M6

Marie Kempf (Marie GILLAIN) et Benoit Belgarde (Sami BOUAJILA) sont assis aux cotes de Madeleine Zelie RIXHON (Zelie RIXHON) qui dessine Visages fermé de Madeleine Zelie RIXHON et attentifs de Marie et Benoit

Marie Kempf (Marie GILLAIN) et Benoit Belgarde (Sami BOUAJILA) sont assis aux cotes de Madeleine Zelie RIXHON (Zelie RIXHON) qui dessine Visages fermé de Madeleine Zelie RIXHON et attentifs de Marie et Benoit

C’est l’histoire du meurtre, de sang-froid, d’un couple avec deux de leurs enfants, dont un bébé de 11 mois. Seule survivante de ce carnage nocturne, leur fille de 7 ans, Madeleine, qui a assisté au crime tout en réussissant à se cacher dans une armoire.

L’enquête est confiée à Benoît, inspecteur de police, incarné par l’excellent Sami Bouajila, qui devra découvrir les rouages de cet assassinat et les raisons de l’étrange climat entourant les victimes.
Mais surtout, il devra apprivoiser Madeleine s’il veut en savoir plus sur cette nuit d’enfer. Problème, elle est en état de choc post-traumatique, et reste muette.

L’inspecteur va alors faire appel au service d’une psychothérapeute, Marie, interprétée par la sublime Marie Gillain, qui elle-même a subi la perte de sa fille de 13 ans, un suicide auquel elle ne croit toujours pas.
Ensemble, ils mèneront une double enquête, essayant de comprendre pourquoi ce couple et ces deux enfants ont été exécutés, et pourquoi la fille de Marie se serait suicidée.

Le scénario est efficace, les deux épisodes que nous avons eu la chance de visionner en avant-première nous promettent une histoire des plus passionnantes. Cela, grâce à une écriture particulièrement choisie des scénaristes Anne Badel et Pierre Aknine, et au talent de deux comédiens de cinéma, Marie Gillain et Sami Bouajila. Mention spéciale également à la jolie petite interprète de Madeleine, Zélie Rixhon, qui, malgré son jeune âge, réussit à insuffler à son personnage une véritable ambiguïté.

Nous n’avons qu’une envie, c’est de retrouver Benoît et Marie dans les prochains épisodes de « Souviens-toi ». Nous vous donnerons très bientôt la date de diffusion du premier épisode, sur M6 et nulle part ailleurs.

Laurent Amar

M6 et la Fondation Abbé-Pierre s’associent pour venir en aide aux plus démunis avec « Rire pour un toit », le 22 décembre à 21H

Jeff PANACLOC Cristina CORDULA Elie SEMOUN Eric CANTONA Rachida BRAKNI Alex VIZORECK David SALLES Eric CARRIERE Francis GINIBRE les chevaliers du fiel Amelle CHAHBI Reouanne HARJANE Antonia de RENDINGER Alban IVANOV Gerard HERNANDEZ Marion GAME Jean fi JANSSEN Jamel DEBBOUZE Arnaud TSAMERE ROSE D'jAL Thomas VDB Nadia ROZ Mathieu MADENIAN Joyce JONATHAN Michael YOUN Nolwenn LEROY Caroline VIGEAUX Isabelle NANTY Adriana KAREMBEU Anne ROUMANOFF David GINOLA Chantal LADESOU

Jeff PANACLOC Cristina CORDULA Elie SEMOUN Eric CANTONA Rachida BRAKNI Alex VIZORECK David SALLES Eric CARRIERE Francis GINIBRE les chevaliers du fiel Amelle CHAHBI Reouanne HARJANE Antonia de RENDINGER Alban IVANOV Gerard HERNANDEZ Marion GAME Jean fi JANSSEN Jamel DEBBOUZE Arnaud TSAMERE ROSE D’jAL Thomas VDB Nadia ROZ Mathieu MADENIAN Joyce JONATHAN Michael YOUN Nolwenn LEROY Caroline VIGEAUX Isabelle NANTY Adriana KAREMBEU Anne ROUMANOFF David GINOLA Chantal LADESOU

L’hiver approche à grands pas et avec lui son cortège de drames sociaux et de sans-abri.
En France, le mal-logement est un fléau qui touche plus de 4 millions de personnes. L’abbé Pierre avait lancé son appel au secours l’hiver 1954, suite au décès d’une femme.

L’égoïsme et l’indifférence avaient laissé cette dernière mourir de froid après son expulsion du logement qu’elle occupait.
Certes, les choses se sont améliorées grâce à la trêve interdisant les expulsions l’hiver, mais le chemin est encore long avant que cessent ces situations inhumaines.

M6 a décidé de ne plus regarder ailleurs, et d’agir. Pour cela, la chaîne s’est donc associée avec la Fondation Abbé-Pierre afin de créer un spectacle télévisé. Celui-ci, hilarant, sera diffusé durant la période de Noël.

Aux commandes, l’indispensable Jamel Debouzze, pour une émission où 50 personnalités de toutes les générations et de tous les univers se succéderont sur scène dans des sketchs et des parodies-culte. Tourné au « Casino de Paris », ce show inédit sera porté, outre l’humoriste, par Nolwenn Leroy.
Pendant la conférence de presse, la célèbre chanteuse se livrera à une confession touchante, avouant que, plus jeune, elle et sa famille avaient bien failli se trouver dans une situation de mal-logement.

Cette émission, « Rire pour un toit », a vocation, en cas de succès d’audience mais aussi de dons, à devenir récurrente avec une édition par an, toujours pour la période de Noël.
Elle sera diffusée en première partie de soirée et précédera un reportage bouleversant produit par la journaliste Mélissa Theuriau, « Leur combat pour un toit ». Il s’agira de suivre le parcours de plusieurs sans-abri, d’en apprendre plus sur les raisons qui les ont poussés à dormir dans la rue, et sur la façon dont ils essayent de s’en sortir.

Mélissa nous confiera, devant l’aspect dramatique du documentaire, ne pas avoir voulu apparaître dans « Rire pour un toit », avant tout émission humoristique. Elle ne souhaitait pas créer un mélange des genres malvenu et nous lui donnons entièrement raison.
C’est donc le 22 décembre à 21h que seront diffusées ces 2 émissions que nous vous recommandons chaudement de visionner, vous rirez aux éclats tout en réalisant un acte citoyen.
Si vous souhaitez d’ores et déjà faire un don à la fondation Abbé Pierre, cliquez sur ce lien

Laurent Amar

Le bijoutier Julien d’Orcel dévoile la couronne de la prochaine Miss France

Alicia Aylies, Miss France 2017, lors de la révélation de la couronne Miss France 2018 par le bijoutier Julien D'Orcel.

Alicia Aylies, Miss France 2017, lors de la révélation de la couronne Miss France 2018 par le bijoutier Julien D’Orcel. crédit photo : Philippe Le Roux / SIPA

Chaque année, le public français désigne l’ambassadrice qui représentera une certaine idée de la beauté, du glamour et de l’élégance à la française. Il s’agit bien sûr de la célèbre « Miss France ». Le comité du concours est aujourd’hui dirigé par la belle et toujours aussi sympathique Sylvie Tellier.
Depuis 2009, le grand bijoutier Julien d’Orcel honore son statut de partenaire officiel du concours en créant les couronnes portées par les reines de beauté le soir de leur élection.

La première Miss à avoir bénéficié de ses créations est Malika Ménard. Depuis, sept autres couronnes furent créées par les artisans de Julien d’Orcel.
Pour sa grande soirée annuelle, le bijoutier a donc choisi de dévoiler en avant-première, devant un parterre de photographes et de journalistes, la couronne de Miss France 2018, dont l’élection aura lieu le 16 décembre prochain.

Bien entendu, Miss France 2017, la ravissante Alicia Aylies, accompagnée de Sylvie Tellier, participait à cet évènement très VIP, qui eut lieu au 6, avenue Georges-Mandel à Paris, le 6 novembre dernier.
Une fois de plus, les orfèvres de Julien d’Orcel se sont surpassés pour dessiner une véritable œuvre d’art, qu’ils ont habilement nommée « O’ Céleste ».
Cette dernière est ornée en son centre de pierres en forme de poires blanches qui soulignent chaque courbe de la couronne, et de navettes bleu saphir se fondant en un dégradé délicat, les boucles évoquant le ciel et les cimes.

Cette couronne sublime aux couleurs azuréennes célébrera notre future plus belle femme de France.
Nous remercions chaleureusement le bijoutier Julien d’Orcel de nous avoir conviés à ce beau moment et nous lui donnons rendez-vous le 16 décembre prochain pour l’élection de Miss France 2018. La couronne « O’ Céleste » est déjà prête.

Laurent Amar

Les votes pour les Lauriers TV Awards 2018 ont d’ores et déjà commencé

Lauriers Tv Award 2018

Lauriers Tv Award 2018

Fans de téléréalité, de télé-crochets ou de télévision en général, l’évènement qui vous est entièrement dédié se déroulera, pour sa 4 e édition, le 9 janvier prochain.
En effet, les Lauriers TV Awards qui consacrent les émissions, les animateurs et les candidats de téléréalité préférés des Français nous reviennent encore plus fort, puisque la cérémonie aura lieu… en Tunisie.
Exit donc la grisaille parisienne, place au soleil et au sable fin !

Pour information, les votes ont démarré dès le 30 octobre et seront ouverts jusqu’au 4 décembre à minuit. Tous les Français connectés à Internet peuvent y participer, et tenter ainsi d’élire leurs programmes ou célébrités favoris.
Plus de soixante personnalités seront sélectionnées sur plus de six cents candidats en lice.
Ces heureux élus seront ensuite soumis à un second vote du public, qui se déroulera du 5 décembre au 9 janvier à 18 heures. Et tout de suite après, place à la cérémonie.

Notons que le ministère du Tourisme tunisien sera le principal partenaire de Star 24 pour cette nouvelle édition. Pour l’occasion, il affrétera un avion spécialement dédié aux LTVA avec 150 passagers appartenant à l’organisation de l’évènement, c’est-à- dire les VIP, les candidats sélectionnés par le public et le staff.

Félicitons chaleureusement Félix Wellcom et les équipes de Star24.
Ils ont su, comme à chaque fois, renouveler cet évènement majeur de la télévision tout en lui apportant ce « je ne sais quoi » de convivial, car l’on s’amuse beaucoup lors des Lauriers TV Awards.
Vous pouvez vous aussi voter pour les Lauriers en suivant ce lien : http://www.laurierstvawards.fr/

Laurent Amar

Interview : Laurent Puons fait le bilan du 57 e Festival de télévision de Monte-Carlo

Laurent Puons

Laurent Puons

Comme chaque année, Stars-media a la chance de pouvoir participer à cette manifestation de premier plan qu’est le Festival de télévision de Monte-Carlo. Nous en avons profité pour interroger son emblématique vice-président délégué, Laurent Puons, sur cette nouvelle édition.

Bonjour cher Laurent Puons, encore une belle édition du Festival de télévision qui vient de s’achever. Quel premier bilan en tirez-vous ?

Bonjour Laurent, sans vouloir faire de l’autosatisfaction, on peut dire que celui-ci est très positif.
En effet, une nouvelle fois, le Festival a franchi un palier.

Les invités, la presse, les professionnels me disent tous que c’était la meilleure édition. Je me suis moi-même rendu compte que le Festival a cette fois-ci atteint encore une dimension supplémentaire, en termes d’image, mais également de contenu.

On a vu les premières séries produites par Amazon arriver sur le Festival, c’est une belle victoire pour les organisateurs ?

Le Festival de télévision est une manifestation internationale, et avant tout une compétition comprenant deux catégories : la fiction et l’actualité. Pour la fiction, chaque année, des œuvres venant de plates-formes digitales comme Netflix et Amazon, s’enregistrent.

Cette année, le festival est allé plus loin en projetant en avant-première française, « The Last Tycoon » en présence des deux principaux acteurs de la série, Matt Bomer et Kelsey Grammer, du producteur et du réalisateur de la série également. Cela démontre bien que le festival représente maintenant un véritable intérêt pour les acteurs et les actrices, et ils sont prêts à faire le déplacement en Principauté.

Quelle fut votre série coup de cœur lors de cette 57 e édition ?

Sans hésiter, « Absentia » ! Là aussi, quelle opportunité et quelle chance d’avoir eu, dès l’ouverture, l’avant-première mondiale, pour la deuxième fois dans l’histoire du Festival, d’une série aussi importante ! Qui plus est, avec la participation de ses héros, la sublime Stana Katic et Patrick Heusinger.

La communication 2.0 effectuée par Sony, producteur de la série, a été très efficace, ce qui nous a apporté encore plus de visibilité. Comme chacun le sait, mon objectif, en tant que vice-président délégué, est de faire gagner en notoriété notre évènement, afin de lui donner une aura aussi importante que celle du Festival de Cannes.

L’une des soirées emblématiques de ce Festival est bien celle des 30 ans de « Amour, Gloire et Beauté ». Fêter l’anniversaire d’une série prestigieuse est une expérience qui sera renouvelée lors d’une prochaine édition ?

C’est une bonne question. En prenant la direction du Festival et de Monaco Mediax en 2012, j’ai réussi à convaincre, lors de mon premier déplacement aux États-Unis, la production de « Amour, Gloire et Beauté » de fêter leurs 25 ans.

Cette année, ils ont célébré leurs 30 ans, et je pense qu’ils fêteront leurs 35 ans également au Festival. À condition que nous gardions la même qualité et la même notoriété qu’aujourd’hui.
Nous avions également mis à l’honneur les 40 ans de « The Young and The Restless » (« Les Feux de l’amour » en français, ndlr), ce qui fut l’un des temps forts de la 53 e édition du Festival. J’espère qu’ils seront là pour leurs 45 ans.

Peut-être des infos sur l’édition 2018 ?

C’est assez difficile d’en parler, même s’il est vrai que je travaille déjà sur la composition du jury. Les équipes ont fait un débrief entre elles sur ce qui a été fait et sur ce qui reste à améliorer pour la prochaine édition. J’en saurai certainement un peu plus lors de mon déplacement aux États-Unis en novembre prochain.

Cher Laurent, nous avons terminé et je vous demanderai donc votre mot de la fin.

Comme je le dis régulièrement, il n’y a rien de plus noble que le changement.
Je procède à des transformations chaque année sur les manifestations que je dirige à Monaco Mediax et je persisterai car je m’aperçois que changer les choses conduit à l’excellence. On appelle cela la remise en question !

Propos recueillis par Laurent Amar

« Amour, Gloire et Beauté » fête ses 30 ans à Monte-Carlo

Les 30 ans de "Amour, Gloire et beauté".

Les 30 ans de « Amour, Gloire et beauté ». Crédit photo : Frédéric Andrieu

L’un des soaps les plus célèbres au monde, « Amour, Gloire et Beauté », a choisi le Festival de télévision de Monte-Carlo pour célébrer ses 30 ans. Cela tombait à point nommé, car la production du feuilleton est habituée à venir rencontrer les fans français lors de cet évènement majeur.

La soirée eut d’abord lieu dans le palais princier de Monaco, en présence du prince Albert et de son épouse Charlène. De nombreuses personnalités s’étaient pressées afin d’assister à l’évènement, parmi lesquelles Pamela Anderson, Linda Hardy et, bien sûr, les stars de la série, comme Katherine Kelly Lang, Heather Tom ou encore Kelly Kruger. Les festivités se poursuivirent au magnifique hôtel Monte-Carlo Bay, en compagnie d’invités triés sur le volet.

Linda fut à nouveau de la partie, mais également Odile Vuillemin, Bo Derek, Antonio Fargas alias Huggy Les-Bons- Tuyaux de « Starsky et Hutch » ou même Monika Bacardi.
Le point d’orgue de ce moment festif d’une incroyable convivialité fut l’arrivée en fanfare du gâteau d’anniversaire, absolument délicieux et monté sur plusieurs niveaux, avec sur le sommet les photos des acteurs emblématiques de la série, comme Ronn Moss, qui n’avait pu faire le déplacement depuis Los Angeles.

Tous les invités étaient aux anges. Participer à un tel évènement, au milieu de stars planétaires, est effectivement un privilège.
Bravo à l’organisation du Festival et chapeau bas à la production d’« Amour, Gloire et Beauté » ! Les 30 années d’un feuilleton dont les héros auront marqué toute une génération de fans furent fêtées dignement.
#FTV17

Laurent Amar

Rencontre avec l’actrice Karina Testa, au Festival de Monte-Carlo

Karina Testa Crédit photo : Frédéric Andrieu

Karina Testa
Crédit photo : Frédéric Andrieu

Présente au cinéma et à la télévision, Karine Testa a plus d’une corde à son arc.
Son rôle dans la série « Kaboul Kitchen » lui a donné l’occasion d’être invitée à Monaco, et nous, de la rencontrer enfin.

Bonjour Karina Testa, qu’es-tu venue faire de beau à Monte-Carlo ?

Bonjour Laurent, je suis venue à la rencontre des journalistes afin de parler de la série diffusée sur Canal+, « Kaboul Kitchen », et ainsi de profiter de cette belle ville.

Concernant « Kaboul Kitchen », jouer dans une série traitant du conflit afghan t’effrayait-il ?

Oui et non. J’aime particulièrement les rôles un peu « borderline », car c’est pour moi un véritable challenge de pouvoir les jouer. Avec « Kaboul Kitchen », j’étais ravie.
Le personnage et la série m’ont intéressée dès le départ, avec l’histoire de cet expatrié français qui se retrouve dans un pays en guerre et les relations entre lui et les autochtones.
Mon personnage me fascine également, cette Afghane totalement libérée qui se bat pour défendre la condition des femmes dans son pays. C’est ce genre de rôle que j’aime, un rôle qui sort de l’ordinaire.

Revenons un moment sur la série « Odysseus ». Tu as cru à ce projet ambitieux de la chaîne Arte dès le départ ?

Oui, j’avais trouvé ce projet incroyable et surtout inédit en France. C’était à mes yeux un équivalent de « Game of Thrones » ou de « Rome », mais à la française (deux séries produites par HBO, ndlr), même si nous n’avions pas les mêmes moyens.

As-tu aimé « Rome » ?

J’ai adoré !

Une question plus délicate, Karina, j’ai remarqué au fil de tes prestations télé et cinéma que tu n’avais aucun problème avec la nudité à l’écran ?

En réalité, quand on me propose un rôle, je le joue à fond. Je fais totalement confiance au réalisateur. Je n’ai aucun problème avec la
nudité si elle n’est pas en lien avec quelque chose de sexuel.
Je ne sais pas si je pourrais jouer une véritable scène d’amour dans un lit, cela serait beaucoup plus compliqué pour moi.

Karina Testa Crédit photo : Frédéric Andrieu

Karina Testa
Crédit photo : Frédéric Andrieu

Mais être nue à l’écran, je ne me pose pas la question si c’est dans un but purement artistique. Cela dépend aussi du rôle et de l’équipe de tournage. Cela peut te paraître étrange, mais je suis même plus à l’aise au cinéma avec la nudité que dans la réalité, bien que je ne sois absolument pas exhibitionniste (rires).

Revenons à « Kaboul Kitchen ». Comment s’est passé le tournage avec tes partenaires ?

Parfaitement bien. Même s’ils avaient connu une saison de plus que moi, j’ai tout de suite été intégrée dans l’équipe. Et sur un tournage de série, nous passons beaucoup de temps ensemble, nous sommes devenus comme une famille.
Simon Abkarian joue mon père et je le considère ainsi dans la vie.

Quelles sont tes origines ?

Mon père est kabyle et ma mère, italienne. Je suis donc une métisse (rires).

Tes projets ?

Je joue cet été dans une comédie, « Ma reum », produite par UGC et réalisée par Frédéric Quiring avec Audrey Lamy, Max Boublil et Joey Starr.
Je serai également présente dans la prochaine saison d’« Alice Nevers ».

Ton mot de la fin, Karina ?

Merci Laurent pour cette interview, je suis ravie d’avoir pu te rencontrer en vrai. Je te souhaite un excellent festival de Monte-Carlo,
J’espère également que « Kaboul Kitchen » continuera encore longtemps et que le projet de long-métrage pourra se concrétiser.
#FTV17

Propos recueillis par Laurent Amar

À la rencontre de la comédienne Stéphanie Pasterkamp, au 57e Festival de Télévision de Monte-Carlo

Stéphanie Pasterkamp

Stéphanie Pasterkamp Crédit photo : Frédéric Andrieu

On rencontre toujours de belles personnalités au Festival de Monte-Carlo, comme des actrices de premier plan.
Et c’est à la très jolie brune Stéphanie Pasterkamp, présente à la télévision française dans de nombreux téléfilms et séries, que nous nous sommes intéressés cette année.
Stéphanie nous parlera surtout de « Kaboul Kitchen », la série phare de Canal+ dans laquelle elle joue pour la troisième saison consécutive.

Bonjour Stéphanie Pasterkamp, qu’es-tu venue faire de beau au Festival de télévision de Monte-Carlo ?

Bonjour cher Laurent, je suis invitée avec Simon Abkarian, Karina Testa et Fayçal Azizi pour évoquer la troisième saison de la série française « Kaboul Kitchen ».

J’étais là il y a cinq ans pour la première saison et c’est toujours un plaisir de venir avec l’équipe défendre cette série tournée à Casablanca.

À ce moment-là, imaginais-tu le succès qu’elle rencontrerait malgré son pitch atypique ?

Dès que j’ai lu le scénario, j’ai adoré, mais ne savais pas me projeter en tant que future téléspectatrice dans cet univers décalé et déjanté. En tournant, c’est devenu une évidence que j’adorerai regarder la série ! Qu’elle serait drôle et permettrait d’apprendre aux téléspectateurs des choses tout en riant. On appelle d’ailleurs ça une « dramédie », c’est-à-dire une série dramatique mais à l’accent comique très prononcé. Il y en a peu de ce genre produites en France, et sincèrement, cela fait du bien d’en voir une aussi réussie.

Tu penses que, au final, les Français sont capables de produire des séries de qualité équivalentes aux séries américaines ?

Absolument Laurent. D’ailleurs, je reçois aussi des mots très chaleureux de la part de fans britanniques.
Il faut donc savoir prendre des risques et sortir de nos séries policières déjà présentes dans le paysage audiovisuel français.
Faire une série intelligente, géopolitique, traitant d’un pays en guerre, l’Afghanistan, c’est un pari osé et remporté haut la main par les scénaristes.

Tu es actrice depuis l’âge de 11 ans, Stéphanie, quel est à tes yeux ton rôle le plus marquant ?

C’est toujours compliqué de répondre à une telle question.
Mon rôle de tueuse dans le téléfilm « Vacances mortelles », avec Tomer Sisley et Anne Caillon, rediffusé régulièrement, constitue un immense souvenir. Nous sommes restés un mois dans la jungle avec un simple sac à dos, ce fut vraiment une aventure incroyable.
Il y a également bien sûr mon rôle au sein de « Kaboul Kitchen » que nous tournons à Casablanca.
Nous sommes une troupe de comédiens très soudés.

Stéphanie Pasterkamp

Stéphanie Pasterkamp Crédit photo : Frédéric Andrieu

Lorsque le soir, nous nous retrouvons dans nos appartements, nous révisons nos textes ensemble et le lendemain sur le tournage, même si nous sommes très sérieux, l’ambiance est festive et amicale.
« Kaboul Kitchen », c’est six ans de ma vie. Quand j’ai démarré cette série, j’avais 29 ans, j’en ai désormais 35, alors forcément, elle a marqué ma carrière de comédienne.

Quels sont tes projets, ma chère Stéphanie ?

Eh bien, je m’occupe de ma chaîne YouTube, Vilaine Tv, avec mon conjoint Nicolas Receveur qui co écrit et réalise les épisodes de notre web série, car j’aime suivre le mouvement des internautes.
La Villa PopCorn nous a repérés et booste notre nombre de vues.
Sinon, j’ai co écrit mon One Woman Show ainsi que des programmes courts, puis j’ai une pièces de théâtre à l’étude avec le producteur Jimmy Lévy, mais je n’en parle pas plus avant d’avoir signé.

Tu es heureuse d’être à Monaco ? Il me semble d’ailleurs que tu as trouvé une jolie gamme de produits cosmétiques dans ta chambre d’hôtel en arrivant.

Oui j’adore Monaco, il y a cinq ans, j’avais déjà beaucoup apprécié. Ce n’est pas pour rien que je suis de retour aujourd’hui.
Quant aux cosmétiques Solavie qui se trouvaient dans ma chambre, sache que j’en suis effectivement ravie.
Entretenir sa peau pour une comédienne, c’est quelque chose de très important.

Ton mot de la fin, Stéphanie ?

J’espère sincèrement qu’il y aura une saison 4 de « Kaboul Kitchen ». On parle également d’une adaptation au cinéma.
Donc je compte chaudement sur les fans pour booster la saison 4 sur les réseaux sociaux et réclamer à cor et à cri : « Le long-métrage ! Le long-métrage ! Le long-métrage ! » (Rires).
#FTV17

Stéphanie est habillée par la créatrice Emiliet, retrouvez-là sur
www.emiliet.com
Facebook @emilietofficiel
et Instagram @emiliet

Propos recueillis par Laurent Amar