Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

« Last Summer Breeze », ou le grand rendez-vous entre la Tunisie et l’Occident

Laurent Amar, Latifa Hizem et Neila Azouz

Laurent Amar, Latifa Hizem et Neila Azouz au Palais Lella Chedlya

Avec son eau bleu turquoise, ses villes mythiques, son patrimoine culturel et artistique qui a tant apporté au monde moderne comme à l’Antiquité, la Tunisie s’est toujours imposée comme le fer de lance du continent africain.
Il y a toujours eu un lien très fort entre la Tunisie et l’Europe, grâce à cette proximité due à la mer Méditerranée qui relie les deux continents.

Avec une histoire empreinte de révolution et de passion, la Tunisie est désormais une jeune démocratie en plein essor s’appuyant sur sa puissante industrie touristique, dont la ville de Carthage est la plus glorieuse des ambassadrices.

Alors, pour célébrer cette amitié inaltérable entre les peuples européens, tunisiens et africains, Marco Vianni, fondateur du cabinet Konsult, en collaboration avec les autorités tunisiennes, a décidé de créer un évènement sur deux jours lié à l’art, la culture et la mode.
Son nom a une douce consonance méridionale : « Last Summer Breeze », ou la « Dernière brise de l’été » en français.
Des créateurs, des artistes et des businessmen se sont donc donné rendez-vous aux environs de Carthage pour un grand séminaire networking, avec comme point d‘orgue la soirée du vendredi 5 octobre au magnifique Palais Lella Chedlya, aux abords de la ville.
Mais Marco Vianni a également sollicité des artistes peintres, des marques liées à la mode et au prêt-à-porter, des start-up exerçant dans les nouvelles technologies, des producteurs de vin, des médias et des influenceurs, et même des hommes d’affaires prêts à investir dans de nouveaux talents.
Cette soirée du 5 octobre 2018 fut le chapitre principal de ce week-end culturel et artistique ; d’ailleurs, arrêtons-nous un instant sur les évènements qui se sont déroulés au Palais Lella Chedlya.

Située à Carthage Salambo, cette demeure à l’esthétique digne d’un conte des Mille et une nuits a accueilli les invités de Marco et les créateurs qui y exposaient leurs travaux.

Marco Viani (2e personne en partant de la gauche) accompagné de Messieurs les Ambassadeurs de France et d'Italie

Marco Viani (2e personne en partant de la gauche) accompagné de Messieurs les Ambassadeurs de France et d’Italie

Citons tout d’abord la présence remarquée de Madame Antonella di Pietro, directrice de la création chez Tod’s et collaboratrice de personnalités mondialement célèbres telles que Karl Largerfeld, Tommy Hilfiger, Ralph Lauren, Kenzo, Della Valle… pour ne nommer qu’eux.

Antonella a révélé ses deux nouvelles marques. White Sand tout d’abord, entreprise aux accents écologiques. En effet, les sites de production de nouveaux tissus sont susceptibles de fortement polluer leur environnement. La belle italienne s’attache donc à utiliser des tissus déjà existants et à les recycler.
La technologie au service de la mode, et de surcroît, de la planète. Nous applaudissons cette initiative.
L’autre marque qu’Antonella est venue présenter lors de cette soirée du 5 octobre est Nina Smith. La créatrice a travaillé en famille car c’est avec l’aide de sa fille Chiara, talentueuse designer et digne fille de sa mère, que Nina Smith a vu le jour. Les deux Italiennes ont créé une marque de sandales dont la fabrication, artisanale, s’effectue dans des ateliers napolitains. Aucun doute, la création transalpine fut dignement représentée par Antonella di Pietro et sa fille Chiara lors de ce cocktail dînatoire.

Nous avons également pu apprécier la compagnie, dans les jardins lumineux et colorés du Palais Lella Chedlya, des créatrices tunisiennes Molka Saheb Ettaba et Dorra Sassi, toutes deux fondatrices des robes et manteaux Abarnis.
L’originalité et la qualité de leurs créations n’ont d’ailleurs pas laissé de marbAntonella di Pietro. Bien d’autres stands furent passionnants à visiter. Ils proposaient en effet des collections raffinées et exigeantes, très tendances, avec un sens de la fantaisie
remarquable. Citons Naksha Handcrafted, incarnée par sa si talentueuse créatrice Latifa Hizem J’aurai d’ailleurs à titre personnel la belle opportunité de porter les toutes premières créations pour homme de Latifa lors de soirées mondaines parisiennes, cannoises ou monégasques ; je m’en réjouis d’avance.

La piscine du magnifique Palais Lella Chedlya

La piscine du magnifique Palais Lella Chedlya

Enfin, notons la présence au Palais des créateurs Gypset Vibes, Narciso, Sarra Jooma. Ils ont attiré l’attention de tous les invités et négocié de prometteuses collaborations.

Nous ne pouvons hélas pas citer toutes les marques de qualité admirable réunies ce soir-là au Palais Lella Chedlya, elles furent bien trop nombreuses. Nous louons la pertinence dont Marco Vianni a fait preuve dans la sélection des artistes qui ont participé à cette première « Last Summer Breeze ». Nous évoquerons enfin la participation, aux côtés de tous ces artistes et  créateurs, d’une start-up liée aux nouvelles technologies, notamment à la réalité virtuelle.

En effet, l’entrepreneur Mohamed Midani a créé un logiciel permettant, via un casque VR – en l’occurrence il s’agissait ce soir-là du HTC Vive – de s’immerger dans la Carthage antique, véritable voyage dans le temps sur commande. On pouvait ainsi se retrouver au beau milieu d’un temple de cette cité disparue, jadis grande concurrente de Rome, de croiser ses habitants et même d’admirer l’un des fameux éléphants de guerre du général carthaginois Hannibal.
Mais il y avait également de nombreux artistes peintres au Palais Lella Chedlya pour Last Summer Breeze ; citons Michel Giliberti venu nous montrer 5 tableaux spectaculaires de sa création.
David Bond, quant à lui, a créé un grand tableau nommé Last Summer Breeze, qui a d’ailleurs rapidement trouvé preneur.
Enfin n’oublions pas le peintre libyen Mohamed Bulifa. Ce dernier nous a fait une démonstration de sa maestria en créant, sous nos yeux, un tableau ; l’assemblée n’a pu qu’être admirative de sa gestuelle et de son agilité à manier
pinceaux et bombes de peinture.

Le créateur Ibrahim Shebani et ses mannequins

Le créateur Ibrahim Shebani et ses mannequins

Les convives repartirent du Palais Lella Chedlya avec des étoiles plein les yeux, un instant magique et fort profitable au business de chacun.
En effet, de nombreux contacts ont pu se nouer et des partenariats seront très prochainement mis en place grâce à ce rendez-vous networking tunisien.

Le lendemain, notre hôte Marco Vianni a organisé une excursion afin de nous faire visiter les thermes antiques de la cité de Carthage. Voir ces ruines majestueuses avec l’eau bleue de la Méditerranée en toile de fond est un spectacle unique ; avouons sans détour que nous avons savouré ce moment.

Mais les meilleures choses ont une fin, et avant de se quitter, Marco a convié tous les participants de « Last Summer Breeze » à un dîner gastronomique tunisien dans la villa d’un ami, au centre même de la petite ville de Sidi Bou Saïd, là où se trouve le fameux Café des délices de Patrick Bruel.
Avec une vue extraordinaire au sommet de la falaise de Sidi Bou Saïd, nous pûmes ainsi contempler une dernière fois la beauté des paysages tunisiens avant un retour au pays.

Saluons cette initiative culturelle et artistique et remercions chaleureusement Marco Vianni d’avoir convié Stars média à ce week-end de rêve. Chacun a pu, à sa façon, contribuer au rapprochement indispensable entre l’Afrique et l’Europe, entre la Tunisie et l’Occident. « L’histoire est tragique », disait le philosophe français Raymond Aron ; la guerre entre Rome l’Occidentale et Carthage l’Orientale le fut tout autant. Une belle revanche fut prise lors de ce week-end, dans un élan de paix, au nom de la musique, de la mode et de l’art. Bravo Marco Vianni, rendez-vous l’année prochaine pour une « Next Summer Breeze ».

Laurent Amar