Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Les Gérard 2015 ont fait grincer les dents… et provoqué des éclats de rire.

 

Les Gérard 2015. Crédit photo : © Aurelien FAIDY/PARIS PREMIERE

Les Gérard 2015.
Crédit photo : © Aurelien FAIDY/PARIS PREMIERE

 

Le petit monde impitoyable de la télévision a trouvé un évènement à sa mesure, tout aussi impitoyable, sauf qu’il ne se prend pas au sérieux et pratique l’autodérision comme nul autre.

Nous voulons parler de la cérémonie annuelle des « Gérard », créée par la chaîne très branchée « Paris Première ».

Il vaut mieux avoir de l’humour quand on est animateur sur une chaîne française, car les « Gérard » n’épargnent personne, mais toujours avec sympathie et second degré.

Ce lundi soir, il s’agissait de la neuvième édition, animée par Frede Royer, Stéphane Rose, Alexandre Pesle, Jérôme de Verdière et surtout la délicieuse et incroyablement drôle Emilie Arthapignet.

Cette dernière aura ponctué la soirée de sketchs hilarants, plus loufoques les uns que les autres avec  des imitations de Nabilla en prison, des parodies de l’insupportable Cerise de Groupama, ou en incarnant une animatrice des « Gérard » qui recherche désespérément des stars à interviewer mais n’en trouve bien évidemment jamais.

l'irrésistible Emilie Arthapignet. Crédit photo : © Aurelien FAIDY/PARIS PREMIERE

l’irrésistible Emilie Arthapignet.
Crédit photo : © Aurelien FAIDY/PARIS PREMIERE

Le nom de certains trophées faisait parfois référence au physique des animateurs comme celui de « l’animateur qui a visiblement dû réussir pour coucher »… comprendra qui voudra, mais c’est le pauvre Cyril Hanouna qui en a fait les frais.

Enora Malagré en a pris également pour son grade avec le « Gérard » de…  tenez-vous bien… « l’animatrice qui avait toutes les qualités pour vendre du poisson à la criée, mais qui a préféré vendre de la soupe à la télé  »

À propos de ces « Gérard »  au nom plutôt original, nous accorderons une mention spéciale à Alessandra Sublet et à son humour. Non seulement l’animatrice star de France Télévisions était présente à la cérémonie, mais en plus, elle est venue chercher son trophée : le « Gérard du paradoxe », car, selon le jury, il est paradoxal de voir Alessandra animer une émission culturelle sur France 2, alors qu’elle n’en a apparemment pas les capacités intellectuelles.
Alessandra a joué le jeu, elle est venue au Théâtre Daunou, lieu où se déroulait le show,  et a réceptionné son prix avec le sourire tout en déclarant « si je comprends bien, je vais devoir m’acheter un cerveau ».

Vous le voyez, les animateurs de la soirée ont beaucoup amusé le public, au cours d’une cérémonie qui ressemblait plus à un spectacle qu’à une remise de prix.
Qu’importe, de l’autodérision et du second degré dans une industrie se prenant autant au sérieux ne peuvent pas faire de mal.
Bravo « Paris Première » et continuez d’être cette chaîne aussi atypique, unique dans le paysage audiovisuel français !

Laurent Amar