Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Les héros de « Charlie Hebdo » étaient bien seuls, avant les attentats, pour défendre notre liberté d’expression.

524176_10152929132597092_8961825661459184400_n

« Les héros solitaires » de Charlie Hebdo

Notre tribune vous paraîtra peut-être dérisoire, opportuniste, voire inappropriée face à l’hommage appuyé des innombrables géants des médias rendu au journal satirique « Charlie Hebdo ».

Oui mais voilà, avant-hier soir, nous avons regardé sur BFM le débat auquel une dessinatrice de Charlie, la survivante Zineb El Rhazoui, était invitée. Elle a tenu un discours bouleversant.

Avant les attentats, « Charlie » se débattait dans de graves problèmes financiers, Charb disait même devoir « faire la pute » pour essayer de trouver des financements afin d’assurer la pérennité du journal.
Aveux très touchants, surtout quand la jolie Zineb confia que la carte bleue du journal avait été refusée lors d’un déplacement à Valenciennes.

Terrible constat : la rédaction de « Charlie Hebdo » était bien seule pour continuer d’exercer cette liberté d’expression dont nous avons tant besoin, nous, Français en pleine tourmente idéologique et sociale. Personne ne voulait investir dans « Charlie », Charb se demandait comment les salaires seraient payés et si les ventes le permettraient lors du prochain tirage.

Apparemment, même François Hollande en personne aurait refusé de soutenir, dixit Zineb, le journal lorsque Charb était venu lui demander des subventions.

Aujourd’hui, « Charlie Hebdo », grâce à une mobilisation nationale et mondiale inédite, va pouvoir regarder l’horizon plus sereinement, mais pour combien de temps encore ?
Il aura donc fallu un carnage et l’assassinat de dessinateurs solitaires et héroïques pour se rendre compte à quel point « Charlie » était rare et précieux.

Le slogan « Je suis Charlie » restera sans doute gravé dans l’histoire du XXIe siècle, mais il est un peu tard pour célébrer le combat mené par Cabu et sa bande contre les totalitarismes, les fanatismes d’où qu’ils viennent, il aurait peut-être fallu y penser avant.

Que la mort de Charb et de ses copains serve d’exemple ! Ne laissons plus jamais les défenseurs de la liberté d’expression aussi seuls devant leurs problèmes financiers, judiciaires ou autres, car ils sont les gardiens de notre liberté tout court !
Zineb El Rhazoui l’a parfaitement expliqué avant-hier soir devant un Bernard Kouchner tétanisé, tout comme nous, par la puissance de son discours.
Message reçu 5/5, Zineb.

Laurent Amar