Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

« Les joueurs », le film qui nous a fait aimer le poker

Matt Damon lors du 66ème Festival de Venise (Mostra)

Matt Damon lors du 66ème Festival de Venise (Mostra)

On s’intéresse cette fois-ci a un petit bijou des années 1990, j’ai nommé Les joueurs, The Rounders dans la langue de Shakespeare. Sorti en 1998, réalisé par John Dahl, cette plongée passionnante au cœur du poker est à coup sûr un souvenir à garder.

Un film culte, ce n’est que mon humble avis, pour trois principales raisons. Premièrement, il est grandiose, mais c’est subjectif vous me direz. L’histoire est bien ficelée, on assiste à une sorte de quête se déroulant autour des tables de poker les plus pittoresques de New-York et sa lointaine banlieue. Deux amis de toujours, Mike McDermott, campé par Matt Damon, jeune étudiant en droit et accessoirement véritable génie du jeu et Lester Murphy, brillamment interprété par Edward Norton, filou, dans les tous les mauvais coups, doivent « raser » un maximum de tables de poker en un week-end pour éponger leurs dettes respectives. Mike veut réaliser cet exploit grâce à son talent, Lester veut disposer d’une panoplie, disons un peu plus complète…

La deuxième raison est dans le casting. Ces deux stars que sont Matt Damon et Edward Norton, semblent être des choix idéaux pour partager l’affiche de ce film. Johnny Chan, légende du poker, mais du vrai monde pour sa part, y fait également de brèves apparitions. Le personnage de Matt Damon regarde en boucle la main victorieuse mythique de Chan lors des finales des World Series of Poker 1988.

Le personnage le plus marquant est certainement celui du « méchant » Victor KGB, campe par un John Malkovitch des grands soirs.

Edward Norton et Camila_Pitanga lors de l'Equator Prize_2012

Edward Norton et Camila_Pitanga lors de l’Equator Prize_2012

Le casting est également complété par John Turturro et Martin Landau. Goran Visnjic, qui s’illustrera dans la série Urgences, y tient également un petit rôle.

La troisième raison, c’est l’immersion dans le monde du poker. De nombreux grands joueurs vous diront que ce film est le meilleur du genre sur ce jeu, et qu’il est souvent leur film préféré.
Le poker fait souvent rêver, avec ce mélange de discernement psychologique, de vista et de maîtrise des mathématiques. Ce film est une parfaite initiation. Il vous fait suivre et explique les coups de génie de Mike McDermott, dont la devise principale, sur le fait que les choses n’arrivent pas par elles-seules, résume tout du personnage.

Vous assistez également à des parties aux acteurs variés, devenant une véritable exposition sociologique des joueurs aux États-Unis, où cette pratique reste plus populaire et culturelle qu’en Europe. Vous jouerez ainsi avec des touristes, policiers…  Il y en a pour tous les goûts.

Ce film a eu un impact dans le monde entier et correspond au début de la vague du poker qui s’est installée dans les années 2000. Les supers champions de la discipline d’aujourd’hui, comme le français Bertrand Grospellier, alias ElkY, doivent certainement beaucoup à ce film devenu culte avec le temps. La vague n’est d’ailleurs pas réellement retombée, des champions émergeant
chaque année des quatre coins du monde. Et de se souvenir aussi que le cinéma des 1990s américain nous a laissé de belles pépites, de Usual Suspect à Fight Club.

ElkY

ElkY