Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

« Oyez, oyez braves gens ! Jésus est de retour… mais au Palais des Sports ! »

Crédit photo RYSK
Depuis le 17 octobre dernier, se joue un spectacle musical particulier, évoquant un sujet universel et pourtant on ne peut plus sensible, Jésus de Nazareth, homme providentiel qui changea à jamais le visage de l’humanité.
Seule la dernière partie de cette existence hors norme est abordée par les scénaristes, les relations entre Jésus et les apôtres, sa rencontre avec le diable en plein désert, enfin sa crucifixion.
Les moyens déployés par la production sont importants, on ne connaît pas le budget, mais on imagine qu’il a été considérable.

Pour donner vie à cette comédie musicale, au Palais des Sports à Paris, les coproducteurs ont su s’entourer de grands noms de la chanson française et de la mise en scène. Pour les arrangements musicaux, l’inévitable Pascal Obispo, qui avait déjà officié sur les comédies musicales « Les Dix Commandements » et « Adam et Ève : la seconde chance ».
Pour la mise en scène, Christophe Barratier, réalisateur des « Choristes », le film, mais aussi la comédie musicale, sortie l’année dernière et au succès mitigé, en raison de choix artistiques douteux et d’un casting déroutant.

Mais avec « Jésus – De Nazareth à Jérusalem », les petits plats furent mis dans les grands. Les chansons sont pour la plupart réussies, notamment le tube radio « La Bonne Nouvelle », et « La Ballade des Pêcheurs de Tibériade ».
Obispo a bien travaillé et son style musical est immédiatement identifiable.
Barratier s’en sort bien également, les comédiens sont dirigés au millimètre et couvrent l’intégralité de la scène, avec une richesse visuelle évidente, grâce à des décors modulables et, c’est l’un des points forts du spectacle, des costumes d’époque d’un réalisme et d’un esthétisme renversants.

Nous félicitons à ce titre Jean-Daniel Vuillermoz et son assistante Séverine Demaret pour leur travail remarquable. Il nous est d’ailleurs précisé dans le dossier de presse qu’ils se seraient directement inspirés des écritures bibliques pour créer les costumes, les accessoires et même les coiffures des comédiens, et non pas de péplums ou autres films et séries du genre. Bien leur en a pris.

N’oublions pas les comédiens qui font tous le job, avec Mike Massy dans le rôle-titre.
Crédit photo Philippe Mazoni
Mais nous avons surtout été emballés par Anne Silla qui campe une extraordinaire Marie.

Anne remporta d’ailleurs la palme de la ferveur dans les applaudissements, elle fut finaliste de « The Voice » en 2014 et manifestement, les spectateurs ne l’ont pas oubliée.
Citons également l’interprète de Marie-Madeleine, la chanteuse Crys Nammour, à la voix envoûtante. Crys est une égérie de My Major Company avec le groupe HUSHH, on a pu la voir dernièrement en duo avec le chanteur Marc Fichel dans le titre « Après toi ».

Enfin, mention spéciale à l’artiste Solal, dans le rôle de Ponce Pilate, celui qui fit crucifier Jésus.

Nous vous recommandons d’aller voir « Jésus – De Nazareth à Jérusalem », au Palais des Sports, c’est une œuvre musicale aboutie et jamais démago. En effet, l’histoire est racontée avec suffisamment de finesse et de légèreté pour qu’aucune communauté protagoniste de ce fait historique majeur deux fois millénaire ne se sente stigmatisée, et c’est bien là l’essentiel.

Laurent Amar