Toute l’actualité du divertissement
culturel et des célébrités
vue par Laurent Amar
et son équipe

Rencontre avec le jeune humoriste Haroun, un artiste qui ira loin, très loin !

Haroun

Haroun

 

En allant voir jouer Haroun au théâtre du Proscenium à Paris, je ne m’attendais pas à ce qui allait suivre, surtout de la part d’un jeune humoriste ayant, du moins je le pensais, tout à prouver.

Et pourtant, une salle pliée en deux, un comédien au talent fou dont les textes sont à lectures multiples et avec des clins d’œil amusants à une actualité souvent morose.
Nous prenons d’ores et déjà les paris, Haroun est la future star du one-man-show français. Il rejoindra bientôt les Kev Adams, le Comte de Bouderbala et consorts, cela ne fait aucun doute.
Nous l’avons rencontré après le spectacle.

Bonjour Haroun, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour Laurent, je m’appelle Haroun et je suis humoriste. Je joue actuellement mon « seul en scène » « Tous Complices » au théâtre du Proscenium, à Paris, dans le 11e.
Issu de la danse et de l’improvisation, j’utilise l’humour avant tout pour faire passer des messages et m’amuser des choses que je veux dénoncer.

Ton spectacle aborde certains faits de société, comme l’affaire Dieudonné. Comment décides-tu de traiter tel ou tel sujet ?

À vrai dire, je ne sais pas vraiment comment se fait le choix. Quand j’ai une idée sur un sujet, j’en cherche le ressort comique. Cela permet d’ouvrir une brèche à la réflexion et au dialogue. À partir du moment où on peut en rire, on peut s’ouvrir au débat.

Quels sont les humoristes actuels qui t’inspirent le plus ? J’ai vu dans ton spectacle un peu de Gad Elmaleh.

"Tous complices", le spectacle de Haroun.

« Tous complices », le spectacle de Haroun.

Les humoristes américains et anglais qui ont un sens du rythme et de l’autodérision hors du commun. D’ailleurs, ils ont  aussi inspiré Gad Elmaleh. On me compare parfois à lui parce que je bouge sur scène et que je n’hésite pas à mimer ce que je décris. Dans le propos, je suis plus inspiré par Coluche, Desproges ou Les Inconnus.

Ton spectacle n’est-il pas finalement le reflet de la France d’aujourd’hui, avec ses doutes et ses angoisses ?

En quelque sorte, puisque je vis dans la France d’aujourd’hui. Ce que je remarque surtout, c’est que les spectateurs me font des retours favorables car ils sont heureux qu’on sollicite leur réflexion. Je pense qu’il existe un besoin et un plaisir à avoir l’impression de ne pas être pris pour un con.

Quels sont tes projets, Haroun ?

Continuer à tourner avec ce spectacle, écrire pour d’autres et pour les médias. J’aime mettre l’humour au service des idées et développer ce potentiel d’auteur comique au service de la communication.

Ton mot de la fin ?

Paupiette ! Pour comprendre ce mot de la fin, il faudra venir… Retrouvez toutes mes infos sur haroun.fr.

Propos recueillis par Laurent Amar